Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2035866065
Éditeur : Larousse (2012)


Note moyenne : 3.29/5 (sur 7 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les mesquineries de la vie conduisent souvent à un besoin d'évasion.Par-delà l'horizon,on retrouvera à coup sûr cette pureté qui nous fait tant défaut. Dans l'indolence des lagunes océaniennes, tout semble n'être que paix et gentillesse. On marche sur les traces de Gaug... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par jbicrel, le 20 juillet 2012

    jbicrel
    Romain Gary alias Roman Kacew alias Émile Ajar est sans doute plus connu pour son autobiographie, La Promesse de l'aube, et pour son roman, La Vie Devant Soi que pour ses nouvelles. Les six nouvelles présentées dans le recueil J'ai soif d'innocence dans la collection "Les contemporains classiques de demain" chez Larousse sont tirées du recueil Les oiseaux vont mourir au Pérou, publié par Romain Gary en 1975 avec 15 nouvelles.
    L'édition Larousse est une édition scolaire dans laquelle un appareillage scolaire très conséquent s'ajoute aux textes. On peut s'en servir ou l'oublier et se laisser porter par la lecture cursive. Les six nouvelles ont toutes un atout non négligeable : elles sont très courtes, de 130 à 500 lignes et réservent toutes une surorise en guise de chute. Elles sont aussi emplies des valeurs humanistes chères à l'auteur et teintées de son ironie.
    "J'ai soif d'innocence" présente la quête d'innocence d'un narrateur fatigué des "fausses valeurs" de la civilisation, ses rêves semblent se réaliser sur cette île du Pacifique où il s'installe, avec la bienveillance d'une veille femme,Taratonga, pour commencer un nouvelle vie...
    "Un humaniste" nous transporte à Munich, au moment où Hitler accède au pouvoir. Karl Loewy, un fabricant de jouets, jovial, bon vivant et doté d'une inébranlable confiance en la nature humaine, finit par se résoudre à se réfugier dans sa cave en attendant "la bonne saison". Ses domestiques se chargent d'apporter à leur patron nourriture, vin, nouvelles du dehors. Au début, il reçoit même les journaux et écoute la radio mais comme les nouvelles restent désespéreantes, il finit par y renoncer, ...
    "Le faux" set une nouvelle qui se déroulent dans le milieu huppé des marchands d'art qui achètent des van Goghet des Rembrandt. S... a acquis dans ce milieu la réputation d'un expert incontesté aussi lorsqu'il déclare que le van Gogh acheté par Beretta est un faux, Beretta est furieux et menace S... : "Vous verrez que l'on apprend dans les rues de Naples des coups aussi foireux que dans celle de Smyrne" siffle-t-il avant de s'en aller....
    "Citoyen pigeon" se passe à Moscou en 1932. le narrateur et son associé Rakussen viennent de "subir à la Bourse de New-York des pertes désastreuses", ils quittent Wall Street pour l'URSS en quête de "valeurs nouvelles"...
    "Tout va bien sur le Kilimandjaro" présente l'histoire de l'énigmatique et fabuleux Albert Mézigue. Ses concitoyens de Touchehagues, sur la route d'Aix, ont ouvert une salle de la mairie en guise de musée pour exposer "plus de mille cartes postales envoyées de tous les coins du monde" par cet "illustre pionnier de la géographie et conquérant des terres vierges" mais qui était réellement Albert Mézigue et pourquoi envoyait-il ainsi des cartes à tous ses concitoyens, sans même oublier son rival en amour ?
    "Je parle de l'héroïsme" est l'histoire du narrateur, conférencier littéraire, invité à l'Institut français d'Haïti pour faire une conférence sur un sujet de son choix. Sans hésiter, il choisit l'héroïsme. Il réussit une brillante prestation devant un public de choix mais il est frappé par l'attention particulière d'une personne au premier rang. Lorsqu'il quitte l'estrade à la fin de son discours, cette personne vient vers lui, c'est le docteur Bonbon, il est chargé de transmettre au narrateur une demande particulière de ses lecteurs...
    Ces nouvelles sont à la fois modernes, variées, imprévisibles, elles illustrent parfaitement le genre de la nouvelle à chute et peuvent constituer de jolis tremplins vers l'écriture.

    Lien : http://aller-plus-loin.over-blog.com/article-gary-romain-j-ai-soif-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Rambaud1, le 05 décembre 2013

    Rambaud1
    Ce livre est une nouvelle à chute qui raconte l'histoire d'une dame qui part en vacances sur une île perdue des Marquises, Taratora. Là-bas, elle rencontre une dame âgée d'une cinquantaines d'années, Taratonga. Un jour, la dame reçoit un gâteau enveloppé d'une toile à sac qui lui rappelle une peinture d'un grand peintre. Elle se renseigne d'où viennent les toiles et par la suite de l'histoire, la dame va apprendre qu'elles n'ont aucune valeur.
    Ce qui m'a attiré pour choisir ce livre, c'est que j'aime beaucoup les nouvelles à chutes et aussi que le titre m'a plu quand je l'ai lu.
    Ce qu'il m'a bien plu dans la nouvelle, c'est que j'avais l'impression de vivre l'histoire et de m'évader.
    Ce qu'il m'a moins plu dans la nouvelle, c'est qu'il y avait des moments où l'histoire restait un peu sur un même passage.
    Je conseillerais cette nouvelle à chute, car elle correspondrait à tout types de lecteurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Sachenka, le 13 octobre 2014

    Lorsque, il y a quelques années, l'Institut français d'Haïti m'invita à faire une conférence littéraire sur un sujet à ma convenance, je n'hésitai pas un seul instant : je choisis l'héroïsme. C'est un sujet qui m'est familier : j'ai passé de longues heures dans ma bibliothèque à l'étudier. Le danger, le courage, l'esprit de sacrifice n'avaient pour ainsi dire plus de secrets pour moi et lorsque j'arrivai à Port-au-Prince, j'étais vraiment prêt à donner le meilleur de moi-même.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Rambaud1, le 04 décembre 2013

    Ce livre est une nouvelle à chute qui raconte l'histoire d'une dame qui part en vacances sur une île perdue des Marquises, Taratora. Là-bas, elle rencontre une dame âgée d'une cinquantaines d'années, Taratonga. Un jour, la dame reçoit un gâteau enveloppé d'une toile à sac qui lui rappelle une peinture d'un grand peintre. Elle se renseigne d'où viennent les toiles et par la suite de l'histoire, la dame va apprendre qu'elles n'ont aucune valeur.

    Ce qui m'a attiré pour choisir ce livre, c'est que j'aime beaucoup les nouvelles à chutes et aussi que le titre m'a plu quand je l'ai lu.
    Ce qu'il m'a bien plu dans la nouvelle, c'est que j'avais l'impression de vivre l'histoire et de m'évader.
    Ce qu'il m'a moins plu dans la nouvelle, c'est qu'il y avait des moments où l'histoire restait un peu sur un même passage.
    Je conseillerais cette nouvelle à chute, car elle correspondrait à tout types de lecteurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (16)

Videos de Romain Gary

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Romain Gary


MP 2014-08-28-124-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Romain Gary - Une petite femme.








Sur Amazon
à partir de :
3,89 € (neuf)
11,00 € (occasion)

   

Faire découvrir J'ai soif d'innocence et autres nouvelles par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (16)

> voir plus

Quiz