Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2812602031
Éditeur : Editions du Rouergue (2011)


Note moyenne : 3.95/5 (sur 98 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
C'est l'histoire véridique de Colton Harris-Moore, emprisonné aux États-Unis depuis l'été dernier. À huit ans, il est accusé à tort du vol d'un vélo et déclare la guerre à la police. Il s'enfuit du foyer où on l'a placé et vit seul dans la forêt. Après des glaces au cho... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (24)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sharon, le 17 février 2012

    Sharon
    Ce livre, écrit par une française, exprime à lui seul le paradoxe des Etats-Unis. Colton Harris Moore, à qui ce livre est dédié, n'est pas un de ces WHASP qui peuplent les feuilletons américains. Non, il fait partie des White Trash, ces américains blancs totalement laissé à l'écart du système et du rêve américain.
    Mère alcoolique, père drogué, Colton n'aurait pu rêver pire ascendance. Il est accusé injustement de vol à l'âge de huit ans, et ramené chez lui, menottes aux poignets. Oui, c'est possible, et non, cela ne choque même pas la société américaine. J'espère au moins que cette arrestation choque en France, bien que l'on souhaite "pénaliser" le plus tôt possible. Après cet événement traumatisant, Colton se révolte et déclare la guerre à la police. J'ai presque envie de vous rassurer, les services sociaux, après diverses plaintes, prendront les choses en main et le placeront en foyer, variante à peine déguisé de la prison. Il s'évade plusieurs fois - difficile de garder l'oiseau en cage - et commence son périple.
    Ce qui aurait pu être l'itinéraire d'un délinquant ordinaire devient la fantastique cavale d'un héros provoquant des temps modernes. Oui, je vous l'accorde, il a volé des voitures (de luxe),des bateaux et des avions. Accordez-moi cependant qu'il n'a jamais blessé ou tué personne. Il m'a fait penser aux héros de Véronique Ovaldé, qui vivent "Des vies d’oiseaux" et s'installent dans le nid des autres. Pour Colton, necessité fait loi, il n'a d'autres choix que de voler dans le garde-manger des autres, puisque sa mère boit les allocations au lieu de le nourrir.
    Bien sur, il fait penser à un siècle de distance à Hucleberry Finn, il fait aussi penser aux enfants perdus de Fagin - sauf qu'aucun Fagin ne viendra le prendre sous son aile. Pas de bonne conscience américaine mais encore l'idée que certaines personnes doivent rester en marge de la société, si nécessaire en les poussant un peu. Ecoutez les voix qu'Elise Fontenaille nous donne à entendre, celle de Colton, bien sûr, mais aussi celle de Mo, sa mère, celle d'Helen, amie d'enfance de Mo devenue policière, qui vit des fins de mois difficiles (mari chômeur, trois enfants) et celles des voisins et demandez-vous quelle autre issue avait Colton.
    Demandez vous aussi ce qu'il va devenir : il a été condamné à sept ans de prison.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par trust_me, le 01 avril 2011

    trust_me
    Vous vous souvenez de Colton Harris-Moore ? Cet adolescent américain a défrayé la chronique l'an dernier au moment de son arrestation. Surnommé le bandit aux pieds nus, il vivait de rapines dans les demeures cossues servant de maison de campagne aux riches habitants de Seattle. Pendant deux ans, il a nargué les forces de police, se cachant dans les bois, toujours en mouvement, insaisissable. Sa « carrière » a commencé lorsqu'il avait huit ans, le jour où il a cambriolé son école. Par la suite, ce furent des glaces, des pizzas, des consoles et des jeux vidéo chez les voisins. A dix ans, on le plaça en foyer. Il s'évada presqu'aussitôt pour passer à la vitesse supérieur : vol de voitures, de bateaux et, pour finir en beauté, les avions. Uniquement des Cessna, qu'il parvenait à faire décoller sans jamais avoir pris un cours de pilotage.
    Colton Harris-Moore le sauvageon, honni par la population locale, est devenu une star adulée par des ados du monde entier et ayant des dizaines de milliers de fans sur Facebook. On imprima même des Tee-shirt à son effigie ! Sa cavale éperdue prit fin le 11 juillet 2010 après une spectaculaire poursuite en bateau dans un port de l'île des Bahamas.
    Élise Fontenaille imagine les derniers jours de liberté du « héros ». Optant pour le mode choral, elle donne successivement la parole à la mère de Colton, à la policière censée l'avoir arrêté, à l'éducatrice qui l'a accueilli au foyer ou encore aux voisins qui se sont organisés en véritable milice pour traquer ce sale gosse venant piller leur congélateur. le gamin s'exprime lui aussi. Il raconte son enfance très perturbée dans la caravane familiale. Une mère alcoolique, un père qui a tenté de l'étrangler lorsqu'il était bébé. Il parle de ses nuits passées seul dans les bois. Cette fatigue engendrée par le fait de devoir toujours se tenir aux aguets. Et la certitude que tout cela allait prendre fin un jour, peut-être pour son plus grand soulagement.
    L'auteur prend parti et ne s'en cache pas. Son texte est un docu-fiction qui fait de Colton une victime, un héros : « Colton ressemble un peu à mon fils Rémi, qui, justement, pose en couverture du Garçon qui volait des avions. Bref, Colton m'a mis dans sa poche. Il avait toutes les forces de police des États-Unis à ses trousses, alors qu'il n'avait jamais agressé personne ! Personne ne l'avait jamais vu. Il ne volait que les riches (il entrait dans les belles maisons de vacances où l'on ne va jamais) et vivait dans les bois, seul, sans l'aide de quiconque, à quinze ans… ça aussi, ça m'épatait. Comme des milliers d'ados dans le monde entiers, et quelques adultes aussi, je suis devenue une fan de Colton sur Facebook, priant pour qu'il ne se fasse jamais prendre. le jour où on l'a attrapé et jeté en prison en juillet 2010, j'ai écrit le Garçon qui volait des avions en trois jours et trois nuits » (extrait du Making off du roman).
    Le parti pris peut être discutable mais l'auteur l'assume avec franchise et lucidité. Pour le coup, l'exercice est parfaitement maîtrisé et nul doute que ce tout petit roman fera vibrer les lecteurs, petits ou grands, qui ont gardé une âme de sauvageon.

    Lien : http://litterature-a-blog.blogspot.com/2011/04/le-garcon-qui-volait-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Callise, le 31 juillet 2014

    Callise
    Quand j'ai lu le titre de ce roman, j'étais un peu intriguée sur sa signification. La lecture du synopsis m'a aidé a y voir plus clair mais de nombreuses questions se bousculaient dans ma tête : est-ce que cette histoire est vraiment vraie ? A-t-il réellement volé un avion ? Comment a-t-il fait ? Comment j'ai pu passer à côté d'un tel scandale ?
    Je ne savais plus vraiment quoi penser. Je me suis donc plongée dans ce bouquin et son histoire sur le « bandit aux pieds nus ».
    Colton, un jeune homme de seize ans, a déclaré la guerre à la police à cause d'une accusation à tort d'un vol de vélo. Il est en cavale pendant plusieurs mois et a commis plusieurs vols (de voitures de luxes et d'avions notamment) et des effractions : il s'introduisait dans des maisons où les propriétaires étaient absents pour manger et dormir. C'est pendant l'inspection de ces maisons pour plaintes d'effractions des titulaires que les policiers ont relevés pour seules empreintes des traces de pieds nus sur le sol. Dont le surnom attribué à Colton Harris-Moore.
    J'ai vraiment été scotchée par cette histoire vraiment puissante qui défile à la vitesse de l'éclair mais où les mots utilisés par Élise Fontenaille ont su me toucher et me faire vivre peut être qu'un centième de ce qu'a pu ressentir Colton mais où j'étais submergée par le respect pour ses actions et la peur qu'il se fasse tuer ou emprisonner. On peut aussi comprendre ce que ses proches pensaient de tout ça à travers divers témoignages placés au milieu du récit.
    Encore un roman d'Élise Fontenaille que j'ai plus qu'adoré et qui m'a vraiment chamboulée.
    Un énorme coup de cœur !

    Lien : http://lescapadelivresque.blogspot.fr/2014/06/le-garcon-qui-volait-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par marinepx, le 20 novembre 2013

    marinepx
    Ce roman inspiré d'une histoire vraie est prenante et émouvante. Elise Fontenaille nous raconte l'épisode de la vie de Colton Harris Moore. Il fut un fugitif recherché par la police pour vol de voitures, de bateaux et même d'avions ! Sa tête fut mise à prix, sa popularité ne fit qu'augmenter. Il avait à cette période plus de 40 000 amis sur Facebook... Entre ses fans et ses détracteurs, Elise Fontenaille a pris parti. Elle nous livre là un magnifique roman qui tente de mieux comprendre la psychologie de ce jeune garçon. Elle nous permet de revivre avec lui son enfance, de comprendre quelles sont les relations qu'il tisse avec les membres de sa famille. Il n'est pas de ceux qui a eu une enfance calme et paisible... Sans jamais avoir fait de mal à qui que se soit cette forme de rébellion se révèle ici plus une forme de provocation et un appel à l'aide qu'un acte avéré de criminalité.
    Le parcours atypique du « voleur aux pieds nus » et la belle écriture d'Elise Fontenaille nous transporte. L'auteur nous présente ici le Huckleberry Finn des temps modernes !
    Personnellement je n'avais pas entendu parler de ce jeune garçon. le livre ne nous dit pas ce qu'il advient de Colton Harris Moore. Il fut condamné à 7 ans de prison, où il se consacre à étudier afin d'obtenir un diplôme en génie aéronautique...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Calligramme, le 21 octobre 2012

    Calligramme
    Colton Harris-Moore est un jeune délinquant américain né le 22 mars 1991. Arrêté le 6 juillet 2010 à Harbour Island après avoir fui aux Bahamas à bord d'un avion qu'il aurait volé, il est condamné le 16 décembre 2011 à une peine de sept ans d'emprisonnement. Dans ce pseudo témoignage, où la fiction l'emporte peu, Élise Fontenaille retrace son histoire. Une histoire qui pourrait en faire un héros…
    À 8 ans, Colton est accusé d'avoir volé un vélo. À tort : la police ne peut imaginer qu'une famille aussi pauvre (son père n'était plus là et sa mère travaillait dans un bar) puisse s'offrir un tel cadeau. Et ce, alors qu'il a enfin l'impression de ressembler aux garçons de son âge…
    Il déclare alors la guerre à la police et pénètre dans des maisons de vacances ou chez ses voisins pour voler… des glaces et des pizzas. Mais qui vole un œuf vole un bœuf : bientôt, ce sont des voitures de luxe et des bateaux qui sont dérobés. Jusqu'au jour où il réalise son rêve : voler dans les airs. Il « emprunte » un avion à 16 ans et flirte avec les nuages. Colton devient alors l'ennemi public numéro un et commence pour lui une longue cavale…
    « le bandit aux pieds nus », tel est son surnom. Colton aurait commis la plupart de ses crimes pieds nus, laissant ses empreintes un peu partout. Élise Fontenaille retrace ici son parcours. Un parcours aux multiples voix puisqu'il alterne les narrateurs afin de donner à son personnage des contours aux nuances variées. Ces différents regards permettent de dessiner sa personnalité. Une personnalité, avouons-le, très attachante mais surtout intrigante. Celle d'un garçon qui séchait l'école, vivait dans les bois, fuyait les foyers, cambriolait les congélateurs.
    Cette histoire, sous l'apparence d'un docufiction, ne manque pas non plus de poésie. Elle défile aussi vite que tombe une feuille morte. Une feuille morte que quelqu'un, indubitablement, écrasera. Mais comme le bruit de cette feuille piétinée que l'on garde tous en mémoire, il reste un écho du récit qui fait vibrer nos âmes et qu'on garde au fond de soi.
    En vivant en marge de la société, Colton recherchait finalement ce que nous cherchons tous : la liberté. Si quatre murs l'empêchent de voler pour les 7 ans à venir, il n'empêche qu'il reste tout là-haut un sourire dans les nuages, un peu comme une chaussure qu'on aurait attachée à un câble, un peu comme une étoile filante qui dit : « À bientôt… »

    Lien : http://www.livremot.be/elise-fontenaille-le-garcon-qui-volait-des-av..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par claireo, le 02 octobre 2012

    Ils organisent des rondes, des battues, ils creusent des fosses à ours un peu partout dans le forêt...Seulement l'ourson en question, c'est le fils de mon amie d'enfance, celle qui n'a pas eu de chance.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par claireo, le 02 octobre 2012

    Le môme m'a reconnu tout de suite ... Il a pointé son doigt vers moi, en tirant sur la manche de son grand-père : "C'est Colt, pépé, c'est Colt ! [...] Je te jure que c'est lui : le voleur aux pieds nus !"

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Powoui, le 24 janvier 2014

    Vingt-quatre mois, sept cents jours, autant de nuits.
    Je ne sais plus ce qui est le plus long, finalement : le jour ou la nuit ? Je vis caché dans l'ombre des grands arbres, même en plein jour ici il fait sombre, je m'assieds au milieu d'une clairière, dans une flaque de soleil, les aigles m'épient, je regarde les avions rayer le ciel, j'attends le jour où moi aussi je grifferai les nuages… Dans le silence de ma tête, je m'appelle Aigle Noir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Tomie, le 29 mars 2012

    Ceux qui pensent sans doute que si son père avait serré ses mains plus fort autour de son cou d'enfant, ceux qui pensent tout haut que si sa mère n'était pas venue le sauver, on en serait débarrassé, on n'aurait jamais connu le petit voleur aux pieds nus, et ça n'aurait pas été plus mal.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Powoui, le 24 janvier 2014

    J'ai réussi à voler un petit hydravion rouge dans les Rocheuses… J'ai plané tout l'après-midi, je me suis posé le soir sur un lac bleu vert, une couleur fantastique, à vous crever les yeux… J'avais bien préparé mon coup, j'ai amerri en douceur, je connais rien de meilleur que de se poser gentiment sur l'eau… Un grand-père et son petit-fils pêchaient la truite à la mouche, la tête qu'ils ont faite quand il m'ont vu débouler…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (7)

Videos de Elise Fontenaille

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Elise Fontenaille

Elise Fontenaille - Les trois soeurs et le dictateur .
Elise Fontenaille vous présente "Les trois soeurs et le dictateur". Parution le 8 janvier 2014 aux éditions Rouergue. Notes de Musique : "slow motion" by Earsmack - http://freemusicarchive.org/music/earsmack/fall_n_rise_n1/slow_motion








Sur Amazon
à partir de :
7,87 € (neuf)
5,40 € (occasion)

   

Faire découvrir Le garçon qui volait des avions par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz