Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Charlotte Drake (Traducteur)
> Céline Bellini (Traducteur)

ISBN : 2265089060
Éditeur : Fleuve noir (2011)


Note moyenne : 3.1/5 (sur 63 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Des meurtres d'une extrême violence font depuis peu la une des journaux suédois. Les victimes, toutes sauvagement assassinées, appartiennent à des milieux sociaux variés. Leur seul point commun : leur âge, 44 ans.

La police découvre bientôt q... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (22)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 12 janvier 2012

    brigittelascombe
    Âmes sensibles s'abstenir pour cause de tueur en série particulièrement violent!
    La maison de pain d'épices, dont on ne comprend véritablement le sens caché qu'en fin de livre, est faite pour les amateurs de thrillers rudement bien menés qui ne craignent pas les débordements d'un psychopathe assoiffé de vengeance,ou qui, comme moi, ferment les yeux case journal intime cynique dont les extraits journaliers entrecoupent l'enquête policière.
    Thomas, sans famille, quadragénaire effacé, distributeur du courrier sans envergure dans une société d'informatique, croise par hasard "le roi Hans", "le Roi sans couronne aux pouvoirs absolus", meneur jadis sadique d'une classe de maternelle particulièrement perturbée dont Thomas et une autre petite élève Katarina ont été les souffre-douleurs.
    Cassé dans sa vie d'homme, Thomas le soumis "qui sait des choses que les autres ignorent",se révolte face au mépris affiché de ce jeune agent immobilier "détendu,sûr de lui" et à qui tout sourit.
    Il le suit...
    "Il ne fait pas bon avoir quarante-quatre ans cette semaine", va constater, déboussolé, le commissaire Conny Sjöberg, appelé en urgence chez Ingrid Olssen,une vieille dame étrangement peu étonnée d'avoir trouvé un inconnu mort dans son douillet petit chez elle.
    "Quel rapport avec Ingrid Olsson?" s'interroge perplexe le policier face aux horribles crimes en série.
    Pourquoi mon cinq étoiles,alors que j'ai lu des avis plus mitigés et que tout de même un tel déferlement de violence en fin de maternelle (les banlieues suédoises sont sans doute différentes des notres!!) m'a un peu étonnée je l'aurais plus vue en primaire ou secondaire?
    Parce que Carin Gerhardson, écrivaine suédoise, a su (comme dernièrement le suédois Mons Kallentoft dans Printemps) s'attaquer, au thriller psychologique avec une trempe d'homme.
    Parce que j'ai apprécié le suspense à rebondissement final; les deux enquêtes parallèles: celle du commissaire Sjöberg et celle de sa collègue Petra Westman, qui avec un réel sang-froid va élucider l'énigme d'un viol aggravé sous l' effet du rohypnol (drogue du violeur) qui la touche particulièrement de près (encore une femme d'honneur) et l'incorporation des extraits de journal intime qui infiltrent la tête d'un tueur.
    Carin Gerhardsen se consacre à "l'écriture de polars" .La maison de pain d'épices est le premier tome d'une trilogie à paraître au Fleuve noir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par sandrine57, le 20 avril 2012

    sandrine57
    Une mauvaise chute, une fracture du col du fémur, un séjour à l'hôpital et voilà Ingrid Olsson prête réintégrer ses quartiers. Mais son retour à la maison est considérablement perturbé par la découverte du cadavre d'un inconnu dans sa cuisine!
    Pour le commissaire Conny Sjöberg et son équipe, l'affaire n'est pas si simple. La victime était un agent immobilier sans histoires et apprécié de tous. Mais il faut trouver et vite! Les meurtres s'enchaînent, sans lien apparent, sans modes opératoires identiques. Une seule constante: toutes les victimes ont 44 ans.

    Tout commençait bien: des meurtres, une équipe d'enquêteurs dynamiques, un commissaire sympathique, bien dans sa vie et dans sa famille, et de temps en temps, la voix du tueur pour raconter comment, de victime, il est devenu bourreau. Et puis patatras! Par un procédé tout à fait discutable -et maladroit-Carin GERHARDSEN nous livre le tueur, mais ce n'est pas celui auquel on s'attendait! Volonté maladroite de surprendre le lecteur mais qui le fait plutôt passé pour un crétin qui n'a pas su voir THE indice qui se cachait sans doute dans les toutes premières pages. Mais je ne suis pas Colombo moi! Je n'ai rien vu venir et la fin ne m'a pas convaincue, elle m'a même déçue et énervée!
    Alors je ne dis pas que je ne lirai pas la suite des enquêtes de Conny et ses adjoints mais il va falloir que l'auteure change de ficelles si elle veut étonner tout en restant crédible!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par soleil, le 04 décembre 2013

    soleil
    En Suède, dans une école, il y a des enfants qui courent, s'agitent, s'attrappent. A bien y regarder , ce qui s'y passe est l'ordinaire de certains mais ne devrait pas être l'ordinaire ; cet ordinaire là est en fait l'inacceptable, l'indicible pour les victimes (surtout pour la victime). le chef compose cette meute avec d'autres qui reproduisent ses faits ; certains se contentent de suivre sans intervenir. Chaque jour lors de la sortie, lors de la récréation, Thomas est malmené, violenté : ligoté par ses camarades avec une corde à sauter puis jeté sur la route ; on lui vole son pantalon et il doit rentrer à la maison, comme ça ; on menace de le brûler, de l'enfermer. Et puis l'institutrice, l'adulte qui devrait être bienveillante n'intervient jamais car la plupart du temps, cela se passe à la sortie, dans la rue, ou tout au moins, une fois l'heure des cours passée. Il ne trouve pas plus de réconfort chez lui auprès de sa mère avec laquelle il vit.
    Thomas grandit puis trouve un travail. Il est seul, très seul : pas d'ami, pas de famille, aucune relation amicale qu'elle soit issue du milieu professionnel, associatif. Thomas a l'impression qu'enfant, les adultes ne le voyaient pas puisqu'il n'a jamais été défendu et maintenant qu'il est adulte, il a l'impression d'être tout aussi invisible. Il se rend compte que certains s'agacent de son comportement hésitant, de son caractère effacé.
    Les autres élèves de la classe aussi ont grandi. Thomas ne les a jamais revus.
    Un jour, dans la maison d'une retraitée, un agent immobilier marié et père de famille est retrouvé assassiné. Fort heureusement, cette demeure était vide puisque sa propriétaire était à l'hôpital en raison d'une fracture du fémur. La propriétaire voit le cadavre en arrivant chez elle et une fois la police prévenue, cette vieille dame part séjourner chez une infirmière, le temps de permettre à la police de faire des investigations.
    Pendant que la police enquête, une femme est à son tour retrouvée assassinée. Puis c'est au tour d'une deuxième femme, une prostituée. Vient le jour où une troisième femme est elle aussi assassinée. Ces personnes n'habitent pas le même quartier, l'une d'elle habite même loin de la ville. La police ne comprend pas pourquoi l'agent immobilier a été retrouvé mort dans la maison de la retraitée alors que celle-ci n'avait aucune envie de vendre sa demeure et qu'elle ne connait pas du tout la victime.
    Puis, la police s'aperçoit que les victimes ont un point commun : leur âge. L'âge de Thomas. Lequel a déjà observé ces futures victimes et su ce qu'elles faisaient de leur vie et où elles habitaient. D'ailleurs, il était présent, à quelques mètres, avant le meurtre.
    Est-ce lui le meurtrier ? Celui qui se venge ? Jusqu'où va-t-il aller ? L'assassin décimera-t-il tous les élèves de la classe ?

    ---------------------------------
    J'ai beaucoup aimé ce roman pour ce qui concerne les meurtres. Les nordistes sont décidément moins doucereux que d'autres auteurs en terme de description de meurtres. Tout le long du roman on se demande si Thomas est l'auteur des meurtres puis l'on en doute, puis l'on en est persuadé !
    Je vous le conseille. Un bel indice en cours du roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Amnezik666, le 29 juillet 2012

    Amnezik666
    Voilà un bouquin qui me laisse un sentiment très mitigé, rien à reprocher à l'écriture et au style qui sont très agréables et permettent une lecture fluide mais c'est malheureusement les aspects négatifs qui me viennent les premiers à l'esprit avec le recul. Déjà la quatrième de couv' est bien trop détaillée (elle résume environ 90% du bouquin), mais surtout il n'y a aucun suspense, en moins de 20 pages on sait déjà qui est l'assassin (même sans l'aide de la quatrième de couv' ça s'impose comme une évidence). Si les personnages ont une réelle profondeur l'enquête quant à elle est particulièrement monotone (c'est presque une succession de coups de bol qui la fait progresser).
    J'avoue avoir bien du mal à comprendre le titre du bouquin et surtout le rapport avec l'histoire… Mais bon c'est là un point de détail purement anecdotique !
    Si j'ai bien tout compris c'est là le premier volet d'une trilogie consacrée à Sjöberg et son équipe, mais le moins que l'on puisse dire c'est que je ne suis pas franchement motivé pour poursuivre l'aventure même si, et je tiens à la répéter, c'est très bien écrit, disons que la force d'un polar réside quand même dans son intrigue et le cas échéant c'est vraiment le point faible le plus évident de ce roman… N'est pas Mankell qui veut (son style est certes plus lourd mais les enquêtes de Wallander sont bien plus riches) !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par argali, le 16 avril 2011

    argali
    Un premier conseil, évitez de lire la 4e de couverture. Elle donne trop d'indices et cela gâche le plaisir de la lecture et de la découverte. Pourquoi lire un roman policier si on a tout compris dans les cinquante premières pages ?
    Ce roman suédois est, d'après l'éditeur, le premier d'une trilogie. Je suppose donc que nous suivrons l'équipe d'enquêteurs au fil des autres romans.
    Agréable à lire, ce roman n'est hélas pas un chef d'œuvre. La narration est certes plaisante mais, pour un policier, manque de mystère, de rebondissement, de sous-entendus. Quant à l'intrigue, on a compris au premier tiers du livre où on va. Merci la 4e !
    L'auteur semble avoir voulu mettre davantage l'accent sur la personnalité et les pensées des protagonistes plutôt que sur l'enquête en elle-même. Mais ses personnages manquent de relief et leur psychologie est à peine effleurée. Exception faite, peut-être, de Sjoberg et de Thomas Karlsson.
    Ce roman dépeint un petit bout de Suède, nous dévoile la vie de Stockholm en automne, ses habitudes, ses traditions… mais cela n'en fait pas un bon polar.
    J'attends peut-être trop de mes lectures nordiques. Mais ceci est ma 2e déception.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par letitbe, le 05 novembre 2012

    Il réfléchit encore à l'indifférence. En effet, ce n'est pas un crime, personne ne peut supporter le fardeau de tous les problèmes de la terre.On choisit certaines personnes, certaines guerres ou catastrophes naturelles qui nous touchent plus d'autres. Et puis, il y a ceux qui ne choisissent rien. C'est indéniablement la solution la plus simple. Il prend conscience que l'indifférence est un péché capital pour un philosophe.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par chardonette, le 19 décembre 2011

    Thomas ne dit rien, ne fait pas un geste. Les larmes coulent sur son visage. Le froid glacial de l'asphalte paralyse sa joue, se répand progressivement dans tout son corps, pour finalement atteindre
    son coeur qui se met à rétrécir, jusqu'à n'être plus qu'un tout petit glaçon.
    Douze minutes plus tard, il se retrouve menotté sur la banquette arrière d'une voiture de police, tremblant de froid.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 12 janvier 2012

    Tout petit,il était gai et sociable.Il aimait les gens.Très vite,il avait compris que les gens,eux,ne le lui rendait pas.Ils avaient fini par lui faire perdre son caractère et sa bonne humeur.La métamorphose avait commencé à la maternelle,justement.Il avait été battu,exclu,humilié et insulté.Finalement,il n'était plus resté de lui qu'une ombre taciturne,à qui ils avaient retiré jusqu'à la dernière once de confiance en soi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par zidane, le 27 juin 2013

    le froid glacial de l'asphalte paralyse sa joue, se répand progressivement dans tout son corps, pour finalement atteindre son coeur qui se met à rétrécir jusqu'à n'être plus qu'un tout petit glaçon page 258
    je me demande ce qu'est devenue la fille page 268 Sanden (Katarina)

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 12 janvier 2012

    Dans la ville de Katrineholm,il était strictement interdit d'être bon en classe.Il était mieux vu d'être mauvais en tout,sauf à la rigueur en bandy ou au foot.Ainsi en décidait le Code,implicite mais intransigeant,non écrit et pourtant connu de tous,précis dans les moindres détails.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Carin Gerhardsen

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Carin Gerhardsen

Carin Gerhardsen - La comptine des coupables .
À l'occasion du Festival International Quai du Polar 2013, Carin Gerhardsen vous présente son ouvrage "La comptine des coupables" aux éditions Fleuve Noir. Traduit du suédois par Charlotte Drake et Patrick Vandar. http://www.mollat.com/livres/gerhardsen-carin-comptine-des-coupables-9782265089082.html Notes de Musique : "Morning Emerges From Night" by Ergo Phizmiz (http://www.ergophizmiz.net)








Sur Amazon
à partir de :
10,00 € (neuf)
3,10 € (occasion)

   

Faire découvrir La maison en pain d'épices par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (126)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz