Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2742765336
Éditeur : Actes Sud (2007)


Note moyenne : 3.56/5 (sur 25 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
En 21 après J.-C., sous le règne de l'Empereur Tibère, une révolte secoua plusieurs cités de Gaule. De grands peuples comme les Eduens, les plus anciens alliés de Rome, prirent les armes à l'instigation d'un chef énigmatique, Sacrovir. Les légions romaines réprimèrent l... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ampersand, le 08 février 2014

    Ampersand
    Ce roman historique démarre par un étonnant prologue au XXIe siècle en Égypte, qui m'a surprise car je m'attendais à plonger immédiatement dans la Gaule romaine ! Au point que j'ai refermé le livre pour vérifier que j'avais le bon livre entre les mains ! Faisant confiance à Christian Goudineau, éminent archéologue et professeur honoraire au Collège de France (titulaire de la chaire des Antiquités nationales), je me suis replongée dans ce roman : un manuscrit datant du Ier siècle est retrouvé dans une réserve d'objets anciens volés ou issus de pillages à l'occasion d'une enquête liée à un meurtre. C'est le professeur Ihsan Idris, plutôt original, qui va se charger de la traduction. Les volumina retrouvés concernent des événements qui se sont produits en Gaule, en 21 après Jésus-Christ. Ils contiennent la relation d'un certain Lucius Valérius Priscus que Séjan, préfet du prétoire sous le règne de Tibère, a envoyé enquêter après coup sur une révolte survenue en Gaule, à cause du poids des impôts, et vite réprimée après l'intervention des légions romaines, et la mort des chefs gaulois impliqués. Accompagné d'Egnatius, un esclave de Séjan, et bien sûr de soldats, muni de pleins pouvoirs pour mener à bien sa mission, il s'arrête dans ce but à Lugdunum (Lyon) puis à Augustodunum (Autun) et ses environs...
    Christian Goudineau est parti d'un fait historique – cette révolte – relaté par Tacite dans ses Annales pour écrire ce roman qui nous présente une Gaule romanisée en pleine mutation entre son passé celte et son avenir gallo-romain. Alliant habilement intrigue et érudition, l'auteur parvient à intégrer subtilement des informations historiques à son récit tout en maintenant le rythme (notamment grâce aux dialogues et les pointes d'humour) et un suspense incroyable ! L'intrigue, qui se développe au fil des découvertes du héros, est passionnante : trahisons, secrets d'État, manipulations, complots... le tout est rythmé par de multiples rebondissements et de déroutants renversements de situations (jusqu'à la dernière page !). Je n'ai pas réussi à lâcher ce livre avant d'en connaître la fin, pour le moins étonnante !

    Lien : http://romans-historiques.blogspot.fr/2007/01/lenquete-de-lucius-val..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par keisha, le 19 octobre 2008

    keisha
    Prologue à Alexandrie et au Caire, XXIème siècle. Un manuscrit datant du 1er siècle est retrouvé dans une réserve d'objets anciens volés ou de produits de pillage. C'est le professeur Ihsan Idris, plutôt original, qui va se charger de la traduction. Les volumina retrouvés concernent des événements s'étant produits en Gaule, en 21 après Jésus Christ. Ils contiennent la relation d'un certain Lucius Valérius Priscus que l'empereur Tibère a envoyé enquêter après coup sur une révolte survenue en Gaule, à cause du poids des impôts, et vite réprimée après l'intervention des légions romaines, et la mort des chefs gaulois impliqués. L'historien Tacite parle de ces événements dans ses Annales.
    La majeure partie du livre contient le récit de Lucius Valérius Priscus. Il est chargé par Séjan, le personnage le plus puissant de l'Empire (après l'Empereur) d'enquêter sur les causes réelles de la révolte. Lucius est un ancien militaire, qui vit en Italie dans un domaine retiré et se tient loin des intrigues de la cour. Sa mère est originaire de Gaule.
    Il obéit mais "pourquoi m'avait-on séparé de mes figuiers, de mon potager et de ma petite jument?" "Je me trouvais face à une intrigue qui dépassait de mille coudées ma modeste personne. le fils de l'Empereur tentant de s'emparer du pouvoir?"
    Accompagné de l'esclave Egnatius et bien sûr de soldats, muni de pleins pouvoirs pour mener à bien sa mission, il s'arrête dans ce but à Lugdunum (Lyon) puis à Augustodunum (Autun ) et ses environs. Il n'est pas au bout de ses surprises.
    Epilogue au Caire : le récit que l'on vient de lire est-il celui d'un homme à la fin de sa vie , désireux d'éclaircir les chose ? un roman ? un faux récent ? le professeur et le conservateur du musée d'Alexandrie nous amènent à nous poser bien des questions.

    L'auteur de ce livre original, professeur au collège de France, titulaire de la chaire des Antiquités nationales, possède un joli brin de plume. Son érudition réelle (l'histoire de Rome et de la Gaule ainsi que la vie en Gaule au 1er siècle) reste légère ; beaucoup de dialogues rendent la lecture plaisante ; l'intrigue devient passionnante au fil des découvertes de notre héros, qui demeure conscient de sa position réelle et s'amuse du pouvoir qui lui est prêté. Pas mal d'humour tout du long, et une histoire d'amour ...

    Lien : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-23382804.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Florence94, le 14 août 2012

    Florence94
    En l'an 21 après JC, sous le règne de l'empereur Tibére, plusieurs régions gauloises se soulèvent a priori en réaction à l'augmentation importante des impôts par Rome. Ainsi, les Trévires dirigés par Florus et les Eduens menés par Sacrovir prirent les armes contre le gouverneur romain de la Gaule lyonnaise, Aviola. Grâce à ses propres soldats et à l'aide de garnisons venus de Germanie, Aviola eut vite fait d'écraser la révolte. Quelques mois plus tard, Lucius Valérius Priscus est chargé par Séjan, le Préfet du Prétoire, d'aller dans les Gaules de façon à déterminer les causes exactes de la rébellion.Le voyage de Lucius Valérius Priscus à travers les Gaules en train de se romanisées est passionnant à plus d'un titre. D'une part, l'intrigue elle-même va de rebondissements en coups de théâtre qui ne laissent aucun répis ni à Lucius Valérius Priscus ni au lecteur moderne. D'autre part, l'auteur profite de l'occasion pour faire un état des lieux des provinces gauloises, de la politique romaine, et plus généralement, de la vie des cités. Excellent !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par ahez, le 09 juin 2012

    ahez
    L'Enquête de Lucius Valerius Priscus de Christian Goudineau a attiré mon attention lors du voyage "Sud Antique" organisé dans mon établissement. La collection Babel étant une certaine garantie de qualité, j'ai sauté sur l'occasion de lire un roman policier sur l'Antiquité.
    En Egypte, on découvre par hasard, à l'occasion d'un meurtre, de vieux volumina dans une malle. Une équipe se charge de les traduire. Il s'agit du récit d'un certain Lucius Valérius Priscus, chargé par Séjan, préfet du prétoire sous le règne de Tibère d'enquêter sur la révolte qui a secoué la Gaule en 21 après J.C. Lucius Valérius se rend donc chez les Eduens pour découvrir les raisons de cette révolte. Accompagné d'Egnatius, un esclave de Séjan, il va se retrouver au coeur d'un complot aux multiples rebondissements.
    Fondé sur une révolte historique rapportée par Tacite dans les Annales, le roman présente une Gaule romanisée en pleine transition entre son passé celte et son avenir gallo-romain. Sans en faire des tonnes en matière de civilisation, l'auteur distille en douceur des connaissances nécessaires et intéressantes. Nourrie de littérature latine, en particulier de Catulle, l'intrigue se tient même si elle semble un peu longue à se mettre en place. Elle réserve des surprises jusqu'à la fin, entraînant le lecteur dans une série de renversements de situations plus surprenants les uns que les autres. Les récits enchassés se répondent dans un jeu de miroir assez bien vu. L'écriture est d'une simplicité et d'une fluidité efficace propre au genre policier, sans être d'une qualité remarquable.
    A vous de lire!

    Lien : http://ahezcess.canalblog.com/archives/2011/07/24/21666259.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Archelo, le 25 mai 2012

    Archelo
    L'auteur de ce roman, Christian Goudineau est un éminent spécialiste de la période au cours de laquelle se déroule l'action et les détails s'en ressentent. On a vraiment l'impression d'évoluer dans l'antiquité. Donc pour le cadre de l'action, rien à dire. de même on se laisse prendre par l'histoire. Seul bémol concernant l'épilogue. La dernière révélation est décevante, inutile à mon goût. Elle gâche le plaisir pris au cours de la lecture et donne une impression de "tout ça pour ça ?".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par keisha, le 19 octobre 2008

    Un médecin? Celui que nous avons sait tout juste diagnostiquer si le sujet est encore vivant ou déjà mort. Après son passage, il est généralement mort.

    Un passage des oeuvres de Catulle cité dans ce roman :
    Donne moi mille baisers puis cent,
    Puis mille autres et cent encore,
    Et encore mille et encore cent !
    Et quand nous nous en serons donné des milliers,
    Nous brouillerons le tout pour en perdre le compte"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Florence94, le 14 août 2012

    Au moment de fermer la porte, il se retourna.
    - Tu n’imagines pas ce qui t’attend. Méfie-toi de tout. Ne crois personne. Vérifie deux fois, trois fois, les propos que te tient celui en qui tu as placé ta confiance. Lorsque tu penses avoir trouvé la solution, commence par te dire que tu te trompes.
    - Catulle m’instruira.
    - Certainement, si tu trouves les bons vers !
    Il me grimaça son sourire bizarre et s’en alla.
    Je ne devais plus le revoir. Aujourd’hui encore je regrette amèrement d’avoir accordé si peu d’importance à ses recommandations.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Christian Goudineau

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Christian Goudineau

LES DRUIDES (part 2): entretien avec Jean-Louis Brunaux, archéologue et chercheur au CNRS, et Christian Goudineau, professeur au Collège de France.








Sur Amazon
à partir de :
8,06 € (neuf)
4,27 € (occasion)

   

Faire découvrir L'enquête de Lucius Valérius Priscus par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (45)

> voir plus

Quiz