AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081362783
Éditeur : Flammarion (13/05/2015)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Depuis quelques temps, le grand-père de Madeleine perd un peu la mémoire et semble revivre sa jeunesse, confondant parfois sa petite-fille avec sa propre soeur. La jeune fille, sachant qu'il est malade, décide de repartir avec lui dans son village natal de Normandie, où il replonge rapidement dans ses souvenirs d'enfance, revivant même le débarquement de juin 1944.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
canel
12 mai 2015
★★★★★
★★★★★
Les parents de Madeleine assurent le minimum syndical. Matériellement ça va, elle ne manque de rien, mais ils n'ont pas de temps à lui consacrer. Ils sont tellement occupés, la mère avec son travail, le père avec ses petites copines... C'est donc son grand-père qui veille sur elle. Mais de plus en plus souvent, les rôles s'inversent et c'est l'adolescente qui doit prendre soin de ce papi qui commence à perdre la boule. Il redevient Grégoire, le petit garçon qu'il a été, et ça lui fait peur, à Madeleine - normal : trop de responsabilités, de chagrin, et son père ne veut pas entendre ses appels à l'aide.
« Le lendemain matin, Grégoire est redevenu grand-père, et nous passons la journée dehors. [...] C'est bien, ça me repose, ça me rassure, quand il s'occupe de moi et pas moi de lui, quand il sait mieux que moi et pas moi pour lui. »
Les jolis moments complices et intenses entre le grand-père et sa petite-fille se font de plus en plus rares, ceux de cet été sur les traces de la jeunesse du vieil homme sonnent le glas.
Beau roman sensible à faire découvrir aux pré-adolescents pour les sensibiliser à la maladie d'Alzheimer. On s'attendrit des liens entre Madeleine et son aïeul, on écoute ce grand-père évoquer ses souvenirs sur les années 40, la guerre et le débarquement.
Je conseille cette lecture aux collégiens mais j'ai peut-être lu trop d'ouvrages bouleversants pour adultes - en BD principalement et le formidable roman 'L'oubli' de Emma Healey - sur ce thème récemment pour être touchée par cette histoire qui s'adresse aux enfants.
"Faut pas pousser Mémé" de Jo Hoestlandt, par exemple, m'avait plus émue - destiné aux 8-10 ans, pourtant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LoupAlunettes
24 juin 2015
★★★★★
★★★★★
Gramps et Grégoire alternaient, selon les moments, les temps forts d'émotion et des conversations.
Madeleine n'était pas la Madeleine de son passé, juste celle qui hérita de son prénom et celle qui lui tenait à présent la main.
Madeleine ne savait si elle tenait la main de son grand-père ou celle du petit garçon qu'il fut, les attitudes, l'intonation, la sensibilité vive trahissaient la présence du petit normand qui appelait sans cesse sa sœur aînée dans les instants de confusion.
Madeleine avait fini par répondre à l'appel, devenant l'adulte responsable à sa grande gêne mais rassurant le Gramps quand les souvenirs le lui volaient de trop un instant.
Madeleine se sentait pleine de ressentiment envers son père qui la laissa là, dans cette maison, à veiller au lieu d'être gardé tranquillement, à revivre à deux des nostalgies redondantes, ancrées par une sorte d'élastique qui ne cessait d'aller et venir, mot pour mot parfois.
Et puis, un jour, Gramps donna l'impression de prendre l'avantage sur le petit garçon, invoquant de lui-même la Normandie de son enfance, la raison semblait contre toute attente tenir bon.
Qu'est-ce qu'il racontait formidablement bien, Gramps !
Pendue à ses lèvres, Madeleine se penchait pour la première fois avec grand intérêt sur la vie du petit Grégoire. La Normandie, le Débarquement des alliés vécu par ce petit garçon, sa vie de famille à la ferme... Tous les détails y étaient, le grand-père était aussi présent que possible, passionné.
Mais qu'était devenue la précieuse Madeleine qui n'avait disparu que dans la vraie vie de Gramps ?
« Madeleine, je voudrais de montrer ma maison, celle où j'ai grandi... ».
C'était bien Gramps qui avait eu cette idée, dans un temps franc de lucidité.
Dans l'espoir infini de retenir le grand-père, l'empêcher de partir loin, Madeleine prend la main de Gramps pour découvrir la Normandie avec lui.
: Rachel Hausfater l'auteure joue sur les jolis mots, « l’Été des pas perdus » évoque les pas perdus de la salle de gare, point de départ vers l'aventure avec une grande inconnue(c'est Gramps qui en donne la définition!), les pas perdus (ou non!) sont aussi ceux qui remontent vers la mémoire de Gramps, un fil de souvenir d'enfance que le duo saisissent comme une corde de rappel d'un côté, Madeleine ne sachant vraiment si elle ne va pas vers une grande galère et désillusion dans la maladie du grand-père, un fil d'Ariane qui, espère t-elle, pourrait le sortir du dédale complexe de sa mémoire.
Ce voyage improvisé est l'occasion pour que le grand-père et la petite fille partage un moment privilégié avant l'inéluctable, le temps essentiel de transmettre des souvenirs précieux pour Gramps, que Madeleine gardera et transmettra elle-même à sa jeune génération. Les échanges entre les deux personnages sont touchants, l'auteure apporte une vraie crédibilité dans le personnage de Madeleine, adolescente partagée entre l'amour de son aïeul et l'envie de vivre sa vie d'ado tout court, sans « prise de tête » comme ils disent.
Hormis le thème de la maladie d’Alzheimer, le récit est aussi l'excuse pour faire un tour dans le passé et rappeler à la mémoire les sites commémoratifs du célèbre Débarquement de Juin 45.
Deux thèmes sérieux qui ne sont pas forcement le centre de l'histoire mais non pas moins importants. Ces deux éléments forts vont en tout cas animer les conversations, renforcer la complicité des deux « fugueurs », et c'est là que l'auteure va nous toucher dans notre lecture en plein cœur.
Le roman pourrait susciter des discussions familiales, peut-être, faire sortir les albums photos, libérer la parole des anciens. En avant la mémoire !
Dans la veine des complicités intergénérationnelles, à ne pas manquer « Manon et Mamina » de Yaël Hassan et «  Mon grand-père est un rebelle » de Chantal Cahour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
maevedefrance
09 mai 2015
★★★★★
★★★★★
Madeleine comprend vite que Gramps a un souci qui n'est pas dû à son grand âge, mais quelque chose de bien plus grave. Des pertes de mémoire, des absences comme s'il était ailleurs.
Seule avec lui la plupart du temps, elle l'emmène chez le médecin gérontologue dont il a déjà oublié le rendez-vous. Dans la salle de ce spécialiste (qui n'est pas celui des champignons !), elle observe et s'interroge : "il n'y a que des vieux, certains bien, d'autres miteux, piteux, malheureux. Qu'est-ce qu'il fait, mon grand-père pimpant, brillant, au milieu de ces croûlants ?"
Gramps prend la mouche, furieux et malheureux de croire que le médecin le prend pour un vieux fou, refusant de regarder en face la maladie qui lui grignote la mémoire : Alzheimer. du moins on le devine, même si son nom n'est jamais cité.
Alors, parce qu'"il raconte, toujours il raconte, les mêmes histoires de lui quand il était petit, comme si c'était hier", (...) son village, les vaches, la mer, le bocage et la mer. Et sa mère, son père, sa chère grande soeur, ses deux petits frères (...). Les Allemands, méchants. le mystère, la peur, les alertes (...), les bateaux, (...) les avions fous, les bombes, les grands soldats. La joie.", et qu'il rêve de retourner là-bas, en Normandie, de l'y emmener pour lui faire découvrir les lieux de son enfance, Madeleine décide de réaliser ce rêve et de l'accompagner. Nous voilà partis avec les deux personnages pour un road-trip normand jusqu'à Utah Beach.
La maladie se manifeste par intermittence, tout au long du récit où le passé et le présent finissent par se confondre. Mais peu importe "parce qu'on reste toute sa vie le petit qu'on a été.
Et qu'on a une maison où on a envie de rentrer : celle où on a grandi. Même si elle a disparu. Même si on n'en a pas eu."
L'occasion aussi pour la petite Madeleine d'une belle leçon d'Histoire à travers celle de son grand-père, qui lui fait vivre le Débarquement comme si elle y était. La révélation aussi d'un mystère familial : la raison la plus probable de la disparition de l'autre Madeleine, la soeur de son grand-père...
Un roman sensible et magnifiquement écrit. Rachel Hausfater possède une vraie plume littéraire, très poétique, parsemée de rimes, mais pourtant simple, accrocheuse et accessible aux jeunes lecteurs.
Un récit où le personnage du grand-père n'est pas diminué par sa maladie, mais au contraire magnifié par son voyage pour retrouver le petit garçon qu'il a toujours été.
Au-delà du sujet de la maladie d'Alzheimer, ce fut pour moi une belle lecture pour 8 mai !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
orbe
25 mai 2015
★★★★★
★★★★★
Madeleine a hérité du prénom de la soeur de son grand-père qui est aussi celui de la plage renommée Utah Beach.
Elle retourne avec lui sur les traces de son passé marqué par la guerre. Alors que la mémoire du présent s'efface progressivement, celle de l'enfance reste vive.
Nous découvrons avec la jeune fille les méandres des conséquences de la perte de repères. Comment continuer à vivre alors que l'on redevient enfant et que le corps nous abandonne ?
Madeleine doit tantôt accepter de jouer le rôle de la grande soeur disparue, tantôt celui de l'adolescente en manque elle-même de père.
Un récit sensible sur la maladie d'Alzheimer vécue par les proches. le lecteur suit les hésitations de Madeleine qui doit gérer les absences de son grand-père, ses moments d'oubli qui évoquent non seulement la peur de la solitude mais aussi celle de la mort.

L'appui sans faille de la jeune fille permet la transmission de s'effectuer mais c'est au prix d'un déchirement.
L'arrière-plan de l'histoire avec le débarquement des alliés en 1944 dynamise le récit et remet les personnages dans l'action et la tourment. Un joli livre.
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nadael
31 juillet 2015
★★★★★
★★★★★
Madeleine est une adolescente bien dans ses baskets – enfin c'est l'image qu'elle renvoie –  : vive, débrouillarde, marrante et réfléchie, malgré des parents – divorcés – régulièrement absents de son champ de vision ; sa mère travaille beaucoup et son père collectionne les maîtresses – histoire pour l'un et l'autre de combler un vide, d'oublier leur échec familial... – . Car la jeune fille n'est pas seule. Elle passe son temps chez son grand-père, Gramps comme elle l'appelle affectueusement. Depuis toujours, il veille sur elle. Et cet été ne déroge pas à la règle.
Seulement, Gramps est bizarre depuis quelques temps. Il semble absent lui aussi. Absent et pourtant bel et bien là, physiquement. Il oublie les rendez-vous, ne sait plus où il range les choses, parle sans cesse de son enfance, de sa soeur Madeleine (le prénom aidant, il confond sa petite-fille avec sa soeur).
Madeleine sait que la mémoire de son grand-père est grignotée de toute part par Alzheimer. Ce qui l'agaçait dans un premier temps, commence sérieusement à l'angoisser. Ses parents, eux, n'ont pas vraiment l'air de s'inquiéter – disons que ça les arrange bien de se voiler la face –.
Alors, la jeune fille décide de prendre ses responsabilités et agir. Les voilà partis pour un voyage en train, direction la Normandie, sur les pas perdus de l'enfance de Gramps.
Le grand-père est heureux de pouvoir montrer les lieux qu'il a foulé enfant, dans les années quarante... revoir sa maison, se souvenir de sa soeur bien-aimée, aller sur les plages du débarquement... Raconter sa vie d'alors, transmettre ses souvenirs. C'est si important pour lui qu'ils continuent à vivre, ses souvenirs. Que Madeleine en conserve la trace, l'empreinte.
Un roman sensible et lumineux malgré la gravité. Et l'immense amour partagé entre un grand-père et sa petite-fille.
Lien : https://lesmotsdelafin.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Les critiques presse (1)
Ricochet30 juillet 2015
Une écriture impatiente, poétique et rythmée comme un slam porte ce récit prégnant sur la maladie et la perte d'un être cher.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel11 mai 2015
Il ne se souvient pas.
Il ne se souvient de rien.
Enfin... c'est pas tout à fait vrai.
Il se souvient de loin.
D'avant, il se souvient bien.
De lui petit enfant, poussant, chenapan, devenu grand, jeune homme fringant, l'amour naissant, le travail prenant, ses trois enfants... Il s'en rappelle souvent, il s'en rappelle tout le temps.
Après aussi, ça lui revient, même si c'est plus mêlé, et même tout mélangé : qui est né avant qui de ses petits-enfants, et son fils qu'habite où et sa fille qui vient quand et le petit qu'est-ce qu'il fait ?
(p. 7)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
canelcanel14 mai 2015
- C'est loin ?
- Pas très, non, vers la mer, à quatre ou cinq kilomètres d'ici.
- Mais c'est LOIN, ça ! Comment tu faisais pour venir tous les jours à l'école à Sainte-Marie ?
- On venait à pied, qu'il neige ou qu'il vente.
- Même malade ?
- Malade ? Ça n'existait pas, ce mot, chez nous. Mon père ne s'est jamais arrêté de travailler un seul jour, et je n'ai jamais vu ma mère se reposer.
- Mais les enfants, c'est pas pareil !
- Dans ce temps-là, si. D'ailleurs, après l'école, je devais aider à la ferme, m'occuper des...
- ... des vaches, je sais...
(p. 65-66)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
NadaelNadael31 juillet 2015

« - Tu veux qu'on sonne, Gramps, pour voir s'il est là ?
Non, non s'écrie-t-il, il doit être mort, ou parti. C'est fini...
Mais toi, pourtant, tu es toujours vivant. Tu ne veux pas revoir les gens ?
Non, ma petite-fille, je veux juste revoir les lieux...
Il me regarde gravement et ajoute :
… et t'offrir des souvenirs.
Mais ils sont à toi !
Bien sûr, mais ils sont aussi pour toi, pour que tu les gardes, que toi aussi, tu t'en souviennes.
Il me serre soudain le bras à m'en faire mal, et il reprend, d'une voix suppliante :
Tu comprends, Madeleine ? Je ne veux pas que mes souvenirs disparaissent avec moi. Je ne veux pas qu'ils meurent... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
orbeorbe21 mai 2015
- Tu peux beaucoup l'aider, tu sais. Ne le laisse pas délirer, vivre dans le passé. Rappelle-lui le présent, ramène-le au présent.
- Tu crois que c'est facile ?
Commenter  J’apprécie          170
collegejeanpujocollegejeanpujo01 décembre 2015
Le petit la c'est mon père.
Il fait plein de choses, ce petit gars qu'est son fils:il travaille à l'agence, il part en randonné ,il mange au restaurant, il divorce de maman...
Ah oui, et puis aussi il fait le joli coeur auprès de l'une, l'autre, machine, trucmuche, je m'en fous.
Comme je me fous de se qu'il fait en ce mois de juillet que je devais passer avec mon père, et que je passe avec le sien: mon grand père qui se perd.
Tout un mois passé dans son passé, à tenter de boucher les trous de sa mémoire-passoire, retenir les souvenirs qui lui coulent sur les joues, empecher les noms de s'envoler, les mots de l'abandonner, toute sa vie de fuir et s'enfuir.
A lui rappeler qui il est, à le rappeler à maintenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

De sacha à Macha

Par quel moyen de communication Sacha et Macha échange t-il ?

Par téléphone
Par mail
Par courrier

14 questions
274 lecteurs ont répondu
Thème : De Sacha à Macha de Rachel HausfaterCréer un quiz sur ce livre
. .