AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Ange (Traducteur)
ISBN : 2352941032
Éditeur : Bragelonne (2007)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 148 notes)
Résumé :
Il était une fois... la plus belle des aventures, auréolée par le grand amour, le seul, le vrai. Si bien qu'elle est devenue la favorite de millions de lecteurs.
Princess Bride est un livre culte qui devint ensuite un film culte. Un récit de duels à l'épée, de bagarre, de torture, de poison, d'amour, de haine, de vengeance, de géants, de chasseurs, de méchants, de gentils, de serpents, d'araignées, de monstres, de poursuites, d'évasions, de mensonges, de véri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
Galounette
Galounette16 juin 2015
  • Livres 5.00/5
Un petit coup de mou ? Une baisse de moral à l'approche des vacances qui sont presque à votre portée, mais mettent un temps fou à se concrétiser ?
Ah, vous prendrez bien une bouchée de Princess Bride, alors !
Comme beaucoup, je connaissais de nom cet ouvrage qui a rencontré un certain succès en cassette vidéo (à l'époque il n'avaient pas encore inventé le DVD), avec Robin Wright dans le rôle de Bouton d'or (si, vous savez, Robin Wright, une jolie blonde qui jouait dans Santaaaa Barbaraaaaaa, qui me diraaaaaaa...vous l'avez dans la tête maintenant, ne me remerciez pas).
Princess Bride, donc, c'est l'histoire de Bouton d'or et de son grand amour, un récit loufoque et déjanté, soit-disant adaptation de William Goldman d'un roman de Morgenstern. A vous de voir si vous trouvez trace du Monsieur en question, et comme je suis sympa je vous donne un indice : Je ne sais pas ce qu'il prend au petit-déjeuner le William, mais c'est de la bonne (et quand la musique est booonne, bonne, bonne, boooonne, ah non c'est pas le même Goldman pardon, mais maintenant vous n'avez plus Santa Barbara dans la tête).
Les amateurs de fantastique se régaleront des exploits de l'Homme en noir, et ceux qui n'aiment pas seront heureux de la délicieuse caricature que nous sert Mr Goldman.
J'ai passé un excellent moment à la lecture de ce livre, entre fous-rires et petites réflexions intérieures "il est complètement dingue ce type", un moment qui détend, qui fait du bien, car finalement je trouve qu'on a trop rarement l'occasion de lire de bons livres humoristiques. Et puis il y a un je-ne-sais-quoi de nostalgique aussi, avec la lecture du roman par le père du jeune William.
A lire absolument ! (vraiment, entièrement, délicieusement...petit clin d'oeil au géant qui fait des rimes)
Lien : http://oxybeurresale.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PoisonLady
PoisonLady21 juin 2016
  • Livres 2.00/5
Au risque de me faire lyncher, n'y allons pas par quatre chemins: si je ne doute pas que Princess Bride ait pu donner naissance à un bon film (que je n'ai pas vu), le livre n'est ni plus ni moins que l'une des pires purges qu'il m'ait été donné de lire!
Non pas dans le fond, bien que ce ne soient pas les défauts qui manquent, mais plutôt dans la forme: William Goldman est certainement un excellent scénariste (après tout, on lui doit le Déshonneur d'Elisabeth Campbell, foutrement bien ficelé du début à la fin), mais sans doute aurait-il mieux fait de se cantonner à ce rôle.
Parce qu'en l'état, Princess Bride n'est qu'un roman très, très mal écrit, et ce en dépit d'une idée de départ absolument géniale. William Goldman a inventé le personnage de Morgenstern, prétend avoir abrégé son oeuvre, et consacre un interminable chapitre d'introduction à... sa petite personne, ou plutôt, à une version fictive de lui-même! Car, dans la vraie vie de Mr Goldman, point de fils nommé Jason. Dommage que ce Goldman fictif, dont les interventions ponctueront ensuite le récit, se révèle être un personnage assez imbuvable, ne manquant jamais une occasion de critiquer sa femme, son fils, placer une anecdote sans rapport avec la choucroute... Bref, cette partie du livre se révèle inintéressante au possible, de part son aspect très décousu et la présence de davantage de détails futiles que d'informations utiles. On espère que les choses vont s'améliorer une fois dans l'histoire proprement dite, sauf que...
... sauf que là, ce sont d'autres problèmes qui pointent le bout de leur nez.
Pour commencer, le délire de Goldman a donc été de résumer certains passages entiers de l'histoire sous la forme de commentaires de son personnage fictif: "là, j'ai coupé ça, ça et ça". Si le procédé permet de passer rapidement d'une action à l'autre, et se trouve justifié dans certains cas, soit par l'histoire, soit par le procédé en lui-même
()
LA, Goldman a vraiment fait bon usage des possibilités offertes par son parti pris narratif. A l'inverse, dans d'autres
() ,
on a juste l'impression que l'auteur, pris par le temps / la flemme / whatever n'avait simplement pas envie d'écrire telle ou telle part du récit. Alors que ces passages-là auraient vraiment apporté un plus. Contrairement à d'autres.
Ce qui ne manque pas de mettre en avant un autre défaut de la plume de Goldman: le manque cruel de détails. Tout son texte, celui censé *ne pas* être abrégé, donne l'impression de n'être qu'un résumé. Il n'y a pas ou peu de descriptions dans Princess Bride, pas de décors pour faire rêver, que deux-trois détails sommaires sur les personnages, même les scènes d'action sont d'une mollesse incroyable, y compris au cours DU duel important de l'histoire
() !
Bilan, sur le plan narratif, Princes Bride est une véritable catastrophe. Sans aller jusqu'à demander l'excès inverse d'un Tolkien avec ses descriptions d'une longueur assommante, quelque chose d'un tout petit peu plus travaillé n'aurait pas été un luxe.
Ce qui est dommage, parce que l'histoire, elle, est tout sauf inintéressante! On a là un récit d'aventures classique, mais efficace. Certains personnages sortent vraiment du lot (Inigo!!! Dont la réplique culte m'a semblé affreusement cliché, jusqu'au moment où... et là, je me suis surprise à sourire, et à me dire "ah ouais, quand même, la classe"), tandis que d'autres... à commencer par Bouton d'Or, ah, Bouton d'Or, plus tête à claques tu meurs, qui ne s'amourache de Westley QUE sur un coup de jalousie (après l'avoir traité comme une m*** pendant des années, tout ceci est très logique...) et dont le comportement ne s'améliore pas avec le temps
() ,
bref, Bouton d'Or est un boulet qui ne mérite définitivement pas son Westley. A ce sujet, leur "romance", de par son côté très "cheveu sur la soupe", m'a semblé vraiment artificielle. Peut-être le caractère de Bouton d'Or n'y est-il pas étranger, mais j'ai trouvé que tout ça manquait cruellement de tendresse et de sincérité. Ils disent qu'ils s'aiment, paf, et c'est tout. Si c'est ça le "grand amour", alors ça ne fait pas rêver!
Bref, pour toutes ces raisons, Princess Bride a été un calvaire à lire.
Et ça aurait pu être encore pire sans le dernier chapitre "bonus", écrit 25 ans après le reste, car, dans le roman d'origine, il n'y avait même pas de fin! Il n'y en a toujours pas cela dit, mais c'est toujours mieux que de couper l'action en plein milieu et de justifier ça par un paragraphe à la "ptet ben que oui, ptet ben que non".
Bref, puisque le principal problème de Princess Bride est la façon dont il a été écrit, je suis convaincue que le film, lui, est peut-être réussi. Et peut-être que ses fans, ayant lu le bouquin après coup, sont capables de fermer les yeux sur ses défauts. Mais moi, je n'y suis pas arrivée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Philemont
Philemont23 janvier 2013
  • Livres 4.00/5
Les lecteurs français connaissent probablement Princess Bride par le film de Rob Reiner. Certains d'entre eux ignorent peut-être qu'initialement l'histoire est inspirée d'un roman d'un certain Simon Morgenstern, illustre inconnu dont l'oeuvre est introuvable. Et pour cause…
Simon Morgenstern est une invention de William Goldman, lui même étant bel et bien l'auteur du roman qui nous intéresse ici. Sous prétexte de nostalgie de son enfance, en particulier de cette histoire que lui aurait lu son père, Goldman prétend tout le long de son oeuvre qu'il ne fait qu'abréger ce soit disant roman de Morgenstern comportant de longs passages qui ne servent pas l'intrigue et, surtout, l'action.
C'est le premier gag, et non des moindres, du roman qui parut aux États-unis en 1973. Par la suite, Goldman en fera un scénario pour le cinéma, le projet ne voyant finalement le jour qu'en 1987, avec le succès que l'on sait (pas tant au cinéma qu'en vidéo).
Suite au film, J'ai Lu a publié Princess Bride, aujourd'hui épuisé. En 2004, Bragelonne a édité une "Édition du 25ème anniversaire", très largement inspirée de l'édition américaine (jusqu'à sa couverture) publiée, bien sûr, en 1998. C'est de cette dernière édition dont nous parlons ici.
Comme la plupart des lecteurs français ont probablement vu le film avant d'avoir lu le roman, autant le dire tout de suite : les deux se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Ce n'est pas pour rien que William Goldman est à la fois l'auteur et le scénariste de Princess Bride. Les seules différences entre les deux oeuvres sont les suivantes :
- dans le roman l'auteur coupe régulièrement le récit pour expliquer son soi-disant travail d'abréviation, ou ses fictifs souvenirs d'enfance, alors que dans le film le récit est interrompu par le petit garçon qui questionne son grand-père qui lui lit le roman ;
- dans le roman on trouve deux passages conséquents sur les vies de Inigo Montoya et de Fezzik, alors que dans le film elles ne donnent lieu qu'à quelques tirades.
Pour le reste, tout est identique ! de l'intrigue à la forme, en passant par le ton, Princess Bride - le roman - et Princess Bride - le film - sont bel et bien les mêmes oeuvres. A savoir un conte extrêmement bien rythmé, plein d'humour et d'action. Si vous avez apprécié le film vous ne serez pas déçu par le roman ; si vous ne l'avez pas apprécié, le roman n'est probablement par pour vous ; si vous n'avez pas vu le film vous avez des chances de passer un excellent moment à la lecture du roman, surtout si vous aimez sourire, voire rire en lisant.
A noter que l'"Édition du 25ème anniversaire" comporte une suite à Princess Bride : le bébé de Bouton d'Or. Celle-ci est présentée par Goldman comme le premier chapitre du roman qu'aurait écrit Morgenstern après Princess Bride. Si cette suite ne présente que peu d'intérêt, l'introduction de Goldman, comme celle de l'oeuvre principale d'ailleurs, est à mourir de rire, et vaut donc le détour à elle seule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Kenehan
Kenehan28 décembre 2015
  • Livres 4.00/5
Challenge Variétés 2015
Catégorie : Un livre choisi pour sa couverture
Film culte de 1987, "Princess Bride" a longtemps été un roman introuvable en France, en tout cas pour moi. Après de longues recherches infructueuses, c'est l'initiative de Bragelonne de fêter les 40 ans du livre qui m'a enfin donné l'occasion de le découvrir.
Comédie fantastique, parodie, "Princess Bride" s'amuse gentiment des codes du genre pour nous proposer une histoire délectable. Des personnages haut en couleur, une histoire d'amour épique, un monde plein de surprises et de dangers, bref autant d'éléments qui raviront les amateurs du genre.
Si le film m'avait d'emblé conquis, ce n'est pas le cas de sa version romancée. Les 45 premières pages d'introduction de William Goldman sont laborieuses malgré quelques passages amusants. Je n'ai retrouve mon véritable plaisir qu'avec le premier chapitre intitulé "La fiancée". A part ça, on retrouve tout ce qui a fait le film et plus encore !
En plus de revivre le film dans son intégralité, le roman approfondi beaucoup d'éléments dont le passé des personnages. C'était une de mes principales attentes en me procurant ce livre et je suis comblé. Mieux encore ! La fin n'est pas tout à fait la même puisque si la version cinématographique se conclut sur un happy ending, le livre, lui, s'achève sur un suspense intenable. Heureusement, "Princess Bride" a eu une suite : "Le Bébé de Bouton d'or", également abrégée ici (et pas qu'un peu !) par William Goldman.
Un roman qui a su satisfaire mes attentes juste dans sa belle édition reliée chez Bragelonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ValentineF
ValentineF26 août 2013
  • Livres 5.00/5
J'ai ouvert "Princess Bride, la version abrégé avec que les meilleurs moments de l'oeuvre de S. Morgenstern" des éditions bragelonne, pour ne plus vraiment le refermer, j'ai mis une journée pour le lire, il se lit super bien tant que j'y pense. Bon j'arrête mes bétises pour faire ma fiche de lecture.
Ma fiche est d'ailleurs bien avancé puisque j'ai dit l'auteur et l'auteur bis, l'éditeur et le titre, tout ce qu'il faut pour le trouver donc, en plus une édition collector spécial 40ans devrait sortir (genre aujourd'hui le 26/08/2013).
Ceci dit, il faut aussi dire qu'il a été adapté pour le cinéma, pour la petite histoire, le film a fait un flop a sa sortie et est devenu culte en vidéo.
Retour à l'histoire, enfin, j'en ai pas encore parlé: Bouton d'Or, fermière au fort potentiel de beauté fini par tomber amoureuse de son "Garçon de ferme" (Westley), après l'avoir exploité durant des années, lequel pour la mérité décide de partir faire fortune. Hélas, elle apprend son décès des suites de l'attaque du terrible Pirate Roberts. Désespérée, elle décide de ne plus aimer, pour finir par épouser le prince du coin (sans amour, on a dit qu'elle ne voulait plus aimé). le jour de la présentation de la Princesse Bouton d'Or au peuple, elle est kidnappée (Quand on a pas de bol).
Là commence l'histoire, mais je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir de lire cette oeuvre géniale. Je vous lance juste des noms en vrac : L'homme en noir, l'albinos, l'espagnol, le géant, le sicilien, la machine, le marais de feu, la falaise de la démence, Max le miracle.
Un cocktail d'actions, d'amour, de satyre et surtout de beaucoup d'humour.
Encore une chose, Morgenstern est adepte des parenthèses délirantes, et Goldman des références à sa famille toujours cinglante... (Ce qui a dû lui couter son mariage).
Encore une chose : Les deux auteurs ne font qu'un, en fait, c'est surtout un brin de nostalgie de l'auteur qui a du avoir la chance d'avoir un parent pour lui raconter des histoires avant de dormir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Les critiques presse (1)
Elbakin.net09 octobre 2013
Princess Bride est un roman à la fois charmant et caustique. Les amateurs de contes de fées, de films de cape et d’épée, d’histoires d’amour et de lieux exotiques seront certainement ravis, le tout revu à la sauce parodique, mais ne se moquant jamais méchamment.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
TheAustenGirl33364TheAustenGirl3336414 août 2014
Elle n'avait jamais eu l'air si bien. Quand elle était entrée dans sa
chambre, elle était une fille incroyablement jolie. La femme qui avait émergé était un tantinet plus fine, beaucoup plus sage, un océan plus triste. Celle-là comprenait la nature de la douleur et, sous la splendeur de son apparence, il y avait du caractère et une connaissance de la souffrance.
Elle avait dix-huit ans. Elle était la plus belle femme depuis cent ans. Cela n'avait pas l'air de l'intéresser.
« Tu vas bien ? » demanda sa mère.
Bouton d'Or sirotait son cacao. « Ça va, dit-elle.
- Tu es sûre ? demanda son père.
- Oui, » répondit Bouton d'Or. Il y eut un très long silence. « Mais je n'aimerai plus jamais. »
Et elle n'aima plus jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CarosandCarosand13 février 2014
Elle a posé son livre. Elle m'a regardé. Puis, elle a ajouté :
- La vie n'est pas juste, Bill. Nous disons à nos enfants qu'elle l'est mais c'est une terrible erreur. Ce n'est pas simplement un mensonge, c'est un mensonge cruel. La vie n'est pas juste, elle ne l'a jamais été, elle ne le sera jamais.
Commenter  J’apprécie          90
KenehanKenehan17 octobre 2015
Les habitants présents n'oublieraient jamais cet instant. Aucun d'eux n'avait jamais été si proche de la perfection, et l'immense majorité adore aussitôt Bouton d'or. Il y en eut, bien sûr, qui déclarèrent que même si elle était plutôt jolie, il fallait attendre de voir si elle avait les qualités requises pour être reine. Il y en eut certains pour être carrément jaloux. Très peu la haïrent.
Et seuls trois d'entre eux avaient l'intention de l'assassiner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JessoyaJessoya26 avril 2012
Depuis l'invention du baiser, cinq seulement ont été classés comme les plus passionnés et les plus purs. Celui-ci les surpassa tous de très loin. Fin.
Commenter  J’apprécie          90
benlebbenleb03 juin 2016
Mais sa véritable force résidait dans ses bras. Jamais il n'avait existé, en plus de mille ans, des bras aussi forts que ceux de Fezzik (c'était son nom). Ses bras n'étaient pas seulement gargantuesques, ils étaient aussi très obéissants, d'une rapidité étonnante, et surtout - voilà pourquoi il ne s'inquiétait pas - infatigables. Si on lui avait donné une hache et qu'on lui avait demandé d'abattre une forêt, les jambes de Fezzik auraient peut-être lâché sous la fatigue, la hache aurait peut-être cassé, punie d'avoir assassiné tant d'arbres, mais les bras de Fezzik seraient restés toujours aussi frais,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de William Goldman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Goldman
Adaptation #28 : Princess Bride
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
598 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre