AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246539110
Éditeur : Grasset (2006)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Il est impossible d'entrer vraiment dans la philosophie si l'on ne prend pas le temps de comprendre en profondeur au moins un grand philosophe.
C'est dans cette perspective que je me suis efforcé d'offrir au lecteur une introduction aussi claire que possible aux trois ouvrages majeurs de Kant - ses trois Critiques. J'ai cherché à ouvrir quelques portes, à lever les principaux obstacles qui peuvent entraver d'entrée de jeu la compréhension [...]. Par-delà son ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
jcamille
jcamille06 avril 2010
  • Livres 4.00/5
Je n'ai lu que la première partie : critique de la raison pure.
J'ai eu envie de tenter la lecture de ce livre après avoir entendu "L'Oeuvre Philosophique de Kant" un cours audio de Luc ferry qui permet d'entrer encore plus facilement dans ce sujet pourtant ardu mais passionnant.
Table
Première partie: Introduction à la lecture des trois « Critiques »
I. CRITIQUE DE LA RAISON PURE
II. CRITIQUE DE LA RAISON PRATIQUE
III. CRITIQUE DE LA FACULTÉ DE JUGER
Deuxième partie: La question de la chose en soi. Essai d'interprétation générale du kantisme
I. LA QUESTION DE LA CHOSE EN SOI
II. LA LOGIQUE DES INTERPRÉTATIONS DU kantISME
III. LA SOLUTION CRITIQUE DE L'ANTINOMIE DE L'IDÉALISME ET DU RÉALISME
Troisième partie: Structure et prolongements du système kantien : l'architectonique et l'histoire
I. L'ARCHITECTONIQUE kantIENNE
II. LA POLITIQUE ENTRE DROIT ET HISTOIRE :LE CAS DE LA REVOLUTION FRANÇAISE
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
zanonizanoni03 juin 2016
J'ai déjà suggéré en quoi le sens et la portée de la première Critique étaient insaisissables si l'on ne mesurait d'abord l'ampleur de la révolution philosophique et scientifique que représente le passage de l'univers de la cosmologie ancienne à celui de la physique moderne, la rupture abyssale qui sépare le "monde clos" de "l'univers infini". Car c'est après cette rupture que pense Kant. (...)
En moins d'un siècle et demi (...) - une révolution scientifique sans précedent dans l'histoire de l'humanité s'est accomplie. Une ère nouvelle est née, dont Kant est sans doute le premier philosophe à prendre pleinement conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zanonizanoni14 juin 2016
Dans un concept, nous l'avons vu, la totalisation et la continuité sont obtenus par addition des parties. A l'inverse, pour l'espace et le temps, c'est la totalité et la continuité qui précèdent les parties, puisque, pour reprendre le vocabulaire de Husserl, les parties de l'espace sont pensées sur l'horizon d'une totalité insaisissable, et comme des limitations postérieures à cette totalité.
Commenter  J’apprécie          40
zanonizanoni03 juin 2016
Ce sont, avec Kant, deux grandes conceptions des limites inhérentes à la connaissance humaine qui vont commencer de s'opposer. Ces deux visions de la réalité humaine engagent aussi bien la question métaphysique des rapports de l'homme et Dieu (entre le relatif et l'Absolu, le fini et l'infini), que celle, épistémologique, du statut de l'ignorance et de l'erreur qui caractérisent toujours plus ou moins le savoir humain.
Pour aller à l'essentiel, on pourrait dire que, du point de vue des cartésiens qui domine assez largement la philosophie du XVIIe siècle, les limitations qui affectent la connaissance humaine sont pensées par rapport à une référence absolue : l'idée d'une omniscience dont la divinité est censée être le dépositaire. c'est par rapport à cette omniscience supposée de Dieu que le savoir humain est dit limité. La finitude humaine est ainsi pensée sur fond d'absolu, et l'existence de Dieu, son infinité et son omniscience, ne font pour ainsi dire aucun doute. Chez Descartes, comme chez Leibniz et Spinoza, qui constitue depuis déjà plusieurs siècles le fondement d'une des preuves les plus célèbres de l'existence de Dieu : l'argument ontologique (...)
On sait qu'en substance cette (prétendue) démonstration consiste à dire que nous concevons nécessairement Dieu comme un être qui possède toutes les qualités, tous les attributs. Or l'existence étant une qualité éminente, il serait pour ainsi dire contradictoire que Dieu n'existe pas; Kant sera le premier philosophe moderne à présenter une déconstruction radicale de cette fameuse "preuve" -déconstruction qui consistera notamment à montrer que, quand bien même nous aurions nécessairement l'idée que Dieu existe, cette idée n'en resterait pas moins une idée et ne prouverait encore rien quant à son existence réelle. L'idée d'une existence nécessaire n'est, en effet, pas encore cette existence elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zanonizanoni13 juin 2016
L'activité de l'entendement, c'est-à-dire, l'activité scientifique, a besoin pour progresser de se référer à l'idée de Dieu, alors même qu'on a admis le caractère non objectif de cette idée. C'est elle, en effet, qui suscite et dirige la connaissance scientifique en lui imposant l'exigence de chercher sans cesse davantage, non seulement à rendre le monde de plus en plus intelligible, mais aussi à s'organiser elle-même autant qu'il est possible en totalité de plus en plus cohérente et systématique. L'idée de Dieu a perdu, au terme de cette déconstruction du processus par lequel elle est engendrée, toute vérité. D'elle, il ne subsiste qu'un principe régulateur pour la recherche scientifique. Il y a donc bien un retrait du divin, ou, si l'on veut, une sécularisation de l'idée de Dieu au niveau de la théorie de la connaissance.
Le point est évidemment crucial, car il signifie notamment qu'à la fin du cosmologico-éthique, va s'ajouter celle du théologico-éthique, de sorte que l'entreprise de refondation de toutes les valeurs -vérité, justice, beauté- à laquelle Kant va s'attaquer devra se faire totalement hors des sentiers battus, à l'écart des deux matrices les plus puissantes des solutions traditionnelles. C'est désormais, le point de vue de l'homme qu'il va falloir privilégier, et non plus celui du cosmos ou de la divinité. Or ce point de vue fin, nous en connaissons désormais la marque : celle de la sensibilité d'un corps situé dans l'espace et dans le temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zanonizanoni13 juin 2016
(...) dans cette métaphysique cartésienne que dénonce Kant, le passage illusoire de la pensée à l'existence dont l'Idée renferme le projet n'a pas lieu à propos de n'importe quel concept -le concept de table, par exemple. Descartes, Leibniz et Spinoza savent bien, eux aussi, tout autant que vous et moi, que ce n'est pas en définissant, même avec une méticulosité infinie, un objet quelconque qu'on le fera exister en quoi que ce soit. L'opération que vise l'Idée ne vaut en vérité à leurs yeux que dans un cas unique, tout à fait exceptionnel, celui du concept de Dieu.
La connaissance par Idée, les cartésiens l'admettent, ne saurait être confondue avec la connaissance humaine. Elle désigne un point de vue sur le monde qui n'est pas le nôtre, nous qui ne percevons le particulier que dans l'intuition empirique, mais qui serait celui de Dieu.
Plus généralement : la connaissance par Idée serait celle qu'aurait un Etre suprême dont l'entendement serait infini et qui, par suite, serait omniscient. Pour un tel être, en effet, le monde serait pleinement rationnel, parfaitement intelligible, et la connaissance du particulier pourrait procéder par concept, à partir du général -ce pourquoi Dieu, dans cette tradition métaphysique, est un être dénué de sensibilité, un être qui n'a point besoin de recourir à l'intuition pour accéder à l'existence et qui n'est pas non plus lui-même situé dans l'espace et dans le temps (il est éternel).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Luc Ferry (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Luc Ferry
Forum France Culture : L'année 2013 vue par ...la philosophie
Dans la catégorie : KantismeVoir plus
>Les divers systèmes philosophiques>Criticisme>Kantisme (6)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre