AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707320900
Éditeur : Editions de Minuit (07/01/2010)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Braine vient de passer trois mois dans un hôpital militaire. Il a été gravement commotionné. Il peut de nouveau dire, lire et écrire son nom. Il va rentrer à la maison. Lily l'attend. Il est de retour. Il arrive. Souhaitons-leur de vivre enfin heureux.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
ROMANCERLAVIE
22 avril 2015
Autant j'ai hésité entre trois et quatre étoiles pour "un soir au club", autant mon choix a été clair en ce qui concerne mon appréciation de ce roman de Christian Gailly. La langue est hachée, bondissante, entrecoupée de ponctuations, vivante. Mais les thèmes sont les mêmes que dans "un soir au club". La musique bien sûr, le jazz qui emporte les vies, les existences bouleversées par l'irruption de l'inattendu sous les traits d'une femme bien sûr superbe, et l'épouse qui fonce vers un drame bien prévisible. Braine est un soldat de retour de la guerre du Vietnam, un homme commotionné, détruit, qui doit réapprendre à vivre. Comme Simon dans le précédent roman, il a aimé le jazz, l'a pratiqué à un niveau plutôt élevé, et se trouve être un homme plein de charme. Madame Braxton va surgir dans sa vie armée de sa beauté lumineuse et attendrissante parfois, de sa fortune et lui proposer de reconstituer l'orchestre au sein duquel il opérait autrefois. Toute la fine équipe aux contours un peu artificiels à mon goût va se lancer dans l'aventure. On soupçonne Madame Braxton d'avoir connu Braine dans le passé; c'est ce qui est répété. Si quelqu'un a compris ce que recouvrait de commun cet autrefois, merci de me le transmettre. Peut être un passage de Rose dans l'un des lieux où vibrait la musique de Braine. Un peu trop caricatural, un peu trop prévisible mais un certain plaisir de lecture où s'immerger dans un moment d'ennui...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dibou
22 mai 2010
Après plusieurs années d'absence dont 3 mois passés à l'hôpital militaire Braine rentre de la guerre. le 20 juillet d'une année chaude, Lily, sa femme vient le chercher sur le quai de la gare. Elle est accompagnée de Louis leur petit garçon âgé de 3 ans et de Lucie la chienne. Braine revient, Lily est heureuse, la famille est de nouveau réunie. Un beau portrait de famille, un bonheur retrouvé... Oui mais voilà, Braine revient le corps âbimé, le coeur brisé et l'esprit éteint. Il faut donc tout reconstruire, Lily avec une infinie patience et tendresse aide son mari à retrouver sa place parmi les vivants. Peu à peu Braine revient à la vie, il reprend son travail dans l'entreprise automobile de son beau père, il redevient un mari, un père... Et la vie recommence, les jours paisibles s'écoulent de nouveau. Puis bientôt cet équilibre fragile semble menacé : Braine fait la rencontre de Rose Braxton. Une belle et mystérieuse femme blonde, la nouvelle propriétaire de la boite de nuit du village. Elle propose à Braine de travailler pour elle, car avant la guerre Braine a été joueur de bugle dans un groupe de jazz. le jazz, souvenirs heureux… La renaissance de Braine est complète, il redevient aussi un musicien et reforme grâce à l'aide de Rose son groupe de jazzmen. L'ancien Braine est de retour, le jazz c'est toute sa vie, un échappatoire à la souffrance, un moyen de s'exprimer en toute liberté. Lily devrait s'en réjouir mais elle n'est pas dupe, Rose désire Braine et ce dernier emporté dans par le flow musical n'est pas insensible à la belle blonde…
Sur un air jazzy Christian Gailly signe là un roman fort en émotions, une mélodie courte et poignante. le ton est donné, il s'agit d'un roman sur le thème du retour à la vie, la renaissance entre un homme et une femme. Des phrases courtes telles des notes de musiques sur une partition, un changement de rythme tout au long du récit nous entraîne dans un tourbillon de sentiments. L'illusion du bonheur parfaitement retrouvé se craquelle, les dernières pages de ce roman sont très fortes, la symphonie s'achève sur ces quelques notes… Lily et Braine, est un vrai bonheur de lecture , un petit bijou à savourer, pourquoi pas à lire en écoutant un morceau de jazz.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Herve-Lionel
14 avril 2014
N°465 - Octobre 2010
Lily et BraineChristian Gailly. Éditions du Minuit;
Le quai d'une gare de campagne, en France, et comme toujours des gens qui arrivent, d'autres qui partent, d'autres encore qui attendent ou qui accompagnent...
Louis est venue avec sa mère, Lily et avec sa chienne Lucie pour attendre Braine, son père qui revient d'un séjour en hôpital militaire après une longue campagne. le lecteur supposera, mais bien plus tard, qu'il a été GI au Viet-Nam. Il a été gravement commotionné et après un coma prolongé ne reconnaît pas son fils. Seule la chienne lui fait fête... Les voies traversées, la gare quittée, on arrive en ville puis c'est le ciel, le soleil, la vitesse de la voiture qui le ramène chez lui et que conduit sa femme. le voyage se fait en silence simplement parce que Braine ne parle plus depuis qu'il a participé aux combats. Il est maigre et affaibli, mais qu'importe, il est vivant et son beau-père, important concessionnaire automobile, lui a réservé une place dans son garage et un bel avenir pour lui et sa famille mais Lily ne le lui a pas encore dit.
Puis les choses se précipitent. Braine rencontre par hasard Rose Braxton, une américaine jolie et énigmatique qui a racheté la boite de nuit de la ville et souhaite, parce qu'elle le connaît sans qu'on sache très bien comment, qu'il y reprenne son ancien métier de musicien. Lui ne se souvient pas d'elle, à cause de son coma sans doute? Pour cela elle reconstitue, avec l'aide d'Orlando, un individu un peu louche, l'ancienne formation de Jazz de Braine. Ce sont trois autres musiciens que la vie a séparés et qui finissent par se retrouver. Bizarrement son beau-père qui pourtant avait d'autres projets pour son gendre, soutient ce projet, allant même jusqu'à le financer.
Le lecteur est le témoin de l'ancien parcours de Braine autant que de sa nouvelle vie avec Lily, sa femme, qui est à nouveau enceinte. Cette dernière avait caché le bugle dont il jouait avant qu'il ne parte pour la guerre, mais on ne sait guère pourquoi. On sent aussi que Lily, pourtant amoureuse de son mari, sera mise à l'écart de cette nouvelle existence sans doute parce que celui-ci est un homme séduisant et que les femmes recherchent sa compagnie... On imagine aussi que c'est par son charme qu'il a su conquérir Lily mais on a du mal à imaginer qu'il a préféré la guerre à cette femme jolie et amoureuse, à cet enfant qui maintenant à trois ans et qu'il n'a peut-être pas vu naître, à cette vie établie et rangée!
L'histoire se déroule jusqu'à la fin, avec de petits rebondissements qui n'apportent rien de marquant à l'intrigue et se termine d'une manière étonnante et inattendue.
Cela part doucement au début, c'est même un peu mou, dans la forme comme dans le fond et j'ai eu du mal à me passionner pour cette histoire. Elle est racontée par un narrateur, ce qui lui confère une distance par rapport aux personnages. Il est un peu le témoin privilégie de ce parcours cahoteux de Braine, de son retour à la vie à travers le jazz... le style est haché, sans recherche, pas vraiment agréable à lire, avec parfois des digressions bizarres.
Tout est sans doute partie du cliché d'un marine américain prostré après une attaque, se tenant au canon de son fusil... Que l'auteur se le soit approprié pour en faire une oeuvre de création est sans doute une bonne chose, qu'il choisisse de tisser un univers où le jazz est la toile de fond, soit ! Mais l'histoire dans tout cela... ?
Elle m'a parue décevante et même peu crédible et il m'a fallu de la persévérance pour atteindre la fin.
Hervé GAUTIER – Octobre 2010.http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
kerfany54
20 avril 2017
La tension est palpable dans ce roman, on a le pressentiment que quelque chose va arriver... l'écriture hachée et nerveuse y est sûrement pour beaucoup. Pourtant un je-ne-sais-quoi dans les personnages (Braine, le père de Lily) m'a empêchée de comprendre vraiment ce qui se tramait et donc de rentrer complètement dans l'histoire.
Je ressors de cette lecture avec un sentiment mitigé mais avec néanmoins l'envie de continuer à découvrir l'univers de Christian Gailly.
Commenter  J’apprécie          10
traversay
29 août 2012
C'est un livre fragile, qui tient par le style, le rythme de phrases courtes, parfois inachevées. Fragile comme ses personnages, Lily et Braine, en attente l'un de l'autre, après une longue éclipse (une guerre dont on ne saura presque rien). Ces deux là s'aiment mais leur bonheur semble ténu. Il y a le jazz, comme une maîtresse exigeante, et puis une femme fatale, Rose, trop belle pour être sans épines. Tiens, pour un peu on se croirait dans un film noir des années 40, pour l'ambiance ouatée puis oppressante et parce qu'on devine une fin ...mais chut, la dernière page ne se raconte pas. le roman de Christian Gailly plaira aux amoureux des auteurs des Editions de Minuit, Echenoz ou Oster, par exemple. On se dit qu'un peu plus d'étoffe n'aurait pas nui au livre, on a peut-être tort, la petite musique de Lily et Braine n'a rien d'une symphonie. Pas d'envolées lyriques, juste une ballade mélancolique au creux de coeurs douloureux. La mélodie semble anodine mais elle est plus sourde qu'elle en a l'air. Fragile, oui, pas incassable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva06 décembre 2014
L'émotion, pas la peur. Un peu la peur quand même. C'est toujours comme ça quand on entre dans un lieu familier à une heure interdite. Tout est là mais sans nous. Pas grand chose à dire, c'est juste un instant tragique.
Commenter  J’apprécie          40
NievaNieva03 décembre 2014
Oui, moi, dit Braine, je ne trouve jamais de place, je n'en ai peut-être pas, aucune, nulle part, je dis peut-être mais la chose est sûre, ça se sent, ces choses-là, ça se sait, on le sait en naissant.
Commenter  J’apprécie          40
NievaNieva03 décembre 2014
Braine ajoutait : Et tu te coifferas comme j'aime ? On verra ça, disait Lily, et le dimanche elle arrivait avec ses nattes, deux tresses arrêtées par des rubans du même bleu que les fleurs de la robe.
Ca faisait comme si des papillons aux ailes bleues s'étaient posés sur ses épaules blanches. De loin, c'est vrai, on aurait dit la «La princesse aux papillons», quand Braine la voyait arriver les dimanches d'été dans cette robe que le vent rendait folle et la lumière transparente de légèreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RJuilletRJuillet09 décembre 2012
Lily était venue l'attendre à la gare. Elle n'était pas venue seule. Deux autres vivants lui tenaient compagnie. Un enfant et un chien. Un petit garçon de trois ans et un chien du même âge. Le fils de Braine s'appelait Louis. La chienne de Lily s'appelait Lucie.
Commenter  J’apprécie          20
sld09sld0909 décembre 2016
Lily était venue l'attendre à la gare. Elle n'était pas venue seule. Deux autres vivants lui tenaient compagnie. Un enfant et un chien. Un petit garçon de trois ans et un chien du même âge. Le fils de Braine s'appelait Louis. La chienne de Lily s'appelait Lucie.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : jazzVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2376 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre