AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Edouard Glissant (Éditeur scientifique)
ISBN : 2351760867
Éditeur : Editions Galaade (2010)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Diriez-vous qu'un poème peut être coupé, interrompu, qu'on pourrait en donner des extraits, morceaux choisis et décidés par l'action de vents malins ? Oui, quand les morceaux ont la chance c'est-à-dire la grâce de tant de rencontres, quand ils s'accordent entre eux, une part d'un poème qui convient à un autre poème, à cette part nouvelle, et devient à son tour, un poème entier dans le poème total, que l'on chante d'un coup.
Une anthologie de la poésie du Tout... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
MIOP
MIOP09 février 2012
Pas de bornes géographiques ou linguistiques au choix des auteurs, ni temporel, ni spatial, ni même thématique. la mort, l'humanité dans sa diversité, l'esclavage et la traite négrière, le dépaysement, la poésie, le paradis terrestre et la chute, les intermittences du coeur, la fusion de l'homme dans l'univers, la succession des âges et des saisons, la négritude, les sans-papiers...
Les curiosités contenues dans ce recueil ne sont pas que poétiques, E. Glissant s'est autorisé des incursions dans des genres littéraires divers : le roman (Joyce...), la nouvelle (Faulkner...), l'essai (Elie Faure, Antonin Arthaud...), le témoignage historique (Inca Garcilaso...). Une Anthologie passionnante aux rencontres inattendues.
Commenter  J’apprécie          00
brigetoun
brigetoun13 avril 2010
  • Livres 3.00/5
une anthologie du «Tout-monde» établie par Edouard Glissant, où manquent des noms que j'attendais, où je retrouve poèmes et grandes proses d'écrivains connus, et souvent aimés, où je trouve des lignes pour nourrir des noms célèbres et de totales découvertes, dans une typographie soignée, sur 340 pages) avec simplement, détail pratique, une reliure si soignée qu'il est difficile de le maintenir ouvert pour lire sans le tenir
Commenter  J’apprécie          00
Dormoy
Dormoy01 octobre 2013
  • Livres 5.00/5
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun13 avril 2010
Une cruche de vin parmi les fleurs,
Je bois seul, sans compagnon,
Je lève ma coupe pour inciter la lune,
Avec mon ombre nous voici trois.
Or la lune ne sait pas boire,
Et l'ombre inutilement me suit.
Lune, ombre, compagnons d'un instant,
Joyeusement célébrons le printemps !
(Li Bai)
Commenter  J’apprécie          60
brigetounbrigetoun13 avril 2010
Le tonnerre gronde au loin dans l'Ankaratra
Les orchidées fleurissent au loin dans l'Anjaly
Petit-d'oiseau-bleu se met à pleurer
Qui-ne-craint-le-juste retour-de-choses se met à éclater de rire
Si c'est un juste retour de mort de mort qu'il ne soit accompli
Mais si c'est un juste retour d'amour qu'il soit accompli
(Bakely Domenichini-Ramiaramanana)
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun13 avril 2010
Que d'étoiles ont filé devant nous
Frôlant les eaux.
Chaque aurore n'était-elle pas le reflet
De notre nostalgie ?
On y va malgré tout, n'est-ce pas, on y va.
(Nâzim Nikmet)
Commenter  J’apprécie          50
brigetounbrigetoun13 avril 2010
Il y a une belle chambre secrète
Dans notre maison de repos ;
Là les ombres vertes entrent pas la fenêtre ouverte
Sur un jardin de charme, de solitude et d'eau
Il écoute... il s'arrête...
Que le monde est beau, bien-aimée, que le monde est beau
(Milosz)
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun17 avril 2010
Avec des larmes, ô grand esprit, grand esprit, mon père suprême – avec des larmes je viens vous dire que l'arbre n'a jamais fleuri. Vieil homme pitoyable, vous me voyez ici ; j'ai tout manqué, je n'ai jamais réussi. Ici, au centre du monde où vous m'avez conduit quand j'étais jeune, où vous m'avez instruit, me voilà devenu vieux et l'arbre a dépéri, père suprême, mon père suprême !
À nouveau et peut-être pour la dernière fois sur cette terre, je vous rappelle la grande vision que vous m'avez envoyée. Il se peut qu'une petite racine de l'arbre sacré vive encore. Nourrissez-la, que l'arbre fleurisse et s'emplisse du chant des oiseaux ! Écoutez-moi, non pour moi-même, mais pour mon peuple. Je suis vieux. Écoutez-moi afin qu'ils puissent retrouver la bonne piste rouge, l'arbre qui protège !
Dans ma détresse, je vous envoie ma faible voix, ô Six Pouvoir du Monde ! Écoutez-moi dans ma détresse, car il se peut que plus jamais je ne vous rappelle. Ô faites que mon peuple vive !
(Black Elk)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Edouard Glissant (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edouard Glissant
Vidéo de Edouard Glissant
Dans la catégorie : Textes poétiquesVoir plus
>Rethorique>recueils de textes appartenant à plus d'une littérature nationale>Textes poétiques (23)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
479 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre