Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique



> Bernard Masson (Préfacier, etc.)
> Jean Bruneau (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070402797
Éditeur : Gallimard (1998)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.43/5 (sur 49 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
On s'est souvent demandé si la correspondance de Flaubert n'était pas son chef-d'oeuvre. La réponse est dans ce volume. On y trouvera les amours, les œuvres rêvées, les jugements sur l'époque contemporaine, les lectures aussi. Tout cela contribue à peindre le portrait d... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (26)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ivredelivres, le 18 mai 2011

    George Sand à Flaubert
    L'art n'est pas seulement de la peinture. La vraie peinture est, d'ailleurs, pleine de l'âme qui pousse la brosse. L'art n'est pas seulement de la critique et de la satire. Critique et satire ne peignent qu'une face du vrai. Je veux voir l'homme tel qu'il est. Il n'est pas bon ou mauvais. Il est bon et mauvais. Mais il est quelque chose encore, la nuance, la nuance qui est pour moi le but de l'art. Etant bon et mauvais, il a une force intérieure qui le conduit à être très mauvais et peu bon, ou très bon et peu mauvais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 11 novembre 2009

    Mon sacré nom de Dieu de roman me donne des sueurs froides…. J’ai relu tout cela avant-hier, et j’ai été effrayé du peu que ça est et du temps que ça m’a coûté (je ne compte pas le mal). Chaque paragraphe est bon en soi, et il y a des pages, j’en suis sûr, parfaites. Mais précisément à cause de cela, ça ne marche pas. C’est une série de paragraphes tournés, arrêtés, et qui ne dévalent pas les uns sur les autres. Il va falloir les dévisser, lâcher les joints, comme on fait aux mâts de navire quand on veut que les voiles prennent plus de vent
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par ivredelivres, le 18 mai 2011

    Flaubert à George Sand

    Non, chère maître, vous n’êtes pas près de votre fin. Tant pis pour vous, peut-être. Mais vous vivrez vieille et très vieille, comme vivent les géants, puisque vous êtes de cette race-là ; seulement, il faut se reposer. Une chose m’étonne, c’est que vous ne soyez pas morte vingt fois, ayant tant pensé, tant écrit, et tant souffert. Allez donc un peu, comme vous en aviez tant envie, au bord de la Méditerranée. L’azur détend et retrempe. Il y a des pays de jouvence, comme la baie de Naples. En de certains moments, ils rendent peut-être plus triste ? Je n’en sais rien.
    La vie n’est pas facile ! Quelle affaire compliquée et dispendieuse !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par ivredelivres, le 18 mai 2011

    Flaubert à George Sand
    Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols, et j’ai entendu de jolis mots à la prud’homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre.
    C’est la haine que l’on porte au bédouin, à l’hérétique, au philosophe, au solitaire, au poète, et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Il est vrai que beaucoup de choses m’exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton.


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par gaillard1, le 27 septembre 2010

    Il faut mettre son coeur dans l'art, son esprit dans le commun du monde, son corps où il se trouve bien, sa bourse dans sa poche, son espoir nulle part.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
10,00 € (neuf)
8,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Correspondance par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (118)

> voir plus

Quiz

    L'Éducation Sentimentale

    Fumichon, concernant la propriété, évoque les arguments d'un homme politique dont Flaubert parle en ces terme dans une lettre à George Sand: "Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois! Non! Rien ne peut donner l'idée du vomissement que m'inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la Bourgeoisie!". De qui s'agit-il?

    •   Benjamin Constant
    •   Adolphe Thiers
    •   Proudhon
    •   Frédéric Bastiat
    •   Turgot

    8 questions - 81 lecteurs ont répondu
    Thème : L'Education sentimentale de Gustave Flaubert

    Créer un quiz sur ce livre.