Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 222625532X
Éditeur : Albin Michel (2014)


Note moyenne : 3.84/5 (sur 622 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s'il n'avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d'une sorcière brulée vive autr... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (148)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par fnitter, le 22 octobre 2013

    fnitter
    Une belle danse macabre.
    Nouveau succès littéraire pour l'auteur multi-primé de American Gods et surtout Coraline. Ce nouveau roman a obtenu les Hugo et Locus 2009.
    Le roman s'ouvre sur l'exécution de toute une famille à laquelle échappe, plus ou moins miraculeusement Bébé, deux ans. Il trouvera refuge dans le cimetière du coin et sera pris en charge par Mr et Mrs OWENS, un couple de fantôme de 250 ans d'âge et Silas, un bien mystérieux tuteur. On l'appellera Nobody (personne)(dit Bod) car il ne ressemble à personne d'autre que lui-même.
    De rencontres bizarres en rencontres improbables avec les divers habitants du cimetière, loup-garous, vouivre, goules et sorcières, le jeune Nobody fera son éducation jusqu'à ses 15 ans.
    Bien que classé littérature jeunesse, le style est bien dans le ton de l'environnement macabre. Gothique, Burtonnien. Rehaussé de dialogues vifs, incisifs et vivants, ce qui est un comble pour une histoire de cimetière remplis de morts (vivants ?). On baigne dans une atmosphère gentiment rétro, un sentiment d'un autre temps alors que l'histoire se déroule dans le monde moderne(ordinateurs, CD et téléphones portables à l'appui).
    On regrettera un manque de détails et d'explications sur le background et quelques lenteurs, notamment en début de récit où l'attrait de la nouveauté s'estompe assez rapidement pour laisser place à un léger ennui jusqu'à mi-roman où l'histoire s'emballe enfin un peu.
    Une fin trop lapidaire vient s'ajouter aux critiques que j'ai à formuler sur ce roman.
    Un roman original, indéniablement poétique et plein de tendresse, mais qui manque de développement dans le cadre d'une lecture adulte d'où ces trois petites étoiles seulement. A réserver aux ados.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 94         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par cicou45, le 02 février 2014

    cicou45
    Vu le nombre impressionnant de critique qu'il y a déjà sur cet ouvrage, je crois que je vais être brève et me ranger à l'avis général à savoir que ce roman est une petite merveille, pour petits et grands. Un roman qui m'a fait un peu penser à Tim Burton et à son remarquable film d'animation "L'étrange Noël de M. Jack"...sauf que cela n'a absolument rien à voir (si ce n'est au point de vue de l'ambiance macabre) et à la série des Harry Potter.
    Ambiance macabre effectivement puisque l'auteur reprend les célèbres, quoique dramatiques, crimes de Jack L'éventreur.
    Ici, le Jack (l'un des Jack de la famille des Jack de tous métiers, failli à sa tâche qui était celle d'assassiner une famille entière puisqu'un enfant de deux ans environ en réchappe...il sera accueilli au cimetière de la ville par tous les membres y résidant, à savoir les morts et adopté par un couple n'ayant jamais pu avoir d'enfants, les Owens. Ce petit garçon qui ne ressemble à personne héritera donc du prénom de Nobody, à savoir Bod pour les intimes. Son tuteur, Silas, veillera à son éducation et se chargera de le nourrir car, eh oui, bien que les morts, eux, ne se nourrissent plus, un enfant, vivant qui plus est, à besoin de nourriture terrestre pour pouvoir grandir et se développer. Bod n'aura que très peu de compagnons de son âge comme amis car, alors que lui grandit, les autres enfants du cimetière, resteront à jamais des enfants de l'âge auquel ils sont passés dans l'autre monde. Il y aura cependant une exception, une jeune fille, mais je ne veux pas trop vous en dire car vous avez probablement déjà lu des dizaines de critiques de la sorte et cela doit sûrement vous paraître rébarbatif à la longue.
    Je dirais seulement que cet ouvrage réunit un peu tous les genres (fantastique bien sûr mais aussi criminel, historique et je pourrais en énumérer bien d'autres). Un livre qui se lit très rapidement (j'ai été un peu lente avant de poster ma critique ici car il faut dire que l'on n'a pas arrêté de me faire des surprises pour mon anniversaire, et, même si j'ai eu moins de temps pour moi afin de le consacrer à mes lectures, je ne vais pas m'en plaindre car je vois qu'autour de moi, je suis aimée et cela vaut plus que toutes les lectures du monde), très bien écrit et avec de très belles illustrations. Bref, un vrai régal...A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 39         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Pouchou, le 26 mars 2010

    Pouchou
    Il est dit, sur la quatrième de couverture que:"L'Étrange Vie de Nobody Owens est un roman enchanteur, noir, magique, tendre et profond."
    Habituellement je me soucie peu des présentations d'éditeurs, des critiques de grands noms de la littérature et des prix qu'a reçu le livre que je tiens entre mes mains ... Mais en ce qui concerne L'Etrange vie de Nobody Owens, j'ai beau chercher, je ne parviens pas à trouver mieux que ces cinq mots pour décrire cet ouvrage: enchanteur, noir, magique, tendre, profond ...
    j'ai aimé ce livre, d'un bout à l'autre. Dès les premières pages, je me suis laissée entraînée dans cet univers...
    J'ai été Intriguée par l'histoire et le devenir de ce bébé pris en chasse pour on ne sait quelle raison par un Jack qui ne nous laisse aucun doute quant à sa nature malfaisante, séduite par l'étrange façon dont ce petit être innocent s'en sortira en étant adopté par couple de fantômes habitant le cimetière du coin... J'ai été séduite, également, par le style léger, fluide et fort agréable à lire de Neil Gaiman ainsi que par les quelques illustrations qui ponctuent ça et là le roman...
    Au final, mon seul regret aura été de dévorer cet ouvrage bien trop vite à mon goût...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Accalia, le 18 septembre 2013

    Accalia
    Mon dieu! Quel roman! Quelle histoire! Quelle imagination!!
    C'est ma découverte de cet auteur et je ne compte pas m'arrêter là! Il a réussi à créer un monde absolument formidable et fantastique et il est dommage que ce roman soit si court.

    Si court et pourtant, tellement complet! Il n'y manque rien. Ce qui fait tout ce roman (en plus de l'intrigue et de son monde), c'est son ambiance.
    Ce que je vais dire n'est pas très nouveau, je pense, mais on a l'impression de se retrouver au milieu d'un Tim Burton (en tout cas, le Tim Burton des débuts, avec Sleepy Hollows et l'Étrange noël de monsieur Jack)!

    C'est une ambiance gothique, noir et magique…mais aussi très mélancolique et dure je trouve, pour un roman pour 13 ans…

    Durant tout le récit, on est accompagné par les illustrations de Dave McKean, qui se marient à la perfection avec le texte et qui – pour ne rien gâcher- sont magnifiques!
    e pense que j'ai tout aimé : la découverte de ce monde de fantômes, avec leurs réunions, le coin du cimetière non-consacré – où se trouvent les "sorcières", les voleurs et les assassins – , les goules, les tumulus…j'ai vraiment adoré découvrir tous ses aspects, qui sont absolument passionnants.

    Nobody Owens est un personnage très sympathique. Il est adorable en fait. Plein de bonne volonté, il apprend à lire sur les tombes, à disparaître, à utiliser des pouvoirs que le cimetière met à sa disposition. Il est bien évidemment curieux du monde extérieur et désire aller à l'école, tout en voulant rester proche de sa "famille". Il a bon cœur, ce qui l'entraîne parfois dans des situations cocasses et dangereuses.

    A la fin de chaque chapitre, il progresse, il comprend certaines leçons de vie et il grandit. Se trouvant entre le monde des morts et des vivants, il a des perceptions différentes et c'est assez intéressant à suivre.

    J'ai beaucoup aimé le chapitre de la "danse macabre". Je trouve que l'image qu'il montre est vraiment très poétique et belle, même si triste. J'ai beaucoup aimé aussi tout ce qui avait trait avec le tumulus.

    J'aurais voulu en savoir un peu plus sur le personnage de la Dame grise et sur les Jack, mais ce ne sont des détails.

    [Attention, je dévoile des événements de la fin]

    ——————————————————
    Un très beau roman, empreint d'une certaine ombre mélancolique qu'on ne trouve que rarement dans les romans pour enfants, mais qui fait tout son charme. Ajoutez à cela une histoire incroyable, une imagination de folie et de beaux dessins et vous avez ce magnifique roman, que je ne peux que conseiller vivement.

    Lien : http://writeifyouplease.wordpress.com/2013/09/18/letrange-vie-de-nob..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par kllouche, le 31 janvier 2014

    kllouche
    De Neil Gaiman, j'avais déjà lu son délicieux Coraline, un pur délice pour l'imagination. Et depuis des mois, je repoussais sans cesse ma lecture de L'étrange vie de Nobody Owen, ne parvenant pas à me caler un moment pour prendre mon temps pour le lire. Qu'il soit sélectionné pour le club de lecture de Babelio a donc été l'occasion de le sortir. Mon avis rejoint celui de beaucoup de lecteurs: j'ai adoré malgré toute l'étrangeté de l'univers et du style de l'auteur!
    L'histoire se découpe en huit chapitres. J'aurai plutôt envie de parler de "nouvelles" puisqu'en réalité chacun nous raconte un moment de la vie de Nobody sans vraiment de liens entre eux. Il n'y a que dans les deux derniers chapitres que l'on peut parler de réelle continuité.
    Quand l'histoire commence, Nobody n'est qu'un bébé dont les parents viennent d'être assassinés par un certain "monsieur Jack". Il est recueilli par un couple de fantômes vivant dans un cimetière. On suit ensuite ses aventures/mésaventures (nombreuses) et ses rencontres (nombreuses) jusqu'à l'âge de 14 ans. La fin ouverte peut laisser présager une possible suite. Personnellement, je trouverais ça dommage. Nobody part explorer le monde des vivants: comment cela pourrait-il être aussi fantasque que celui des morts? Mais si l'auteur décide de poursuivre dans cette direction, je l'y suivrai tout de même avec plaisir.
    J'ai trouvé les illustrations particulièrement pertinentes. Elles ne faisaient pas que représenter les événements et les personnages, mais elles ajoutaient surtout une vraie plus-value à l'atmosphère qui se dégage de l'histoire. Tous les romans de Neil Gaiman n'ont pas été illustrés. C'est un peu dommage, mais on se rend d'autant mieux compte de l'importe que les images ont dans son univers.
    Le style de l'auteur m'a paru également très particulier. En anglais, j'ai rencontré énormément de mots dont je ne connaissais pas le sens (et pourtant j'ai l'habitude de lire en VO). En plus de ce vocabulaire plus riche que la moyenne (j'ai appris des choses), l'auteur fait des phrases souvent très longues. En fait, il colle par des virgules des phrases qui auraient dû être séparées par un point. Ça crée un effet de cascade très intéressant certes, mais pas facile à lire. Il n'est alors pas toujours évident de suivre la pensée de l'auteur et l'intrigue. L'écriture a tendance à frôler l'anarchie. Néanmoins, qu'il est une plume un peu complexe prouve que l'auteur l'a travaillé. Ça correspond très bien à l'univers "bizarre" qui est dépeint.
    Neil Gaiman est une fois de plus parvenu à me faire rêver grâce à son univers et sa plume étranges, loufoques et merveilleux. J'ai définitivement totalement adhéré avec cet auteur et j'ai hâte de replonger dans son monde.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lecturejeune , le 17 février 2012
    Lecture Jeune, n°130 - juin 2009 - L'Étrange vie de Nobody Owens s'ouvre sur un massacre sanguinaire. Alors que toute sa famille est assassinée par « le Jack », seul un tout-petit âgé de 18 mois parvient à s'échapper et à se réfugier dans le cimetière voisin. Un couple de fantômes, Mr et Mrs Owens, décide d'adopter l'enfant et de l'élever à l'écart des dangers du monde. Chapitre après chapitre, le lecteur découvre l'univers fascinant du cimetière. Mais l'intrigue met du temps à reprendre le dessus. Il faudra attendre une centaine de pages pour que « le Jack » revienne à la poursuite du jeune survivant, Bod... Avec ce roman d'apprentissage sombre et émouvant, Neil Gaiman rend hommage au Livre de la jungle de Rudyard Kipling. S'il s'inspire ouvertement de grands auteurs - Coraline était la petite soeur d'Alice de Lewis Carroll - son talent de conteur crée des univers oniriques uniques. Neil Gaiman nous entraîne dans une histoire surnaturelle, macabre et poétique où les cimetières sont des sociétés communautaires et où les fantômes se révèlent sages, affectueux et solidaires. C'est dans cette enclave protégée que Bod va grandir et acquérir son autonomie. Peu à peu, il va découvrir les résidents de cet étrange village et explorer des pierres tombales qui s'ouvrent sur des mondes parallèles et des caveaux dont on ne revient jamais... Le roman est superbement mis en valeur par les illustrations de Dave McKean. L'Étrange Vie de Nobody Owens va être adapté au cinéma par Neil Jordan, le réalisateur du film Entretien avec un vampire. Il ne reste qu'à espérer que le film fasse honneur à l'ambiance mélancolique et fantaisiste de ce roman. Rozenn Muzelec

> voir toutes (112)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Guylaine, le 04 août 2010

    - IL se tuent, tu veux dire?
    Bod avait une huitaine d'années, les yeux curieux et bien ouverts, et il n'était pas idiot.
    - Absolument.
    -Et ça marche? Ils sont plus heureux une fois morts?
    - Parfois. La plupart du temps, non. C'est comme les gens qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où que l'on aille, on s'emmène avec soi. Si tu vois ce que je veux dire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la citation

  • Par lilimarylene, le 06 mai 2010

    - Comment tu t'appelles ?
    - J'ai pas de pierre tombale, dit-elle en abaissant les coins de la bouche. Je pourrais être n'importe qui, pas vrai ?
    - Mais tu as bien un nom.
    - Liza Hempstock, pour vous servir, fit-elle d'un ton aigre. C'est pas trop demander, tout de même. Un petit quelque chose pour marquer ma tombe. Je suis juste là, tu vois ? Y a rien que des orties pour montrer où je repose.
    Et elle eut l'air si triste, l'espace d'un instant, que Bod eut envie de la serrer dans ses bras. C'est alors qu'il eut une idée, en se faufilant entre les barreaux de la clôture. Il trouverait une pierre tombale à Liza Hempstock, avec son nom dessus. Il la ferait sourire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par facteur84, le 14 août 2010

    Bod frissonna. Il avait envie de prendre sont tuteur dans ses bras, de le serrer et de lui dire qu'il ne le laisserait jamais tomber, mais un tel acte était inconcevable. Il ne pouvait pas plus serrer Silas contre lui qu'il ne pouvait serrer un rayon de lune, non que son tuteur fût immatériel, mais parce que cela ne se faisait pas. Il y avait les gens qu'on pouvait prendre dans ses bras, et puis il y avait Silas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par Lefso, le 06 mars 2011

    En allant ranger le jean il avait pris une petite faux accrochée au mur de la cabane, dont il se servit pour s’attaquer au coin couvert d’orties du cimetière des pauvres : il envoya valser les mauvaises herbes, taillada et éventra jusqu’à ne laisser que des tiges piquantes au ras du sol.
    Il sortit de sa poche le gros presse-papiers en verre, empli d’une multitude de couleurs vives, ainsi que le pot de peinture et le pinceau.
    Il trempa le pinceau dans la peinture et traça soigneusement, en marron, sur la surface du presse-papiers, ces lettres :

    E.H.

    Et au-dessous il écrivit :

    Ça ne s’oublie pas

    L’heure du coucher approchait, et pour quelque temps encore il serait sage de ne pas arriver en retard pour aller au lit.
    Il posa le presse-papiers sur le sol qui avait été un coin couvert d’orties, le plaça à l’endroit où il estimait que devait se trouver la tête, et, ne s’arrêtant qu’un instant pour contempler son ouvrage, repassa entre les barreaux ; il fonça, d’un pas nettement moins léger, vers le haut de la colline.
    - Pas mal, fit une voix mutine dans le cimetière des pauvres, derrière lui. Pas mal du tout.
    Mais lorsqu’il se retourna pour regarder, il n’y avait personne
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par fnitter, le 23 octobre 2013

    C'est comme les gens qui s'imaginent qu'ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où qu'on aille, on s’emmène avec soi.

    Commenter     J’apprécie          0 51         Page de la citation

> voir toutes (16)

Videos de Neil Gaiman

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Neil Gaiman

Neil Gaiman - L'Océan au bout du chemin .
Neil Gaiman vous présente son ouvrage "L'Océan au bout du chemin" aux éditions Au diable Vauvert. Traduit de l'anglais par Patrick Marcel. http://www.mollat.com/livres/gaiman-neil-ocean-bout-chemin-9782846268035.html Notes de Muique : Various Artists/Seed64/21 C64 International Karate (Rock). Free Music Archive.








Sur Amazon
à partir de :
12,82 € (neuf)
6,80 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Etrange vie de Nobody Owens par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1257)

> voir plus

Quiz