Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070364348
Éditeur : Gallimard (1973)


Note moyenne : 4.05/5 (sur 41 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Il y a cent façons de tricher, mais il n'y a guère que trois sortes de tricheurs.
Tout d'abord, il y a le joueur qui triche - qui ne triche que parce qu'il joue. Qui le fait sans méthode, sans préméditation, d'une manière presque inconsciente, involontaire, et do... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Miivava, le 06 mai 2011

    Miivava
    C'est très rare que je fasse des chroniques pour mes livres de cours, tout simplement parce que la plupart ne me plaisent pas et que je les survole et n'ai donc rien à en dire. Pour une fois, mon avis est plutôt positif, bon je n'ai pas non plus été conquise et je ne sais pas si mon avis va être bien long mais comme j'aime vous parler de chaque livre que je lis, allons-y !
    J'ai franchement adoré la première scène, c'est très original et ça préfigure bien l'humour qui est présent ensuite tout au long du livre. Je me suis dit que ça commençais bien ! le narrateur et personnage principal, jamais nommé, ne m'a pas parût sympathique outre mesure et je n'ai pas eu une folle empathie pour lui mais il ne m'a pas laissée indifférente non plus. Je l'ai, en revanche trouvé très peu fouillé. D'ailleurs tous les personnages sont un peu « creux », l'auteur ne développe pas de réelle psychologie. J'ai trouvé ça dommage car ça aurait pu faire un très bon roman noir si les personnages avaient été bien recherchés et l'histoire … plus noire. Car ça reste quand même gentillet mais je pense que c'est volontaire de la part de Guitry. L'humour est très présent, une forme d'humour qui me séduit puisqu'il est ici question d'humour noir. J'ai d'ailleurs trouvé que l'auteur aurait pu en faire un peu plus ou du moins être un poil plus acerbe.
    J'ai apprécié l'histoire et certaines scènes ou répliques sont assez cocasses et m'ont beaucoup plu. Je me suis en revanche ennuyée pendant le chapitre à Monaco ainsi que celui sur les techniques de triche à la fin, j'avoue que j'ai trouvé qu'il y avait pas mal de blabla, en particulier pour celui sur Monaco pour, finalement, ne pas vraiment faire avancer l'histoire. J'ai aussi trouvé que l'humour se faisait beaucoup moins présent en milieu d'ouvrage. J'ai aussi trouvé que la Moralité à la fin n'était pas très utile mais Guitry y exerce un peu ses talents de comique de l'absurde et, comme j'aime l'absurde, c'est très bien passé. J'ai, par contre, adoré la fin, j'ai trouvé qu'elle donnait une touche de profondeur au livre car c'est surement ce que je lui reprocherais en globalité, une certaine superficialité. J'ai donc trouvé que ça clôturait parfaitement le roman et je crois que la vraie morale est finalement dans cette fin.
    Un livre avec lequel j'ai donc passé un bon moment. Loin d'être transcendant, c'est un bon roman détente qui m'a fait facilement esquisser quelques sourires. Je l'ai malheureusement trouvé un peu trop léger alors que, avec des personnages bien fouillés, un ton plus noir et acerbe, un humour plus prononcé et une bonne dose d'absurde, on aurait pu avoir un roman noir plus qu'excellent, comme je les aime.

    Lien : http://mivava.over-blog.com/article-memoires-d-un-tricheur-sacha-gui..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par pbazile, le 12 avril 2012

    pbazile
    C'est un roman mais aussi une fable avec une moralité à la fin. Une moralité d'ailleurs très actuelle (voir citation).
    Mais qu'attendre d'autre de Guitry? Sa morale n'est pas celle qu'on apprend à l'école. Tricher peut payer si on sait le faire. le héros devient riche avant de tout reperdre sur un coup de Théâtre subtil... mais toujours pas moral.
    Un conte à la fois léger et profond.
    Un bon moment de lecture.
    Et un sympathique tableau de la France d'entre les 2 guerres...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par Aela, le 17 février 2011

    Aela
    La vie d'un tricheur.. Un Normand qui, d'abord chasseur dans un hôtel, puis croupier à Monte Carlo, devient tricheur professionnel..
    Où l'on retrouve l'élégance de Guitry, son art des "bons mots", l'insolence et le cynisme de ses textes.
    Le texte a été adapté au cinéma et au Théâtre, où l'on a pu apprécier la magnifique performance de Francis Huster.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par VACHARDTUAPIED, le 29 mars 2013

    VACHARDTUAPIED
    Préférant commencer par lire son seul et unique roman: je n'ai été déçu par l'humour présent dans ce livre Cet ouvrage fut adapté au Cinéma en 1936 sous le titre le Roman d'un tricheur:

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Alya-Dyn, le 25 mars 2014

    Alya-Dyn
    Succulent ! La verve de Guitry, si reconnaissable quand il parlait de sa voix acide, se transmet magnifiquement dans ce livre. On croirait l'entendre...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (19)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cegeste, le 21 août 2014

    Un jour le comte Greffulhe à qui j'avais répondu :" oui Monsieur" à une question quelconque qu'il m'avais posée,m'a dit : "appelle moi Monsieur le Comte je te prie".
    Dès le lendemain je les appelais tous"Monsieur le Comte"
    Le cohereur,le voltamètre et le paratonnerre ont rendu de plus grands services à l'humanité, mais l'idée n'était pas mauvaise non plus.Les ducs ,les princes et les marquis seuls s'en formalisaient : faible minorité .Je contentais les comtes et flattais tous les autres .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Cegeste, le 21 août 2014

    Savez vous pourquoi le petit n'est pas mort ?...Parce qu'il a volé !!!

    Oui j'étais vivant parce que j'avais volé .De la à en conclure que les autres étaient morts parce qu'ils étaient honnètes .....

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par gill, le 14 avril 2014

    On se ruine au jeu ? Qui se ruine au jeu ?
    Ceux qui ne sont pas maîtres ni de leurs passions, ni de leurs nerfs. Donc les imbéciles, les faibles, les hésitants, les incapables.
    Entend-on jamais dire qu'un homme éminent se soit ruiné au jeu ?
    Jamais.
    Or, la plupart des hommes éminents sont joueurs.
    Ceux qui se ruinent au jeu se seraient ruinés dans leurs affaires ou bien avec les femmes.
    Pourquoi voudriez-vous qu'il n'y eût pas au jeu des imbéciles aussi, puisqu'il y en a partout ?.......
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par SBys, le 31 juillet 2014

    Être parisien, ce n’est ni une fonction, ni un état, ni un métier – et cependant c’est tout cela. C’est unique et c’est inestimable – et ce n’est d’ailleurs pas à vendre. On en est, ou on n’en est pas. Et ceux qui n’en sont pas se demandent chaque matin ce qu’ils pourraient bien faire pour en être – et ceux-là n’en seront jamais! Car être de Paris, ce n’est ni une question de volonté, ni une question de valeur. C’est un indéfinissable mélange d’esprit, de goût, de snobisme, de bravoure et d’amoralité. On ne doit pas savoir au juste pourquoi on en est- et l’on doit seulement savoir pourquoi les autres n’en sont pas.

    Dans la conversation sois optimiste, indulgent, paradoxal et cruel. Si tu as de l’esprit, sois féroce, impitoyable. Un «mot», c’est sacré. Tu dois le faire contre ta sœur, contre ta femme, s’il le faut – pourvu que le mot soit drôle. On n’a pas le droit de garder pour soi un mot drôle. Il y a des mots mortels. Tant pis. Les mots qui sont mortels font vivre du moins ceux qui les font.[...]
    La richesse, ce n’est pas ça. Être riche, encore une fois, ce n’est pas avoir de l’agent - c’est en dépenser.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Aela, le 17 février 2011

    Je suis né le 28 avril 1882, à Tortisambert, petit village bien joli du Calvados, dont on aperçoit le clocher à main gauche quand on va vers Troarn en quittant Livarot. Mes parents tenaient un commerce d'épicerie qui leur laissait, bon an, mal an, cinq mille francs de bénéfice. Notre famille était nombreuse. D'un premier lit, ma mère avait eu deux enfants. Elle eut, avec mon père, un fils et quatre filles. Mon père avait sa mère, ma mère avait son père - ils étaient quittes, si j'ose dire, et nous avions en outre un oncle sourd-muet.
    Nous étions douze à table.
    Du jour au lendemain, un plat de champignons me laissa seul au monde. Seul, car j'avais volé huit sous dans le tiroir-caisse pour m'acheter des billes - et mon père en courroux, s'était écrié:
    " Puisque tu as volé, tu seras privé de champignons!"
    Ces végétaux mortels, 'était le sourd-muet qui les avait cueillis - et ce soir-là il y avait onze cadavres à la maison.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (63)

Videos de Sacha Guitry

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Sacha Guitry


Guitry, Portrait de Rodin
Guitry, Portrait de Rodin, Ceux de chez nous, 1952








Sur Amazon
à partir de :
2,30 € (neuf)
1,30 € (occasion)

   

Faire découvrir Mémoires d'un tricheur par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (81)

> voir plus

Quiz