Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)

ISBN : 2841722791
Éditeur : L'Atalante (2004)


Note moyenne : 4.07/5 (sur 15 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« Je te vois, Traquemort. Tu auras beau te débattre, la destinée te tient entre ses griffes. »
Et cette destinée a fait d'Owen Traquemort un proscrit dans un empire interstellaire où règne la tyrannie, l'injustice et la corruption. Mais la rébellion s'est levée d... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Alfaric, le 07 août 2015

    Alfaric
    Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...
    Episode VI : le retour du Traquemort !

    Les super-héros rebelles se sont scindés en plusieurs groupes pour faire avancer la cause !. A la fin du tome précédent, la team Jack Hazard mettait à mal la flotte impériale en détruisant l'usine de la nouvelle propulsion interstellaire sur Technos III, ici la team Owen réactive les réseaux Traquemort sur Brumonde, la team Finlay est chargée de retrouver le chef d'Etat major Vincent Harker sur le monde de Shannon placé en quarantaine, David & Kit sont chargés de réorganiser la résistance sur Virimonde pour alimenter la rébellion au sens propre comme au sens figuré. Nous sommes chez Simon R. Green donc rien se ne passera comme prévu, le tout filmé au prix de menus incohérences en galactovision par Toby le spin doctor repenti et Flynn le caméraman travesti !
    "La bataille de Brumonde" : j'ai grave pris mon pied, mais attention spoilers


    "Innocence perdue" : j'ai surkiffé le gros délire, mais ATTENTION GROS SPOILERS


    "Le devoir d'un Traquemort" : le destin de le la galaxie se joue dans l'âme d'un seul homme, attention spoilers !


    "Tous à Golgotha": tout a une fin...
    Finalement la Guerre du Traquemort est racontée sur le ton de la chronique : les mondes passent les uns après les autres à la rébellion, tandis que la flotte impériale harcelée de tous les côtés par les vaisseaux d’or hadéniens ne peuvent exécuter les ordres de calcination de sa majesté Lionnepierre XIV (toute référence à la Guerre des Malouines n’est absolument pas fortuite du tout !). Les combats font rage sur le monde capital de Golgotha et ils décideront du sort de l’humanité toute entière !
    C’est évidemment epicness to the max, néanmoins le recours trop fréquent aux deus ex machina de la Mater Mundi, Nôtre Dame de Toutes les Âmes, devient vraiment trop facile...
    Une fois de plus les superhéros rebelles se retrouvent pour mieux se séparer :
    - la team Owen prend d'assaut le bunker souterrain du Caligula au féminin
    - la team Jack prend d'assaut les immeubles de la ploutocratie galactique
    - la team Finlay prend d'assaut le QG des forces impériales
    C'est une plongée en apnée dans le cape & laser, pleine de bruit et de fureur, et le grand final enchaîne les duels de haute volée. Pour ne rien gâcher, les retournements de situation sont légion puisque chaque camp subit défections et trahisons. Les discours des héros comme ceux des traîtres se font écho : il y a ceux pensent aux autres autant qu'à eux-mêmes, et ceux qui s'enlisent dans le sempiternel et détestable « je, moi, le mien »... En SF, Fantasy ou Fantastique l'auteur développe toujours les mêmes thématiques universelles : si l'homme naît bon, qu'est-ce qui le corrompt ? Capable de devenir Dieu ou Diable, l'Homme doit résister à la tentation de devenir puissant et de vouloir le rester... Et si le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ! C'est l'heure des choix et Owen Traquemort marche dans les pas de Frodon résistant à l'attraction de l'Anneau Unique et dans ceux de Luke Skywalker résistant à l'attraction du Côté Obscur (l'auteur n'a jamais caché adorer le SdA et Starwars ^^). Quand il voit le sens de l'honneur fait homme succomber lui aussi à la tentation, il comprend alors ce qu'il lui reste à faire...
    En 1965, dans le "Dune" de Frank Herbert Paul Atréides vainquait l'empereur Padishah Shaddam IV, mais le libérateur devenait dictateur à son tour... En 1996, Owen Traquemort vainqueur de l'impératrice Lionnepierre XIV résiste à la tentation et renonce au pouvoir qui lui tend les bras pour l'offrir au peuple... Ainsi naît la démocratie galactique !!!

    Entre permanences et mutations, l'auteur anglais est un peu un pionner : à l'époque où on voulait transformer la SF en « Fiction Spéculative » alternant dystopie cyberpunk et hard science inaccessible donc rébarbative, et où la Fantasy s'enlisait dans les tolkieneries commerciales et conservatrices, il donne une nouvelle jeunesse au roman-feuilleton populaire en piochant dans les séries anglaises et les action movies hollywoodiens. Les cadors des littératures de l'imaginaire ont toujours dit que la SFFF était une héritière naturelle de la littérature populaire du XIXe siècle, et plus précisément des grands romans-feuilletons : Simon R. Green le prouve d'autant plus ici qu'il part en croisade contre le TINA des Chicago Boys (« There Is No Alternative » : si vous n'êtes pas content du pandémonium capitaliste, vous n'avez qu'à essayer l'enfer communiste).
    Le combat d'Owen Traquemort, petit littéraire obligé d'endosser le rôle de héros pour lutter contre la pétasse de fer Lionnepierre XIV, c'est évidemment un peu le récit du combat de Simon R. Green, petit libraire obligé d'endosser le rôle de militant pour lutter contre la dame de fer Margaret Thatcher. Et après avoir assisté à la chute du thatchérisme, ils vont devoir va devoir faire face aux sociaux-traîtres du blairisme... Mais ceci est une autre histoire ! (à lire absolument, comme le dit si bien maître Fnitter)
    https://www.youtube.com/watch?v=TVgSV8c87lo

    PS : On se demandera longtemps pourquoi la Bifrost Connection tire à boulets rouges sur ce roman-feuilleton qualifié de daube intersidérale… Alerte gros snobinards qui enragent que le peuple puisse s’éclater avec de la SF cool & fun !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 24         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fnitter, le 10 février 2012

    fnitter
    Valable pour la série de 1 à 5 (un livre par an) les épisodes 6 à 8 ont été écrits 5 ans plus tard, les personnages initiaux sont morts depuis des siècles et j'ai choisi de ne pas m'engager dans cette nouvelle aventure.
    Pour le reste :
    Magnifique space opera. Ultra coloré.
    Un univers totalement déjanté, exubérant, criard, excessif. cet univers mérite tous les superlatifs.
    Les personnages, haut en couleur accrochent immédiatement la sympathie ou la haine, c'est selon. On les suit avec passion.
    La lecture est aisée, linéaire.
    On ne s'ennuie pas un seul instant. de l'action à tous les niveaux qui va crescendo au fil des tomes.
    Tous les thèmes sont abordés (IA, pouvoirs de l'esprit, machines, vaisseaux spatiaux, extra-terrestres etc...)
    De l'humour, du suspense.
    A lire absolument.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 4         Page de la critique

> voir toutes (28)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Alfaric, le 27 août 2015

    La vie d’une clone était déjà bien assez compliquée ; fallait-il vraiment qu’en plus l’original ait été un parfait salaud, pervers, manipulateur et félon.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Alfaric, le 26 août 2015

    Quelle horreur si nous ne retenions du don de la vie que les meilleurs façons de détruire et de tuer !

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par Alfaric, le 25 août 2015

    Tout ce dont nous disposons pour fonder nos existences respectives, ce sont les personnages selon lesquels on nous a créés ; nous ne savons donc pas si notre personnalité actuelle provient d’un choix personnelle ou de notre programme d’origine. La vie demeure en grande partie un mystère à nos yeux. Tout est nouveau, effrayant, devoir décider seuls de nos actes… Et les émotions, quelle énigme ! Tenez, l’amour, par exemple : nous croyons comprendre ce que ce mot signifie, mais à quelle différence le comparer ? La haine est plus facile à concevoir, la peur aussi. Ça explique peut-être pourquoi certains jouets sont méchants plutôt que gentils : la nature de la méchanceté se laisse cerner plus aisément.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Alfaric, le 27 août 2015

    Enfants, nous entretenons des rêves, mais ils sont battus en brèche à mesure que nous grandissons.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Alfaric, le 23 août 2015

    Rien n’est jamais vraiment perdu. Les souvenirs des rencontrent exceptionnelles et des bons moments restent toujours présent, à une pensée de distance. En un sens, ils ne cessent jamais de se produire. Les instants auxquels on tient, les amis qu’on chérit existent toujours, et seul le temps nous en sépare ; le passé se rejoue sans cesse et il continuera de se rejouer à l’infini. C’est nous qui nous en sommes éloignés.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
22,80 € (neuf)
15,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Traquemort, Tome 3 : La guerre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz