AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253157023
Éditeur : Le Livre de Poche (2011)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 11 notes)
Résumé :


- Avoir peur de l’eau, des chiens, des autres ou de la vie sociale,
- avoir honte de son physique, de sa famille ou de ses choix sexuels,
- craindre de ne pas être « normal », se sentir un père ou une mère incapable parce que son enfant ne mange pas, ne dort pas ou échoue à l’école,
- avoir à l’adolescence envie de fuir ou de mourir parce que l’on se heurte à ses parents comme à un mur,
- être écrasé jour après jour p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
babel95babel9525 mars 2015
"Je ne peux rien jeter"

Quel rôle joue le rapport au temps ?

Avoir du mal à jeter ses objets peut exprimer aussi une difficulté à se situer dans le temps, car jeter implique que l'on puisse conjuguer le passé, le présent et le futur de sa vie : j'ai eu cet objet, je n'en ai plus besoin, j'en aurai un autre. Pour que ce soit possible, il faut pouvoir s'inscrire dans un temps "en marche" : savoir ce qu'il y avait avant soi, ce que l'on est et ce qu'il y aura après soi. Ce n'est pas possible si l'on ne parvient pas à se situer dans la succession des générations. Or beaucoup de gens vivent dans une sorte de temps arrêté, d'ici et maintenant, sans passé ni avenir, parce que leurs parents ne les ont jamais inscrits dans un projet de vie. Ils ne les ont pas aidés à se projeter dans l'avenir, ils les ont gardés pour eux, dans un présent qui n'avait ni origine ni fin et dont il n'était pas question de partir. Ils ne leur ont jamais dit qu'après avoir été enfants ils devraient aller faire leur vie hors de la famille pour devenir parents puis grands-parents à leur tour. Prisonniers de cette sorte d'éternité morte ils ne peuvent pas plus jeter les objets dont ils n'ont plus l'usage qu'ils ne peuvent se débarasser de leur peau de "vieux enfants". Rien pour eux ne se perd, et, de ce fait, rien non plus ne se crée. La vie - quand elle est "vivante", est à l'image de la nature : il faut que des choses meurent et se perdent pour que d'autres vivent, que la fleur meure pour que naisse le fruit.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
babel95babel9525 mars 2015
Certaines personnes donnent l'impression de vivre dans une peur permanente de "manquer" alors que, en réalité, elles ne manquent de rien. Comment l'expliquer ?
Expliquer pourquoi quelqu'un a peur de manquer - alors que dans la réalité il ne manque de rien - est difficile.
La vie, en effet, impose que l'on apprenne à "manquer" (on doit pouvoir entreprendre même si l'on n'est pas sûr de réussir, oser nager sans sa bouée et, comme au jeu, risquer sa mise). Mais nombre de gens refusent cette règle du jeu : ils ne veulent jouer qu'à coup sûr, n'aimer que s'ils sont aimés et ne jamais rien faire qui puisse dépasser leurs compétences.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
Videos de Claude Halmos (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Halmos

Claude Halmos - Dis moi pourquoi : Parler à hauteur d'enfant
www.passion-bouquins.com Blog littéraire alternatif 29e Foire du Livre de Saint-Louis Alsace 2012 Rencontre avec Claude Halmos pour son livre "Dis moi pourquoi Parler à hauteur d'enfant"
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
198 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre