AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Safavi (Traducteur)
ISBN : 2258059704
Éditeur : Les Presses De La Cite (17/04/2003)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 202 notes)
Résumé :
Claire, exilée au Nouveau Monde, l’a lu dans ses livres d’histoire et Jamie, son époux, est bien placé pour savoir que ses prédictions se réalisent toujours. Mais ils ignorent que leur fin est proche. C’est en tout cas ce qu’a découvert leur fille, Brianna, en se documentant sur ses parents. Restée au XXe siècle, elle a lu dans une vieille gazette l’avis de décès d’un James Fraser et d’une Claire Beauchamp, brûlés dans l’explosion de leur maison le 29 janvier 1776. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
ElBaathory
04 mars 2016
Lorsque je me suis lancé dans ce nouveau tome je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre ce qui m'a fortement déstabilisé. Je venais de quitter nos héros sur une touche plus qu'apaisante ce qui n'est pas dans les habitudes de l'auteure.
Ce que j'ai particulièrement apprécié avec cet opus c'est que Diana prend tout son temps avant de plonger nos héros dans de nouvelles terreurs. Nous continuons ainsi à suivre l'évolution de Fraser's Ridge et celle de ses habitants. Petit à petit une vraie communauté, où j'ai pris plaisir à voguer avec eux, naît. J'ai adoré partager avec eux les mariages, les naissances et autres cérémonies typiquement écossaises remplies de coutumes. D'ailleurs Claire se dévoile être, dans ces moments là, une assez mauvaise maîtresse de maison ce qui m'a très peu surpris et surtout bien fait rigoler. Grâce à sa plume délicate j'ai eu l'impression de connaître encore davantage les personnages. Comme à son habitude l'auteure en délivre encore un peu plus sur le ressenti de chacun face à des situations aussi inhabituelles qu'anodines. En refusant de plonger directement au coeur du conflit historique qui se dresse progressivement devant nos écossais expatriés c'est, nous, lecteurs que Diana torture. Comme un chirurgien avant une intervention, l'auteure nous endort paisiblement pour ne pas avoir à trop souffrir de ce qui se passera par la suite. J'ai apprécié ce choix autant que je l'ai détesté. Tout au long de cette lecture je me suis demandé ce qu'il adviendrait de mes personnages favoris et leurs anciens compagnons de route. Une chose étonnante c'est que tous les personnages perdus en cours de route continuent de vivre à travers chaque tome à l'aide de souvenirs ou d'anecdotes les concernant. Jamais Diana n'oublie de les mentionner.
Une fois dans le nerf de la guerre d'Alamance (préquel de la guerre d'indépendance à venir) opposant le gouvernant et les rebelles, tout s'enchaîne si rapidement que j'ai encore une fois cru être moi même un soldat à la somme de Jamie Fraser. Combattre avec lui est vraiment terrible, l'auteure m'a plus d'une fois apeuré avec de telles horreurs et tellement attristé que j'ai eu plus d'une fois les larmes aux yeux.
De plus pendant cette partie et tout le long du roman le travail De Claire en tant que médecin et merveilleusement bien mis en avant ce qui m'a complètement conquis et hypnotisé. Étant moi-même du milieu médical j'adore vraiment m'imaginer exercer mon savoir dans une ère d'antan ou ni mon matériel ni mes méthodes n'existent encore. J'ai aimé la voir s'extasier devant un microscope ou créer une seringue. Tout porte à croire que c'est Claire qui a créé les bases de la médecine. D'ailleurs je me demande souvent comment sera notre monde dans quelques centaines d'années et rien que pour ça je vous jure que je réalise un voyage dans le temps à chaque fois que je tourne les pages. A croire que Diana vient elle-même du passé pour nous conter sa vie à travers le personnage De Claire.
Ici encore l'auteure traite un sujet historique avec beaucoup de maîtrise. Son travail de recherches est indéniablement mis en avant dans cet épisode et j'ai aimé en apprendre d'avantage sur ce qui a pu pousser des hommes à se livrer bataille pour quelques impôts et autres oppressions de la part de leur gouvernement. D'ailleurs je vote pour que cette saga entre dans les programmes scolaires. Adorant déjà cette matière j'aurais encore été plus conquis par l'Histoire avec de telles fictions réalisées à l'aide d'un fond de réalité.
D'autant plus que ce futur acte permet à Diana de parfaire encore plus ses personnages. Je pense surtout à Roger que nous avons quitté amoureux mais en quête d'identité et cherchant sa place au sein de cette grande famille. Il se révélera être ici un homme doté d'un énorme courage et du sens des responsabilités. Ses doutes et craintes feront de lui un énorme allié pour Jamie. A eux deux ils forment un nouveau duo plein d'étincelles. Sans rien dévoiler pour ne rien gâcher à votre lecture j'ai trouvé que Diana en faisait, avec ce tome, presque son héros en pied d'égalité avec Claire ou Jamie. C'est comme-ci l'auteure faisait passer le flambeau de ces derniers à leurs héritiers afin de ne pas faire mourir son oeuvre. Les épreuves que fera subir Diana à son petit cocon renforce de manières inconsidérée les liens déjà si puissants qui unissent chaque membre de cette robuste fratrie. le dicton ‘ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort' prend tout son sens avec ce tome et rend, de ce fait, les héros de l'auteure invincibles.
A l'aide de la dernière partie de ce roman, Diana parvient à tisser encore plus sa très grande toile et nous en dévoile encore plus sur cette mystérieuse faculté qu'ont certaines personnes à voyager à travers les siècles. le lot de révélations que livre l'auteure dans ces derniers chapitres attisent toujours autant ma curiosité sur ce qu'elle réserve à ses personnages. Pourtant une fois encore la saga pourrait se conclure sur cette touche paisible mais bien trop incertaine. Remplise de convictions, la bande de Jamie est prête à tout affronter du moment qu'ils restent soudés et liés par le passé, le présent ainsi que le futur.
La plume de Diana est comme à son habitude très aboutie, touchante et surtout addictive. Malgré la longueur de ce tome, et même si l'auteure prend son temps je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. J'ai dévoré ce récit et j'ai adoré lire et relire ses multiples et méticuleuses descriptions concernant un lieu, un personnage ou tout simplement un acte chirurgical que réalise Claire. Plus d'une fois j'ai cru sentir moi aussi les odeurs des pins et des épices ainsi que celle du sang et de la sueur bien souvent évoquées au cours de cet épisode. Je ne sais pas comment Diana réussit autant à me captiver dès les premières pages de ces romans et surtout comment elle sait appuyer là où il faut pour me faire ressentir tellement d'émotions allant de l'amour à la peine en seulement quelques lignes. Plus d'une fois au cour de cette lecture j'ai été blasé de devoir fermer mon livre pour réintégrer la réalité. Je devrais être habitué par ce sentiment puisque c'est déjà le cinquième tome que je lis mais je pense que même après une infinité de volumes je ne serais jamais rassasié de l'univers si vaste mais tellement attachant de Diana.
J'ai apprécié aussi l'effort que réalise l'auteure face aux langues utilisées dans son récit par nos héros pour donner un aspect encore plus authentique à sa fiction. J'imagine encore une fois les recherches qu'a du effectuer l'auteure pour nous chuchoter ses phrases gaéliques, indiennes ou tout simplement françaises.
Je ne sais plus comment conclure mes chroniques autrement que par dire que ce roman est toujours et encore un énorme coup de coeur. Je ne peux que vous recommander ce tome et cette saga. L'auteure laisse encore planer beaucoup de mystère et je suis impatient de continuer mon aventure mais j'appréhende aussi de me rapprocher de l'ultime guerre qui menace nos héros.
Lien : http://plumebleuee.com/2016/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EosMayonnaise
29 mai 2016
C'est le livre le plus court de la saga (jusqu'à maintenant) et pourtant c'est celui avec lequel j'ai le plus galéré.
La moitié du livre nous fait la description d'une seule et unique journée, qui semble ne jamais finir.
Et finalement, je crois que je suis en train de me lasser, ou simplement que j'ai besoin d'autre chose en ce moment. L'Ecosse est vraiment trop loin, mon intérêt se perd au fil des pages. Reste l'attachement à Jamie, Claire et Fergus (malheureusement passé à l'état de personnage plus que secondaire), parce que bizarrement je n'éprouve absolument rien pour le couple Brianna/Roger.
Je dois rendre le 6ème tome à la bibliothèque le 25 juin et je l'aurais lu d'ici là parce qu'on est tellement nombreuses à se battre pour la saga que si je loupe le coche, je ne l'aurais pas avant trois ou quatre mois, mais si ça continue dans ce sens, je ferai une pause pour lire autre chose avant d'y revenir plus tard... ou pas. Rendez-vous dans trois semaines...
Commenter  J’apprécie          130
issablaga
12 juillet 2014
Malgré le plaisir de retrouver nos héros (toujours très amoureux) et leur famille, je constate que Diana Gabaldon a été moins inspirée dans La Croix de feu, l'histoire s'essouffle, et l'auteure fait traîner en longueur. C'est le cas dans la plupart des sagas qui n'en finissent pas. J'espère que la suite nous proposera un scénario plus haletant à l'image des tomes précédents.
Commenter  J’apprécie          110
Cacoethes
06 juin 2016
Un début de tome qui a les points faibles et les points forts du précédent.
En effet, il est encore très descriptif : à titre d'exemple, la description de la première journée s'étale sur plus de 300 pages ! Car cela permet de renouer avec l'univers et les personnages, mais cela nous perd dès le début avec une multitude de personnages secondaires qui ne seront pas tous très utiles à l'action.
D'un autre côté, c'est très instructif : la saga devient véritablement historique, sans vraiment de fantastique et pas trop de romance, avec de nombreux détails de la vie quotidienne des colons américains du 18° siècle. J'aime beaucoup l'habitude de Diana Gabaldon de nous dépeindre des anecdotes triviales : comment font les femmes lorsqu'elles ont leurs règles (question qui m'a souvent turlupinée, quand je lisais des romans d'aventure où des femmes faisaient des voyages de plusieurs mois dans la nature…), comment s'occuper des bébés avec des moyens ancestraux (quitte à s'ôter des couches de vêtements pour renouveler les couches enfantines souillées…) et toujours des opérations ou des maladies qui sont des vrais régals d'explications sanglantes (mention spéciale au monsieur Beardsley et aux bons soins de son épouse !).
Concernant l'action, cette première partie de tome n'en est donc finalement pas très riche. Roger apprend comment vivre en homme « à la dure » de l'époque et à briller aux yeux de son beau-père, Claire suit Jaime partout en soignant tout le monde sur son passage (des officiers aux boucs), Brianna gère sa vie de maman en collectivité comme elle peut et Jaime est égal à lui-même : dur mais juste.
Toujours une grande hâte de me replonger dans la suite, même si aucun évènement se profile à l'horizon, à part les débuts de la Guerre d'Indépendance, dont on se demande comment nos quatre héros en seront affectés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cacoethes
06 juin 2016
Un début de tome qui a les points faibles et les points forts du précédent.
En effet, il est encore très descriptif : à titre d'exemple, la description de la première journée s'étale sur plus de 300 pages ! Car cela permet de renouer avec l'univers et les personnages, mais cela nous perd dès le début avec une multitude de personnages secondaires qui ne seront pas tous très utiles à l'action.
D'un autre côté, c'est très instructif : la saga devient véritablement historique, sans vraiment de fantastique et pas trop de romance, avec de nombreux détails de la vie quotidienne des colons américains du 18° siècle. J'aime beaucoup l'habitude de Diana Gabaldon de nous dépeindre des anecdotes triviales : comment font les femmes lorsqu'elles ont leurs règles (question qui m'a souvent turlupinée, quand je lisais des romans d'aventure où des femmes faisaient des voyages de plusieurs mois dans la nature…), comment s'occuper des bébés avec des moyens ancestraux (quitte à s'ôter des couches de vêtements pour renouveler les couches enfantines souillées…) et toujours des opérations ou des maladies qui sont des vrais régals d'explications sanglantes (mention spéciale au monsieur Beardsley et aux bons soins de son épouse !).
Concernant l'action, cette première partie de tome n'en est donc finalement pas très riche. Roger apprend comment vivre en homme « à la dure » de l'époque et à briller aux yeux de son beau-père, Claire suit Jaime partout en soignant tout le monde sur son passage (des officiers aux boucs), Brianna gère sa vie de maman en collectivité comme elle peut et Jaime est égal à lui-même : dur mais juste.
Toujours une grande hâte de me replonger dans la suite, même si aucun évènement se profile à l'horizon, à part les débuts de la Guerre d'Indépendance, dont on se demande comment nos quatre héros en seront affectés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
iarseneaiarsenea24 mai 2013
Il déposa un baiser sur mon front puis se dirigea vers la porte. Une fois sur le seuil, il se retourna.
- Ces... euh... spermatozoïdes...
- Oui ?
- On ne peut pas les sortir de là et leur donner une sépulture décente ou quelque chose comme ça ?
Je me cachai pour sourire derrière ma tasse de thé.
-Ne t'inquiète pas, je prendrai bien soin d'eux, lui promis-je. Ne l'ai-je pas toujours fait ?
Commenter  J’apprécie          90
iarseneaiarsenea11 mai 2013
Un Highlander était unguerrier, mais même le combattant le plus puissant restait un homme. La folie des hommes réunis avait régné sur les glens pendant un millier d'années. C'était une folie qui bouillonnait dans votre sang, nourrie par les cris de vos compagnons, par cette force collective qui vous donnait des ailes et vous faisait vous sentir immortel, car, si vous tombiez, votre esprit continuait, hurlant dans la bouche de ceux qui couraient à vos côtés. Ce n'était que plus tard, quand le sang s'était refroidi dans les membres inertes, que la lande résonnait des pleurs des femmes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
iarseneaiarsenea24 mai 2013
- Tout va bien Sassenach ?
-Juste une rhinite spasmodique, répondis-je en m'essuyant le nez avec mon mouchoir.
Il lança un regard circonspect vers la forêt.
- Où ça ? Ici ? Tu m'avais dit qu'ils vivaient en Afrique.
- Quoi... Ah, tu veux parler des rhinocéros ! Oui, c'est vrai. Je voulais simplement dire que mon nez coulait, mais que je ne suis pas grippée.
Commenter  J’apprécie          40
iarseneaiarsenea16 mai 2013
Le but de la guerre, c'est tuer. Si tu penses autrement, si tu cherches à intimider l'adversaire par des demi-mesures, mais, surtout, si tu penses d'abord à sauver ta peau, je peux t'assurer que tu ne survivras pas à ta première journée de combat.
Commenter  J’apprécie          60
iarseneaiarsenea24 mai 2013
... J'ai soigné beaucoup de soldats. Ils avaient tous peur. Ceux qui revenaient du front se souvenaient. Ceux qui n'y avaient pas encore été l'imaginaient. Mais c'était surtout les officiers qui ne pouvaient pas dormir la nuit.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
875 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .