Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226252096
Éditeur : Albin Michel (2013)


Note moyenne : 4.19/5 (sur 871 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Hannibal Lecter, Tome 02:
Le silence des agneaux

Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu'il enlève la fille d'un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starlin... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (59)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Laurence64, le 12 février 2013

    Laurence64
    The thriller. Bon, je l'ai déjà dit pour Shutter Island. Alors disons que Lehane a le thriller n°1 alors que Harris a le thriller n°2. Même si Harris est le n°1 dans le temps et Lehane le n°2.
    The thriller n°2 mais pas pour une question de crédibilité, hein. Parce que même s'il fouille profond dans la psychologie, M'sieur Harris, des Hannibal Lecter ne se trouvent pas sous le sabot d'un cheval (ou dans des lasagnes Findus).
    Non, franchement, un tueur psychopathe presque gracile, aux goûts plus délicats qu'un marquis versaillais, aux manières plus distinguées qu'une Nadine de Rotschild, à l'âme plus mélomane que Pavarotti, qui remporterait haut la main tous les concours de cuisine, psychiatre brillant qui en remontrerait à plus d'un, aussi fin lettré qu'Umberto, plus féroce qu'une horde de loups affamés devant un gigot d'agneau cuit à point, aussi cannibale que trois tribus cannibales… vous en connaissez beaucoup?
    Non content de nous servir un être hors du commun, un héros tour à tour admirable et repoussant, jonglant entre le ça (et ses pulsions les plus noires) et la sublimation dans toutes ses dimensions artistiques, Thomas Harris renforce le côté Dr Jekyll et Mr Hyde du personnage en le dotant de deux "compagnons" qui nous poussent gentiment à l'aimer ou le détester. Lecter le répugnant manipulateur lorsqu'il joue au chat et à la souris avec Clarice aux odeurs de campagne et à la grande rectitude morale. Lecter l'attirant marionnettiste lorsqu'il est en butte avec le sot, le fat, l'atterrant Chilton (que l'on aimerait voir disperser façon puzzle ou grignoter sur un lit de poireaux).
    Bien sûr, Le Silence des agneaux est une enquête pour arrêter Buffalo Bill, le tailleur de peaux humaines. Mais alors que Thomas Harris collecte sérieusement des informations auprès du FBI pour étoffer ses livres, tremper ses tueurs en série dans un bain de réalisme, sa notoriété lui vient d'une création hautement romanesque. Prisonnier de pulsions obscures et doté d'une intelligence plus vive qu'une comète, mêlant animalité brute et sophistication extrême, Hannibal Lecter relève d'une alchimie diablement fascinante.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 44         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par darkmoon, le 08 février 2014

    darkmoon
    Un coup de maître réalisé par Thomas Harris. "Le Silence des agneaux": rien que le titre suffit à effrayer bon nombre de personnes. Pourtant, ce n'est pas une histoire d'horreur. Plus qu'un simple thriller, ce roman est à la fois un roman policier, un thriller, un drame et une critique de la société machiste. le scénario, tournant autour d'une enquête à la fois troublante et fascinante, est d'une grande subtilité, privilégiant l'intensité psychologique, sans toutefois négliger le suspens.
    La relation entre Hannibal et Starling est vraiment entêtante, perverse et fascinante! Comment ne pas admirer ce tueur si abjecte, et pourtant si fin? Hannibal condense en un seul personnage tous le paradoxe de l'être humain divisé entre ce qu'il a de plus bestial et de plus socialement et intellectuellement raffiné, tout en exerçant un infaillible contrôle non seulement de ce qu'il est, mais également de tous ceux qui l'entourent et des évènements. On se délecte de notre répulsion. Plus pénétrant que jamais dans son rôle de psychiatre, Hannibal s'insinue peu à peu dans les tréfonds de notre esprit et détourne le roman de façon insidieuse, dominant malgré nous toute l'intrigue. Clarice est également un personnage magnifique. C'est d'ailleurs grâce à elle que le roman gagne une dimension tragique, plus humaine, apportant ainsi une certaine émotion. Cela contraste fortement avec l'univers des hommes, qui semble dénué de toute sensibilité, faisant preuve d'un certain machisme: ainsi, le personnage de Clarice incarne le combat féminin pour se faire une place dans la société et être l'égal de l'homme. le face à face Clarice/Lecter est donc un face à face entre ce que l'on veut être et ce que l'on ne veut pas être, les deux étant néanmoins étroitement liés.
    Le développement de deux intrigues parallèles et liées (le face-à-face entre Clarice Starling et Hannibal Lecter ainsi que les méfaits de Buffalo Bill) permet de ressentir toute une palette d'émotions : une grande empathie envers Clarice Starling, force féminine dans un monde misogyne, de la terreur sourde face aux agissements du tueur et une passion maladive pour le dérangé Hannibal Lecter. "Le Silence des agneaux" donne à coup sûr ses lettres de noblesse à la notion de thriller psychologique. Une preuve que la recette la plus efficace pour exceller dans ce genre repose avant tout dans l'attachement que l'on éprouve pour les personnages.
    A la fin on en revient comme les agneaux du roman : Silencieux, bouche bée, et ce ne sera pas parce qu'on aura eu un papillon dans la gorge, mais parce qu'on vient d'assister à un chef d'œuvre sans comparaison, un roman qui sonne incroyablement juste, qui dérange et fascine. A lire sans hésiter.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par nataly, le 04 février 2014

    nataly
    Des jeunes femmes kidnappées, leurs corps retrouvés mutilés, un sérial killer surnommé "Buffalo bill". Il n'en faut pas plus à Jack Crawford pour demander à une étudiante du FBI, Clarisse Starling, de prendre contact avec Hannibal Lecter enfermé dans un asile psychiatrique afin de lui poser des questions, dans l'espoir d'obtenir un minimum d'informations susceptibles de les aider dans cette nouvelle enquête.
    Dans ce roman, Hannibal Lecter est plus présent pour notre plus grand plaisir ! Bien sûr nous savons qu'il est un tueur très farouche et subtil, calculateur, manipulateur hors norme et cannibale ..... Mais il est aussi très instruit, très intelligent, doué d'une compréhension de la nature humaine. Il a aussi un côté attachant qui fait que les gens le trouvent aimable et agréable.
    Hannibal et Clarisse vont avoir des discussions plus qu'intéressantes à suivre, qui seront remplies de secrets, d'échanges parfait, de sous entendus aussi....L'on peut aussi dire qu'un semblant de rapport d'amitié naît entre aux !.Et le FBI apprendra à ses dépens que malgré l'aide apportée, Hannibal va se servir de ce qu'il fournit très astucieusement pour un but précis dans son bien être personnel !
    Clarisse quant à elle, est sur sa première enquête sur le terrain. Elle y met tout son savoir, son envie de sauver la dernière jeune femme kidnappée, tout son talent et sa volonté dans ses recherches pour atteindre son but. C'est une femme déterminée.
    Jack Crawford tente lui aussi de rester de marbre malgré sa vie personnelle déclinante et sa répugnance pour le comportement d'autrefois d'Hannibal.
    La force de Thomas Harris dans ce livre est de faire en sorte que chaque personnage est attachant, ou détestable, mais aucun ne nous laisse de marbre. Il arrive même à nous faire ressentir à certains moments je dirai de la pitié pour Buffalo Bill au travers du récit de sa vie et des ses espoirs. Pourtant il est certain que ce dernier ne le mérite pas !!!!
    L'auteur mène ici très habilement ce second opus, avec beaucoup de talent. Tant dans ses personnages, que dans son intrigue, que dans ces décors.
    Il est impossible de lâcher le roman. le lecteur est happé de page en page du début à la fin sans aucun temps mort.
    du début à la fin, on ne peut que se délecter de l'intrigue, du suspense, de la psychologie des personnages. C'est une série phénoménale, et elle reste gravé à jamais dans les grands thrillers avec des héros très marquants !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par tousleslivres, le 23 juin 2013

    tousleslivres
    Comment donner un avis sur un tel livre, surtout que je connais bien le film pour l'avoir vu tes tas de fois, comme beaucoup d'entre vous...
    Clarice Starling, jeune étudiante de l'école du FBI à Cantico dans le département des sciences du comportement, dans l'équipe de Jake Crowford. Élève surdouée puisqu'elle a deux diplômes : un en psychologie et un de criminologie.
    Jake Crowford a établi un questionnaire pour cibler la plupart des tueurs en série, ils sont tous plus ou moins répondu aux questions, sauf quelques condamnés à morts. Ce qui inquiète Jake c'est tout particulièrement que le psychiatre Dr Hannibal Lecter n'a pas répondu aux questions. Ce sera la nouvelle mission de Clarice... rencontrer Hannibal Lecter le cannibale.
    Alors de sa première visite du Dr Lecter, Clarice arrive à communiquer avec lui alors que personne n'arrive à lui faire prononcer un mot. Il communique et il va lui donner des indices sur un ensemble de meurtres. Mais elle s'aperçoit vite que le but de Lecter est d'échanger des renseignements sur Buffalo Bill, le tailleur de peaux humaines, contre dans un premier temps son changement de prison puis sur la vie privée de Clarice. Clarice va aller jusqu'au bout de ses intuitions et avec l'aide du Dr Lecter, elle va réussir à découvrir le vrai nom du tueur en série et surtout à sauver la fille du sénateur.
    J'ai beaucoup aimé les descriptions des appareils de transmission d'empreintes (nos scanner), en effet en 1990 se genre de matériel était très peut répandu et je ne m'en étais pas rendu compte en regardant le film. L'auteur, Thomas Harris, en rajoutent ces détails donne beaucoup plus de crédibilité à l'enquête, surtout en lisant ce livre en 2013 !!! Alors que nous sommes entourés de technologie...
    Par contre, tout l'aspect psychologique que dégage le Dr Hannibal Lecter dans le film, n'est pas aussi présent dans le livre, j'ai moins ressenti l'emprise qu'il pouvait avoir sur tout ce qu'il l'entoure, alors que le film fait bien ressortir ça...
    Nous avons ici, une forte personnalité dans le personnage de Clarice Starling, elle consacre une partie de son temps à cette enquête alors qu'elle est encore qu'élève et que les examens sont en train de se dérouler. Elle risque d'en être exclue. Elle subit aussi une très fort pression de la part de Jake Crowford, mais elle ne craque pas, elle continue et elle va jusqu'au bout et c'est tout à son honneur !!!
    Un triller qui n'a pas pris une seule ride. Peut-être qu'il faut revoir le film une fois la fin de cette lecture, c'est peut-être ce que je vais faire...
    Un très bon triller !!! A lire sans modération !!!

    Lien : http://tousleslivres.canalblog.com/archives/2013/06/23/27239489.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par quristine, le 10 décembre 2012

    quristine
    Le livre n'est pas tout récent. D'ailleurs je regrette de ne l'avoir pas lu plus tôt et surtout avant d'avoir vu le film. le livre est bien plus précis, plus profond que le film. Enfin on comprend le sens du titre et le personnage de Lecter est à la fois captivant et angoissant. L'écrivain est arrivé à le rendre pratiquement sympathique. Durant la lecture le visage d'Anthony Hopkins s'apposait sur la description de celui du livre. La lecture est fascinante il est démontré par le style que l'auteur n'est pas un amateur.Je ne peux pas trop parler du taux d'intrigue puisque je connaissais déjà l'histoire mais le récit ne fut pas monotone et découvrir les personnages plus en profondeur fut ma première motivation et je n'ai pas été déçue.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 21         Page de la critique

> voir toutes (36)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Skouky, le 07 décembre 2010

    - D'accord, alors dites-moi comment...
    - C'est à vous de me parler, Clarice. vous n'avez plus de vacances à m'offrir près du Centre de recherches vétérinaires sur la peste bovine. Dorénavant, ce sera strictement donnant, donnant. Il faut faire attention avec vous. dites-moi, Clarice.
    - Quoi ?
    - Il y a deux choses que vous me devez. Ce qui vous est arrivé, à vous et à votre jument, et ce que vous faites pour contenir votre colère.
    - Docteur Lecter, quand j'aurais le temps, je...
    - Nous ne calculons pas le temps de la même manière, Clarice. Celui-ci est le seul dont vous disposerez.
    -Plus tard, écoutez, je...
    - Je vous écoute, maintenant. Deux ans après la mort de votre père, votre mère vous a envoyée chez ses cousins, dans un ranch du Montana. Vous aviez dix ans. Vous avez découvert qu'ils engraissaient des chevaux pour l'abattoir. Vous vous êtes enfouie avec une jument qui ne voyait pas bien clair. Et ensuite ?
    - ... C'était l'été et on pouvait dormir en plein air. Nous sommes allées jusqu'à Bozeman par des chemins de terre.
    - Votre monture avait un nom ?
    - Probablement, mais... on ne cherche pas à le savoir quand on nourrit des chevaux de boucherie. Je l'appelais Hannah, je trouvais que cela lui allait bien.
    - Vous la meniez par la longe ou vous la montiez ?
    - Les deux. Pour monter dessus, je devais la conduire jusqu'à une barrière.
    - tantôt à cheval, tantôt à pied, vous êtes arrivées à Bozeman.
    - Il y avait une écurie de louage, une espèce d'école d'équitation, juste en arrivant à la ville. J'ai essayé de l'y placer.Ils demandaient vingt dollars par semaine dans le corral, plus pour une stalle. Ils ont vu tout de suite qu'elle était presque aveugle. J'ai dit : je pourrais promener des petits enfants sur son dos pendant que leurs parents font de l'équitation. Et aussi nettoyer les écuries. Le propriétaire disait oui, oui pendant que sa femme téléphonait au shérif.
    - Le shérif, c'était un policier, comme votre père.
    - Cela ne m'a pas empêchée d'avoir peur de lui, au début. Il avait un gros visage tout rouge. Il a fini par avancer les vingt dollars pour une semaine de pension pendant qu'il "mettait la situation au clair". Il a dit que ce n'était pas la peine de louer une stalle par cette chaleur. Les journaux ont parlés de l'histoire. Qui a fait beaucoup de bruit. La cousine de ma mère a bien voulu me laisser partir. je me suis retrouvée au Foyer luthérien de Bozeman.
    - C'était un orphelinat ?
    - Oui.
    - Et Hannah ?
    - Elle aussi y est entrée. Un gros fermier luthérien fournissait le foin. Il y avait une écurie à l'orphelinat. On lui faisait retourner le jardin. Mais il fallait la guider. Sinon, elle renversait les rames des haricots et piétinait tout ce qu'elle ne pouvait sentir contre ses pattes. Et elle promenait les enfants dans une petite carriole.
    - Elle a finit par mourir.
    - Ben, oui...
    - Racontez-moi ça.
    - C'était l'année dernière, ils m'ont écrit à l'Ecole. On pensait qu'elle avait environ vingt-deux ans. La veille, elle avait tiré une carriole pleine d'enfants et elle est morte en dormant."
    Le Dr Lecter semblait désapointé. "Comme ça réchauffe le coeur. Est-ce que votre père adoptif, dans le Montana, vous a baisé, Clarice?
    - Non.
    - A-t-il essayé ?
    - Non.
    - Pourquoi vous êtes-vous enfouie, alors ?
    - Parce qu'ils allaient tuer Hannah.
    - Vous saviez quand ?
    - Pas vraiment. Mais j'y pensais tout le temps. Elle était devenue joliment grasse.
    - Qu'est ce qui a tout déclenché ? Pourquoi ce jour-là précisément ?
    - Je n'en sais rien.
    - Je crois que si.
    - J'avais tout le temps peur.
    - Qu'est- ce qui vous a fait partir, Clarice ? Et à quelle heure ?
    - Tôt. Il faisait encore nuit.
    - Alors quelque chose vous a réveillée ? Avez-vous rêvé ? Qu'est-ce que c'était ?
    - Je me suis réveillée et j'ai entendu les agneaux pleurer. Je me suis réveillée dans le noir et les agneaux bêlaient.
    - Ils égorgeaient les agneaux de printemps ?
    - Oui.
    - Qu'avez-vous fait ?
    - Je ne pouvais rien faire pour eux. Je n'étais qu'une...
    - Qu'avez-vous fait avec la jument ?
    - Je me suis habillée sans allumer et je suis sortie. Elle avait peur. Tous les chevaux de l'écurie étaient terrifiés et elle m'a reconnue. Elle a fini par mettre son museau dans ma main. Les lumières étaient allumées dans la grange et dans la bergerie. Des ampoules nues, de grandes ombres. Le camion réfrigéré attendait, moteur en marche. Je l'ai fait sortir.
    - L'avez-vous scellée ?
    - Non. Je n'ai pas pris leur selle. Rien qu'une simple bride, c'est tout.
    - Lorsque vous êtes partie dans le noir, entendiez-vous les agneaux, là où il y avait de la lumière ?
    - Pas longtemps. Il n'y en avait que douze.
    - Cela vous arrive encore de vous réveiller, hein ? De vous réveiller dans le noir et d’entendre les agneaux bêler ?
    - Parfois?
    - Pensez-vous que si vous attrapiez Buffalo Bill, vous et pas les autres, et si Catherine s'en tirait saine et sauve, les agneaux cesseraient de pleurer, pensez-vous qu'eux aussi seraient sauvés et que vous ne vous réveilleriez plus dans le noir en entendant les agneaux bêler ? Clarice ?
    - Oui. Je ne sais pas. Peut-être.
    - Merci, Clarice." Le Dr Lecter semblait étrangement apaisé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par AlainLarroche, le 20 janvier 2013

    A l'extrémité du couloir, le docteur Hannibal Lecter se tenait droit comme un i, le visage à trente centimètres du mur. Il était attaché par une toile à sangles, telle une horloge comtoise, sur un petit chariot de déménageur. Sous les sangles, il portait une camisole de force et ses jambes étaient entravées. Le masque de hockey qui couvrait son visage l'empêchait de mordre; c'était aussi efficace qu'un bâillon, mais moins mouillé de salive, pour le confort des aides-soignants.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par TeaSpoon, le 18 juin 2013

    Elle ne pouvait pas le voir, dans l'obscurité de sa cellule, mais elle ne demanda pas au gardien d'allumer. Il éclairerait tout le service et elle savait que la police de Baltimore avait, pendant des heures, hurlé ses questions, toutes lumières allumées. Lecter avait refusé de répondre et s'était contenté de leur fabriquer une cocotte en papier qui picorait quand on manœuvrait la queue.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Takateru, le 06 novembre 2012

    Loin à l'est, sur la baie de Chesapeake, Orion brille
    dans le ciel clair, au-dessus d'une grande et vieille
    maison, et d'une chambre où un feu couve pour la nuit,
    sa lueur palpitant doucement au vent qui souffle dans la
    cheminée. Sur un grand lit s'entassent édredons sur
    édredons et, blottis en dessous, plusieurs gros chiens.
    Parmi les autres bosses qui soulèvent les couvertures,
    certaines peuvent ou non appartenir à Noble Pilcher,
    c'est impossible à dire dans la lumière ambiante. Mais
    sur l'oreiller, le visage rosi par la lueur du feu, c'est
    certainement celui de Clarice Starling qui dort profon-
    dément, délicieusement, dans le silence des agneaux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par DBC-Anais, le 10 novembre 2012

    Elle avait appris que l'inattention, que l'on confond trop souvent avec l'indifférence ou que l'on attribue à un esprit superficiel, est parfois un stratagème utile pour échapper à la douleur.

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Thomas Harris

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Thomas Harris


La chronique de Carole S - Au-dela du mal
Aujourd'hui notre lectrice chroniqueuse Carole S. a décidé de vous donner ses impressions sur le livre de Shane Stevens "Au-delà du mal" aux éditions Pocket. Regardez... La présentation du livre "Au-delà du mal" par l'éditeur : Après plus de vingt-cinq ans de malédiction éditoriale, nous avons le plaisir de vous présenter pour la première fois en langue française Au-delà du mal, de Shane Stevens, l'un des livres fondateurs du roman de serial killer, avec le Dahlia noir, de James Ellroy, et Le silence des Agneaux, de Thomas Harris. À 10 ans, Thomas Bishop est placé en institut psychiatrique après avoir assassiné sa mère. Il s'en échappe quinze ans plus tard et entame un périple meurtrier à travers les États-Unis. Très vite, une chasse à l'homme s'organise : la police, la presse et la mafia sont aux trousses de cet assassin hors norme, remarquablement intelligent, méticuleux et amoral. Les destins croisés des protagonistes, en particulier celui d'Adam Kenton, journaliste dangereusement proche du tueur, dévoilent un inquiétant jeu de miroir, jusqu'à un dénouement captivant. A l'instar d'un Hannibal Lecter, Thomas Bishop est l'une des plus grandes figures du mal enfantées par la littérature contemporaine, un héros " terrifiant pour lequel on ne peut s'empêcher d'éprouver, malgré tout, une vive empathie. Au-delà du mal, épopée brutale et dantesque, romantique et violente, à l'intrigue fascinante, constitue un récit sans égal sur la façon dont on fabrique un monstre et sur les ...








Sur Amazon
à partir de :
4,90 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Silence des agneaux par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2139)

> voir plus

Quiz