Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Ajouter une critique

Critiques sur Tess d'Urberville (47)


Classer par:     Datecroissant   Les plus appréciéescroissant   Notecroissant


    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette le 11/09/2012


    Pour avoir découvert qu'il est le descendant de l'illustre lignée des chevaliers d'Urberville, John Durbeyfield se pique de noblesse et envoie sa fille Tess entre les griffes d'un lointain cousin et véritable séducteur. La jeune fille a plus d'éducation et d'honnêteté que ses parents et se réclamer d'une lointaine parente lui fait horreur. « L'orgueil de Tess lui rendait le rôle de parente pauvre particulièrement antipathique. » (p. 45) Mais pour offrir son aide à sa famille, elle accepte la place que lui propose Alec d'Urberville et subit son odieuse séduction.

    Plusieurs années plus tard, pensant avoir expié sa faute et pouvoir mener une vie nouvelle, elle prend une place d'aide dans une laiterie et y rencontre Angel Clare, fils de pasteur qui apprend le métier de fermier. En dépit de l'affection réciproque qui la lie au jeune homme, Tess s'estime inférieure et déclassée et elle met longtemps à accepter la demande en demande de son amoureux. « Je ne veux pas me donner le grand bonheur de vous promettre d'être à vous parce que je suis sûre que je ne dois pas le faire. » (p. 227) Quand elle se rend enfin aux tendres arguments d'Angel et que le mariage approche, Tess craint que sa faute passée nuise à son bonheur futur. « Je ne me sens pas tranquille. […] Je puis être châtiée plus tard de toute cette chance par un tas de malheurs. » (p. 267) Foncièrement honnête, Tess ne peut s'empêcher d'avouer son ancienne souillure à Angel. Répondant ainsi aux mauvais présages qui ont entouré les noces des deux jeunes gens, l'aveu est un cataclysme. Angel sera long à pardonner la faute et la confession tardive. de son côté, Tess se désole une nouvelle fois de ses errances passées et attend sans espoir le pardon de son époux. « Elle pleura sur l'homme aimé, dont le jugement soumis aux conventions sociales avait causé tous ces derniers chagrins. » (p. 387)

    Tess est d'autant plus vertueuse qu'elle a péché et s'est repentie. Elle est une victime expiatoire à plusieurs degrés : elle expie d'abord pour avoir été séduite dans sa jeunesse, mais elle expie également pour toute la lignée des d'Urberville dont elle est pourtant la digne héritière au vu de sa noblesse de cœur. John Durbeyfield et son épouse Joan se piquent de grandeur et échafaudent des projets imbéciles sur des ambitions avinées, grossières et paresseuses qui causent la perte de Tess. « C'est bon d'être parent à un carrosse, même si vous roulez pas dedans. » (p. 33) Contrairement à son père qui se donne du Sir John, Tess mérite cette ascendance glorieuse à qui elle redonne un lustre et une fraîcheur toute naturelle. le roman célèbre d'ailleurs la nature et la pureté d'avant le progrès et critique fortement les machines agricoles qui dénaturent le travail et dévoient les hommes.

    Je voulais lire ce roman depuis longtemps et je ne suis pas déçue. Voilà un très bon roman anglais du 19° siècle sans rapport avec ceux de Jane Austen que j'apprécie beaucoup par ailleurs. La critique de la société y est moins ironique, plus franche et plus sinistre. Tess d'Urberville est une héroïne sacrifiée pour laquelle – c'est très palpable – son auteur a beaucoup d'affection. Impossible de ne pas compatir aux nombreux malheurs de la jeune fille. La plume de Thomas Hardy est solide et puissante. Si la morale distillée tout au long du texte a de quoi agacer par son côté définitif, il faut souligner qu'elle était parfaitement novatrice pour l'époque et c'est bien ce qui a valu à Tess d'Urberville d'être si largement censuré lors de sa publication.

    Commenter     J’apprécie          0 49         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par juliette2a le 13/06/2012


    "Tess D'urberville" est l'un de ces livres que l'on peut difficilement oublier...J'ai vraiment adoré ce roman ; son histoire captivante nous mène au fin fond de l'Angleterre, dans le petit village de Marlott, John Durbeyfield vient d'apprendre par le pasteur Tringham qu'il est le descendant de la vieille famille des Urberville, composé de chevaliers et autres grands conquérants. Sir John va alors raconter cette nouvelle à sa femme et ses enfants et Tess, l'aînée, va devoir se rendre chez une famille parente située près de Kingsbere. Elle y rencontre donc Alec, son cousin, qui, après l'avoir séduite, l'abandonne. Tess, humiliée et méprisant désormais Alec, donne naissance à un enfant qui meurt peu de temps après.
    Voulant oublier définitivement sa vie passée, elle se fait engager dans la laiterie de Talbothays où elle fait la connaissance de trois autres laitières : Marianne, Izz et Retty ainsi que de celui dont elle va s'éprendre, Angel Clare. le bonheur arrive enfin pour Tess, cependant, le malheur viendra vite gâcher ses premiers émois amoureux et l'éloignera de celui qu'elle aime...

    Quelle bonne surprise ! J'ai particulièrement aimé l'évolution de la vie de Tess, cette pauvre héroïne si malchanceuse, avec une préférence, j'avoue pour les époques "Le Renouveau" et "La Conséquence", les plus belles, d'après moi, et bien évidemment les plus heureuses du roman. Quant aux personnages, j'ai ressenti beaucoup de pitié à l'égard de Tess, mais je me suis finalement attachée à elle ; de même, Angel a été pour moi un personnage attachant. Enfin, les trois laitières, Liza-Lou et Mrs. Joan Durbeyfield m'ont aussi touchées.

    Pour conclure, je voudrais dire que ce magnifique roman, bien que tragique, est un véritable chef-d'oeuvre de la littérature anglaise, dont l'auteur, Thomas Hardy, est, pour toujours, entré dans la lignée des brillants écrivains.

    A lire absolument !

    Commenter     J’apprécie          0 43         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par MissG le 28/08/2013


    "On a péché contre vous plus que vous n'avez péché vous-même. ", là réside sans doute la synthèse du personnage de Tess, jeune héroïne de Thomas Hardy au destin tragique.

    Jeune paysanne du Wessex ayant reçu une éducation, Tess oscillera toute sa vie entre deux mondes, celui des paysans et de la terre dont elle est issue : "Pour elle, le monde était le val de Blackmoor et les races, ses habitants.", et celui d'une bourgeoisie victorienne dans lequel elle ne se fera jamais une place ;
    Inconsciente de sa beauté et de la sensualité qu'elle dégage, elle attirera deux hommes que tout oppose : Alec d'Urberville qui ne l'utilisera que pour son bon plaisir et Angel Clare qui l'idéalisera et la rejettera, une fois sa faute avouée.
    Si l'un est un parasite, l'autre est un dilettante, mais ils se rejoignent en ce que ni l'un ni l'autre ne saura apprécier Tess à sa juste valeur : "Tess n'était pas une créature insignifiante dont on pouvait se jouer, quitte à la rejeter ensuite, mais une femme, vivant sa vie précieuse, de proportions aussi imposantes pour elle que l'est pour le plus puissant monarque la sienne propre.".

    Sous-titré "Une femme pure", Tess l'est sûrement, bien qu'elle n'ait pas été épargnée par la vie et surtout qu'elle se soit laissée abuser dans ses amours : "Si Tess avait deviné la portée de cette rencontre, elle eût pu demander pourquoi la fatalité voulait qu'elle fût aperçue et convoitée ce jour-là par l'homme qui n'était pas fait pour elle, et non par quelque autre, par celui qui eût été désirable à tous égards, autant que l'humanité peut en fournir de ce genre ; et cependant, parmi ceux qu'elle avait rencontrés, l'homme qui se serait rapproché le plus de cet idéal ne conservait d'elle qu'une impression passagère, à demi oubliée.".
    Thomas Hardy dresse-là le portrait d'une jeune femme entre deux époques, partagée entre son éducation religieuse et son côté païen, entre le monde de la campagne et celui de la bourgeoisie.
    Il est extrêmement difficile de ne pas s'attacher à Tess, bien au contraire.
    Le lecteur s'y attache d'autant plus facilement que Thomas Hardy a tout fait pour ne pas charger son héroïne.
    Même Angel Clare est de cet avis pendant un temps : "La distinction ne consiste pas dans l'habitude facile d'un tas de conventions méprisables, mais dans l'assurance d'être au nombre de celles qui sont loyales, honnêtes, justes, pures, gracieuses et de bonne renommée … comme vous, chère Tess !", avant de se rétracter et de revenir sur ses propos, pour de nouveau revenir sur sa décision quand il comprend et accepte enfin toute la noblesse d'âme de Tess : "Elle aurait donné sa vie pour vous. Je ne pourrais pas faire plus.".
    Quant à Alec d'Urberville, c'est un homme infect à tout point de vue qui use et abuse de sa puissance et de sa force de conviction pour satisfaire son plaisir égoïste : "J'ai été une fois votre maître ; je serai encore votre maître. Si vous êtes la femme de quelqu'un, vous êtes la mienne !".
    Mais "Tess d'Urberville" est aussi un Roman résolument moderne sur son époque, avec une Tess fille-mère ce qui n'était pas si courant à l'époque, sans parler du concubinage dans lequel elle va vivre.
    J'ai d'ailleurs été surprise par l'aspect osé de certaines situations de l'héroïne en les remettant dans le contexte de l'époque.

    C'est une histoire dure et triste, plus d'une fois j'ai eu mal au cœur pour Tess et j'ai limite maudit Angel Clare pour son attitude, mettant en lumière la société anglaise puritaine du XIXème siècle.
    De plus, le récit contient beaucoup de notes pour expliquer les textes ou coutumes auxquels Thomas Hardy fait référence tout au long de son récit.
    Le style n'est pas forcément très abordable tout de suite, la petite taille des caractères n'aidant pas, mais il devient très vite beau et les difficultés s'estompent.
    Je conseille de le lire d'abord en français avant de se lancer dans la version originale qui pour le coup est complexe et pourrait en refroidir plus d'un, ce qui fut mon cas il y a quelques années.
    Quant au découpage de l'histoire, il est fait en fonction des périodes charnières de la vie de Tess et donne du rythme au récit.
    Au cours de la lecture, je revoyais des images du film de Roman Polanski et une fois la lecture achevée, j'ai envie de revoir ce film vu il y a plusieurs années et dont il ne me reste que des souvenirs.

    "Tess d'Urberville" est un Roman incontournable à plus d'un titre, reflétant l'univers social de l'Angleterre du XIXème siècle à travers le personnage d'une jeune fille pure qui sera pourtant mal aimée tout au long de sa vie.


    Lien : http://lemondedemissg.blogspot.fr/2013/08/tess-durberville-de-thomas..

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Passionlectures le 17/01/2012


    Décidément, les quatrièmes de couverture font parfois de ces raccourcis ! Reprenons : la famille de Tess Durbeyfield, jeune paysanne du Wessex, apprend par hasard qu'elle descend d'une grande et noble famille normande du temps de la fondation de l'Angleterre, les D'Urberville. Alors que la famille est dans la misère du fait d'une certaine indolence des parents, ils décident d'envoyer Tess chez une riche Madame D'Urberville habitant dans les alentours, afin d'être prise sous sa protection au titre de parente éloignée. A son arrivée, Tess sera surtout accueillie puis assaillie par son fils, Alec D'Urberville. Bien que Tess garde ses distances avec le jeune aristocrate, celui-ci profite d'un moment de faiblesse de sa part. Plusieurs mois plus tard, Tess, revenue chez ses parents, employée aux travaux des champs allaite péniblement un bébé. Lorsque celui meurt quelques jours après, elle décide de tourner le dos à son passé qui la ronge et part travailler dans une ferme dans une autre vallée, là où personne ne connaîtra son histoire. Et elle rencontre Angel Clare…

    Cette lecture fut longue, douloureuse, mais intense. J'ai ressenti vivement le style de Thomas Hardy, tout en sobriété et en psychologie, et en même temps, il a la capacité de convoquer devant nos yeux des tableaux champêtres ravissants. Car c'est un des contrastes forts sur lequel est basé le livre que l'évocation d'une sorte d'âge d'or des campagnes anglaises, avant l'arrivée des “machines” et du chemin de fer. Les jeunes paysannes dansent en bande dans les prés fleuris et les bois résonnent encore des accents druidesques des premiers temps. Et au milieu de cet univers clos, Tess et son destin tragique. Un peu plus éduquée que le reste de sa famille, elle parcourt le roman profondément marquée par sa faute, dont elle sent toute l'ampleur par sa morale et son honnêteté naturelles. Ce sont d'ailleurs ces traits de caractère, alliée à sa beauté innocente et sa simplicité, qui attireront sur elle les regards d'Angel, jeune fils de pasteur, qui verra en elle l'idéal de la jeune paysanne, complètement à l'opposé de la jeune fille des villes que ses parents veulent lui voir épouser.

    Dans ce roman, Thomas Hardy prend résolument la cause des femmes. En décrivant la descente aux enfers de Tess, il pointe du doigt sa dépendance totale aux deux hommes qui jalonneront sa route. Et comme aucun ne se montre à la hauteur (eh oui, même pas Angel !), chacun à sa façon, c'est Tess qui en subit plus que tout autre les conséquences. C'est en apprenant que le roman n'avait pu paraître que censuré à sa sortie, notamment sur l'épisode avec Alec D'Urberville, où l'on a forcé Hardy à dire que d'Urberville avait promis à Tess le mariage au moment où il profite d'elle, que je me suis rendue compte de la modernité de ce roman et de l'engagement de son auteur, alors même que cet épisode n'est absolument pas décrit dans le livre, juste suggéré. Traces de l'éducation d'Hardy, on retrouve dans le roman beaucoup de connotations religieuses : Tess elle-même n'a jamais été très croyante, mais beaucoup de personnages secondaires sont pasteurs et Hardy utilise souvent des comparaisons bibliques. On ne tombe jamais dans le pathos, on est toujours dans l'empathie, et ça marche, pour moi en tout cas (j'ai l'impression que ce roman ne fait pas du tout l'unanimité !).

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par amandine_koko le 09/03/2014


    Si Emile Zola avait été anglais, il aurait écrit Tess d'Urberville.

    Moi la fan inconditionnelle du grand Emile, j'ai retrouvé sous la plume de Thomas Hardy tout ce qui me fait vibrer chez mon auteur fétiche. Une héroïne au destin tragique, tout à la fois si forte et si faible. Une peinture acérée de la société puritaine du XIXe siècle, des descriptions riches, tellement vivantes qu'on s'y croirait. Et surtout, la notion d'hérédité si chère à Zola, représentée ici par la filiation entre Tess et la vieille famille d'Urberville. Tous les choix de la jeune fille semblent découler en filigrane de la déchéance de ses ancêtres.

    La vie de Tess sera marquée au fer rouge par l'injustice sociale. Injustice quant à son sexe, sa pauvreté et son manque de connaissance du monde. Elle, qui perçoit plus qu'elle ne pense, qui est l'image même de la pureté et de la droiture morale, va payer toute sa vie les fautes d'autres moins intègres qu'elle. Et cependant, malgré une furieuse envie de lui mettre des claques au milieu du livre, en lui disant d'écouter sa mère (il faut toujours écouter sa Maman !) j'ai pris beaucoup de plaisir à cheminer aux côtés de la jolie Tess. J'ai partagé ses espoirs et ses rêves, son optimisme naïf, sa force presque animale d'avancer malgré un avenir de plus en plus sombre, inévitable. J'ai admiré sa force morale devant l'adversité, sa foi aveugle dans l'homme qu'elle aime, sa fierté malgré sa condition…

    Je ne veux pas dévoiler l'intrigue, j'ai déjà l'impression d'en avoir trop dit, aussi je me contenterai de résumer ainsi ma lecture de ce chef-d'œuvre : « Mais comment ai-je pu passer à côté pendant si longtemps !? »

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique



    • Livres 3.00/5
    Par petitepom le 13/09/2012


    Je suis allée au grenier pour ressortir ce livre des cartons où il était stocké, c'est une lecture commune qui m'a donné l'idée de le relire. L'edition France Loisir de 1981 montre une jeune fille avec un bébé dans les bras, cette image est peu représentative du contenu du livre car la période où elle se retrouve avec son enfant est assez courte, mais il est le déclencheur de sa vie futur, sa morale en sera tachée.
    L'écriture est très riche, les décors sont détaillés, nous voyons la modernité dans les fermes et les petites industries, les paysages, certains passages sont un peu longs mais j'ai quand même eu plaisir à les lire.
    Le personnage principal est Tess, alors que ses parents sont vaniteux, espèrant que Tess sortira de sa condition par un beau mariage, Tess est plus réaliste, même si elle se laisse séduite, elle n'est pas naîve. Ces choix sont murement réfléchis.
    Le début du livre est sans surprise, on se doute de la tournure des évènements, la jeunesse de Tess nous fait comprendre ses erreurs, la femme adulte est plus imprévisible, jusqu'au drame final.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par Folfaerie le 01/11/2012


    Voici une autre lecture que je repoussais depuis des années, mais qui, fort heureusement, était au programme de ma deuxième année de licence. Plus d'excuses, donc...

    Si le but de Thomas Hardy était de rendre ses lecteurs mélancoliques, et désabusés, ma foi, il l'a atteint, pas de doute.

    Tess est l'aînée des filles de John et de Joan Durbeyfield, des paysans sans éducation et vivant chichement. le jour où ce père de famille apprend qu'il est de sang noble ("Durbeyfield" étant une distorsion de "d'Urberville"), le destin de Tess s'en trouve modifié. Sa mère l'envoie en effet se faire connaître des d'Urbervilles à Trantridge, ce qu'accepte la jeune fille après l'épisode malheureux de la mort du cheval de sa famille. Tess fait connaissance avec Alec d'Urberville, un vil séducteur, qui finira par abuser d'elle.

    A partir de là, la vie de Tess est une succession de petits drames et de grands malheurs. Même lorsqu'elle rencontre et s'éprend d'Angel Clare, un jeune homme bon et tolérant, venu apprendre la gestion d'une laiterie, la fatalité s'acharne sur elle.

    Malgré des hésitations, des dilemnes et des occasions manquées, les deux jeunes gens se marient, sans qu'Angel ne connaisse le passé de Tess. Lorsque la jeune femme lui apprend enfin son infortune, Angel se sent trahi et ne peut pardonner cette "faute". Il choisit de d'éloigner de Tess et de partir au Brésil pour y commencer une nouvelle vie.

    Durant l'absence d'Angel, Tess entame une nouvelle période de son existence, triste, solitaire et au cours de laquelle elle doit effectuer de durs travaux (vous êtes prévenus, j'ai bien parlé de "successions"...).

    Rassurez-vous, les anciens amants finiront par se retrouver, à la toute fin du roman. Est-ce plus optimiste pour autant ? Que nenni, Hardy ne nous épargne pas une fin dramatique.

    L'idée de l'écrivain étant de dénoncer les hypocrisies de la société, le poids de la religion et la différence de traitement entre hommes et femmes, vous n'auriez pas espéré un happy end quand même ?

    J'ai aimé ce roman en raison du comportement de l'héroïne, son côté "païen" qui m'a bien plu. Tiraillée entre deux conceptions de la vie et de l'amour, sa nature et son éducation, le poids des conventions, Tess se débat dans ses contradictions et tente, sans succès, de trouver un peu de bonheur en dépit de tous ces obstacles.

    C'est encore une autre vision de la société Victorienne, peu agréable où je me dis que le destin d'une femme pauvre, sans beaucoup d'éducation, devait être bien peu enviable.

    J'ai également aimé la relation que Tess entretient avec la nature, même si, par moments, elle en a une image négative à cause de principes moraux qu'elle croit devoir adopter. Sans la société hypocrite des hommes, Tess aurait trouvé la paix et la joie dans son petit coin de campagne... Thomas Hardy portait un regard sans complaisance sur les hommes...

    Lisez également l'excellente préface qui nous livre de précieux renseignements sur l'état d'esprit de l'écrivain quand il entreprit d'écrire Tess.


    Lien : http://lectures-au-coin-du-feu.over-blog.com/article-tess-d-urbervil..

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par Philippe67 le 01/05/2012


    Un très beau livre et un très bon film.
    Un classique anglais avec une ambiance que j'adore bien que souvent déprimante cette ambiance...
    On plonge dans ce livre et on est transporté dans un autre monde et une autre époque.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique



    • Livres 4.00/5
    Par nekomusume le 27/03/2012


    Je viens de refermer le livre avec regret. Contrairement à nombre de ses contemporains, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre. Sans se livrer à des descriptions interminables, il nous dépeint la vie des campanes anglaises avec justesse et précision. Les scènes sont bucoliques, on aurait presque envie de traire les vaches ou de marcher à travers champs comme Tess.
    Les personnages sont justes et complexes. On suit cette jeune fille, on s'attache à sa vie, ses manquements, ses espoirs, ses craintes. Naïvement séduite par un libertin au sortir de l'enfance, elle ne se jugera jamais digne d'inspirer à nouveau l'amour. Et pourtant elle est tellement naturelle, modeste, elle se juge tellement durement, qu'à aucun moment elle ne peut paraitre mauvaise, comme elle se décrit elle-même. C'est une héroïne moderne, qui a succombé à la tentation avant de connaitre l'amour. Comment pourrait-elle vivre au milieu de ses contemporains qui la jugent ? Elle sera éternellement sur les routes, en quête d'un endroit où enfin elle pourra trouver le bonheur. Hélas celui-ci est conditionné à l'amour d'Angel. Figure tellement rigide, archétype de cette société, qui rejette la tradition familiale, les conventions habituelles de sa classe mais rejettera Tess dès qu'elle lui avouera sa faute. Adoptant d'un bloc les préjugés de son époque, il fera leur malheur à tout deux.
    Autant Angel possède toutes les qualités pour en faire un mari idéal, autant son intransigeance est démesurée en ce qui concerne Tess. Toutefois, leur rupture est autant due à Tess : autant l'aveu paraissait inévitable compte tenu de son caractère, autant ses réticences à le supplier, sa soumission aux décisions de son mari ont empêchés une réconciliation. Sa fierté l'empêchant de demander de l'aide à ses beaux-parents la conduira d'abord à expier sa faute en augmentant ses souffrances, l'abandon de son mari ne lui suffisant apparemment pas. Seulement en se mettant dans cette situation précaire, elle se trouve particulièrement vulnérable pour son séducteur, réapparu inopinément dans sa vie.
    Alec D'urberville est un personnage curieux ; libertin mais attiré par Tess, au point que l'on pourrait le croire amoureux, constant dans son attirance même si il ne cherche pas à s'établir honnêtement. Malgré un passage mystique dans lequel il tente de trouver la rédemption, dès qu'il revoit Tess il replonge dans ses anciens travers et n'aura de cesse de poursuivre Tess jusqu'à ce qu'elle cède. Jouant de ses peurs profondes de ne jamais revoir Angel ; s'arrangeant pour être la providence pour sa famille qui est sa plus grande préoccupation, il révèle un côté manipulateur implacable sous des dehors amicaux. Son plus grand crime aux yeux de Tess sera pourtant de médire d'Angel quand il réapparait.
    Tess qui jusque là avait subit son séducteur, subit la cours et les demande en mariage d'Angel, subit la punition imposée par son mari, subit sa famille toujours dans le besoin, subit à nouveau son séducteur pour mettre sa famille à l'abri au point de se désincarner, se rebellera enfin contre Alec et contre la vie qui lui impose tant de souffrance. Seulement son geste sera passionnel, désespéré et plein d'amour. Une subite crise de folie et en même temps une pleine conscience de ses actes. Enfin elle pourra vivre quelques jours de bonheur avec son amour avant le dénouement tragique qu'elle accepte par avance. Ses dernières pensées seront encore une fois pour sa sœur afin de la protéger et pour transcender ainsi son amour.
    Les personnages de Tess et d'Angel sont particulièrement torturés par le carcan social de l'époque et leurs tentatives d'émancipation. Cela les rends attachant et l'on se prend à espérer une issue favorable à cette situation inextricable. Et pourtant, on sait que c'est impossible. Les quelques jours idylliques seront suffisant pour racheter les erreurs passée, et la tendresse finale avant la fin tragique de notre héroïne.
    J'ai quitté ce livre avec une grosse émotion, le regret que ce soit déjà terminé, que cela se termine ainsi, ne voyant pas comment ça aurait pu finir autrement… bref une impression durable, profonde.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique



    • Livres 5.00/5
    Par Mariloup le 23/07/2013


    Je suis tombée amoureuse de ce chef d'oeuvre de la littérature anglaise bien que d'ordinaire, ce genre de classique ne m'intéresse pas plus que ça. Enfin... amoureuse, c'est peut-être exagéré alors disons que j'ai ADORE à tel point qu'une fois le livre fini, je me suis empressée de regarder le film qui est lui aussi tout autant magnifique et fidèle au livre.
    Ecriture sublime, travaillée et belles descriptions, peut-être un peu trop mais ça ne m'a pas gêné plus que ça vu que cela a éveillé mon imagination.
    Autre monde, autre époque, autres moeurs. Révoltant, qu'à cette époque, les liaisons hors mariage qui concernaient les femmes étaient très très mal vu par la société alors qu'une telle aventure était pardonnable pour les hommes, limite compréhensible. On le remarque, par exemple, lorsque Tess et son mari Angel se confient leurs péchés respectifs, similaires. Elle lui pardonne facilement alors que lui est à des années lumières de le faire, de l'accepter sur le champ. Les conditions des femmes au 19ème siècle étaient très difficiles, très dures... heureusement que la société ait changée entre temps...
    Tess, personnage tragique, m'a grandement émue, la pitié et la compassion se sont emparées de moi. Son malheur était si grand que j'ai vraiment eu de la peine pour elle et je n'ai pas pu m'empêcher d'essayer de me mettre à sa place pour comprendre réellement ses sentiments. A la fin du roman, justice est faite, l'amour est retrouvé mais seulement pour un court moment malheureusement car Tess doit payer le prix de ses actes.
    Pourquoi le malheur et la fatalité se sont-elles autant acharnées sur cette pauvre Tess?

    (Thomas Hardy... une plume entre les doigts: voici un maître de l'écriture, de la littérature.)

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique






Sur Amazon
à partir de :
6,27 € (neuf)
17,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Tess d'Urberville par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1202)

> voir plus

Quiz