AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2823609458
Éditeur : Editions de l'Olivier (05/01/2017)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils, pour la plupart. D’omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n’a jamais menti. Elle s’est contentée de ne pas en parler. »

Ils se rencontrent à l’université. Ils se marient très vite. Nous sommes en 1991. À vingt-deux ans, Lotto et Mathilde
sont beaux, séduisants, follement amoureux, et semblent promis à un avenir radieux. D... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
cathulu
10 janvier 2017
  • 5/ 5
Enfant choyé, adolescent turbulent, Lotto est exfiltré par sa très riche mère, placé en pensionnat. Il part ensuite à l'université (Vassar) où il enchaîne les conquêtes d'un soir et découvre sa vocation de comédien. La rencontre avec Mathilde est éblouissante. La pureté de la jeune femme fascine Lotto. Ils s'aiment, se marient deux semaines plus tard, au grand dam de manman (sic) qui coupe les vivres.
Bohème enjouée. Mathilde fait vivre le ménage jusqu'à ce que Lotto découvre ses talents de dramaturge et accède à la notoriété. Couple en apparence parfait, Mathilde se fond sans rechigner dans l'ombre du grand homme.Mais "Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils pour la plupart. D'omissions." et tout va bientôt se fissurer.
Commencé de manière plutôt classique le roman de Lauren Groff ne ménage pas les surprises et ce jusqu'à la toute fin des Furies. Pourtant si la première omission est théâtralisée par celui qui la révèle, tout se fait de manière subtile et nous ne découvrons que progressivement les failles des personnages, leurs faiblesses soigneusement cachées, ce qui nous les rend d'autant plus proches. Nous ne tranchons jamais ,et si les pièces du puzzle se mettent peu à peu en place, l'impression d'ensemble reste une formidable maîtrise de la forme et un style tout en retenue mais où les vacheries ne sont jamais absentes. Un roman fascinant .
Et zou, sur l'étagère des indispensables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nadael
14 janvier 2017
  • 5/ 5
Au commencement la lumière, partout. Celle qui submerge et remplit. Deux jeunes gens fous d'amour s'étreignent face à la mer, ondulante. On dirait qu'ils flottent, Lotto et Mathilde. le matin-même, ils se sont unis par les liens du mariage. Secrètement. Lui vient d'une famille aisée, l'argent coule à flots et l'amour maternel inonde. Elle, n'a plus de famille, aucune sûreté. Lotto est solide et solaire. Mathilde est pâle et discrète. À l'annonce de leur union trop rapide et irraisonnée, la mère de Lotto lui coupe les vivres. Loin d'être anéanti, le couple plonge dans la vraie vie. Il veut devenir comédien, ses cachets sont maigres. Alors Mathilde veille à payer loyer et factures en travaillant dans une galerie d'art contemporain. Ils sont jeunes, beaux, ardents, autour d'eux gravitent les amis et les connaissances, les agapes sont légions. L'existence comme une aventure, l'édification d'un destin, le soutien d'une épouse. le monde du théâtre, son exigence, son bouillonnement, ses turbulences. Les espoirs déçus. Puis, l'illumination, la place de Lotto n'est pas sur les planches mais derrière les mots. Il devient en peu de temps un dramaturge reconnu et aimé.
Puis la révélation d'un ami d'enfance, brutale et cassante advient. Quelques mots seulement et l'édifice s'écroule. Lotto est transfiguré. L'ombre est devenue fantôme. On entre dans un autre roman. Un nouveau regard, sombre. Aveuglé par l'aura de Lotto, Mathilde apparaissait au second plan, effacée. Là voilà qui surgit de l'obscurité. Si la surface était lisse et pure, à l'intérieur c'est le chaos. Omissions, dissimulations, petits arrangements avec la vérité. On change de « focale » et tout devient différent. Une autre histoire se dessine peu à peu, on remonte le temps, par bribes, par images, par périodes. Scènes et Paysages se fissurent et par les interstices le puzzle des existences de Lotto et Mathilde se reconstitue. Nous sommes alors en pleine tragédie grecque ou Shakespearienne. Une tempête qui fait voler en éclats toutes les convenances.
Un roman exalté et impétueux où la noirceur flamboie, la vérité s'enténèbre et l'amour ruisselle. Laurent Groff dépeint avec force, style et lyrisme l'obscurité, la complexité et le mystère de l'âme d'un homme et d'une femme qui s'aiment.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SagnesSy
05 janvier 2017
  • 5/ 5
En 2015, année de sa parution aux Etats-Unis, « Les furies » a été consacré meilleur roman de l'année par Barack Obama, le propulsant dès lors à travers 30 langues et le dotant de grandes attentes : il y répond. « Elle était tellement lasse de cette façon conventionnelle de raconter des histoires, ces schémas narratifs éculés, ces intrigues touffues sans surprise, ces gros romans sociaux. Il lui fallait quelque chose de plus désordonné, de plus affûté, comme une bombe qui explose. » Voilà ce qu'a écrit Lauren Groff dans ces 427 pages, du désordonné, de l'affûté, une bombe qui explose, et le lecteur en redemande. C'est l'histoire d'un mariage, on rencontre Lotto, sa vie, son oeuvre, sa lottitude, le rejoint Mathilde, et ils vivent heureux durant vingt-trois longues années, auxquelles on assiste avec grand intérêt (Lotto est dramaturge, le monde artistique au sens large est longuement évoqué); débute ensuite un retour sur Mathilde, qui, si elle n'a jamais menti au sens propre, a beaucoup omis. Explose alors une narration qui virevolte d'une période à une autre, et revisite ce qu'on connaissait de la vie de ce couple fusionnel d'un tout autre point de vue…
Fascinant de bout en bout, cet hypnotique roman est servi par une traduction parfaite. A lire absolument ! (Le très bon billet du Prof Platypus, celui de Cathulu).
Dans les remerciements : « Que soient bénis tous les relecteurs et vérificateurs de ce monde. Bénis également les lecteurs de ce livre. Et tant qu'on y est, les lecteurs de tous les livres. »
Lien : https://cuneipage.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Les critiques presse (5)
LaLibreBelgique18 janvier 2017
Lauren Groff installe intelligemment un mariage parfait. Avant de tout mettre en pièces en changeant son point de vue.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Telerama18 janvier 2017
Orgies et nuits de défonce conduisent au fiasco un couple fusionnel. La lumière de la Nouvelle-Angleterre, le fracas d'une langue crépusculaire.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeJournalDuDimanche16 janvier 2017
Les Furies est un roman âpre, beau, étonnant. Romanesque et cérébral. Réflexion à rebours des idées reçues.
Lire la critique sur le site : LeJournalDuDimanche
LeFigaro05 janvier 2017
Avec Les Furies, Lauren Groff réussit ses «Scènes de la vie conjugale».
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesEchos04 janvier 2017
Lauren Groff signe ce roman à succès, foisonnant et sophistiqué.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
NadaelNadael14 janvier 2017
« Elle se surprit à penser que la vie avait une forme conique, le passé s’évasait à mesure qu’il s’éloignait du moment présent, à la pointe du cône. Plus on vivait, plus la base s’élargissait, de sorte que des blessures et des trahisons, quasi imperceptibles au moment où elle s’était produites, s’étiraient comme des points minuscules sur un ballon de baudruche qu’on gonfle peu à peu. Une petite tache sur l’enfant frêle se transformait en une difformité énorme sur l’adulte, impossible à franchir et aux bords frangés. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NadaelNadael14 janvier 2017
« Léo n’avait pas encore écrit de musique, mais il avait fait des dessins sur du papier d’emballage volé en cuisine. Les feuilles s’enroulaient sur elles-mêmes, accrochées au mur de son cottage, esquisses d’entrelacements, extensions du corps mince et léger du jeune homme. La forme de la mâchoire de Léo quand il se mettait de profil, dévastatrice ; cette manière qu’il avait de se ronger les ongles jusqu’au croissant, les fins cheveux éclatants au creux de sa nuque. Son odeur, de tout près, pure et propre, blanchie. [ Les êtres nés pour la musique sont les plus aimés de tous. Leur corps est le réceptacle de l’esprit qui l’anime ; le meilleur en eux, c’est la musique, le reste n’est qu’instrument de chair et d’os.]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NadaelNadael14 janvier 2017
« La vie était fragile, Lotto l’avait appris. Les gens pouvaient être soustraits au monde à cause d’un mauvais calcul rapide. Si l’on risquait de mourir à tout moment, alors il fallait vivre! »
Commenter  J’apprécie          30
NadaelNadael14 janvier 2017
« Entre leurs deux peaux, le plus fin des espaces, à peine assez pour l’air, pour ce voile de sueur qui à présent refroidissait. Et pourtant, un troisième personnage, leur couple, s’y était glissé. »
Commenter  J’apprécie          20
cathulucathulu10 janvier 2017
"Je ne sais pas si je dois vous gifler ou vous embrasser.
-C'est l'histoire de ma vie, rétorqua Mathilde."
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Lauren Groff (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lauren Groff
Payot - Marque Page - Lauren Groff - Fugues
autres livres classés : roman psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
224 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre