Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une citation

Citations sur Les dames de nage (29)


Classer par:       Datecroissant     Les plus appréciéescroissant


  • Par carre le 29/06/2012


    L’amour, ça doit se lire tout de suite. Ce n’est pas une partie de cache-cache.

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la citation



  • Par carre le 01/07/2012


    Quel enfant n’a pas aimé trembler, la nuit sur les pentes herbeuses, à attendre le dahu, n’a pas chanté pour se donner du courage devant les monstres de l’imagi­naire, vaincre la peur en marchant bravement vers les ombres ?

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation



  • Par le_Bison le 25/03/2014


    Un marin dans un port a deux objectifs à décliner suivant les hommes ; trouver une femme et le quartier des bars. Pour ce dernier objectif, le nez au vent, à l’instinct, il trouve très vite. Pour la femme, si elle est dans le bar, il a gagné mais c’est une pute. C’est l’objectif de la majorité. Pour les rêveurs, les romantiques, les amoureux, la tâche est plus délicate. Une errance chaloupée s’impose, au petit bonheur, avec souvent chou blanc pour toute l’escale.

    Commenter     J’apprécie          7 18         Page de la citation



  • Par le_Bison le 30/12/2013


    Paris a eu le culot de m'accueillir avec des trombes d'eau. Il tombait de la glace pilée, une grosse colère dont je n'étais pas responsable, et je savais déjà que je n'attendrais pas le printemps pour trouver le bonheur. Ce n'était pas collé au cul d'un camion qui fumait du dioxyde que j'allais le trouver. C'était un cauchemar pour qui avait encore le goût du gingembre dans la bouche et le souffle de Jo sur la nuque.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation



  • Par le_Bison le 13/01/2014


    Dans le train il y avait peu de monde, c’était l’hiver et les bain de mer attendrait l’été. Il y avait une femme métisse qui me rappelait Jo. Elle avait les yeux clos, délicieusement abandonnée, la tête vers la fenêtre. L’enfant tétait un sein caramel, un téton de soie vive, frémissant. Il avait posé une main miniature sur l’échancrure du corsage. Une perle de sueur glissait irrésistiblement vers une fine gorge sombre, une perle de lumière avec laquelle je me glissais entre deux boutons de nacre. Le train fuyait.

    Commenter     J’apprécie          3 17         Page de la citation



  • Par le_Bison le 28/01/2014


    J’avais seize ans et j’étais impatient. Fidèle à ma jeunesse, je ne pouvais attendre. Je suis parti. Peut-être aussi, j’aimais ce vieux sur le quai des grumes qui me disait : tu vois, « petite goule », l’ouest, c’est à gauche sur la rose des vents si tu regardes le nord, à moins le quart, à 270°, quoi ! Pour moi, l’ouest c’est un bar du boulevard de la soif, un quai du môle face au large à recevoir les lames par force 8. L’ouest, c’est chez nous. Et l’est, monsieur, c’est où ? De l’autre côté, là-bas. C’est loin ! Point ! Ici, en bord de côte ou dans les ports, on regarde vers l’ouest, le large, et quand on appareille, c’est par là, petit. Il avait raison. Toujours à l’ouest.

    Commenter     J’apprécie          1 16         Page de la citation



  • Par le_Bison le 05/01/2014


    La sœur du curé était revêche, pas aimable et desséchée par manque de sperme. C'est ce que pensait Marcia, qui se disait que vieillir ainsi, sans queue, sans plaisir, avec une chatte acide comme une algue desséchée, devait être une horreur.

    Commenter     J’apprécie          7 14         Page de la citation



  • Par le_Bison le 26/12/2013


    Je m'appelle Marc Austère, comme l'écrivain avec la différence d'un accent très grave et d'un e final. Aucune similitude, donc, avec le scénariste de Smoke. Je suis fier de m'appeler Austère, accent grave er-eu... parce que la rime riche qui vient immédiatement aux poètes est "mystère".

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation



  • Par carre le 03/11/2012


    -Proust m’emmerde, ai-je soufflé.
    -Oui, mais vous essayez, c’est cela qui importe, essayer, aller voir, partir en reconnaissance. Un jour, vous aimerez Proust.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation



  • Par le_Bison le 20/01/2014


    J’aime les trains, ceux de la nuit surtout, à mon poste de guet, le front sur la vitre froide. Depuis l’enfance je suis hypnotisé par la course des rails, l’acier qui raye les reflets des visages. Il y a des villages fantômes, des usines qui fument comme des gros dinosaures. J’avalais les éclairs. Je me souviens de cette femme à l’autre bout du couloir, penchée vers la nuit, immobile, le visage giflé par la lumière. Elle se tourna, me regarda un instant et se dirigea vers moi. J’avais le cœur battant, elle était jolie. Elle passa sans me voir et j’attendis son retour. Je fis en sorte qu’elle me frôlât et j’eus le plaisir éphémère d’un parfum, d’une hanche, et peut-être, je ne sais plus, de sa poitrine. Elle disparut dans sa cabine et je n’ai pas pu dormir.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation






Sur Amazon
à partir de :
2,99 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Les dames de nage par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (177)

  • Ils sont en train de le lire (1)
{*