Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Éditeur : publie.net (2011)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les réseaux sociaux ont pris le pas sur l’internet. Ils sont désormais le vecteur de nos usages quotidiens du web. Qu’ils s’appellent Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+... ils sont devenus notre porte d’entrée sur la Toile. Ils sont le passage obligé dans lequel s’ins... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par brigetoun, le 18 décembre 2011

    brigetoun
    Je dois avouer que je l'ai lu en partie par curiosité, en partie par entêtement.
    Tout le début, la première partie, sur (disons) la "philosophie" des medias sociaux m'a intéressé, a surtout confirmé ce que ma petite expérience me laissait penser.
    Le développement sur les relations entre les plateformes, les applications, les API m'est un peu passé au dessus du la tête, parce que, sans doute stupidement, je n'ai pas très envie de comprendre, et ne me sens pas entièrement concernée puisque, par principe, je refuse toutes les applications proposées (mais peux céder à une suggérée par un "ami" du cercle restreint que, comme le note Hubert Guillaud, nous finissons tous par nous constituer) et que d'autre part je n'ai jamais jeté le moindre coup d'oeil sur les publicités proposées.
    Il faudra cependant que je reprenne la lecture, en faisant un plus grand effort de compréhension (ne croyez pas que ce soit insurmontable, je suis spécialement stupide parfois, par choix ou non) parce que je voudrai m'assure que ce qui m'est proposé lors d'une recherche ne tient pas compte du "profil" que les médias sociaux s sont constitués avec les like (souvent de pure courtoisie)
    En résumé, lecture sans doute salutaire, y revenir
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigetoun, le 18 décembre 2011

    Avec Facebook, le web n’est plus synonyme d’altérité et de décalage. Il n’est plus un lieu d’exploration inépuisable, comme nous avons bien souvent tendance à le croire. Au contraire. Il borne le web que nous fréquentons, qui est toujours plus étroit que nous ne le pensons  nous revenons très souvent sur les mêmes sites.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 18 décembre 2011

    En fait, ce n’est pas tant le fait qu’on ne maîtrise pas ou qu’on ne comprenne pas les API qui pose problème. C’est plutôt le fait qu’elles utilisent nos données sans que nous nous en rendions vraiment compte. Et surtout qu’elles utilisent nos données de manière asymétrique : c’est-à-dire qu’elles n’utilisent pas nécessairement les mêmes que celles auxquelles nous pensons leur donner accès.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 18 décembre 2011

    Le problème c’est que pour un système sociotechnique de ce type, ce qu’on déclare apprécier ne se périme pas dans le temps et ne s’apprécie pas en contexte. Facebook a du mal à passer du graphe de recommandation au graphe de l’intérêt.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 18 décembre 2011

    Aussi le risque qu’ouvre la nouvelle sociabilité numérique est-il sans doute moins d’introduire de l’inauthenticité dans les relations sociales que de creuser encore l’écart entre ceux qui savent jouer avec leurs identités dans la conquête de nouveaux liens et ceux qui restent enclavés dans des relations de proximité qui les immobilisent.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigetoun, le 18 décembre 2011

    Une API est donc un protocole d’accès à un système d’informations par un autre système d’informations, afin qu’ils échangent des données entre eux. Ce à quoi ils ont accès et les conditions de cet accès sont clairement décrits et documentés par l’interface, selon les jeux de données qui peuvent s’échanger

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Hubert Guillaud

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Hubert Guillaud

Biens communs : de la nature à la connaissance .
Intervenants : Hubert Guillaud, Hervé le Crosnier, Didier Christin, Lionel MaurelCC-BY-NC-ND 2.0Les brevets couvrent aujourd?hui des domaines jusque là exemptés de propriété aussi variés que les mathématiques ou la génétique. Un accaparement par certains peut ainsi devenir source d?inégalités mais aussi d?assèchement de la créativité. La notion de « bien commun » a été développée pour s?opposer à ces débordements possibles. Qu?ils soient matériels (nature) ou immatériels (savoirs, connaissance), des communautés se sont multipliées pour les protéger et offrir un espace régulé et un statut alternatif à leur privatisation. Où en sommes-nous dans la construction de ces nouveaux modèles collectifs ? L?ère numérique qui s?ouvre est-elle une opportunité unique pour la société civile de garantir la protection et la diffusion de ce patrimoine commun ?








Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir Comprendre Facebook par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1)

> voir plus

Quiz