Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Thierry Gillyboeuf (Éditeur scientifique)

ISBN : 2743621524
Éditeur : Payot et Rivages (2010)


Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Paru en 1870, ce recueil du grand philosophe américain Ralph Waldo Emerson, père du transcendantalisme, aborde d'une plume égale et inspirée des sujets aussi variés que l'éloquence, les livres, la vie domestique ou la vieillesse. Dix ans après son autre célèbre recueil ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par fx131, le 26 août 2014

    fx131
    Emerson était curieux de tout . Il â construit sa pensée en étudiant l'humain , en voyant ce que celui - ci était dans diverses situations . Cet opus qui regroupe des conférences qu'il a donné est importnt car l'on y trouve les fondements méme de sa perception de l'ame humaine . Son étude est acérée et pointue , pour rendre compte avec la plus grande justesse des différents visages de l'homme . On ressort différent , grandit , épanoui de la lecture de cet opus qui s'impose pour qui veut avoir une vraie vision du monde .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par gigi55, le 07 novembre 2010

    gigi55
    Agréable découverte que ce recueil de conférences du philosophe américain Emerson.
    Il y a dans ces pages une fraicheur, un intérêt pour la vie tout à fait typique de l'esprit pionnier américain du XIX° siècle. Avec un art du pédagogue étonnant, Emerson démontre par l'exemple le rôle irremplaçable de La Nature dans l'activité humaine, agricole bien sûr mais aussi industrielle, ce qui est plus original. Sans rejeter la technique, qui est une des manifestions les plus typiques de l'esprit humain, il montre que l'amour de la vie, du monde, des autres est le condition nécessaire du bonheur et de la dignité. Avec un vocabulaire un peu désuet aujourd'hui il (re)donne toute sa place aux valeurs morales comme fondement du bonheur individuel et de l'équilibre de la société. (voir la citation p. 269).
    Présenté dans la préface du livre comme un "Montaigne américain" Emerson garde tout son intérêt et sa pertinence dans la présente période gagnée par la rapacité des amateurs de rendements maximum.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gigi55, le 07 novembre 2010

    J'abhorre cet américanisme creux qui espère s'enrichir à crédit, être informé en tapant sur les tables à minuit, apprendre les lois de l'intelligence par la phrénologie, le talent sans étude, la maîtrise sans apprentissage, la vente des marchandises en prétendant que tout se vend, le pouvoir en faisant croire qu'on est puissant ou en s'appuyant sur un jury ou une convention politique dont la composition vous est favorable, la corruption et des votes « répétés », ou parvenir à la richesse par la fraude. On pense y être parvenu, mais on a obtenu quelque chose d'autre, un crime qui en appelle un autre, et un autre démon derrière celui-ci : ce sont des étapes vers le suicide, l'infamie et les affres du genre. Nous nous encourageons mutuellement dans cette vie de parade, de boniment, de réclame et de fabrique de l'opinion publique, et dans cette faim de résultats et de louanges rapides, on perd de vue l'excellence.
    p. 268
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 20 septembre 2014

    Les trois règles pratiques que j'ai à offrir sont: - 1. Ne jamais lire un livre qui date de moins d'un an. - 2. Ne lire que des livres réputés. - 3. Ne lire que des livres que vous aimez.

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la citation

  • Par gigi55, le 07 novembre 2010

    Parmi les nombreux exemples de son savoir bienveillant, on raconte à propos de Linné que, quand le bois d'oeuvre dans les chantiers navals de Suède fut abîmé par la pourriture, le gouvernement lui demanda de trouver un remède. Il étudia les insectes qui infestaient le bois, découvrit qu'ils pondaient leurs œufs dans les rondins certains jours du mois d'avril et recommanda d'immerger pendant dix jours, à cette saison de l'année, les rondins sous l'eau dans les docks. Une fois que ce fut fait, on constata que le bois ne pourrissait plus.
    p. 263
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 20 septembre 2014

    La seule façon de se faire un ami est d'en être un.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
9,17 € (neuf)
6,17 € (occasion)

   

Faire découvrir Société et solitude par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (15)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz