Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> François Place (Illustrateur)

ISBN : 2070571815
Éditeur : Gallimard Jeunesse (2006)


Note moyenne : 4.22/5 (sur 657 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tobie et sa famille appartiennent au peuple de l'arbre qui réside dans un vénérable chêne, ruche de vie. Le jeune héros mesure quelques millimètres, ce qui lui rend la vie bien difficile. Le père de Tobie, grand savant, refuse de révéler sa dernière découverte scientifi... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (123)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par murielan, le 15 décembre 2013

    murielan
    Tobie Lolness ne mesure qu'un millimètre et demi mais a beaucoup de courage. Il est pourchassé par son peuple car son père, un savant, refuse de livrer un secret qui mettrait en péril la survie de leur univers, le grand chêne. Dans sa fuite, Tobie croisera heureusement quelques précieux alliés, dont la belle Elisha...
    Un roman d'aventures haletant qui nous plonge dans un monde miniature, à la manière d'Arthur et les Minimoys. Timothée de Fombelle parvient à créer un univers fantastique où se mêlent écologie, poésie, amitié et humour.
    Tobie Lolness est petit par la taille mais grand par son courage et sa ténacité : rien ne l'arrêtera dans sa fuite et les rencontres qu'il fera seront indéfectibles. C'est un héros positif, ouvert d'esprit et curieux de tout.
    J'ai aussi apprécié Elisha car elle n'a pas froid aux yeux. Elle tient tête aux hommes de Jo Mitch avec un réel aplomb et est prête à braver tous les dangers pour aider son ami.
    Une réussite !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par DawnG, le 25 avril 2015

    DawnG
    Une excellente lecture !
    Tobie fuit, fuit ceux de son espèce. Mais qu'a-t-il bien pu faire pour que tout l'arbre se mette à sa recherche ? Tobie se remémore alors l'exil de ses parents. Et on découvre alors le père et la mère de Tobie, leur rencontre, leur vie dans les cimes. Sam Lolness est un remarquable professeur. Il observe, détaille, recueille toutes les informations possible sur l'Arbre, son fonctionnement, ses habitants (mais pas les hommes !: les insectes, les oiseaux), sur ses bienfaits et sur ses dangers. Inventeur, botaniste, écologue, c'est un savant qui vit un peu dans son monde. Maïa Lolness est l'héritière d'une importante famille riche, elle est douce et à donner à Tobie le goût des mots. Elle semble fragile mais elle sait très bien tenir tête à son époux. Puis un jour, pour une raison que je vous laisse découvrir, ils vont déménager dans les Basses branches. Adieu la lumière, le soleil et le vent frais, les jolies maisons, les jardins, les livres; Bonjour les hivers rudes, les pieds humides, les voisins à plusieurs heures ou jours de marche, les dangers. L'aventure. Véritable aventure où Tobie va s'adapter à sa nouvelle vie très vite. J'ai adoré ses 3 personnages.
    Tobie est un garçon attachant, agile et curieux. Il est avide de savoir mais adore s'amuser aussi. Il est volontaire et extrêmement courageux. Il affronte les dangers et les situations en alliant réflexion et audace. C'est un garçon plein de ressources, intelligent, honnête et malin. On peut se retrouver en lui. Il va rencontrer dans sa vie plein de curieux personnages. Attachants comme lui. Elisha une jeune fille impulsive, têtue et volontaire et qui n'a pas la langue dans sa poche, quand elle s'en sert. Et qui ne se laisse pas faire. Entre elle et Tobie vont se tisser des liens étroits et profonds. Elisha et ses yeux magnifiques. Grâce à elle et à sa mère Isha, la vie dans les Basses branches sera un peu plus douce. Il y a aussi les Asseldor, une famille de musiciens, toujours prêt à vous accueillir et à faire la fête. Et encore d'autres personnages que je vous laisse découvrir, comme les Pelés, mystérieux, qui sont-ils ? ^^
    Et puis il y a les méchants. Enfin, deux catégories de méchants. Ceux qui sont plus ignorants que méchants comme Patate (personnage que j'affectionne autant qu'Elisha l'apprécie, je crois). Et il y a les méchants cruels comme Jo Mitch Arbor, qui sème terreur et angoisse autour de lui. Il serait responsable de l'exil des Lolness que ça ne m'étonnerait pas, si vous voyez ce que je veux dire ^^
    Timothée de Fombelle a écrit un roman jeunesse oui mais détaillé, rempli de personnages sympathiques ou antipathiques qui auront tous leur rôle à jouer dans l'aventure de Tobie. Tout s'emboite et se met en place à la perfection et puis l'auteur a su ménager le suspense, attendant le moment adéquat pour nous révéler certaines choses ou pour que nous en comprenions d'autres. Les flashbacks permettant de découvrir le passé et la situation actuelle de Tobie permettent de ne pas s'ennuyer une seconde ! Certains passages sont magnifiques comme celui de la grotte. Que de belles réflexions dans ce passage. Vraiment je le dis que ce livre est intelligent ! Ce passage illustre à merveille ce que je veux dire.
    Ce roman jeunesse est vraiment très bon. L'écriture est bien adaptée au public visé, un style simple mais pas simpliste et surtout pas infantilisant. Il y a des détails, du vocabulaire, de l'action, des sentiments, des émotions. Les adultes prendront également beaucoup de plaisir à le lire. Une écriture juste et intelligente. Les messages sont passés sans culpabiliser le lecteur et on retrouve des thèmes universels qui permettent aux petits comme aux grands de réfléchir ou de s'émerveiller : la connaissance, l'amour, l'amitié, la joie, la peine, la vie, la mort, le courage, le choix… et ce n'est qu'un échantillon. Mais même si on y trouve de tout, le récit est construit de telle façon que l'on se laisse porter, ce n'est pas du tout fouillis. L'histoire est remarquablement bien construite. L'auteur réussi à alterner aventure et découverte. Avec un jeu habile d'éclipses, de suspense à la fin des chapitres, les pages se tournent toutes seules. La lecture est merveilleusement belle et facile.
    Et puis, on peut faire des parallèles avec notre monde. le peuple de l'arbre vit d'abord en harmonie avec le chêne. Puis le pouvoir monte à la tête d'un petit nombre de personne et commence alors l'exploitation des ressources, pour accumuler de plus en plus de richesses et d'influence. Jusqu'à mettre en danger l'équilibre de tout ce monde. Sans compter, que les méchants, viles et calculateurs, attisent la haine de l'inconnu pour faire peur au plus grand nombre, pourtant ignorants de tout ce qui se passe vraiment et de qui sont ces inconnus. ça ne vous rappelle rien? Sacré parallèle quand même.
    Il y a en fond du récit de ce premier tome, une profondeur, une réflexion sur ce que l'on a (que l'on possède pas, mais dont on dispose) et ce que l'on en fait. Sur les choix. le progrès doit-il engendrer le pire ? Un fond écolo, environnemental qui n'est pas culpabilisant mais qui fait réfléchir. Et puis, ce n'est pas seulement ça, il a plus, bien plus dans ce roman. Cela tient aux valeurs, à la vie même. C'est magnifique. Tout cela m'a vraiment beaucoup plu et touchée.
    J'ai adoré cette vie dans l'arbre, ce peuple miniature, l'auteur qui nous explique de façon si simple, si fluide comment ce monde fonctionne. Petite, je suis sure que j'aurai jouer avec mes cousines à être Tobie Lolness et ses amis et à vivre dans un arbre. Avec sa source d'émerveillements et de dangers (moustiques et autres insectes… La vie n'est pas si simple quand on mesure moins de 2mm). Et puis, pour ne rien gâcher, il y a beaucoup d'humour dans ce tome, Tobie et Elisha sont impayables ^^ Complémentaires. Et il en faut de l'humour, parce que ce que va vivre Tobie n'est pas toujours facile, loin de là.
    Personnellement, je me suis jetée sur la suite très rapidement après la lecture, je n'avais pas envie de quitter l'Arbre, Tobie et sa grande aventure. On se retrouve donc bientôt pour mon avis sur la suite de cette histoire ^^

    Lien : https://lesdecouvertesdedawn.wordpress.com/2015/02/05/tobie-lolness-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mimienco, le 23 juin 2009

    mimienco
    Résumé: " Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, épuisé, les pieds en sang, Tobie fuit, traqué par les siens... Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Il appartient au peuple qui habite le grand chêne depuis la nuit des temps. Parce que son père a refusé de livrer le secret d'une invention révolutionnaire, sa famille a été exilée, emprisonnée condamnée à mort. Seul Tobie a pu s'échapper. Mais pour combien de temps?"
    Le tome 1 a été récompensé par de nombreux prix dont : Prix Saint Exupéry 2006, Prix Tam Tam 2006, Prix Sorcières 2007.

    Mon opinion: très bien! Après avoir lu Tobie Lolness, on ne voit plus les arbres de la même manière! Cette merveilleuse histoire nous plonge dans un monde à taille réduite où les insectes représentent de véritables dangers, où les intempéries rendent difficile la vie quotidienne... le lecteur entre dans un univers attachant, original, un microcosme qui souffre des problèmes propres à toute société. En effet, Tobie Lolness est avant tout une fable qui décrit les problèmes sociaux et environnementaux que l'Homme connaît. A travers l'histoire du peuple de l'Arbre, l'auteur interpelle son lecteur sur les actes commis par les hommes et leurs conséquences à la fois sur les individus et l'environnement qui l'entourent.
    Les aventures de Tobie commencent avec le refus de son père (Sim Lolness, scientifique de renom) de délivrer à Jo Mitch Arbor (éleveur de charançons dont le seul but est de s'enrichir à n'importe quel prix) le secret de Balaïna, à savoir la maîtrise de l'énergie thermo-dynamique, qui est à l'origine dans nos sociétés occidentales de la révolution industrielle. Ses parents condamnés, Tobie arrive à s'échapper. Débute alors une traque longue et douloureuse pour Tobie qui souhaite sauver ses parents! Pendant ses nombreuses péripéties, Tobie rencontre Elisha et en tombe amoureux. Les évènements les séparent et mais Tobie poursuit sa route en se jurant de retrouver Elisha.
    A travers ce périple, de nombreux thèmes sont abordés et des valeurs comme la solidarité, l'amitié, la tolérance, la protection de l'environnement ou encore le courage d'assumer ses convictions sont mises en exergue. Servi par une écriture fluide, des chapitres courts et bien construits, et des illustrations noirs et blancs très réussies signées François Place, ce roman nous plonge dans une histoire drôle, attachante, émouvante et remplie de rebondissements. le tome 1 plus centré sur le personnage de Tobie, son histoire, sa fuite, sa solitude laisse place à un tome 2 plus éclaté au niveau de la narration qui livre en parallèle les péripéties de plusieurs personnages (Tobie, ses parents, Elisha...)
    Timothée de Fombelle signe une fable écologique qui sensibilise le lecteur aux enjeux environnementaux de façon originale, et exalte des valeurs auxquelles le lecteur, petit ou grand d'ailleurs, peut adhérer, sans tomber dans un discours moralisateur. C'est là, toute la force de ce roman! A lire vraiment!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LunaZione, le 20 août 2013

    LunaZione
    Un copain de la petite soeur lui avait offert ce livre à sa sortie et, bien qu'il m'ait toujours tentée, ce n'est que 6 ans plus tard que je me suis lancée dans cette histoire. Parce qu'il fait parti des baby-challenges jeunesse et fantasy de Livraddict. Et j'ai adoré !
    Personnellement, je trouve que l'histoire Tobie Lolness à un petit côté à la Arthur et les Minimoys par la taille des personnages, la proximité avec la nature et la fuite des deux petits garçons. Je crois vraiment que si on apprécie Arthur, on appréciera également Tobie. D'autant plus que ces deux-là sont tous les deux très courageux, proche de leur famille et des amis loyaux... D'ailleurs la ressemblance entre les deux récits me coince un peu pour en parler !
    Je dois dire aussi que j'ai trouvé également un côté très Feydelins à l'histoire, notamment au niveau de l'élevage des animaux...
    Mais bon, toutes ces ressemblances que je mets en avant n'ont pas du tout dérangées ma lecture, au contraire ! Je dois dire que c'est plutôt maintenant, quelques jours après avoir refermé ce livre, que j'en prends conscience.
    Si Tobie m'a beaucoup plus, je dois dire que c'est également le cas d'Elisha. J'ai été très admirative du courage de la petite demoiselle dans les scènes de la prison. Et l'un des amis de Tobie (celui qui prend sa peau quelques heures) m'a vraiment impressionnée.
    Sans oublier que les parents de Tobie et ses amis Pelé m'ont beaucoup touchée.
    C'était la première fois que je découvrais l'écriture de Timothée de Fombelle et j'ai vraiment passé un très bon moment à le lire. Il a vraiment une écriture très agréable, simple mais tout en finesse, sans compter que j'ai beaucoup apprécié son humour.
    J'ai vraiment hâte de découvrir le deuxième tome.

    Lien : http://lunazione.over-blog.com/article-tobie-lolness-tome-1-la-vie-s..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 15         Page de la critique

  • Par fx131, le 22 septembre 2014

    fx131
    Un petit régal lu avec mon neveu . Un livre passionant , bien écrit , avec une histoire de qualité . La littérature enfantine à de trés beaux jours devant elle avec ce trés bon roman qui met en avant un bien joli discours écologique . Un ouvrage captivant pour un public qui découvre avec cette histoire le plaisir de la lecture de qualité . Hautement recommandable .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique


Critiques presse (3)


  • Lecturejeune , le 01 septembre 2008
    Lecture jeune, n°127 - Tobie Lolness, un millimètre et demi d’héroïsme, fait partie du peuple de l’arbre ; un grand chêne où chacun a sa place, dans les cimes ou les basses branches. Son père, Sim Lolness, et sa mère sont emprisonnés dans le cratère de Jo Mitch, un terrible personnage maladroit et dangereux, car Sim a refusé de livrer une de ses inventions. De ce fait, Tobie est pourchassé. Les gardes de Jo Mitch emprisonnent les Pelés, les habitants de l’herbe, pour les faire travailler dans le cratère de l’arbre. Mais le héros se bat au plus dur de l’hiver pour sauver les Pelés, retrouver sa bien-aimée et sauver l’arbre des mains de Jo Mitch qui le détruit petit à petit.

    Un roman passionnant, plein de rebondissements, qui parle aussi d’amour et d’amitié, des personnages attrayants et drôles, un peuple et une histoire rappelant les Minimoys de Luc Besson (Intervista, 2005). La vie de l’arbre fait penser à notre époque et le grand chêne serait notre planète où les habitants avaient une vie paisible jusqu’à ce que la pollution ne le dégrade et qu’il soit exploité et industrialisé par un personnage stupide, qui n’en fait qu’à sa tête sans penser aux conséquences de ses actes. Le nombre important de personnages rend le livre un peu compliqué, mais les illustrations sont sympathiques et aident à sa compréhension. Une histoire rafraîchissante qui rapproche de la nature. Nous conseillons ce livre à toute personne appréciant la nature et le fantastique.

    Anne-Sophie Allanic, Edouard Canal, Guillaume Cottin et Alexandre Wettstein Comité de lecture du collège Notre-Dame, Beauvais
  • Lecturejeune , le 01 septembre 2006
    Lecture jeune, n°119 - Tobie Lolness, treize ans, mesure un millimètre et demi : il fait partie du peuple du grand Chêne, habitant de l’Arbre. Toute la société s’organise en fonction de l’Arbre, qui se divise en plusieurs quartiers : les Cimes, les Rameaux, les Basses Branches… Mais le jour où le grand savant Sam Lolness, père de Tobie, refuse de dévoiler le secret d’une invention qu’il estime dangereuse pour la survie du Chêne, la vie de la famille bascule. Le Grand Conseil condamne les Lolness à l’exil dans les « Basses branches », puis à la prison à perpétuité. Tobie parvient à s’enfuir, mais il est traqué. C’est le début d’une course-poursuite et de nombreuses aventures… Ce roman riche et subtil brille par sa fantaisie. Le petit peuple de l’Arbre et toute l’organisation de cette société sont passionnants. A travers ce roman initiatique, ponctué par des illustrations de François Place, l’auteur condamne la dictature, honore les découvertes scientifiques et défend l’environnement. Les lecteurs apprécieront sans aucun doute Tobie, petit personnage vif et audacieux, capable de se sortir des situations les plus rocambolesques. Le tome 2, Les yeux d’Elisha, sortira l’année prochaine
  • Lecturejeune , le 01 septembre 2006
    Lecture jeune, n°119 - Grâce à une écriture précise, fouillée, Thimothée de Fombelle, auteur de théâtre dont c’est le premier roman, donne à voir un microcosme saisissant et fourmillant de détails. Découvrant toutes les strates de cet « arbre-monde » et les arcanes du pouvoir, l’attachant petit héros se confronte à des questions philosophiques. Il avance au rythme d’une narration extrêmement bien maîtrisée. La grâce et la poésie qui émanent de ce récit original toucheront les adolescents… mais pas seulement ! ? Gaëlle Glin

> voir toutes (55)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par 11livresalire, le 21 mai 2012

    Tobie mesurait un millimètre et demi, ce qui n'était pas grand pour son âge. seul le bout de ses pieds dépassait du trou d'écorce.
    Il ne bougeait pas. La nuit l'avait recouvert comme un seau d'eau.
    Tobie regardait le ciel percé d'étoiles. Pas de nuit plus noire ou plus éclatante que celle qui s'étalait par flaques entre les énormes feuilles rousses.
    Quand la lune n'est pas là, les étoiles dansent. Voilà ce qu'il se disait. Il se répétait aussi : " S'il ya un ciel au paradis, il est moins profond, moins émouvant, oui, moin émouvant..."
    Tobie se laissait apaiser par tout cela. Allongé, il avait la tête posée sur la mousse. Il sentait le froid des larmes sur ses cheveux, près des oreilles.
    Tobie était dans un trou d'écorce noire, une jambe abîmée, des coupures à chaque épaule et les cheveux trempée de sang. Il avait les mains bouillies par le feu des épines, et ne sentait plus le reste de son petit corps endormi de douleur et de fatigue.
    Sa vie s'était arrêtée quelques heurs plus tôt, et il se demandait ce qu'il faisait encore là. Il se rappelait qu'on lui disait toujours cela quand il fourrait son nez partout : "Encore là, Tobie ! " Et aujourd'hui, il se le répétait à lui-même, tout bas : " Encore là ? "
    Mais il était bien vivant, conscient de son malheur plus grand que le ciel.
    Il fixait ce ciel comme on tient la main de ses parents dans la foule, à la fête, il se disait : "Si je ferme les yeux, je meurs."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par zazimuth, le 12 septembre 2010

    On n'est jamais obligé de dire les choses importantes à ses amis, mais le jour où on le fait, la vie devient plus douce. (p.73)

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la citation

  • Par Vivli, le 17 février 2012

    " C'est la peur qui fait tomber. (...) Quand on vit dans la peur, on tombe à chaque pas. C'est la peur qui nous fait tomber. Maintenant qu'il se savait au-dessus d'un lac, il ne craignait plus de glisser: l'eau amortirait sa chute. Et comme il n'avait plus peur, il ne glissait plus" (p.38)

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Stellabloggeuse, le 12 septembre 2014

    A cent pieds sous lui, au milieu d'une énorme branhe cabossée, s'étendait un vaste lac. Un lac suspendu au milieu de l'arbre. Une merveille. Une branche avait dû s'arracher et laisser un grand trou dans l'écorce où luisait maintenant un lac d'eau claire Des taillis de haute mousse venaient jusque sur la rive et Tobie voyait même des plages d'écorce blanche, des criques délicieuses où il aurait pu planter sa tente. Le ruisseau qu'il avait suivi se jetait dans ce lac. Il formait une chute d'eau vertigineuse qui faisait mousser l'eau transparente du lac. Joli destin pour son jus de chaussette.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Vivli, le 17 février 2012

    " - Chaque cerveau à son sercret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.
    Il avait dit un jour où Tobie manquait d'énergie: " Il n'est pas dans son assiette."
    Et, comme tout ce que disait le professeur Lolness, l'expression avait été reprise dans le langage courant, sans que personne ne sache d'où elle venait." (p.46)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
11,50 € (neuf)
1,61 € (occasion)

   

Faire découvrir Tobie Lolness, Tome 1 : La vie suspendue par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1387)

> voir plus

Quiz