Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070381404
Éditeur : Gallimard (1989)


Note moyenne : 3.19/5 (sur 26 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Le narrateur de ces Contes à faire rougir les petits chaperons a une petite amie. Cette petite amie a une petite soeur, Alice, qui est une grande coquine. Elle rêve de faire avec l'auteur des choses qui ne sont pas de son âge, et lui, pour r... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Luniver, le 31 décembre 2013

    Luniver
    Alice, Pinocchio, Blanche-Neige, le grand méchant loup, la Mère Michelle, … se retrouvent rassemblés dans ce livre avec des préoccupations bien éloignées de celles de votre enfance. Même si l'écriture est agréable, il faut tout de même reconnaître que les détournements de ces contes sont assez prévisibles et n'offrent pas beaucoup de surprise (à part le grand méchant loup, qui découvre qu'il est difficile de satisfaire ses fantasmes de soumission quand on est craint dans toute la région). Un livre sympathique, mais pas inoubliable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 20         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Accalia, le 03 août 2012

    Accalia
    J'aime beaucoup les ouvrages qui reprennent et adaptent les contes de mon enfance (d'ailleurs je recommande un manga Ludwig Révolution de Kaori Yuki qui revisite des tas de contes (les connus et les moins connus) et qui est très bien!). Voir les différentes interprétations est quelque chose qui me plait beaucoup.

    Là, je suis tombée sur de la littérature érotique. Tous les contes sont détournés de manière coquine et drôle. le titre me plaisait beaucoup, je le trouvais bien trouvé, plutôt attirant.

    Donc, le narrateur fait parti du monde d'Alice au Pays des Merveille (qui est le seul conte qui reste récurent). Mais Alice version moderne qui est maintenant une jeune adolescente, par contre, elle est toujours aussi curieuse (comme quoi, toute la leçon avec le Lapin Blanc n'est pas passé du tout…)

    On revisite La mère Michel, les petites filles modèles de la comtesse de Ségur, Blanche Neige, Pinocchio, Cendrillon, le petit poucet, les trois petits cochons…toujours sous un point de vue érotique.

    Pour vous donner quelques exemples concrets…
    Blanche Neige doit « satisfaire » les sept nains en même temps, les trois petits cochons sont devenus les trois petites cochonnes, qui ont envie de voir le « grand méchant loup »…hélas le loup, lui, est homosexuel et aimerait bien conclure avec le mouton…


    Au début c'est drôle, sympa, voir émoustillant…mais très vite, cela a commencé à m'agacer un peu…

    D'abord le narrateur, seul avec trois femmes, uniquement pour lui…on voit bien le fantasme typiquement masculin.

    De plus, les trois femmes sont, je trouve, trois stéréotypes : la femme classe et belle, la soubrette sans pudeur et la toute jeune fille (même si là j'ai vraiment du mal parce que 13 ans, cela s'appelle de la pédophilie quand même…)

    Ensuite, c'est devenu un peu lassant à la fin…disons cela devenait trop cru et un peu répétitif, comme si le but était vraiment d'écrire de la pornographie.
    Dommage, parce que l'idée de base me plaisait bien.

    Après je sais bien que ce livre est là pour amuser, mais ces détails là m'ont gâché la lecture.


    Un point positif – qui n'a rien à voir avec le contenu du livre – est qu'il a la même odeur que les Harry Potter tomes 1 à 3 en poche que j'avais petite…
    Je ne vous dit pas le retour en arrière de quelques années que j'ai eu, quand j'ai respiré le livre (oui, je respire les livres, je n'ai pas honte de le dire^^).

    Lien : http://writeifyouplease.wordpress.com/2012/07/14/contes-a-faire-roug..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par AmandineMM, le 06 novembre 2011

    AmandineMM
    Je me souviens de ma première lecture de ce livre et de mes attentes : mon attention avait été attirée par le titre assez provocant et par le bandeau rouge sur lequel figurait l'accroche suivante.
    Pinocchio, est-ce vraiment son nez qui s'allonge ? Qu'en est-il réellement de la chatte de la mère Michel ? Et des trois petites cochonnes? ...
    Pour des fêtes coquines, des contes réservés aux adultes*.
    Je m'attendais donc à un recueil de contes revisités de façon coquine ou à une interprétation orientée vers une lecture sexuelle des histoires de notre enfance. Finalement, après un certain étonnement, c'est un roman pornographique, servant de récit-cadre à une série d'adaptations érotiques de contes, que j'ai lu.

    Pour cette relecture, plus "avertie" et sachant à quoi m'attendre, je n'ai plus eu cette surprise initiale. Malgré tout, je ne me souvenais pas de tout et ai eu le plaisir de redécouvrir ce texte et ses différentes composantes, sans sentiment excessif de redite.
    Tout d'abord, les contes : les reprises sont originales et ne se limitent pas, comme j'avais pu le croire, à une réinterprétation. Au contraire, Jean-Pierre Enard innove à partir d'éléments topiques connus ou surtout de personnages traditionnels, de manière plus ou moins réussie selon les récits. Si L'effet Pinocchio et Blanche-Neige tournante par exemple sont assez prévisibles, Les trois petites cochonnes et Recettes d'Ogresse ont un déroulement plus inattendu et drôle. le seul conte qui m'a vraiment déplu est Une scène (tout à fait) primitive qui semblait plus artificiel et destiné à remplir les pages. La chute est réussie, mais le déroulement trop mécanique.
    Ensuite, le récit-cadre : j'avais gardé un assez bon souvenir de celui-ci, mais il m'a moins plu cette fois, par son caractère répétitif, surtout à la fin. J'ai aussi trouvé plusieurs figures décrites dans le livre assez invraisemblables et, tout en cherchant à deviner comment elles étaient possibles et si je n'avais pas mal lu, je détournais mon attention du texte. Par contre, j'ai apprécié la diversité des métaphores employées par l'auteur : du vocabulaire floral à celui de la cuisine, plusieurs domaines sont revisités et réemployés.
    Et enfin, la chute : je ne m'en souvenais plus, mais elle est particulièrement réussie selon moi. Un dernier conte, présent dès le début du roman, est convoqué, transformant l'ensemble du récit-cadre en un conte, dont le narrateur est l'un des personnages involontaire et inconscient de l'être jusque-là. Un tour d'adresse habile et réussi !

    Lien : http://minoualu.blogspot.com/2011/11/contes-faire-rougir-les-petits...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par la_fleur_des_mots, le 07 janvier 2013

    la_fleur_des_mots
    Pour égayer un peu cette journée parisienne franchement grise et morose, j'ai envie de me replonger dans la lecture coquine des Contes à faire rougir les petits chaperons. Dans ce recueil, Jean-Pierre Énard, ancien directeur de collection de la Bibliothèque Rose, revisite les contes de notre enfance pour en donner une version totalement érotique, voire pornographique. le récit cadre révèle les efforts d'un écrivain obligé d'inventer des histoires pour calmer la curiosité sexuelle d'Alice, la sœur de sa petite amie Carole. Ainsi, pour notre plus grand plaisir, il racontera l'histoire Blanche-Neige fort occupée par les sept nains, celle des Trois petites cochonnes qui veulent évidemment voir le loup ou encore celle de la Mère Michel qui a perdu sa chatte...
    Toutes les nouvelles ne se valent pas et au bout de quelques contes, j'ai fini par me lasser et y voir un certain systématisme. le récit cadre est en revanche savoureux jusqu'à la dernière ligne, si l'on fait abstraction du jeune âge d'Alice (qui est une jeune fille de 13 ans bien précoce, tout de même). C'est avec humour et talent que Jean-Pierre Énard nous fait vagabonder de fantasmes libertins en rêveries érotiques. Parfois immoral et délicieusement subversif, ce livre m'a fait rire et passer un très agréable moment.
    Attention toutefois à ne pas mettre ce livre dans les mains innocentes de nos bambins.

    Lien : http://bloglavieestbelle.overblog.com/contes-a-faire-rougir-les-peti..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Isaloredan, le 06 août 2011

    Isaloredan
    Ce livre est le premier érotique que j'ai lu, il y a quasiment vingt ans. Il fallait oser transposer les héros des contes pour enfants dans un univers érotique, Enard l'a fait avec brio.
    Je relis très rarement les livres érotiques, mais celui-ci est une exception. Après, il faut le prendre pour ce qu'il est, un univers de fantasmes libres et débridés dans lequel l'auteur se fait plaisir. A l'heure du politiquement correct et du retour d'un certain "ordre moral", on découvre ici une liberté totale, et c'est aussi ce qui fait tout son charme.

    Lien : http://isaloredan.wordpress.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Actualitte , le 18 mai 2012
    Voilà effectivement des contes à ne pas mettre entre toutes les mains et certainement de nature à faire rougir des petits chaperons.
    Lire la critique sur le site : Actualitte

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Luniver, le 12 décembre 2013

    — À quoi pensais-tu quand je suis rentrée ? m'a demandé mon amie.
    — Je ne sais plus.
    — Ne mens pas.
    Justement, j'ai menti, pour lui faire plaisir :
    — À toi.
    Elle s'est écartée et j'ai laissé échapper un soupir de dépit. Elle a protesté :
    — Tu dis n'importe quoi. Tu bandes lorsque tu penses à moi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 8         Page de la citation

  • Par Accalia, le 03 août 2012

    Alice a changé depuis toutes ces histoires au pays des Merveilles. Elle s’enferme dans la salle de bain. Elle se met nue et s’observe dans la glace. Elle voudrait bien voyager encore de l’autre côté du miroir.
    Passé douze ans, on ne sait plus comment faire.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par helaia, le 24 janvier 2012

    Je caresse les pétales et la corolle. Je pénètre puis ressors pour heurter le pistil. Je me cogne à ce butoir. Je l'écrase. Je reviens dans la grotte dont les parois sont maintenant incandescentes. Je m'y attarde. J'y flâne. Je paresse.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Mademoiselle_M, le 09 mai 2013

    Il est vrai qu’Alice a déjà connu pas mal d’aventures. Pas étonnant qu’elle soit en avance pour son âge. D’ailleurs est-elle vraiment si en avance ?

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (3)

Video de Jean-Pierre Enard

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Enard

La chronique de Gérard Collard - Contes à faire rougir les petits chaperons rouges








Sur Amazon
à partir de :
7,13 € (neuf)
0,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Contes à faire rougir les petits chaperons par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (75)

> voir plus

Quiz