Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Andreas Saint-Bonnet (Traducteur)

ISBN : 2742796622
Éditeur : Actes Sud (2011)


Note moyenne : 3.21/5 (sur 66 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Un lundi matin, deux enfants découvrent cinq corps dans le gymnase d’une école communale de Copenhague. Ils ont été pendus au plafond avec une précision géométrique terrifiante et mutilés à la tronçonneuse. Il s’agit d’une exécution.

L’inspec... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (18)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par caro64, le 05 juin 2013

    caro64
    Les vacances de l'inspecteur Konrad Simonsen commencent mal. Alors qu'il envisage de ne rien faire d'autre que de contempler la mer du Nord en compagnie de sa fille depuis un superbe bungalow, il est rappelé d'urgence auprès de son équipe. Une macabre découverte a eu lieu au sein d'une école : cinq hommes atrocement mutilés et pendus dans la salle de sport de l'établissement. Très vite, il s'avère qu'ils ont tous un point commun. Ils étaient pédophiles. Les recherchent sont difficiles, maigres les indices, les témoins disparaissent, on se livre à des manipulations pour alerter le public… Malgré l'opposition de l'opinion et de la presse, Simonsen et ses équipiers doivent mettre la main sur l'assassin et ses éventuels complices, ne serait-ce que pour leur épargner des représailles individuelles. Les enquêteurs s'interrogent aussi sur le mobile de ses meurtres. Relèvent-ils seulement de la vengeance ? Sont-ils motivés par la volonté de bousculer le gouvernement danois sur le sujet d'une législation peu répressive à l'égard de la pédophilie ? Mais des questions aux réponses, il y a parfois un monde…
    Bien orchestrée, cette intrigue est prenante et le sujet qu'est la pédophilie est traité dans toute sa complexité. La manipulation médiatique publique est au cœur du roman avec l'ouverture d'un débat éthique intéressant sur le statut de victime et du droit à se faire justice soi-même… Il en résulte une ambiance sombre, troublante et dérangeante. Sans être exceptionnel, un premier polar maîtrisé et réussi qui donne l'envie de retrouver l'équipe de Simonsen.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 23         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 04 juin 2012

    marina53
    Avec un sujet aussi sensible que la pédophilie, je m'attendais à un roman très noir. Or, il n' y a aucune description sordide.
    Cinq hommes sont retrouvés pendus dans un gymnase par deux enfants. Très vite, les enquêteurs découvriront que ces hommes étaient des pédophiles.
    Le roman n'est pas essentiellement centré sur l'enquête policière mais également sur le rôle tenu par les médias qui s'emparent très vite de l'affaire et de la population qui prendra parti pour les meurtriers.
    La population danoise dénonce ici les peines trop légères affligées aux pédophiles. Soren et Lotte Hammer soulève alors le fait de faire justice soi-même.
    L'enquête est menée méticuleusement, sans effets de surprise. Mais l'écriture est agréable, le sujet est bien exploité sous tous les angles.
    Avec des policiers qui me semblent assez attachants, Soren et Lotte Hammer ont certainement réussi leur pari de nous emmener vers d'autres enquêtes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 16         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par NolaTagada, le 11 juillet 2013

    NolaTagada
    Décidément je suis une grande fan de nos auteurs du nord, ou en tout cas des très bons choix effectués par les éditeurs d'Actes Sud: Camilla Lackerg, Stieg Larson, Lars Kepler…. , je ne suis jamais déçue !! Je kiffe grave ma race même !

    Enfin tout de même, un peu de retenue dans le vocabulaire!!! Excusez-moi pour ce petit écart de langage et concentrons nous plutôt sur “Morte la bête”. Titre qui en soit, n'est pas très joli, ni très attractif mais qui veut dire beaucoup. C'est ma petite soeur qui m'a conseillé ce livre et elle a bien fait ! Elle m'a dit qu'elle trouvait les 30 dernières pages inintéressantes et prévisibles, cela n'a pas du tout été mon cas (je dois avoir un cerveau moins élaboré que le sien !). Vous me direz ce que vous en avez pensé.

    Ce joli quatre mains est construit sur le format classique du “j'introduis mes personnages et leurs histoires dans des chapitres différents jusqu'au moment où tout fini par s'imbriquer comme par magie”. On aime ou on n'aime pas (ou plus, c'est possible aussi). Personnellement, j'adhère parce que ça nous permet de travailler notre imagination, de voir si on arrive à découvrir la suite, de faire des pronostics tout ça tout ça… Pour les gens comme ma petite soeur, apparemment ça peut être plus gênant mais pour les autres qui ont un cerveau, comment dire…. “normal”, je trouve ça plutôt sympa ! Un bon point pour les frères et soeurs Hammer (qui eux apparemment ont chacun un cerveau qui fonctionne plus moins de manière identiques ! lol !).

    L'histoire maintenant !!! C'est toujours un peu délicat: il ne faut pas en dire trop mais en même temps il faut qu'il y en est assez pour donner envie! En tout cas, on peut dire que cela commence sur les chapeaux de roue : deux enfants découvrent cinq cadavres pendus et mutilés dans le gymnase de leur école le jour de la rentrée. Branle-bas de combat à la section criminelle de Copenhague : Konrad Simonsen et son équipe prennent l'affaire en main.

    La disposition millimetrée des corps laisse à penser que toute cette affaire a été longuement préméditée et pour cause ! L''identification des corps est très lente, l'opinion publique et la presse s'empare de l'affaire au moment où l'on s'aperçoit que les victimes étaient des pédophiles notoires. C'est là que l'enquête se corse : certes ce sont des pédophiles mais ce sont aussi des victimes… Cet avis est pourtant loin d'être partagé par la presse et l'opinion publique danoise, le sujet pédophilie étant chaud chaud bouillant.

    Mais qui sont les vrais méchants ?? Les gentilles victimes se transforment en terribles pédophiles et les gentils policiers deviennent les méchants qui veulent stopper les gentils qui se débarrassent des terribles pédophiles… bref vous voyez grosso modo le tableau. Et vous, que feriez-vous ? Vous aideriez la police ou pas ? Iriez-vous jusqu'à leur mettre des bâtons dans les roues ? Ce sont des questions que les auteurs nous amènent à nous poser… Et puis moi pour enfoncer le clou, je suis allée voir Polisse de Maiwen à ce moment là, de quoi faire réfléchir… Intense et dérangeant, c'est aussi le sujet de ce livre !

    Globalement, ce qu'il faut savoir sur ce roman c'est
    1. l'intrigue est très bien menée,
    2. les personnages sont sympathiques et attachants,
    3. le sujet est dur et pas forcément facile à amener mais là c'est
    4. un véritable succès et
    5. un plaisir de lecture.

    Pour un 1er roman, je tire mon chapeau ! Bonne lecture !!

    Lien : http://www.nola-tagada.fr/catablog-items/morte-la-bete/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fleurdusoleil, le 24 avril 2011

    fleurdusoleil
    "Morte la bête, mort le venin". Proverbe signifiant : Quand un ennemi ou un individu malveillant est mort, il ne peut plus nuire. Autrement dit, le danger que peut représenter un être disparaît avec la mort de celui-ci.
    Voici donc le titre français choisi pour ce roman policier danois, qui traite d'un sujet au combien délicat qu'est la pédophilie.
    Pour leur premier roman Lotte et Soren Hammer, frère et soeur unis dans l'écriture, nous entrainent dans une enquête très difficile. L'inspecteur Simonsen et son équipe sont confrontés à un crime atroce. Cinq hommes ont été retrouvés, pendus et mutilés, dans une école de Copenhague. Jusque là rien de bien différent des autres enquêtes. Sauf que les choses se compliquent vite lorsque l'on identifie les victimes. Tous sont des pédophiles avérés. Les journaux s'emparent rapidement de l'affaire et l'opinion publique se durcit. En parallèle, un homme, victime d'abus sexuelles dans son enfance, décide de lancer une campagne anti-pédophiles sur internet afin d'interpeller la population mondiale sur le laxisme de la justice danoise face à ce fléau qu'est la pédophilie.
    Pour Simonsen, l' aboutissement de cette affaire est plus que compromis. Une vague de violence se déchaine dans la population, et une chasse aux sorcières est lancée. Personne ne souhaite bien entendu aider la police à retrouver le ou les coupables. Ils ne sont pas des assassins, ils sont de bons justiciers.
    En tant que lecteur, nous sommes face à un débat brûlant et notre perception de l'événement est sollicitée. Sommes-nous comme la majorité de la population, avide de vengeance, ou sommes-nous assez juste pour ne pas justifier cette réponse inappropriée. Faire justice soit même et inciter à la violence est-il la meilleure solution pour mettre en lumière une faille dans le système judiciaire d'un pays , et ce, même si les exécuteurs sont les victimes de cette faille ?
    Bref vous l'aurez compris, ce roman policier n'a pas pour centre les pédophiles, mais les victimes de ces êtres pervers. Avec beaucoup de justesse et sans jamais faire montre de voyeurisme malsain, Lotte et Soren Hammer nous offrent un roman noir troublant, éprouvant mais aussi très intelligent. Ils nous font réfléchir sur nos propres comportements face à nos peurs.
    De plus l'écriture est efficace, c'est un trait commun à la nouvelle vague d'auteurs venus du nord. Des phrases simples, bien structurées, des situations complexes mais réalistes, des personnages routiniers mais troubles et attachants.
    Ne vous arrêtez donc à votre appréhension du sujet, et suivez l'inspecteur Simonsen et son équipe dans cette quête de justice et de vérité.

    Lien : http://lacaveauxlivres.blogspot.com/2011/04/morte-la-bete-lotte-et-s..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par nataly, le 04 septembre 2014

    nataly
    Un thème très intéressant, mais une lecture décevante. Une scène de crime réduite à un minimum de détails, des dialogues minimalistes, des personnages auxquels on ne s'attachent pas ne réussissent pas à sauver le thème principal qui aurait du happer le lecteur. Dommage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • LaPresse , le 03 octobre 2011
    L'angle exploité ici par les auteurs est intéressant, voire inusité, mais malheureusement peu crédible. On peine à croire que l'examen de conscience des Danois puisse aller aussi loin, ce qui rend cet aspect du livre agaçant et un tantinet moralisateur. Dommage, car le reste de l'ouvrage est assez bien ficelé et on s'attache aux personnages, notamment à Simonsen, détective imparfait comme on les aime...
    Lire la critique sur le site : LaPresse

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par caro64, le 05 juin 2013

    J’ai connu un homme intelligent, qui […] m’a demandé si je pensais que le monde pouvait être changé par une poignée de personnes se battant contre l’ordre établi. Et il m’a lui-même donné la réponse, une réponse aussi simple que vraie : le monde a toujours été changé de cette façon.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par marina53, le 04 juin 2012

    Dès qu'ils furent dans la salle de repos, Arne commença à se déshabiller méthodiquement, tout en disposant soigneusement chaque vêtement bien plié en un petit tas sur une table. Il plia jusqu'à ses chaussettes. Pauline se laissa tomber en arrière dans les coussins.
    - Tu n'enlèves pas tes vêtements?
    - Ca veut dire qu'on saute les préliminaires?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par marina53, le 12 mai 2012

    Quand j'avais cinq ans, mon père est mort, et mon beau-père s'est installé à la maison. A partir de ce moment là et jusqu'à mes dix ans, où j'ai été placé dans un foyer, j'ai été violé trois, quatre, cinq fois par semaine. Eté comme hiver. Week-ends et jours de semaine, matins et soirs, année après année. Le viol faisait tellement partie de mon enfance que j'ai longtemps cru que c'était comme ça que ça se passait, que tous les enfants vivaient la même chose que moi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par marina53, le 03 juin 2012

    - J'aimerais vous revoir demain (...) Merci de venir sobre, dans le cas contraire je vous colle en cellule de dégrisement.
    - Vous pouvez me le noter, que je n'oublie pas?

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par marina53, le 03 juin 2012

    - Voilà presque une heure que nous parlons, et vous n'avez même pas encore demandé pourquoi la police est ici. Comment ça se fait?
    - C'est pas moi qui pose les questions. C'est vous. (...)
    - Ce matin, il y avait cinq cadavres dans le gymnase.
    - Sans déconner. C'est pas comme ça d'habitude.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Lotte Hammer

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Lotte Hammer

Morte la bête Marque-page 26-04-2011








Sur Amazon
à partir de :
13,90 € (neuf)
7,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Morte la bête par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de Lotte
Hammer(2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (136)

> voir plus

Quiz