AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702441483
Éditeur : Le Masque (10/09/2014)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Et dire que Hercule Poirot voulait s'accorder des vacances, histoire de reposer ses petites cellules grises en surchauffe ! Pour cela, au lieu de prendre le large, il choisit de se réfugier incognito dans une pension londonienne. Mais voici que l'aventure frappe à sa porte, alors qu'il souhaitait se mettre au vert…
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
23 décembre 2016
Hercule Poirot est de retour !
L'auteur a eu l'autorisation des héritiers d'Agatha Christie de poursuivre les aventures du célèbre petit détective Belge.
Je n'ai pas été très enthousiasmée par cette enquête qui m'a paru extrêmement longue et embrouillée.
J'ai eu l'impression que Poirot et son comparse tournaient en rond pendant la moitié du roman, à ressasser inlassablement les mêmes faits.
Hercule Poirot est toujours aussi sûr de lui et il semble ici particulièrement vantard, et sa manie de ne jamais rien expliquer aux autres policiers avant la résolution finale est agaçante au possible.
Au final, la solution semble sacrément compliquée et très peu crédible.
Commenter  J’apprécie          290
Krout
24 novembre 2015
Dernièrement le récit d'un sympathique héro gaulois moustachu sur l'autobiographie d'un certain César, enflamma la petite communauté babeliotte au point de recueillir en fort peu de temps un grand nombre de critiques, 84 à ce jour. Cette fiction prétendant rectifier une omission volontaire dans le chef du dit César à des fins de propagante fait elle-même l'impasse sur LA phrase du document en question, jetant du même coup un discrédit impardonnable sur cette tentative de réécrire l'histoire : Horum omnium fortissimi sunt Belgae ( littéralement « De ceux-là les plus braves sont les Belges», souvent traduite littérairement en français par « De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves. ) Commentaires sur la Guerre des Gaules de Jules César. Ref wikipedia.
Je dois avouer avoir lu plusieurs mais pas l'entièreté de ces critiques, je suis persuadé que pas une ne s'est posée la question : à qui profite le crime ? Or donc, fort de cet exemple récent, je m'attendais du fait à bien plus de cent critiques sur Meurtres en Majuscules par Sophie Hannah. Déception : c'est un quasi non événement, un oubli criminel passant inaperçu ? Et pourtant, la voilà qui ressuscite méritoirement le héro principal d'Agatha Christie, apparu dans pas moins de 33 romans et 52 nouvelles et de notoriété planétaire.
En 1975, la mort d'un des plus connus des détectives littéraires faisait la une du New York Times! "Hercule Poirot, le célèbre détective belge est mort." ref. AFP relax news : RTBF 16/9/2014 13h51
Quelle bonne surprise de le retrouver dans une aventure encore inconnue. Je vous encourage donc à faire appel à vos petites cellules grises pour suivre une enquête bien alambiquée que Scotland Yard ne peut résoudre sans Hercule Poirot qui a, par ailleurs, lui aussi, de bien belles moustaches !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
leinavaleski
26 septembre 2015
En commençant ce roman, j'étais prête à ne pas lui faire subir de comparaison avec les intrigues d'Agatha Christie. du moins c'est ce que je croyais car finalement je n'ai pas pu m'empêcher de le faire. L'intrigue ici n'est pas mauvaise, mais elle n'est pas aussi complexe que chez Agatha Christie où les événements anodins prennent autant d'importance que ce qui semble primordial et où tout s'entremêle. On a dans ce roman quelque chose de beaucoup trop linéaire : quand un détail pose interrogation, la réponse est apportée presque immédiatement et on passe au problème suivant.
En soi, ça ne me dérange pas. Mais quand Hercule Poirot est sur l'affaire, ça devient gênant car son talent à lui, c'est de noter les plus infimes détails et de collecter toutes les pièces du puzzle dans un environnement restreint mais dans lequel tout est lié. Pour, ensuite, grâce à un détail en particulier, les assembler et apporter la solution. Poirot n'est donc pas à sa place dans cette affaire qui implique trop de monde (il est question de plus de 100 personnes dès le début) et où tout se résout au fur et à mesure.
Mais, indépendamment du fait que Poirot n'est pas à sa place, certaines choses m'ont gênée. Par exemple, il y a des manoeuvres qui sont inutiles : pourquoi faire déplacer un personnage pour apprendre des choses quand un autre, resté à Londres, les apprend également ; ça fait doublon dans l'enquête et à la deuxième fois l'information n'est en rien d'intéressante. Et je n'aime pas non plus cette manie de faire revenir les témoins plusieurs fois pour apporter un éclairage tardif sur un élément alors qu'ils auraient pu le faire dès le départ. Ça arrive presque avec chaque témoin alors qu'il n'y a pas de vraie raison pour qu'ils taisent les choses la première fois qu'ils en parlent. On dirait une manière assez grossière de créer des rebondissements pour faire durer le suspense et je n'apprécie pas le procédé. Je n'ai pas aimé non plus les explications apportées au meurtre, je les ai trouvées abracadabrantes et ça ne m'a pas du tout convaincue. En plus ça prend beaucoup trop de temps : la scène finale traîne en longueur et la solution à l'énigme est donnée sur plusieurs chapitres.
Ce que j'apprécie le plus chez Agatha Christie et que je trouve rarement dans d'autres romans policiers, c'est que je n'ai pas la sensation d'être emmenée sur une fausse piste : c'est mon interprétation des indices qui fait que je pars dans la mauvaise direction mais je ne me sens pas forcée par l'auteure. Ça tient en partie au fait que, chez Agatha Christie, le nombre de personnage est restreint et tout le monde est suspect, et jusqu'au dernier moment on peut s'accrocher à sa propre théorie sur l'identité du coupable. Dans ce roman, on est plus dans une enquête qui nous mène quelque part sans qu'il y ait une place pour notre propre opinion. Certaines personnes sont écartées d'emblée et on découvre les suspects tout au long de l'intrigue. Encore une fois, ça ne me dérange pas sur le principe, mais ça ne correspond pas à ce que Poirot sait faire et aussi à ce que je préfère lire.
De plus, si je me pensais capable de passer outre une intrigue différente, je savais que je ne supporterais pas un non respect de la personnalité de Poirot. Et malheureusement, je ne suis pas satisfaite par cet aspect… Déjà parce qu'on nous explique sans arrêt le caractère de Poirot et que ça devient très lourd : Poirot n'a pas besoin qu'on explique qu'il est méticuleux, ça se voit dans ses gestes et dans les questions qu'il pose, on n'a pas besoin de dire qu'il est suffisant, il le montre par son attitude. Poirot est Poirot, il n'est pas nécessaire d'expliquer en quoi il l'est. Ensuite parce qu'il explique tout son raisonnement au fur et à mesure alors que d'habitude, il ne fait que lâcher une petite phrase ou poser une question qui a priori n'a aucune importance. Là, il mâche le travail au lecteur.
Ce qui m'a dérangée également, c'est que Catchpool, qui est le narrateur, a un regard omniscient sur ce que fait Poirot. Il ne se contente pas de rapporter ce qu'il a fait, il détaille aussi ses paroles et ses pensées comme si il y était. Je trouve que cela rend l'ensemble assez confus dans le point de vue sur l'affaire et ça m'a gênée dans ma lecture.
Et puisque je parle de Catchpool : cet homme n'a aucun charisme ! J'ai toujours beaucoup aimé l'inspecteur Japp, le capitaine Hastings et Miss Lemon qui, même s'ils ont des rôles de faire-valoir, ont une vraie personnalité. Ce nouvel inspecteur est bien fade et son histoire personnelle ne m'a pas du tout intéressée.

Je suis donc assez déçue de cette lecture. La plume de l'auteure n'est pas mauvaise, même si certains mots n'ont pas leur place à cette époque (comme "vacherie"), et l'intrigue n'est pas à jeter non plus. Mais quand on mêle Hercule Poirot à l'enquête, il faut que tout soit à la hauteur du personnage et ce n'est pas le cas ici. Les enquêtes du célèbre détective sont nombreuses, il n'était pas nécessaire d'en écrire une nouvelle, surtout si celle-ci n'apporte rien et encore moins si elle écorne l'image de ce personnage mythique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Nadael
09 octobre 2014
Voilà qu'Hercule Poirot, personnage créé par Agatha Christie, fin limier à l'allure de dandy et à la moustache impeccablement cirée, connu pour résoudre les enquêtes les plus ardues grâce à ses petites cellules grises, reprend du service. En effet, le petit-fils de la reine incontestée du roman policier a donné carte blanche à Sophie Hannah – auteure anglaise de polars – pour écrire une nouvelle histoire mettant en scène ce cher Poirot.
Cette nouvelle enquête se déroule à Londres où le détective à la retraite passe quelques semaines de vacances dans la pension de famille de Madame Blanche Unsworh. En se rendant au Pleasant's Coffee House afin d'y savourer un des meilleur café de Londres (ne lui parlez surtout pas de thé!), il n'aurait jamais imaginé que ce lieu serait le point de départ d'une affaire à laquelle il prendrait part.
Tranquillement installé devant sa tasse de café donc, Poirot semble perdu dans ses pensées quand une jeune femme fait irruption dans la pièce, complètement affolée. Elle ne tarde pas à s'asseoir près de Poirot et se confie à lui d'une manière confuse. On voudrait l'assassiner... Une phrase interpelle le détective juste avant qu'elle parte précipitamment : « Je vous en prie, que personne ne leur ouvre la bouche ».
Lorsqu'il rentre à la pension, son voisin de pallier, Edward Catchpool, qui n'est autre qu'un jeune inspecteur de police, lui dit quelques mots sur des meurtres qui viennent d'être commis dans un grand palace londonnien. Trois victimes ont été retrouvées dans trois chambres d'un grand hôtel, une à chaque étage, tous dans la même position, un bouton de manchette en or enfoncé dans la bouche avec le même monogramme : PIJ. Evidemment, Poirot fait le rapprochement entre ces meurtres et les mots dits par la femme du Pleasant's Coffee House.
Sans perdre de temps, l'ancien détective propose son aide au jeune inspecteur. Il deviendra vite son mentor, dirigeant lui-même les opérations dans les rues de la capitale, arpentant les couloirs de l'hôtel Bloxham, envoyant Catchpool en éclaireur dans le village où tout a dû commencer bien des années auparavant qui renferme de vieux secrets, des commérages et autres jalousies. Fidèle à son habitude, le détective interroge chaque protagoniste lié à l'affaire, relève les moindres détails, ordonne les faits à la manière d'un puzzle et expose avec habileté la vérité dans un grand final où il se met en scène devant tous les personnages liés de près ou de loin aux meurtres.
Une enquête bien ficelée, un détective qu'on est ravi de retrouver avec ses petites manies et sa suffisance, du suspense, des fausses-pistes et autres rebondissements, l'humour anglais... deux bémols tout de même : certains dialogues obsolètes à mon goût et une scène finale beaucoup trop longue et quelque peu alambiquée.

Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Fx1
04 octobre 2016
Bienvenue pour une nouvelle chronique chers lecteurs et lectrices !!
Aujourd'hui , un ressenti sur un opus qui a défrayé la chronique à sa parution .
En effet , tout amateur de romans policiers , pas polars ou thrillers attention , ne peut que connaître le nom d'Agatha Christie ....
Des millions de lecteurs de par le monde ont lu , lisent ou liront les livres de cette grande dame .
Parmi ces héros récurrents , figure Hercule Poirot ....
Ce détective inclassable , qui a voyagé dans le monde entier pour solutionner les crimes les plus extraordinaires ...
La dernière apparition de Poirot remonte à plusieurs décennies , " Hercule Poirot quitte la scene " ayant etait publie en 1975 au Royaume Uni ....
Cette idée de ressusciter le personnage emblématique fut accueuillie avec moûlts grimaces par les amateurs ...
Le pari etait grand pour l'éditeur et l'auteur ...
Cela ne devait en aucun cas prendre la forme d'un produit mercantile ...
Une certaine appréhension fit son apparition au moment de l'ouverture du livre en questiôn , diminuée par une couverture tres travaillée , inscrite dans le style de l'auteur iconique ...
Les premières pages furent très surprenantes , impossible de le nier ...
Le style n'est pas le meme , le vocabulaire non plus , il est vrâi que cette lecture fut entamée avec une moue dubitative ...
Et puis , miracle , le charme opéra ...
Chers lecteurs , chères lectrices , si l'on pars du principe que ce livre n'a rien à voir avec ces glorieux prédécesseurs , l'on est pris au charme...
Le style n'est pas fabuleux , on ne lui en fait point la demande dans le même temps me direz vous a juste titre , pour autant , il est dynamique , agréable à lire , entraînant le lecteur dans cette histoire ....
L'on trouve de beaux passages descriptifs , qui sont un plaisir pour l'esprit , certes le lecteur n'a pas ici un style élaboré , qui laisse poindre des asperites , des difficultés de lecture , au contraire et c'est peut être le plus gros défaut de cet opus , cela se lis très facilement , trop facilement peut être ...
Le côté retenu , un peu corseté , des opus d'origine cede la plàce à un style du 21 eme siecle , libre , qui s'adapte finalement assez bîen a Poirot ....
L'histoire est reconnaissons le , bîen construite , entraînante , surprenante , maintenant avec un certain brio le lecteur dans la situation de celui qui veut en savoir plus et se dis qu'il va encore lire 10 pages , et qui au final en lis 50 ....
C'est un compliment , car cela signifie que l'auteur a réussi son pari en partie ...
Oui , il y a du plaisir de lecture dans cet opus , c'est bien construit , assez palpitant , Poirot prends sa plàce au fur et à mesure , tout au plus peut on estimer que l'ami du célèbre détective belge , le policier Catchpool , manque d'épaisseur et de charisme ...
Hastings , l'inspecteur Japp , êtaient des faire valoirs , mais Ïls présentaient quand même une certaine épaisseur , ce qui n'est pas le cas ici...
Au final , nous sommes en présence ici d'un opus certes imparfait , mais de qualite , qui relève bîen le défi impose , et qui s'avère un très agréable moment de lecture de distraction tout à fait recommandable ....
Merci pour votre attention chères lectrices et chers lecteurs !!!!!
A bientot pour une nouvelle chronique et lisez des livres !!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Les critiques presse (2)
LaPresse21 octobre 2014
On attendait peut-être trop de cette «nouvelle enquête d'Hercule Poirot», écrite par Sophie Hannah avec l'aval des descendants d'Agatha Christie.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress11 septembre 2014
Atmosphère générale fidèlement restituée mais énigme passablement embrouillée.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
PatLynePatLyne16 avril 2017
- Non ! n'essayez pas de me réconforter ! Vous cherchez toujours à fuir la peine et la souffrance, mais je ne suis pas comme vous, Catchpool ! C'est une forme de lâcheté à laquelle je ne saurais souscrire ! Je veux regretter ce qui est regrettable, sans que vous tentiez de m'en empêcher. C'est un mal nécessaire !
Commenter  J’apprécie          10
PatLynePatLyne16 avril 2017
J'en conviens, répondit posément Nancy. Vous savez, monsieur Poirot, vos yeux... ils sont plus qu'intelligents. Ils sont sages. Une sagesse venue de très loin, du fond des âges.. Oh, ne faites pas attention, vous ne pouvez comprendre, mais c'est vrai. Ils feraient un merveilleux sujet, mais je ne peindrai jamais votre portrait, maintenant que vous avez apporté ces trois noms funestes dans ma propre maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PatLynePatLyne16 avril 2017
- Le Dieu en lequel je crois ne souhaite pas que nous suivions des règles aveuglément, sans jamais les questionner, que nous traitions mal quelqu'un en position de faiblesse, que nous pietinions une personne déjà à terre.
Commenter  J’apprécie          00
PatLynePatLyne16 avril 2017
La tristesse est différente du désespoir.
Commenter  J’apprécie          40
PatLynePatLyne16 avril 2017
Mais Poirot ne se contente pas de résoudre des énigmes, mon ami, c'est aussi un guide, un professeur. Il souhaite que vous appreniez à penser par vous-même, comme il le fait.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Sophie Hannah (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Hannah
Sophie Hannah - La mort a ses raisons
autres livres classés : hercule poirotVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1029 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .