Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2841569349
Éditeur : Editions du Rouergue (2008)


Note moyenne : 3.92/5 (sur 1572 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes.
C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employé... > Voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (242)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Tempuslegendae, le 13 décembre 2012

    Tempuslegendae
    Le vent est si fort qu'il arracherait les ailettes des papillons. Nous ne sommes pas à Marseille mais bien à la Hague, lieu où se situe l'intrigue de Claudie GALLAY. Tout comme le vent, nous sommes face à un roman qui a du souffle, et pour lequel on aurait parfois tendance à retenir le notre.Imaginez un étrange décor agrémenté d'une obscurité abyssale. On aborde une portion de territoire sur la pointe du Cotentin, non loin de Cherbourg, à présent la mer fait barrage. Et, cette fois-ci, c'est la romancière qui continue «sa route» par le texte. Sa première idée romanesque lui est insufflée par un poème de Prévert, heureusement qu'ils sont à portée d'écriture les poètes. Enfin, c'est l'histoire d'un gardien de phare qui aimait tellement les oiseaux qu'il avait décidé d'éteindre le fanal, la nuit, pour que ceux-ci ne viennent plus se heurter contre la lumière crue et balayant le large.«Les déferlantes», c'est essentiellement une histoire d'hommes et de femmes, chacun rongé par la solitude, l'âme congestionné par un profond secret. C'est dur de réapprendre à vivre, lorsque, amputé par un amour on utilise pour seule voie, la falaise escarpée sous un vent menaçant, et que la pensée lancinante émet son mauvais refrain: comment vais-je pouvoir survivre à la disparition des miens?Le récit de C. GALLAY est tout simplement magistral, c'est l'histoire d'une mer qui emporte hommes et bateaux. Ce n'est pas toujours une chance d'échapper au naufrage, on peut rester écorchés vifs. Les déferlantes fascinent par la force des humains, celle des émotions et la substance magique qui les oriente.Richesses dans le texte, les descriptions et le style, sont les ingrédients d'une pure réussite littéraire.J'ai appris que ce roman avait été nominé près de vingt fois, ça n'a rien d'étonnant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par TheWind, le 06 mai 2015

    TheWind
    Le poids de nos vies bercé par le chant des vagues, les déferlantes,
    Son regard, mes silences, nos pas vers les falaises,
    Ces oiseaux qui partent, ceux qui restent,
    Leurs cris, leurs rancunes secrètes,
    L'odeur du mensonge,
    Un jouet volé,
    Toi.
    La plainte du vent,
    Mes yeux dans la mer,
    Une nuit, un phare qui s'éteint,
    Son pouce sur le creux de ses lèvres,
    La mer démontée, coeurs écorchés des Suppliantes,
    Dans une petite boîte en bois, des lettres à l'encre bleue,
    Une cigarette qu'on partage, lourds non-dits qui partent en fumée.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          18 61         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par MachaLoubrun, le 06 avril 2012

    MachaLoubrun
    Dès les premières lignes, « Les déferlantes » est un gros pavé qu'on ne lâche plus. L'héroïne dont on ne connaît pas le nom, croise Michel au sein d'un village où vivent plusieurs personnes mystérieuses. C'est une sorte de huis clos à La Hague et le vent de la lande tourbillonne à vous rendre fou…
    L'intrigue tient en haleine et nous entraine du café du village jusqu'au bord de la mer en passant par les habitations…
    Claudie Gallay, avec un souffle inouï, traduit l'indicible, l'amour, la rancoeur ou le pardon, l'impossible deuil des êtres aimés, la complexité des liens familiaux…
    C'est un livre d'une rare subtilité sur la brutalité des sentiments, râpeux comme la lande, vigoureux comme le vent et dont les vagues d'émotions nous touchent à chaque page.
    Un livre fort et inoubliable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 55         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Mademoiselle_Lecture, le 09 janvier 2015

    Mademoiselle_Lecture
    De l'écriture, je connaissais le plaisir qu'elle me procure. Aujourd'hui, je découvre la chance de pouvoir écrire. Avec la tristesse, je trouve en moi cette rage d'écrire encore plus. de me taire encore moins.

    J'aime les prénoms. Je trouve qu'ils en disent parfois beaucoup sur nous. Pourtant, lorsque je lis un roman où le prénom du narrateur n'est pas connu, cela ne me dérange pas. J'apprends à les connaître, eux et leurs histoires et ce sont ces choses qui font d'eux ce qu'ils sont. Pas leurs prénoms. C'est justement ce qu'il s'est passé ici.
    À l'automne, elle a débarqué à La Hague pour observer les oiseaux. En tout cas, c'est ce qu'elle raconte aux autres. Elle est surtout venue se réfugier loin de ses souvenirs, de ses odeurs qui la hantent, de ses images qui l'empêchent parfois d'avancer. Petit à petit, elle crée une autre vie où elle tente d'introduire un peu de douceur. Et puis un jour, elle rencontre Lambert. le coeur fracassé comme elle, mais au moment de leur rencontre, ils n'imaginent pas encore à quel point…
    J'aime la mer, surtout celle en Bretagne. Je l'aime en été comme en hiver. J'aime quand le soleil caresse ma peau et quand la pluie me laisse trempée jusqu'aux os. Elle me fait sourire et parfois, me laisse nostalgique. La mer crée des déferlantes d'idées dans ma tête, des pensées. Face à elle, je pense à cette chanson de Calogero : « C'est un jour parfait, ni bon ni mauvais ». Un moment neutre, de sérénité. Ici, nous ne sommes pas en Bretagne mais je m'y suis retrouvée parfois.
    C'est un roman qui comme la mer, nous rend parfois mélancolique tout en donnant l'impression que tout est possible. Tout peut continuer, tout peut recommencer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 41         Page de la critique

  • Par sylvie, le 04 septembre 2008

    sylvie
    'au début, je me suis posée des questions... L'ambiance très particulière de ce roman ne m'a pas plu dès les premières lignes : trop lourde, trop glauque, trop triste... Un brin pesant tout ça... Ces vagues effrayantes, cet océan violent et dangereux, ce petit village peuplé d'êtres étranges et mortellement enfermés dans une solitude que rien ne semble pouvoir entamer, agissaient un peu en repoussoir...Mais peu à peu, j'ai été harponnée par l'intrigue superbement construite et je me suis attachée aux personnages extraordinairement singuliers, au point de ne pas pouvoir lâcher ces quelques 500 pages.
    Nous assistons à un long et lent cheminement de deux personnes qui se rencontrent, s'attirent et finiront par accepter de s'aimer et de dire oui à la vie.
    Pour arriver à ce dénouement heureux, il aura fallu qu'ils aillent jusqu'au bout de leur souffrance, qu'ils fouillent loin dans les ressacs de leurs deuils respectifs.
    Lambert vient vendre la maison familiale, celle où un matin on est venu lui annoncer la mort de ses parents et la disparition de son petit frère en mer. Mais il ne croit pas à la version officielle de l'accident. Il croit dur comme fer que le gardien du phare l'a éteint et il lui en veut depuis 20 ans.
    La narratrice, qui n'a pas de prénom, est venue se réfugier dans cette pointe de terre désolée et assaillie par la mer pour tenter de vivre avec le deuil qui l'habite toute entière. Son amant est mort de maladie et elle a tout quitté pour s'installer à La Hague.
    Ils vont se rencontrer, et la narratrice va se prendre dans les filets de l'histoire de Lambert et tenter d'en dénouer les noeuds.
    Secrets, mensonges et lâchetés, vont petit à petit accepter de revenir à la surface, et nous découvriront la face cachée des êtres qui vivent là, repliés sur eux mêmes et sur leur mal-être pétris de culpabilité et de non-dits.
    C'est un livre dense, fort et très sombre dans lequel danse la petite lumière douce du fantôme de Prévert qui s'est aussi retiré dans ce coin...
    Le phare et son gardien en sont les personnages clés.
    Des liens sur http://sylvie-lectures.blogspot.com/2008/09/les-dferlantes-claudie-gallay.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • LeFigaro , le 25 novembre 2011
    Voilà un roman qui a du souffle. Un souffle aussi puissant que les tempêtes décrites par Claudie Gallay. Un récit au long cours, aussi. Ce que nous avons peu l'habitude de voir en littérature française.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro
  • LeFigaro , le 23 novembre 2011
    Voilà un roman qui a du souffle. Un souffle aussi puissant que les tempêtes décrites par Claudie Gallay. Un récit au long cours, aussi. Ce que nous avons peu l'habitude de voir en littérature française. Enfin, en plus d'un décor que l'auteure a su magistralement camper, ses personnages, et ils sont pourtant nombreux, sont d'une richesse et d'une complexité exceptionnelles.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro

> voir toutes (207)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Neigeline, le 01 mars 2009

    Qu'est-ce qui fait que l'on s'éprend, comme ça, au premier regard, sans jamais s'être vus avant ? Il y a des rencontres qui se font et d'autres, toutes les autres qui nous échappent, nous sommes tellement inattentifs... Parfois nous croisons quelqu'un, il suffit de quelques mots échangés, et nous savons que nous avons à vivre quelque chose d'essentiel ensemble. Mais il suffit d'un rien pour que ces choses là ne se passent pas et que chacun poursuive sa route de son côté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 99         Page de la citation

  • Par Reka, le 27 septembre 2010

    J'ai serré les poings. Comprendre quoi? Qu'un jour on se réveille et qu'on ne pleure plus? Combien de nuits j'ai passées, les dents dans l'oreiller, je voulais retrouver les larmes, la douleur, je voulais continuer à geindre. Je préférais ça. J'ai eu envie de mourir, après, quand la douleur m'a envahi le corps, j'étais devenue un manque, un amas de nuits blanches, voilà ce que j'étais, un estomac qui se vomit, j'ai cru en crever, mais quand la douleur s'est estompée, j'ai connu autre chose. Et c'était pas mieux.
    C'était le vide. (p. 259)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la citation

  • Par xst, le 15 octobre 2013

    La première fois que j'ai vu Lambert, c'était le jour de la grande tempête. Le ciel était noir, très bas, ça cognait déjà fort au large.
    Il était arrivé un peu après moi et il s'était assis en terrasse, une table en plein vent. Avec le soleil en face, il grimaçait, on aurait dit qu'il pleurait.
    Je l'ai regardé, pas parce qu'il avait choisi la plus mauvaise table, ni pour cette grimace sur le visage. Je l'ai regardé parce qu'il fumait comme toi, les yeux dans le vague, en frottant son pouce sur ses lèvres. Des lèvres sèches, peut-être plus sèches que les tiennes.
    J'ai pensé qu'il était journaliste, une tempête d'équinoxe, ça pouvait faire quelques bonnes photos. Derrière la digue, le vent creusait les vagues, boutait les courants, ceux du Raz Blanchard, des fleuves noirs venus de très loin, des mers plus au nord ou des tréfonds de l'Atlantique.
    Morgane est sortie de l'auberge. Elle a vu Lambert.
    - Vous n'êtes pas d'ici, elle a dit en lui demandant ce qu'il voulait.
    Elle avait le ton maussade des jours où elle devait servir des clients quand le temps était mauvais.
    - Vous êtes là pour la tempête ? Il a fait non avec la tête.
    - Alors c'est pour Prévert ? Tout le monde vient là pour Prévert...
    - Je cherche un lit pour la nuit, il a fini par dire. Elle a haussé les épaules.
    - On fait pas hôtel.
    - Je peux trouver ça où ?
    - Il y en a un au village, en face de l'église... ou alors à la Rogue. À l'intérieur des terres. Mon patron a une amie, une Irlandaise, elle tient une pension... Vous voulez son numéro ?
    Il a hoché la tête.
    - Et manger, c'est possible ?
    - C'est trois heures...
    - Et alors !
    - À trois heures, c'est jambon-beurre.
    Elle a montré le ciel, la barre de nuages qui avançait. Le soleil filtrait un peu par en dessous. Dix minutes encore et il ferait nuit.
    - Ça va être le déluge ! elle a dit.
    - Le déluge n'empêche rien. Six huîtres avec un verre de vin ?
    Morgane a souri. Lambert était plutôt beau gosse. Elle a eu envie de lui tenir tête.
    - En terrasse, on sert seulement les boissons.
    Je buvais un café noir à deux tables derrière lui. Il n'y avait pas d'autres clients. Même à l'intérieur, c'était vide.
    Des petites plantes au feuillage gris prenaient racine dans les fissures des pierres. Avec le vent, elles semblaient ramper.
    Morgane a soupiré.
    - Faut que je demande au patron.
    Elle s'est arrêtée à ma table, ses ongles rouges pianotant sur le rebord de bois.
    - Ils viennent tous pour Prévert... On viendrait là pour quoi hein ?
    Elle a jeté un coup d'oeil par-dessus son épaule et elle a disparu à l'intérieur. J'ai cru qu'elle ne reviendrait pas mais elle est ressortie un moment après avec un verre de vin, du pain dans une soucoupe et les huîtres sur un tas d'algues, elle a tout posé devant lui.
    Le numéro de l'Irlandaise aussi.
    - Le patron a dit, D'accord pour les huîtres mais dehors, c'est sans nappe... et il faut faire vite parce que ça va tomber.
    J'ai commandé un deuxième café.
    Il a bu le vin. Il tenait mal son verre mais c'était un mâcheur d'huîtres.
    Morgane a empilé les chaises, elle les a toutes poussées contre le mur et elle les a entravées avec une chaîne. Elle m'a fait des signes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          5 7         Page de la citation

  • Par viou1108, le 30 janvier 2013

    Comprendre quoi? Qu'un jour on se réveille et qu'on ne pleure plus? Combien de nuits j'ai passées, les dents dans l'oreiller, je voulais retrouver les larmes, la douleur, je voulais continuer à geindre. Je préférais ça. J'ai eu envie de mourir, après, quand la douleur m'a envahi le corps, j'étais devenue un manque, un amas de nuits blanches, un estomac qui se vomit, j'ai cru en crever, mais quand la douleur s'est estompée, j'ai connu autre chose. Et c'était pas mieux.
    C'était le vide.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 38         Page de la citation

  • Par Nionie, le 03 septembre 2010

    je ne sais rien faire sans lui
    qu'est-ce que je pouvais lui répondre ? j'ai voulu poser ma main sur la sienne. elle l'a retirée. elle ne voulait pas que je la touche. on croit tous ça, que l'on ne saura plus rien faire sans l'autre. et puis l'autre s'en va et on découvre qu'on sait faire des tas de choses qu'on n'imaginait pas. des choses différentes, et ça ne sera plus js comme avant. j'ai essayé de lui expliquer tt ça.
    qu'on peut continuer qd même.
    elle reniflait.
    je lui ai parlé de toi.
    comme une épine enfoncée ds le fond de ma chair.
    parfois je t'oublie, et puis il suffit d'un geste, d'un mauvais mouvement et la douleur revient, tellement vive.
    parfois aussi, la douleur n'est pas là et c'est moi qui la cherche . je la trouve , je te réveille.
    la douleur familière , que seules les larmes consolent ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
16,00 € (neuf)
3,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Déferlantes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2967)

> voir plus

Quiz