Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 208129527X
Éditeur : Flammarion (2014)


Note moyenne : 3.71/5 (sur 3549 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Emma Rouault, bercée depuis toujours par ses lectures romantiques, rêve de grandeur, d’émotion, d’amours passionnées. Elle épouse Charles Bovary, un homme honnête, veuf depuis peu, mais se trouve rapidement désillusionnée par un quotidien triste et monotone. Opprimée dans cette vie trop étroite pour elle, elle la fuit de toutes ses forces et s’éloigne peu à peu d’un mari qui la dégoûte. Elle tombe sous le charme d’autres hommes et se laisse porter par ces relations adultères. Des relations indéniablement vouées à l’échec, qui ne lui apportent que l’illusion du bonheur et la font tomber chaque fois un peu plus bas. La dépression s’immisce dans la vie d’Emma. En même temps que ses dettes augmentent, sa vie rêvée s’éloigne. Emma Bovary, l’éternelle insatisfaite, ne saura que s’approcher malgré elle d’une fin spectaculaire et d’un destin romanesque.

4e de couverture Livre De Poche 1985:
"Il y a peu de femmes que, de tête au moins, je n'aie déshabillées jusqu'au talon. J'ai travaillé la chair en artiste et je la connais. Quant à l'amour, ç'a été le grand sujet de réflexion de toute ma vie. Ce que je n'ai pas donné à l'art pur, au métier en soi, a été là et le coeur que j'étudiais c'était le mien. Flaubert défend ainsi son oeuvre dans une lettre à sa maîtresse, Louise Collet. L'amour si quotidien de Charles Bovary, les passions tumultueuses de sa femme Emma étaient décrites avec tant de réalisme que l'auteur et l'imprimeur furent traînés en justice pour offense publique à la morale et à la religion. On les acquitta. Flaubert n'avait peint que la réalité, les moisissures de l'âme. Une femme, mal mariée, dans une petite ville normande, rêve d'amour et le trouve"
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (196)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ode, le 22 octobre 2012

    Ode
    Gustave Flaubert consacra plus de quatre ans à écrire "Madame Bovary" : voilà sans doute l'origine de la construction parfaite qui en fait, encore de nos jours, un des romans les plus lus et les plus étudiés. Quatre ans pendant lesquels Flaubert eut le temps de faire corps avec son personnage, au point de lancer le fameux : "Madame Bovary, c'est moi !", mais aussi de se préparer au scandale qu'allait déclencher sa publication en 1857.
    C'est en effet un sacré pavé que lance Flaubert dans la mare bien-pensante de l'époque ! Il montre qu'une femme peut avoir d'autres aspirations que ses devoirs d'épouse et de mère, ose décrire l'infidélité féminine et brise le tabou du suicide, en ce temps où la dépression portait le nom de mélancolie.
    Quel cynisme d'avoir intitulé son livre Madame Bovary et non Emma ! Il est vrai que Jane Austen avait déjà utilisé ce prénom pour son roman publié en 1815, et ce n'est certainement pas un hasard si l'héroïne de Flaubert se prénomme ainsi. Choisir "Madame Bovary" c'est rappeler combien la jeune Emma Rouault, nourrie de littérature sentimentale, est prise au piège de son terne mariage avec le médecin de campagne Charles Bovary. Son époux et sa vie sociale sont si différents des illusions forgées au fil de ses lectures que même la naissance de sa fille Berthe ne peut endiguer sa déception. Son ennui est rendu palpable par les longues descriptions que comporte le récit, comme un lent étirement du temps. D'exaltation en désespoir, mais toujours insatisfaite, sous les yeux d'un mari qui ne voit rien, Emma prend des amants - qui l'abandonneront - et s'étourdit de toilettes toujours plus onéreuses, au point de s'endetter de manière irrémédiable...
    A l'image d'Emma Bovary, mais aussi de l'écrivain ou de l'artiste en général, plus le rêve d'idéal est élevé, plus décevante est la confrontation avec les réalités de l'existence. Pour ceux qui ne savent pas s'en accommoder, la vie n'est que peine et frustration. Et il ne faut pas attendre de compassion de la société, comme l'illustre cette fable amorale où les méchants (le pharmacien qui vend le poison à Emma, le boutiquier qui l'a ruinée) ne sont pas inquiétés et où les innocents (comme la petite Berthe) voient leur vie brisée sans espoir de réparation.
    Du grand art !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 78         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 06 mai 2014

    LydiaB
    Lorsque la jeune Emma Rouault se marie à Charles Bovary, jeune veuf, médecin de son état, elle pense faire un mariage de rêve. Elle qui avait élevé au couvent, chez les Ursulines, elle aspire aux grands espaces, à la liberté, à la joie de vivre. Quelque chose aurait pourtant dû l'alerter : "Charles n'était point de complexion facétieuse, il n'avait pas brillé pendant la noce. Il répondit médiocrement aux pointes, calembours, mots à double entente, compliments et gaillardises que l'on se fit un devoir de lui décocher dès le potage."(P42) Et si les premiers jours de vie conjugale furent plutôt positifs, Charles se montrant aimant et attentif, elle déchanta vite. Son mari n'était pas un grand causeur, c'est le moins que l'on puisse dire... Il se contentait des petits bonheurs simples de la vie : une petite femme qu'il adorait, un bon repas, un coucher de soleil... Emma s'ennuie très vite. Elle n'est pas vraiment appréciée par ses beaux-parents qui le lui font bien sentir. Sa seule occupation est d'aller promener sa petite chienne. Elle se surprend donc à rêver, à songer à une autre vie, avec d'autres hommes... On connaît la suite...
    Ah, quel plaisir j'ai pris à relire ce roman pour la énième fois ! On peut imaginer aisément le scandale à cette époque ! Mettre ainsi sur le devant de la scène, une histoire d'adultère, voilà qui a dû en choquer plus d'un ! Pourtant, Flaubert n'a fait, finalement, que romancer quelque chose qui se passait je ne dirais pas couramment, mais presque et notamment dans certains milieux. Et si Emma avait été un homme, l'éclat aurait-il été aussi retentissant ?

    Pour les plus réfractaires, je signale l'excellente BD de D. Bardet et M. Janvier.

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9rature-du-xixe-si%C3%A8cl..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 71         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par peloignon, le 14 décembre 2012

    peloignon
    Madame Bovary, c'est le roman d'une âme sentimentale et romantique, qui cherchera « à savoir ce que l'on entendait au juste dans la vie par les mots de félicité, de passion et d'ivresse, qui lui avaient paru si beaux dans les livres. »(46) En faisant lire Paul et Virginie à la petite Emma, dans l'optique de la faire rêver à « ...la maisonnette de bambous, au nègre Domingo, au chien Fidèle, mais surtout à l'amitié douce de quelque bon petit frère, qui va chercher pour vous des fruits rouges dans des grands arbres plus hauts que des clochers, ou qui court pieds nus sur le sable, vous apportant un nid d'oiseau » (46), Flaubert ne pouvait trouver mieux pour la rendre parfaitement inepte au mariage bourgeois prosaïque que sera le sien. La pauvre petite fille en aura l'esprit tourné pour le reste de son existence dont nous verrons le petit fil brûler tout au long du roman, en écorchant tout ce qu'il touchera sur son passage.
    Ce personnage d'Emma Bovary n'est pas entièrement original puisqu'il trouve un précurseur direct dans celui de don quichotte, ce petit provincial à qui les romans de chevalerie ont tourné l'esprit à un tel point qu'il se croit réellement chevalier en mission dans un monde rempli de sortilèges et d'enchantements. Lui aussi a tellement lu avec passion qu'il a voulu vivre dans l'existence réelle des idéaux magnifiques présentés dans les romans.
    Par contre, en ce qui concerne la manière dont ces deux asociaux de cause littéraires sont présentés, on ne peut trouver deux romans plus différents que Madame Bovary et Don quichotte. Alors que Flaubert a un style dont le réalisme est d'un cynisme implacable, Cervantès présente plutôt les aventures de son héros sur le mode du tragi-comique où le comique prédomine largement.
    La réception de ces deux ouvrages monumentaux dans l'histoire de la littérature se fera aussi très différemment. Alors que le roman de Cervantès sera reçu dans l'enthousiasme, « le réalisme vulgaire et souvent choquant de la peinture des caractères » de Flaubert provoquera la controverse.
    Il s'agit évidemment d'un quiproquo un peu bête, puisque le but de Flaubert consistait à démontrer l'absurdité de la position d'Emma, mais le second degré n'est pas donné à tout le monde et l'on voulait tellement croire, à l'époque, en l'indéfectible pureté du féminin.
    En disant « Madame Bovary c'est moi! », Flaubert se montre extraordinairement ironique envers lui-même. En effet, tout au long de son œuvre, il a constamment, avec un acharnement indéfectible, dénoncé la bêtise, la médiocrité, la bourgeoisie, mais sans jamais montrer quoi que ce soit de mieux, en dehors de sa manière sublime d'exprimer ses dénonciations. Lui-même, à l'instar d'Emma, fut épris de tout son être d'un idéal indicible, hors de sa portée, et il n'a jamais rien su faire de mieux que d'exprimer rageusement son dégoût de tout ce qui ne correspondait pas à ses aspirations. Son combat, présenté avec un style d'un perfection, presque complètement absurde, puisqu'elle échappera à la grande majorité de son auditoire, comportera quelque chose d'une vanité absolue, risible, et sera poursuivi tout de même, sans espoir véritable, avec un cynisme envers lui-même frisant la volonté d'autodestruction. Oui, Madame Bovary c'était lui, Gustave Flaubert, dans toutes les grandeurs et les misères de son destin exceptionnellement tragi-comique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 51         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ThierryCABOT, le 31 décembre 2012

    ThierryCABOT
    Le Second-Empire hélas ! peut se targuer d'avoir jeté devant les tribunaux deux grands écrivains français : Flaubert avec "Madame Bovary" et Baudelaire avec "Les Fleurs du Mal".
    Le premier sera acquitté, le second subira injustement les foudres de la justice.
    Le recul du temps n'a jamais aussi bien mis en lumière l'étroitesse d'esprit dont on fait preuve les autorités de l'époque, lesquelles au nom d'une morale étouffante et sclérosée, ne se faisaient pas faute de stigmatiser les artistes.
    Un parfum de scandale donc suit la publication de "Madame Bovary" dont Flaubert se serait volontiers passé.
    Que dire sur ce roman qui n'ait déjà été dit ?
    D'abord présentons succinctement l'histoire. Une jeune femme insatisfaite et rêveuse s'ennuie en province aux côtés d'un mari falot et aimant. Après avoir réclamé en pure perte les secours de la religion, celle-ci par deux fois se réfugie dans l'adultère ( Rodolphe est cynique, Léon est pitoyable), ensuite Emma va faire des dépenses inconsidérées sous l'influence du patelin L'heureux puis, accablée de dettes, se donner la mort.
    Malgré une intrigue des plus minces, pourquoi cette oeuvre conserve-t-elle par-delà les années un si grand pouvoir de séduction ?
    En contemporain avisé et clairvoyant, Baudelaire en tout cas n'avait pas attendu que la postérité lui donnât son vrai visage pour en analyser finement le contenu :
    "Nous étendrons un style nerveux, pittoresque, subtil, exact sur un canevas banal. Nous enfermerons les sentiments les plus chauds et les plus bouillants dans l'aventure la plus triviale. Les paroles les plus solennelles, les plus décisives, s'échapperont des bouches les plus sottes.
    Quel est le terrain de sottise, le milieu le plus stupide, le plus productif en absurdités, le plus abondant en imbéciles intolérants ? La province. Quels y sont les acteurs les plus insupportables ? Les petites gens qui s'agitent dans de petites fonctions dont l'exercice fausse leurs idées. Quelle est la donnée la plus usée, la plus prostituée, l'orgue de Babarie le plus éreinté ? L'adultère."
    Chaque personnage, admirablement décrit, est une forme de condensé des bourgeois du dix-neuvième siècle. Qu'il s'agisse du boutiquier L'heureux ou du pharmacien Homais, leurs travers et leurs excès sont peints de manière incisive.
    Jouant un rôle essentiel à l'intérieur du roman, ce dernier incarne même avant la lettre le parfait esprit positiviste, chantre du progrès jusqu'à la caricature, contempteur du cléricalisme, imbu de sa personne et dur envers les faibles.
    C'est dans ce milieu qu'Emma, nourrie à satiété de romans de chevalerie et autres fredaines, rêve à l'amour mais ne le trouve pas, s'entiche de deux amants fats et pusillanimes, et s'étourdit par des achats qui la conduiront à sa perte.
    Sa fille Berthe qu'elle trouve laide, lui arrache peu d'élans maternels. Charles, son époux, homme bon et médiocre, ne suscite en elle qu'indifférence, irritation ou mépris. Emma apparaît en somme comme une héroïne du désenchantement face à la platitude et à la monotonie provinciales. Ses aspirations se brisent toutes contre les murs du convenu, de l'étriqué, du banal. Elle finira par en mourir.
    Parlons enfin du style de Flaubert. A l'épreuve du "gueuloir", chaque page dite à voix haute est le fruit d'un labeur surhumain. Pendant cinquante-six mois environ, avec des hésitations, des repentirs, des moments d'exaltation et des jours entiers de déprime, Flaubert cherche la formule juste, le trait saillant, le tour de langue heureux. Comme l'atteste sa correspondance, il souffre mille morts, promet qu'on ne l'y reprendra plus et, la semaine suivante, reprend confiance en lui.
    Au bout de ce véritable chemin de croix, de ce travail de Titan, l'oeuvre enfin voit le jour : belle, fluide, lumineuse.
    Superbement cadencée, forte, précise, vigoureuse, ample et aiguë, la phrase flaubertienne fait merveille. Les transitions sont menées de main de maître. Le moindre verbe, le moindre adjectif semble à sa place.
    Rarement la langue française n'a atteint un tel degré de plénitude, de perfection.
    Après avoir noirci des milliers de feuilles, raturé quantité de paragraphes, biffé un nombre vertigineux de mots, Flaubert impose son génie.
    Nous n'en sommes toujours pas revenus.

    Lien : http://www.p-o-s-i-e.over-blog.net
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 44         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par isajulia, le 09 avril 2013

    isajulia
    Attention, avant toute chose, je n'ai nullement l'intention de casser Monsieur Flaubert.
    Emma Bovary, je la déteste, et ce depuis de nombreuses années. J'ai cru que ma première impression était due à la fougue de mon adolescence mais une relecture de cette oeuvre l'année dernière a renforcé la haine viscérale que je voue à cette héroine.
    Emma l'insatisfaite, qui sait mieux que son mari, qui s'embourbe dans des histoires d'amour abracadabrantes pour essayer de connaître un semblant de frisson...Non mais quelle sale bonne femme! Ce cher Charles Bovary est peut-être un peu benêt mais sa femme est indubitablement la pire des deux. Elle reporte inconsciemment sur ce pauvre diable toute la frustration qu'elle ressent vis à vis d'elle-même et là c'est le bouquet !
    Charles, je l'ai plaint et ce tout au long de ma lecture et je me suis délectée quand son poison de femme s'est faite avoir par les deux amants qu'elle a pris. Emma se regarde le nombril, il n'y a qu'elle et uniquement elle, sans se soucier le moins du monde de ce que peut engendrer une telle conduite...Après tout elle a semé le vent, elle a récolté la tempête et c'est bien fait...
    En ce qui concerne l'oeuvre en elle-même, c'est un bijou, un colossal portrait de femme d'une finesse incomparable. Emma est détestable, mais c'est chapeau bas pour Gustave Flaubert qui a reconstitué un tel caractère avec tant de détails. A travers cette femme il a poussé au plus loin l'exploration de l'âme humaine.
    C'est un grand roman, malgré les trois étoiles de notation que j'ai mis il faut le lire, au moins une fois pour se faire une idée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 47         Page de la critique

> voir toutes (217)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par milado, le 22 octobre 2014

    Mais le dénigrement de ceux que nous aimons, toujours nous en détache quelque peu. Il ne faut pas toucher aux idoles : la dorure en reste aux mains.

    Commenter     J’apprécie          1 20         Page de la citation

  • Par Maxime12, le 17 octobre 2014

    Il fallait qu’elle pût retirer des choses une sorte de projet personnel, et elle rejetait comme inutile tout ce qui ne contribuait pas à la satisfaction immédiate de son cœur, étant de tempérament plus sentimental qu’artiste, cherchant des émotions et non des paysages

    Commenter     J’apprécie          1 26         Page de la citation

  • Par LydiaB, le 06 mai 2014

    — D’ailleurs, ajouta-t-il, quand on habite la campagne…
    — Tout est peine perdue, dit Emma.
    — C’est vrai ! répliqua Rodolphe. Songer que pas un seul de ces braves gens n’est capable de comprendre même la tournure d’un habit !

    Alors ils parlèrent de la médiocrité provinciale, des existences qu’elle étouffait, des illusions qui s’y perdaient.

    — Aussi, disait Rodolphe, je m’enfonce dans une tristesse…
    — Vous ! fit-elle avec étonnement. Mais je vous croyais très gai ?
    — Ah ! oui, d’apparence, parce qu’au milieu du monde je sais mettre sur mon visage un masque railleur ; et cependant que de fois, à la vue d’un cimetière, au clair de lune, je me suis demandé si je ne ferais pas mieux d’aller rejoindre ceux qui sont à dormir…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 42         Page de la citation

  • Par Scriba, le 04 septembre 2009

    Ensuite le prêtre [...] trempa son pouce droit dans l'huile et commença les onctions : d'abord sur les yeux, qui avaient tant convoité toutes les somptuosités terrestres ; puis sur les narines, friandes de brises tièdes et de senteurs amoureuses ; puis sur la bouche, qui s'était ouverte pour le mensonge, qui avait gémi d'orgueil et crié dans la luxure ; puis sur les mains, qui se délectaient aux contacts suaves, et enfin sur la plante des pieds si rapides autrefois quand elle courait à l'assouvissance de ses désirs, et qui maintenant ne marcheraient plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 53         Page de la citation

  • Par peloignon, le 12 décembre 2012

    Tout ce qui l'entourait immédiatement, campagne ennuyeuse, petits bourgeois imbéciles, médiocrité de l'existence, lui semblait une exception dans le monde, un hasard particulier où elle se trouvait prise, tandis qu'au delà s'étendait à perte de vue l'immense pays des félicités et des passions. Elle confondait, dans son désir, les sensualités du luxe avec les joies du coeur, l'élégance des habitudes et les délicatesses du sentiment.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 57         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,84 € (neuf)
0,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Madame Bovary par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (11717)

> voir plus

Quiz