Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Clément Baude (Traducteur)

ISBN : 2742791108
Éditeur : Actes Sud (2010)


Note moyenne : 4.22/5 (sur 9 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rêves et déboires d'un "Candide à Hollywood" franchement décalé dans la Los Angeles de la fin des années 1960 aux années 1980. Original et inventif, ce roman à la fois mélancolique et jubilatoire se lit comme la radiographie d'une fascination collective pour le monde du... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par tedofkilter, le 09 janvier 2014

    tedofkilter

    Vikar, crane rasé avec le tatouage de Montgomery Clift et d'Elizabeth Taylor sur l'arrière de sa tête, débarque à Los angeles durant l'été 1969, des rêves de cinéma plein les yeux, s'attendant à vivre dans l'univers d'Hollywood. Mais c'est la déception qui l'attend car « La Mecque » du cinéma américain n'est qu'un lieu rempli de courants d'air et aucun résident d'Hollywood n'est aussi fanatique de cinéma que lui. Pire encore les citoyens semblent tous obnubilés par la musique au lieu de s'intéresser au cinéma. Drogue, sexe & rock n' roll tel est le nouveau credo du coin. Fils d'un père autoritaire et porté sur la religion d'un Dieu qui tue ses fils c'est l'électrochoc pour Vikar (avec un K). Comment ce ciné-autiste va-t-il pouvoir étancher sa soif de ciné dans ces lieux, arrivera-t-il à rencontrer des personnes aussi passionnées que lui. Pourra-t-il se faire une place au soleil ?
    Sorti en catimini en 2010 chez Actes Sud ce roman complètement loufoque, d'aventures hybrides et métaphoriques est un très bel hommage au cinéma des années 50,60 et 70. Délivrant des centaines d'anecdotes et de belles analyses de ce que le cinéma a pu faire de mieux. Car à travers l'histoire de Vikar nous découvrons l'envers du décor et comment a pu se construire certains films. Mais vu qu'il y a du génie dans ce roman ce n'est pas que ça et même tout le contraire, car vous découvrirez en même temps une puissante satire sur l'Hollywood fantasmé et son envers beaucoup moins pimpant. Et c'est encore une fois à travers l'évolution de Vikar, à travers sa vision simpliste que le lecteur évolue et assiste à cette magie « foireuse ».
    Steve Erickson avec Zeroville (d'ailleurs le titre est un hommage à Alphaville de Godard) mérite d'être plus mis en avant. On parle souvent de très grosse claque littéraire avec « Karoo » de Steve Tesich, « L'Effacement » de Percival Everett ou même « La seconde vie de Preminger » de Stanley Elkin, mais quand nous ouvrons la première page de Zeroville et qu'on se retrouve aspiré dans ce fiévreux conte moderne nous avons vite fait de penser qu'on a encore rien vu.
    Absolument un gros coup de cœur !


    Lien : http://www.undernierlivre.net
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par orno, le 13 février 2013

    orno
    jerome ike alias vikar est le héros de ce roman.Sa particularité est qu il vit dans son monde, un monde etrange, evanesent,torturé ou le cinema prend une place trés importante, même vital dans son parcours de vie.
    C est un cine autiste terme employé par le narrateur pour définir les caractéristiques particulières de son personnage principal.
    Amoureux du cinema holywoodien des années 30 à fin des années 60, surtout un film en particulier "une place au soleil" interpreté par ses deux acteurs preferés elizabeth taylor et montgomery cliff, il s est fait d ailleurs tatoué leur portrait sur le crâne.
    c' est avant tout un autodictate qui a une culture cinematographique assez impressionante qui va lui permettre de s introduire dans ce milieu.
    Il va s appercevoir que le cinema n est plus de nos jours ce qu il croyait,il va aller de aller d'incomprehensions et de mesaventure qui vont le mettre au ban de ce milieu malgré son immense talent de monteur.
    ericson l auteur de cette oeuvre, celebre critique de cinéma aux etats unis decrit la mort du cinéma qu il aime et qui est dirigé pars des personnes qui n ont pas une culture etendu pour cet art et se sert de cela pour le business.
    finalement je suis assez decu de ce roman car on s attache reellement a vikar, mais j ai ressenti aussi une difficulte de comprehension sur des parties du livre ou il faut être expert du cinema des annees 50 car il y a beaucoup d allusion a cela, ce qui m a empecher d apprecier pleinement le parcours du ine autiste.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Charybde2, le 03 juillet 2014

    Charybde2
    En forme de mystérieuse quête des origines, un hommage radical au cinéma hollywoodien.
    Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/07/03/note-de-lecture-zeroville-steve-erickson/

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Racines, le 07 avril 2013

    Racines
    (...)
    C'est dans ces passages cinéphiliques qu'Erickson touche quelque chose de très beau. Sa vision du cinéma, comme Art absolu, ayant toujours existé, comme monde en soi, parallèle au monde réel, est vraiment magnifique. On sent que le gars est un obsessionnel, qu'il tire du cinéma sa force, sa vie. Au milieu du livre, Erickson change de forme, change de rythme : les chapitres se mettent à défiler en sens inverse, Vikar s'enfonce de plus en plus loin dans son obsession, dans le Son (la musique qui fait mal aux oreilles) et le roman devient complètement addictif. Certaines phrases sonnent justes et mettent des mots magnifiques sur l'amour du cinéma “Aucun film digne d'être adoré ou détesté ne procure du confort”. En accélerant le rythme, et en bousculant sa forme, Erickson commet des maladresses en tirant son livre vers une sorte de “paranormal”. Dans le fond, c'est assez maladroit, mais la construction est tellement serrée, intelligente, qu'on ne peut s'empêcher d'adhérer.
    Livre inconfortable, discutable, bancal et finalement passionnant, Zéroville donne une furieuse envie de cinéma et de littérature. Un grand pied.
    Lire la critique complète sur mon site :

    Lien : http://chroniques.annev-blog.fr/2010/07/chronique-livre-zeroville/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Charybde2, le 03 juillet 2014

    Le cambrioleur trépigne de rire, content de lui. "Franchement, Lauren Bacall dans Le port de l’angoisse reprend mot pour mot certaines des répliques de Jean Arthur dans Seuls les anges ont des ailes. Mais, en attendant, La poursuite infernale, c’est presque un western-polar avec l’ambiance glauque et tout le merdier, le premier film de Ford après la guerre et les camps de concentration, et peut-être qu’il n’était plus dans son trip habituel sentimentalo-joyeux d’Irlandais bourré. Regarde-moi un peu Henry Fonda en Wyatt Earp, ou Victor Mature en Doc Holliday, ou encore Walter Brennan en Pa Clanton ! Je ne te parle pas du Grandpa McCoy de la télé, je te parle de La poursuite infernale, où Walter Brennan est un enfoiré de tueur absolument dément, tu m’entends ? "Quand tu dégaines, c’est pour tuer un homme !" Putain ! Dans La poursuite infernale, tu retrouves toute la puissance mythique inhérente au western, mais en des termes que les Blancs de l’après-guerre pouvaient comprendre, en partant du principe qu’ils étaient tous plus malins et sophistiqués qu’avant-guerre. L’Ouest archétypal créé par Ford, avec ses codes de conduite que les gens respectaient ou bafouaient – et j’essaie juste de rendre justice à cet enfoiré en mettant de côté, autant que possible en tout cas, le fait qu’il ait joué un membre du Klan dans cette connerie fumeuse qu’est Naissance d’une nation -, enfin, quoi qu’il en soit, la vision de l’Ouest par Ford était tellement aboutie que Hawks, Budd Boetticher ou Anthony Mann n’ont pu que faire des ajouts, tu vois ce que je veux dire ? Mais évidemment le western a évolué avec la manière dont l’Amérique se voyait elle-même, d’une sorte de nation héroïque où tout le monde est libre jusqu’à ce lieu moralement dégénéré et corrompu qu’elle est véritablement, et maintenant imagine-toi que ce sont des Italiens à la noix qui font les seuls westerns encore dignes d’être regardés, parce que l’Amérique blanche est tout simplement trop paumée, elle ne sait plus s’il faut adhérer au mythe ou au non-mythe, et du coup dans un pays où les gens ont toujours cru qu’ils pouvaient échapper à leur passé, aujourd’hui on apprend que l’Amérique est le pays où c’est justement impossible, le seul endroit où, de même que le blabla finit par devenir impossible à distinguer du non-blabla, l’honneur finit par devenir impossible à distinguer de la trahison ou tout simplement, disons, du meurtre de sang-froid… Qu’est-ce que tu fais ?"
    Vikar le détache de la chaise. "Ne reviens plus me cambrioler", dit-il.
    Le cambrioleur paraît presque vexé, mais il se lève lentement de sa chaise, un peu péniblement, puis cambre le dos et se masse les poignets. "Ok, mec, répond-il calmement. Ca roule.
    – Désolé pour ta tête", dit Vikar.
    Le regard du cambrioleur est de nouveau attiré par le film. "Pas de problème. Les risques du métier. Au fait, il y a dans sa voix une vague supplique, je peux regarder jusqu’à la fin ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Charybde2, le 03 juillet 2014

    Là, au Philippe’s, un hippie fait un signe de tête vers le crâne de Vikar et lui dit : "J’adore, mec. Mon film préféré."
    Vikar acquiesce. "Je pense que c’est un très bon film.
    – J’adore la scène à la fin, mec. Dans le planétarium.
    Vikar se lève et, dans un même élan, brandit son plateau, fait valser le rosbif et son jus à travers le restaurant -
    – et abat le plateau sur le blasphémateur assis en face de lui. Il parvient à rattraper la serviette en papier, qui redescend lentement, comme un parachute, juste à temps pour s’essuyer la bouche.
    Oh mère ! pense-t-il. "Une place au soleil, George Stevens, dit-il à l’homme étendu par terre, pointant son propre crâne. Et PAS La fureur de vivre." Et il s’en va.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
15,38 € (neuf)
8,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Zéroville par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz