Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020301059
Éditeur : Editions du Seuil (2002)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.92/5 (sur 66 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Luis A. n'est pas un personnage de roman mais un homme
bien vivant, même s'il tient à rester anonyme. Ce livre raconte son histoire, de sa lointaine enfance argentine aux événements qui l'ont conduit aux portes de la France, où il demeure aujourd'hui.
... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 05 mars 2012

    brigittelascombe
    Saviez-vous que recevoir en cadeau "sept plumes d'aigles dans lesquelles sont les sept couleurs du secret" vous permet de devenir sorcier?
    Non?
    Alors dépéchez-vous de lire Les Sept Plumes de l'aigle, un conte initiatique d'Henri Gougaud(romancier,essayiste,conteur,homme de radio,chansonnier et directeur de collection chez Seuil).
    Ce long monologue, récit des aventures de Luis (un métis à la "force joyeuse", restaurateur de tableau que l'auteur nous dit avoir enregistré après une rencontre dans un bar de Paris où une conversation poétique a scellé leur amitié) déborde d'imagination comme Le Rire de l'ange mais pourrait être un voyage intemporel, une quête de sagesse s'apparentant à L'Alchimiste de Paulo Coelho ou au Petit Prince de Saint-Exupéry.
    Né en Argentine,Luis,Luisito, "Négrito mio" pour sa mère indienne,après la mort de cette dernière fuit son père mal aimant.
    Buenos-Aires. Taraudé par le désir de peindre,vivant de petits boulots,des rencontres successives Joséfa la prostituée qui lui apprend l'amour,"le Polonais" et la philosophie,puis sur Tiahuanaco,"El Chura l'homme au plumage de renard" et le chamanisme", Marguicha la compagne, "l'homme cuivre gardien du temps", Flora la fleuriste etc...lui apprendront à grandir, à ressentir les choses et les êtres et le mèneront vers le Machu-Pichu,pays des aigles et du savoir.
    Beaucoup d'action: le lecteur n'a pas le temps de souffler qu'il passe d'une frontière à l'autre. de la poésie mélée à de l'ésotérisme: ce qui crée une ambiance mystérieuse(chaman,sorcier,pouvoirs,réincarnation...).
    Un bon livre bien écrit!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lismonde, le 31 mars 2014

    Lismonde
    C'est un livre magnifique qui fait voyager dans toute l'Amérique latine jusqu'en Espagne et à la fin Paris -
    En fait, avec tout son talent poétique, Henri Gougaud a retranscrit l’histoire de l'homme qui en est le héros. En dernière étape de sa vie, après avoir vécu mille péripéties devenu artiste, il s'était installé à Paris au faubourg Saint Antoine.
    Je n'ai pas eu le temps de le rencontrer car il est aujourd'hui décédé mais il reste cette merveilleuse histoire, où l'on croise notamment un chaman, dès le début, personnage important dans le livre car c'est lui qui va initier le personnage central, lui apprendre à voir, à sentir : on entre dans cette relation si profonde qu'un chaman parvient à établir avec chacun des éléments de la nature - le moindre caillou devient vivant - je repensais souvent en lisant ces passages à cette parole célèbre de Victor Hugo, "tout vit, tout est plein d'âmes".
    J'ai lu ce livre sur la chaleureuse recommandation d'un ami en partant tourner un documentaire au Pérou - j'ai découvert Cuzco et le Machu Picchu un peu à travers cette histoire car ces sites magnifiques y sont évoqués mais aussi tant d'autres -
    Et puis ce personnage vit tellement de vies différentes, tellement de péripéties, connaissant tour à tour (et souvent sans transition) les plus grands bonheurs ou les pires infortunes ! à sa manière il me faisait penser un Neveu de Rameau qui se serait exporté en Amérique latine, et accordé aux dimensions du continent -
    A vrai dire, il serait plus juste d'évoquer la grande tradition hispanique du roman picaresque, avec un personnage vivant des tribulations multiples comme on le voit dans le Lazzarillo de Tormes, du moins dans le souvenir que j'ai gardé de ce livre .
    Ce qui importe à la fin, c'est que la vie soit toujours gagnante, quelle que soit l'épreuve traversée, car les secours les plus improbables et les plus inattendus finissent toujours par faire triompher des situations les plus inextricables.
    Cette tension positive est forcément gratifiante car on ne peut souhaiter meilleur enseignement !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par karlitodelacasa, le 03 février 2013

    karlitodelacasa
    Nous avons reçu de la lumière, nous donnons de la lumière.La nuit n'oublie pas le jour. le jour n'oublie pas la nuit.Chaque être porte en lui un jour et une nuit.Aime ta vie, aime ta vie.Respire. Prends ton souffle Expire.Tu es dans la respiration de la Terre.Tiens-toi tranquille, ne t'emballe pas.Il n'y pas que la Terre qui sache se laisser emporter dans une danse de cyclone.Il n'y pas que les planètes qui sachent tourner autour des soleils, nous savons aussi, nous les gens.Nous le savons par parenté, par héritage intime.Nous le savons parce que nous sommes les enfants de la Terre, des planètes, des soleils.Regarde, nous aussi nous sommes des étoiles.Les premiers homme de la Terre ne vivaient que dans le sentir, ils ne connaissaient pas la conscience carrée.Je ne pense pas donc je suis.Cesse de croire que tu es ce que tu penses.Tu n'est pas ce que tu penses.Cesse de réduire ton être à la dimension de ton crâne.Le sentir seul peut approcher l'épice.Sers-toi de tes yeux, de tes oreilles, de ton goût, de ton odorat, de tes mains.Respire, respire et laisse-la entrer.Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles qu'on n'ose pas les faire. C'est parce qu'on n'ose pas les faire qu'elles sont difficiles.Ce n'est pas ce que je dis qui est important, c'est ce que tu sens.Entre dans ta Pachamama, dans la terre de ton corps. Goûte, flaire, écoute, palpe, tiens-toi à l'affût dans le silence de ta terre.Au fond du silence quelqu'un dort. Souffle sur son visage, il ouvrira les yeux, et tu verras tomber une plume du ciel, la septième. La plume de l'Eveillé.Dès qu'elle aura touché ta tête tu sauras marcher vraiment, sans béquilles, les yeux ouverts. Tu ne seras plus prisonnier de tes caprices, de tes humeurs, de tes croyances, de tes rêves, de ton passé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par mimolette, le 23 septembre 2014

    mimolette
    C'est beau comme un moment avec un ami.
    Gougaud a l'art de raconter l'improbable, le fragile, le tendre, l'éphémère comme l'intemporelle.
    De ses contes, on en sort toujours émerveillé. Ben, ce roman, c'est un conte au format roman. Un conte qui aurait existé, si on accepté l'idée que le personnage principal existe bel et bien.
    Les premières trente pages sont un peu fastidieuses, j'ai eu du mal à rentrer dans le récit, mais ensuite, c'est agréable, poétique. Ce n'est pas son meilleur livre, mais on s'abandonne largement entre ces lignes. Avec Gougaud on est toujours à la marge, on est entre les lignes, on lit quelque chose qui est entre le réel et l'irréel. A l'heure ou beaucoup de livres sortent sur l'art de réussir sa vie, Gougaud, depuis bien longtemps raconte le récit de ceux qui essayent de suivre leurs « légendes personnelles ». Il le fait sans donner de leçon, sans tambour, ni trompette. Coelho à côté est un petit garçon qui copie.
    L'histoire ? Fidèle à l'idée de ne rien dévoiler de la trame, je dirais juste que la quatrième de couverture en dit assez.
    Bref, une belle histoire sur l'homme…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

  • Par Aela, le 13 mars 2011

    Aela
    Un livre initiatique qui nous conte le parcours original d'un jeune Argentin qui va parcourir la Bolivie, le Pérou, le Guatémala, avant de se retrouver en France. Luis a quitté très jeune la maison de son père à Córdoba, en Argentine. Sa mère, d'origine quechua, venait de mourir. Il refuse de croire à sa mort et part à sa recherche. Sur son chemin, il va croiser le gardien des ruines de Tihuanaco, un chaman nommé El Chura. Ce chaman va l'initier aux secrets de la Terre et va l'envoyer à la poursuite des pierres vivantes et des sept plumes de l'aigle où sont les sept secrets de vie. Un parcours qui va être long et douloureux, malgré les talents du héros.. ainsi il se fera excommunier et chasser pour avoir osé peindre un christ avec un visage indien..
    Un joli roman, original et poétique et qui nous emmène au coeur des Andes et de ses plus beaux sites: Tihuanaco, Cuzco, le Macchu Pichu...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (24)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigittelascombe, le 05 mars 2012

    Entrer dans l'âge adulte est une naissance.C'est un passage difficle.Beaucoup le refusent parce qu'ils ne veulent affronter ni la souffrance d'être seuls,ni la liberté d'inventer leur propre vie.Jusqu'à ta mort et même au delà tu devras grandir,grandir encore,devenir toujours plus adulte.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 05 mars 2012

    Je connais des gens qui prennent la vie en horreur sous l'étrange prétexte que le monde leur déplait.Comme si le monde et la vie étaient sortis jumeaux du même ventre!Le monde n'est que le lieu où la vie s'aventure.Il est rarement accueillant.Il est même parfois abominable.Mais la vie!L'enfant qui apprend à marcher c'est elle qui le tient debout.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 05 mars 2012

    Le premier soir de notre vie commune,dés qu'elle m'a vu couché elle s'est agenouillée contre ma hanche,elle a ouvert mes vêtements et a laissé aller ses doigts sur moi.Elle s'est mise à jouer de mon corps comme d'un instrument de musique,en psalmodiant des incantations,à voix basse.Je lui ai demandé ce qu'elle faisait là.Elle m'a répondu qu'elle réveillait les démons et les anges,les forces obscures et les forces lumineuses.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Bruno_Cm, le 22 février 2014

    J'ai passé des après-midi, des jours entiers à boire du café en face de ce caillou, sans cesser d'élucubrer, d'errer dans toutes sortes de théories, de suppositions, de labyrinthes ésotériques. Puis peu à peu mon bavardage mental s'est fatigué de lui-même. Il s'est tari, il s'est perdu comme une rivière dans les sables du désert. Il était tellement stupide ! Un jour, vers la fin de l'après-midi, il faisait déjà très froid, je venais de ranimer le feu et d'allumer la lampe à pétrole, j'ai posé le caillou sur la table, dans un rond de lumière. Comme je le regardais encore, sans plus rien espérer de lui, je l'ai vu environné d'un vague halo et j'ai perçu, dans ses dedans, une sorte de battement. Je me suis dit : "Bon Dieu ! Il est vivant !" Et tandis qu'un étonnement jubilant montait dans ma poitrine, quelque chose de lui s'est approché de moi, quelque chose de lourd, de timide, d'heureux pourtant. C'était comme un regard sans visage, sans yeux, rien d'autre qu'une force aimante semblable à la chaleur d'un regard. Une prière muette m'a envahi le coeur. Et je n'ai plus rien pensé, Dieu garde ! C'était trop émouvant. J'ai salué, et j'ai goûté, c'est tout.

    Pourquoi ne vit-on pas ces choses plus souvent ? Elles sont si simples ! Mais qui se soucie de regarder dans un caillou ? On pousse devant soi quelques idées distraites qu'on croit indiscutables. Un caillou ? C'est moins qu'une plante. C'est sans valeur. C'est chaotique. Et le passant va son chemin, cherchant un ami peut-être, ou le sens de la vie, ou la maison de Dieu. Tout était là pourtant, sur le bord de la route, dans ce morceau de roc effleuré d'un oeil vague. Il aurait suffi de se pencher sur lui, et d'oser faire sa connaissance. Il aurait suffi de renoncer un instant à quelques certitudes, quelques suppositions. Il aurait suffit d'un peu d'oubli de soi, d'un rien d'amour. Si vous aimez les choses, elles viennent, elles vous parlent, elles se mettent d'elles-mêmes à votre service. L'amour que vous donnez à un caillou provoque l'éveil de l'amour endormi dans ce caillou, parce que dans toute chose il y a de l'amour endormi, du désir d'échange, des élans de gratitude qui n'attendent que d'être réveillés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Bruno_Cm, le 22 février 2014

    - Tu vois, Luis, c'est ça un cerveau. Un vieux salaud qui te tient par les couilles et qui te raconte n'importe quoi pour t'empêcher de sortir de ta prison. [...] Ce qui vit hors de lui est nul, voilà sa loi. Que sait-il de l'amour ton cerveau, pauvre Luis ? Rien. Il sait, par ouï-dire, que l'amour existe, mais il ne sait pas le goûter. Que sait-il d'une pomme ? Son poids, sa couleur, sa chimie ? La formule chimique d'une pomme nourrit-elle ? Non, mais le cerveau s'en moque. Il les stocke, il les accumule, il les empile, il les interprète, il s'en bâtit des systèmes, des romans, des euphories et des angoisses. Il ne vit pas, il fonctionne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (8)

Videos de Henri Gougaud

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Henri Gougaud

L'enfant de la neige - Henri Gougaud .
XIIIe siècle. Nous sommes en Languedoc dans la bonne ville de Pamiers. L'Inquisition rôde encore sur cette région cathare. Jaufré, un enfant abandonné devenu troubadour, revient au pays. Il y retrouve sa nourrice Thomette, son demi frère Alexis, le père abbé Aymar qui l'a élevé, le luthier qui l'a initié à la musique, le bibliothécaire du monastère et tout un petit peuple haut en couleurs. Jaufré découvrira l'amour et un mystérieux manuscrit hérétique dans les combles de l'église. Se dévoileront alors peu à peu les énigmes douloureuses qui hantent les ruines récentes du château fort, les caves du monastère et l'esprit des gens. Henri Gougaud, un de nos plus grands conteurs, nous offre un exceptionnel roman initiatique, lumineux et envoûtant qui nous plonge au coeur du Moyen Age, cette période emplie de ténèbres et d'espérance, mais qui nous parle aussi de nous-mêmes, aujourd'hui. Ecrite dans une langue superbe, une histoire surprenante et pleine de rebondissements, où l'enfer côtoie le ciel, où l'amour sauve tout.








Sur Amazon
à partir de :
6,83 € (neuf)
7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Sept Plumes de l'aigle par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (137)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz