AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2823609458
Éditeur : Editions de l'Olivier (05/01/2017)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 33 notes)
Résumé :
« Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils, pour la plupart. D’omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n’a jamais menti. Elle s’est contentée de ne pas en parler. »

Ils se rencontrent à l’université. Ils se marient très vite. Nous sommes en 1991. À vingt-deux ans, Lotto et Mathilde
sont beaux, séduisants, follement amoureux, et semblent promis à un avenir radieux. D... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
hcdahlem
13 mars 2017
★★★★★
★★★★★
Si Les Furies est le troisième roman de Lauren Groff, c'est le premier que je lis de cette Américaine de 39 ans. Mais il donne furieusement envie de découvrir les autres. Car l'originalité de sa construction le dispute à la brillance du style.
Il nous plonge dans l'intimité d'un couple, celui que forment Lancelot, dit Lotto, et Mathilde Satterwhite, dont on découvrira plus tard qu'elle s'appelle en fait Aurélie et que sa mère était poissonnière sur les marchés à Nantes.
La première partie est vue du point de vue de Lancelot, la seconde avec les yeux de Mathilde. Ce qui nous donne deux versions totalement différentes et met tout à la fois le ressenti que l'on peut avoir d'un même événement et le mensonge sous toutes ses formes au coeur d'un livre que l'auteur souhaitait au départ publier en deux volumes, baptisés Destins et Furies.
Tout commence merveilleusement bien pour le jeune couple. C'est la période de la lune de miel, celle de tous les possibles. Lancelot connaît ses premiers succès de comédien. Il rêve de gloire, soutenu par Mathilde. Et même si sa riche famille ne semble pas voir son union d'un bon oeil, il croit en sa chance. D'autant que jusqu'à présent tout lui a souri, baigné dans cette atmosphère joyeuse de la fin des années 60. Aux premiers succès sur les planches, s'ajoutent ceux auprès des filles : « Lotto fut baptisé "Maître Queue". Il serait faux de dire qu'il baisait tout ce qui passait, en réalité il voyait dans chaque fille le meilleur de ce qu'elle avait. »
Mais quand il rencontre Mathilde, il sent que les choses deviennent plus sérieuses, que sa vie prend un tournant. D'autant que sa femme devient bien plus qu'une compagne très agréable, une collaboratrice, une protectrice, une gestionnaire de carrière, apparemment pleine d'abnégation.
Et si les amis s'éloignent peu à peu, peu importe. Car Lotto choisit de se lancer dans une carrière de dramaturge, entend revisiter la mythologie et réussir en tant qu'auteur plutôt qu'en tant qu'acteur. de premiers succès font du bien à son égo, mais l'installent aussi dans une sorte de confort proche de la cécité. Car il ne voit plus la vie qu'à travers le prisme de cette oeuvre qui se construit « Quelque chose se passait tout au fond de lui. Un haut-fourneau qui le carboniserait s'il s'ouvrait. Un secret si profondément enseveli que même Mathilde l'ignorait. »
Imperceptiblement, il s'éloigne de sa femme. À l'image de l'opéra sur lequel il travaille avec Leo, on sent le drame couver, on imagine l'issue tragique. Et si l'on voit bien le dessein de l'auteur qui entend souligner cette descente aux enfers avec les extraits des oeuvres de Lancelot, il faut aussi reconnaître qu'elles rendent la lecture moins fluide… Jusqu'au moment où la version de Mathilde prend le relais.
Ici, les secrets ont un poids autrement plus lourd. Sur les circonstances qui ont conduit cette fille unique de France aux Etats-Unis, sur la relation qu'elle entretient avec son «protecteur», sur la manière dont elle partira à la recherche d'un bon parti. le mariage n'est plus alors une belle histoire d'amour, mais le fruit d'un calcul qui tient davantage de Machiavel que de Cupidon.
Au fil des révélations, le récit devient stupéfiant, fascinant. Très troublant. Entre le personnage lisse et bien-né de Lotto et les failles et la complexité du personnage de Mathilde, Lauren Groff dissèque bien davantage qu'un mariage. Elle fait voler en éclat la légende de l'amour qui serait la «fusion avec l'autre», brise la version trop fleur bleue du rêve américain et radiographie une société qui se cherche des valeurs, une vision. On comprend, en refermant ce livre, que Barack Obama a pris beaucoup de plaisir à le lire. À votre tour…

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
motspourmots
13 février 2017
★★★★★
★★★★★
"Entre leurs deux peaux, le plus fin des espaces, à peine assez pour l'air, pour ce voile de sueur qui à présent refroidissait. Et pourtant, un troisième personnage, leur couple, s'y était glissé."
Encore un roman sur le couple pourrait-on penser ? Peut-être. Mais alors, quel roman ! J'ai bien fait de céder à la furieuse envie née de la lecture d'une chronique d'Olivia de Lamberterie dans Elle dans laquelle elle rappelle d'ailleurs que ce livre a été désigné par Barack Obama comme le meilleur de l'année 2015. Il a bon goût, Barack. Lauren Groff nous livre ici une étude anthropologique à la fois brillante et passionnante, avec une tendresse folle pour ses personnages, du plus naïf au plus fêlé. Tout ceci dans une langue (merci à la traduction !) élégante et riche en surprises, qui déroule à vos oreilles une petite musique légèrement envoûtante, de celles qui vous poussent à tourner les pages.
Vingt-trois ans de la vie d'un couple. D'abord un coup de foudre et un mariage dans la foulée avec une scène d'ouverture digne de la grande tradition hollywoodienne. Lotto (diminutif de Lancelot) et Mathilde sont donc jeunes, beaux et il flotte au-dessus d'eux un halo de grâce qui suscite l'admiration. Lotto se destine à une carrière d'acteur avant de s'apercevoir que c'est dans l'écriture de pièces dramatiques qu'il excelle et de devenir une figure de Broadway. Mathilde le soutient, fait vivre le ménage pendant les années creuses grâce à son travail dans une galerie d'art. Autour d'eux gravite une bande d'amis rencontrés à l'université, la famille qu'ils se sont constitués en quelque sorte. Car Mathilde n'a jamais évoqué la sienne et Lotto, orphelin de père n'a pas revu sa mère depuis qu'elle l'a envoyé en pension à l'adolescence.
Vingt-trois ans de la vie d'un couple. D'abord du point de vue de Lotto, dans une première partie qui nous met à hauteur du regard d'un "artiste", un "grand homme" sur le monde qui l'entoure. Tout est légèreté, fête, désir tourné vers la réussite, les pieds dans l'art et la tête dans le ciel. La seconde partie retourne le point de vue du côté de Mathilde, déchirant en quelque sorte le voile rose que Lotto tendait sur la vie. C'est à la fois effrayant et jubilatoire.
Lauren Groff nous parle certes du couple et des différences d'appréciations entre un homme et une femme mais, ce serait du déjà vu s'il n'y avait cette plongée dans l'univers d'un artiste (qui pourrait être un grand sportif ou un homme politique d'ailleurs), autocentré, amoureux fou de sa femme sans rien connaître d'elle, amoureux de l'image idéale qu'elle lui inspire. Et en parallèle, l'univers de sa compagne, à la fois dans l'ombre et la lumière pour mieux éclairer son costume. Avec ce constat : "Le couple, c'était mathématique. Pas additionnel, comme on aurait pu s'y attendre. Mais exponentiel".
Les Furies est un petit bijou d'intelligence et de construction qui vous emmène bien plus loin que ce que vous pouviez imaginer au départ. Derrière les apparences, au coeur de cette alchimie pourtant impalpable qui façonne les associations amoureuses. C'est redoutablement bien fait.

Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SagnesSy
05 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
En 2015, année de sa parution aux Etats-Unis, « Les furies » a été consacré meilleur roman de l'année par Barack Obama, le propulsant dès lors à travers 30 langues et le dotant de grandes attentes : il y répond. « Elle était tellement lasse de cette façon conventionnelle de raconter des histoires, ces schémas narratifs éculés, ces intrigues touffues sans surprise, ces gros romans sociaux. Il lui fallait quelque chose de plus désordonné, de plus affûté, comme une bombe qui explose. » Voilà ce qu'a écrit Lauren Groff dans ces 427 pages, du désordonné, de l'affûté, une bombe qui explose, et le lecteur en redemande. C'est l'histoire d'un mariage, on rencontre Lotto, sa vie, son oeuvre, sa lottitude, le rejoint Mathilde, et ils vivent heureux durant vingt-trois longues années, auxquelles on assiste avec grand intérêt (Lotto est dramaturge, le monde artistique au sens large est longuement évoqué); débute ensuite un retour sur Mathilde, qui, si elle n'a jamais menti au sens propre, a beaucoup omis. Explose alors une narration qui virevolte d'une période à une autre, et revisite ce qu'on connaissait de la vie de ce couple fusionnel d'un tout autre point de vue…
Fascinant de bout en bout, cet hypnotique roman est servi par une traduction parfaite. A lire absolument ! (Le très bon billet du Prof Platypus, celui de Cathulu).
Dans les remerciements : « Que soient bénis tous les relecteurs et vérificateurs de ce monde. Bénis également les lecteurs de ce livre. Et tant qu'on y est, les lecteurs de tous les livres. »
Lien : https://cuneipage.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cathulu
10 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Enfant choyé, adolescent turbulent, Lotto est exfiltré par sa très riche mère, placé en pensionnat. Il part ensuite à l'université (Vassar) où il enchaîne les conquêtes d'un soir et découvre sa vocation de comédien. La rencontre avec Mathilde est éblouissante. La pureté de la jeune femme fascine Lotto. Ils s'aiment, se marient deux semaines plus tard, au grand dam de manman (sic) qui coupe les vivres.
Bohème enjouée. Mathilde fait vivre le ménage jusqu'à ce que Lotto découvre ses talents de dramaturge et accède à la notoriété. Couple en apparence parfait, Mathilde se fond sans rechigner dans l'ombre du grand homme.Mais "Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils pour la plupart. D'omissions." et tout va bientôt se fissurer.
Commencé de manière plutôt classique le roman de Lauren Groff ne ménage pas les surprises et ce jusqu'à la toute fin des Furies. Pourtant si la première omission est théâtralisée par celui qui la révèle, tout se fait de manière subtile et nous ne découvrons que progressivement les failles des personnages, leurs faiblesses soigneusement cachées, ce qui nous les rend d'autant plus proches. Nous ne tranchons jamais ,et si les pièces du puzzle se mettent peu à peu en place, l'impression d'ensemble reste une formidable maîtrise de la forme et un style tout en retenue mais où les vacheries ne sont jamais absentes. Un roman fascinant .
Et zou, sur l'étagère des indispensables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LeaTouchBook
03 février 2017
★★★★★
★★★★★
Les Furies avait été élu meilleur livre 2015 par Barack Obama, et je peux vous dire que c'est mérité !
Je dois avouer qu'au début j'étais très réticente j'avais peur de lire un roman pompeux dans le style et ennuyeux dans le fond... C'est tout le contraire : j'ai dévoré Les Furies. Comment expliquer que cette histoire a priori assez commune nous happe dès les premières pages ? Déjà la construction de ce roman est extrêmement bien pensée, on dirait presque un polar car cette relation a priori idyllique entre Lotto et Mathilde est remplie de zones d'ombre et de secrets : on souhaite vraiment savoir ce qui va se passer et quels sont ces mystères.
Ensuite même si j'ai préféré (étrangement) la première partie du récit, j'ai trouvé que l'ensemble était très solide, équilibré. Une première partie consacrée au point de vue de Lotto, de sa passion pour le théâtre d'abord en tant qu'acteur puis en tant que dramaturge, de son amour infini pour sa femme. Lauren Groff part de la naissance de notre héros pour faire défiler toute sa vie, pour nous le rendre d'autant plus intéressant et touchant. Mathilde est ensuite au coeur de l'histoire et c'est là que nous voyons le voile de la perfection se déchirer, que le château de cartes s'écroule.
Entre Lotto et Mathilde, le lecteur va choisir un camp, en changer, puis au final devenir un observateur neutre de cette vie intime de couple, à deux où chacun a sa part de responsabilité dans la suite des événements. En toute sincérité, j'ai été vraiment surprise de lire aussi aisément ce livre et c'est pour cela qu'il mérite tant d'éloges. le style est très agréable, le narrateur externe éparpille quelques réflexions comme un dramaturge externe. On dirait presque une pièce de théâtre dans une forme romanesque.
En définitive, Les Furies est un roman à la fois profond et surprenant !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Les critiques presse (10)
Culturebox02 mars 2017
Un roman plein de souffle, tracé d'une écriture virtuose. Hitchcockien.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Chatelaine20 février 2017
Une plongée vertigineuse dans les paradoxes du mariage. Les critiques des membres du Club de lecture Châtelaine.
Lire la critique sur le site : Chatelaine
LeJournaldeQuebec13 février 2017
Il y a deux ans, ce roman a fait fureur aux États-Unis. À notre tour de le découvrir et de l’aimer un peu, beaucoup, furieusement !
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeDevoir06 février 2017
Ode à l’amour conjugal, roman féministe aux allures de tragédie grecque, Les furies est rempli de questions profondes et lancinantes — qu’est-ce qu’une vie réussie ? Qu’est-ce que la fidélité ?
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeDevoir06 février 2017
Ode à l’amour conjugal, roman féministe aux allures de tragédie grecque, Les furies est rempli de questions profondes et lancinantes — qu’est-ce qu’une vie réussie ? Qu’est-ce que la fidélité ?
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LaLibreBelgique18 janvier 2017
Lauren Groff installe intelligemment un mariage parfait. Avant de tout mettre en pièces en changeant son point de vue.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Telerama18 janvier 2017
Orgies et nuits de défonce conduisent au fiasco un couple fusionnel. La lumière de la Nouvelle-Angleterre, le fracas d'une langue crépusculaire.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeJournalDuDimanche16 janvier 2017
Les Furies est un roman âpre, beau, étonnant. Romanesque et cérébral. Réflexion à rebours des idées reçues.
Lire la critique sur le site : LeJournalDuDimanche
LeFigaro05 janvier 2017
Avec Les Furies, Lauren Groff réussit ses «Scènes de la vie conjugale».
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LesEchos04 janvier 2017
Lauren Groff signe ce roman à succès, foisonnant et sophistiqué.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem13 mars 2017
Ils s’appelaient Lotto et Mathilde. L’espace d’une minute, ils contemplèrent une mare remplie de créatures pleines d’épines qui, en se cachant, soulevaient des tourbillons de sable. Il prit son visage entre ses mains et embrassa ses lèvres pâles. Il aurait pu mourir de bonheur en cet instant. Il eut une vision, il vit la mer enfler pour les ravir, emporter leur chair et rouler leurs os sur ses molaires de corail dans les profondeurs. Si elle était à ses côtés, pensa-t-il, il flotterait en chantant. Certes, il était jeune, vingt-deux ans, et ils s’étaient mariés le matin même en secret. En ces circonstances, toute extravagance peut être pardonnée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LucilliusLucillius09 mars 2017
"Je trouve que Livvie est plutôt réussie. J'espère que ça ne te dérange pas que je me sois inspiré de toi pour créer son personnage.
-Eh bien, Livvie est une meurtrière, dit Mathilde d'un ton neutre.
-M., j'ai seulement copié ta personnalité.
-Pour la donner à une meurtrière. L'homme avec lequel je suis mariée depuis plus de vingt ans dit que j'ai la personnalité d'une meurtrière. Super !
-Mon amour, ne sois pas hystérique.
-Hystérique. Lotto, je t'en prie. Tu connais l'étymologie de ce mot ? Hystera. L'utérus. Tu viens de me traiter de chochotte qui pleurniche à cause de ses parties intimes." (p.206)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LucilliusLucillius08 mars 2017
" Chéri, avant, on baisait le jour des poubelles, et aussi le jour des courses.
- Qu'est-ce qui a changé ?
-On a vieilli. On fait ça plus souvent que la plupart de nos amis qui sont en couple. Deux fois par semaine, c'est pas mal.
-C'est pas assez, murmura-t-il.
-J'ai entendu. Comme si je me refusais à toi." (p.98)
Commenter  J’apprécie          40
LucilliusLucillius08 mars 2017
-Il est temps. Grand temps. On a de l'argent à présent, une maison, tu es encore fertile. Tes ovules sont peut-être un peu ridés, j'en sais rien. Quarante ans. On risque d'avoir un rejeton déjanté du bulbe. Mais c'est peut-être pas si mal d'avoir un petit attardé. Quand ils sont intelligents, ils se tirent dès qu'ils le peuvent. Un retardé reste plus longtemps. D'un autre côté, si on attend trop, à quatre-vingt-treize ans on lui découpera encore sa pizza. Non, il faut s'y mettre tout de suite. Dès qu'on rentre à la maison, je te féconde fissa.
-Voilà sans aucun doute la chose la plus romantique que tu m'aies jamais dite. (p.119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LucilliusLucillius08 mars 2017
Et sa femme lui disait : " Bonjour, sire Lancelot, hardi gaillard. Venez prendre part à la joute." Quelle merveilleuse manière de se réveiller tout à fait, sa femme à califourchon qui murmurait des choses à son zob, élevé au rang de chevalier, le réchauffant de son souffle tout en lui chuchotant qu'il était quoi ? Un génie. Lotto en avait depuis longtemps la conviction intime. (p.101)
Commenter  J’apprécie          00
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
228 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
. .