Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070419894
Éditeur : Gallimard (2001)


Note moyenne : 4/5 (sur 21 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Sa femme lui a dit un soir : "Je n'ai plus de désir pour toi". Le lendemain elle partait avec leur petite fille de six ans, Marilou. Le choc, terrible, le projette quatre ans en arrière, lors de la disparition de sa mère. Passé et présent de télescopent.
... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 11 juillet 2011

    brigittelascombe
    Roman autobiographique de cet auteur, salué par moult récompenses, qui a reçu le prix Paul Léautaud en 1998.
    Infirmier psychiatrique de formation, René Frégni s'est ouvert aux mots lors d'un passage case prison, depuis, l'écriture ne l'a plus quitté et il vient de sortir La fiancée des corbeaux dont l'admirable prose m'a donné envie de mieux le connaitre.
    Elle danse dans le noir, est une ode à sa mère morte, une remontée dans les souvenirs douloureux du cancer qui la rongeait et le balayait en même temps, souvenirs émouvants car celle qui allait mourir pensait encore à lui apporter un goûter,
    Sa femme l'a quitté, sa mère est morte, il est seul. Et à force d'attendre une autre, improbable, il hurle sa douleur. "Danse de guerre" qui terrorise les voisins."
    Heureusement il y a les mots. "Les mots nous sauvent de tout. Ils remontent de si loin. Ils nous viennent de nos mères."
    Et le lien se recrée, perdure,revit,vit, transporte,guérit..
    On écrit sa souffrance,sa culpabilité.
    Heureusement il y a sa fille Marilou, tendre innocente.
    Hereusement il y a quelques rencontres qui réchauffent les sens et le coeur, comme la fille au cafard, un tatouage confiant le poids qui l'oppresse.Sensuelle danse indienne au creux de Paris où de passage,il s'égare,s'épanche, prend et se donne avant de retomber à sa lancinante douleur.
    Alors les mots déroulent leur tissu soyeux pour enrober la vie d'espoir.
    "A ma mère morte.A ma mère vivante."
    Une belle dédicace pour celle qui continue à vivre dans les nuages,le pollen,les quartiers d'ombre et de vent.. Et le livre s'enclenche!
    La mère est elle la seule, l'unique, la mieux aimée des fils?
    Voilà une question qui nous taraude après le mot fin de ce livre touchant!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par montjoie, le 17 juillet 2014

    montjoie
    ...ça saigne dans la sincérité ,la poésie mais pas le maniérisme que frôlait parfois le trop esthète Giono ,ça déballe tout avec une force brutale et douce à la fois ! J'aime que l'on n'attende pas les instants ultimes pour crier sa "condition humaine", et avoir le courage d'effacer sa pudeur en hurlant de toute son âme :" oui j'en ai crevé de souffrance de voir s'en aller ceux que j'aime, comme une bête tapie dans son terrier, j'en ai vomi, j'en ai crevé..."...Ces mots on les dits à ses derniers instants car on sent bien qu'ils résument tout et faute de temps on veut conclure avec enfin une once de sincérité...Dans cette espèce de sublimation d'une existence on a envie de dire enfin sans détours : "quel enfer celui des sentiments" !!...La est la grandeur de l'homme, dans l'inégalité du combat qui devrait susciter un minimum de solidarité entre "frères d'armes" que nous ne sommes lamentablement pas....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par sylvaine, le 10 juin 2011

    sylvaine
    roman autobiographique l'auteur nous parle de sa mère décédée
    de son enfance avec elle pleine de douceur et d'amour ,de sa fille
    Marilou qui l'a sauvé du désespoir après son divorce et la mort de sa mère.Avec des mots superbesl'auteur par petites touches nous fait partager ses émotions SUPERBE !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par koukich, le 25 août 2014

    koukich
    C'est une écriture ordinaire. le sujet est probablement autobio. C'est typiquement masculin. Un homme fragile, qui se rassure en prenant sa fille dans ses bras, qui souffre de voir partir sa vieille maman hospitalisée, et que quitte la maman de son enfant pour des raisons que l'on ignore.
    Comme tous les hommes, il agrémente sa narration d'une histoire de cul sans intérêt.
    Il fait savoir qu'il aimerait rencontrer une femme: "je rêve d'une femme.....elle aurait pour souligner le hâle de son corps un bracelet d'ivoire et de corail et un sourire triste".
    Mon Dieu! le pôvre!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par SD49, le 18 avril 2014

    SD49
    René Frégni, l'auteur, est quitté par la femme avec laquelle il vivait depuis vingt ans, ils ont une petite Marilou de six ans.
    Ce livre nous parle d'amour et de douleur. D'amour filial, d'amour paternel.
    Les chapitres alternent les moments qu'il passe avec sa fille après la séparation et les souvenirs sur la fin de vie de sa mère cinq ans auparavant.
    Quelle belle déclaration d'amour filial ! Certains passages de ce livre sont vraiment très émouvants. Les parties où il parle de sa maman sont celles que j'ai préférées.
    Ce livre est vraiment un très beau texte, René Frégni sait très bien faire passer une palette de sentiments différents.
    C'est amusant de lire un livre d'un auteur après l'avoir rencontré, j'avais l'impression de l'entendre parler.

    Lien : http://pages.de.lecture.de.sandrine.over-blog.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par 2605, le 07 octobre 2014

    Depuis que l'été s'est jeté sur la ville, je ne dors plus, mon cœur bat trop fort. Il écrase tout. En quatre ans j'ai perdu ma mère, puis mon père, la femme avec qui j'ai vécu vingt ans m'a dit un soir "Je n'ai plus de désir pour toi", le lendemain elle partait.
    C'est drôle, je me sens libre, plus libre que le vent qui descend des collines, plus libre que les pigeons qui choisissent leur clocher, libre de mourir ce soir. J'écoute sonner les heures, je n'ai même pas envie de mourir.
    Je pose mon stylo, referme mon cahier où je n'ai rien écrit, et je descends marcher dans la ville. Les femmes sont chaque jour plus émouvantes, légères, apaisées, radieuses. Elles me tordent les boyaux.
    Peut-être vivrai-je encore une histoire d'amour. Ai-je vécu un seul jour pour autre chose depuis que je suis né ? Je suis né au début d'un été aussi beau qu'aujourd'hui, sous un ciel de soie déchiré d'hirondelles. D'un seul regard ma mère m'a tout donné. Il y avait tellement de tendresse en elle, une telle concentration de douceur. L'été revient chaque année pour ma mère, pour nous. Nous sommes nés ensemble de son regard.
    L'été m'envahit d'amour et je marche jusqu'au soir dans les rues de la ville en prenant soin de pleurer dans les quartiers perdus où je ne croise que des chats et des vieux sur un banc qui regardent leur maison s'écrouler et le soleil qui meurt.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par 2605, le 07 octobre 2014

    Quelle vilaine expression, « atelier d’écriture », c’est scolaire et laborieux, ça sent le grimoire. Tout le contraire de ce que nous vivons. Notre complicité, nos fous rires de mauvais élèves. Comme eux j’ai grandi dans les rues de Marseille, sur des roches blanches, éclaboussé par la mer et le vent, mon cartable bourré de billes, de rêves et d’hameçons. Une équipe de révolte, voilà ce que nous sommes. Un groupe d’évasion. Nous parlons de la mer, des femmes d’une odeur de peinture et de sel sur un port où le soleil se lève. Un vent de pirate souffle sur nous. Les miradors veillent. Tout est possible.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par genou, le 27 avril 2013

    Les premiers mots d'abord. Le mot maman, le mot amour, le mot caresse. Tous les mots ne sont pas dans les dictionnaires. Les vrais mots sont dans le regard d'une maman, dans son sourire. C'est le sommeil retrouvé, la grande paix de la nuit, les téléphones inutiles, le vol lent et bleu des rêves.
    Ecrire c'est aimer sans la peur épuisante d'être abandonné. Seules les mères et l'écriture ne nous abandonnent jamais. Chaque cahier qui s'ouvre est un berceau calme et blanc. Chaque cahier fait de nous un enfant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 11 juillet 2011

    Seules les mères et l'écriture ne nous abadonnent jamais.Chaque cahier qui s'ouvre est un berceau calme et blanc.Chaque cahier fait de nous un enfant.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 11 juillet 2011

    Ca doit faire du bien de temps en temps d'étrangler quelqu'un, le premier venu,pour faire exploser son angoisse;quelque chose de plus cruel que la bête en nous. Jaune et noir comme le crime qui nous délivre des honnêtes gens.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de René Frégni

>Ajouter une vidéo
Vidéo de René Frégni

René Frégni - Sous la ville rouge .
A l'occasion du Festival de Manosque 2013, rencontre avec René Frégni autour de son ouvrage "Sous la ville rouge" aux éditions Gallimard. http://www.mollat.com/livres/fregni-rene-sous-ville-rouge-9782070141227.html Notes de Musique : 01 Pursuit of Happiness - Free Music Archive








Sur Amazon
à partir de :
2,60 € (neuf)
0,29 € (occasion)

   

Faire découvrir Elle danse dans le noir par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (47)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 117 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.