Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253154636
Éditeur : Le Livre de Poche (2003)


Note moyenne : 3.97/5 (sur 71 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Comment survivre au décès accidentel de sa fille, même quand celle-ci ne voulait plus vous voir ? Et d'ailleurs pourquoi Élisabeth ne voulait-elle plus voir Agnès, cette mère écrivain de romans policiers à succès, cette ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par sylvaine, le 26 juin 2012

    sylvaine
    Ayant choisi de faire découvrir La Table des enfants d'Isabelle Hausser, veritable coup de coeur pour moi lors de sa première lecture il y a déjà quelques années, j'ai eu la curiosité de me replonger dans ce livre avant de l'empaqueter pour l'offrir dimanche,
    Le pari était de taille ,et bien il me semble qu'il est gagné et j'en suis ravie!
    L'histoire : Agnès , la cinquantaine , vit à Bruxelles avec Laurent , son époux , charmant , charmeur mais volage, et ses jumeaux ,Raphael le fils ainé vit à Londres et Elisabeth la fille de son premier mari Jean Baptiste mort lorsqu'elle avait 1 an, vit à Bonn ;elle y est mariée et mère de 2 jeunes enfants Fabian et Cordelia,Agnès a acquis une renommée mondiale avec ses romans policiers
    Pourquoi Elizabeth a t'elle demandé à sa mère , depuis son mariage, de ne pas venir la voir à Bonn?Agnès ne le sait pas,mais elle respecte le choix de sa fille tout en restant en contact fréquent téléphone, lettres ,,,
    Malheureusement , elle ne connaitra jamais les raisons de ce choix car Elisabeth et son époux , sont victimes d'un accident mortel ,laissant seuls les 2 jeunes enfants ,Agnès choquée débarque alors à Bonn et se voit confier la garde de ses petits enfants ,
    Allant de découverte en découverte, elle va tenter d'élucider l'énigme de la vie de sa fille, faisant de cette quête sa priorité absolue,Pour elle en premier ,pour faire le deuil ,pour simplement pouvoir continuer à vivre découvrir qui était réellement sa fille devient une fin en soi
    Je vous laisse découvrir les multiples rebondissements de cette histoire hors norme,
    Le talent d'Isabelle Hausser éclate au grand jour dans l'étude qu'elle fait des relations mère fille, dans les mots qu'elle a pour nous relater les émotions ,les peines , les rires de ces 2 jeunes enfants ,,Elle nous fait découvrir une Allemagne qui lui est familière , et à travers elle ses musiciens les plus célèbres ,Bach est peut être le second personnage de ce roman ,sujet d'étude du père d'Elisabeth , puis d'Agnès et comme cette dernière le découvre passion de sa fille,
    Sans jamais tomber dans le pathos ,au contraire , I Hausser tisse une trame romancière qui vous happe et vous tient en haleine sur 500 pages ,Une belle réussite qui supporte même une relecture c'est tout dire!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marcelline, le 06 juillet 2012

    Marcelline
    Pas de doute pour moi, Isabelle Hausser sait raconter des histoires!
    Avec La Table des enfants, elle m'a embarquée dans une histoire de famille que j'ai dévorée: ce n'est pas un polar mais, une fois commencé, impossible de lâcher ce livre, qui m'a poursuivie la journée, quand j'attendais le soir avec impatience pour pouvoir la poursuivre...
    Agnès, une veuve remariée ayant la cinquantaine, apprend le décès de sa fille aînée, Elisabeth, et devient en même temps, par la volonté de celle-ci, la tutrice des deux orphelins qui viennent de perdre leurs deux parents dans le même accident de voiture. Elle découvre alors que sa fille était une inconnue pour elle.
    Voilà un résumé bien succinct d'une histoire dans laquelle les personnages sont tous très fouillés et intéressants et les rebondissements se succèdent, sans pourtant jamais nous faire perdre le fil...
    C'est un bon suspense, habilement distillé au fil des chapitres qui se succèdent, mais c'est aussi un très beau livre sur l'Amour: l'Amour entre une mère et sa fille aînée disparue, mais aussi entre une mère et ses enfants toujours vivants, entre une femme et son mari, vivant ou défunt, entre une femme et son amant et enfin, et j'ai beaucoup aimé ce personnage, très droit et plein de bon sens, entre Agnès et sa belle-mère. de celle-ci, j'aimerais ne pas oublier sa réponse quand sa belle-fille lui demande son aide pour une décision qu'elle doit prendre: "ta décision, c'est à toi seule de la prendre mais quand tu l'auras prise, je ferai tout ce que je peux pour t'aider à la mettre en oeuvre".
    Bref, un livre comme je les aime avec une histoire qui tient en haleine, des personnages attachants dont on aime faire la connaissance et... un petit quelque chose en plus, qui donne matière à réflexion et fait regretter de déjà voir arriver le mot "fin"!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par abfabetcie, le 11 février 2015

    abfabetcie
    Une mère sur les traces de sa fille, après la mort de cette dernière. Magnifique roman d'amour filial et maternel. Troublant que ce récit de l'amour unique, absolu et entier, d'une relation quasi-fusionnelle, d'une fille pour sa mère, amour presque posthume puisque 'Agnès le découvre, bribes par bribes, par les traces, les signes, les codes, les indices que lui a laissés sa fille Elisabeth.
    On entre dans ce roman – où sont décortiqués les liens du sang, de la fratrie, de la famille – dans le domaine de l'intime, dans le cœur d'une femme et de sa mère. Au fil des interrogations qui la taraudent quant à la vie et à la mort de sa fille – dont elle a vécu séparée physiquement ces dernières années – c'est sa propre vie qu'Agnès met en perspective. Elle déroule le fil de son histoire, des évènements qui l'ont composée. On assiste à une véritable introspection d'Agnès qui replonge dans ses souvenirs d'enfance, ses blessures, ses rapports à ses propres parents, les fondements même de la sa vie qu'elle a transmis à ses enfants. Ce thème de la transmission de génération en génération imprègne ce roman. Il y a comme un effet miroir entre la mère et la fille, mais aussi entre la mère et la grand-mère, ce lien qui unit à travers le temps, qui donne la force et qui donne le souffle de la vie.
    Ce livre est merveilleusement écrit et terriblement bien construit autour d'un vrai suspense plus psychologique que factuel. C'est un roman plein de profondeur que l'on quitte à regret.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

  • Par Galirad, le 04 février 2015

    Galirad
    Comme trop souvent, lors de déplacements professionnels, j'avais bouclé ma valise à la hâte et seul mon ordinateur m'accompagnait. La perspective de relire mon rapport ne m'enchantait guère, je me suis alors dirigée vers le tourniquet de livres. Là, sur une couverture glacée, trois enfants blonds aux yeux bleus, s'étaient immobilisés un jour d'été, autour de la table familiale, guettés par le regard du peintre…
    « La Table des enfants » d'Isabelle Hausser
    Pourquoi avoir choisi la reproduction de cette peinture à l'ambiance british du début du XX° siècle? Cette toile, qui aurait, d'ailleurs, aussi bien pu être une photo, laisse une impression d'instantané figé par l'éclair d'un flash… Les couleurs pastel correspondent à la teinte sépia des photos anciennes et contribuent à l'impression de suranné. Seules quelques tâches de couleurs vives matérialisées par les ronds de serviettes posés à la gauche de chacune des assiettes et le vase du haut, très art déco, colorent discrètement la scène. …
    A quoi peuvent bien rêver ces enfants boudeurs au sérieux inaltérable, habillés de blanc, assis autour d'une table avec une nappe toute aussi blanche? Mais comment se sont-ils installés, qui leurs à fait prendre la pose ?
    Quels rapports l'éditeur a-t-il décelé entre ce fragment de tableau et le titre du livre ? Car, si la réalité matérielle est bien représentée, elle disparait instantanément, surpassée par la puissance évocatrice des pensées des enfants …Est-ce que cette table est aussi celle de confidences retenues, le symbole de relations complexes qui se nouent et se dénouent au fil des jours, de temps suspendu? Existe-t-il, comme mon intuition me le souffle, un décalage entre l'apparence paisible de ces enfants, las d'attendre, et les tourments intérieurs qui les animent ? Est-ce que ce climat de réserve voire d'ennui n'est lié qu'à la pose et cacherait des cris et des fous rires cristallins ?
    Et cette auteur qui m'a échappé, qui est-elle, une romancière à découvrir, a-t-elle publié d'autre ouvrages?
    Finalement, qu'est-ce qui a guidé ma main, sur ce quai de gare, et m'a poussé à choisir ce roman plutôt qu'un autre, si ce n'est la part de mystère qu'il recelait, mis en exergue par son énigmatique couverture ?…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par DOMS, le 12 octobre 2014

    DOMS
    En temps que mère, mais aussi en temps que fille, j'ai retrouvé la dualité des sentiments que l'on peut ressentir pour ces deux êtres qui sont particulièrement chers dans une vie de femme.
    J'ai beaucoup aimé cette recherche de l'autre : la comprendre, savoir, vouloir partager, alors que chacun à besoin de vivre sa vie avec ses mystères, ses joies et ses peines à partager mais aussi parfois à garder pour soi.
    Chaque individu à besoin de sa part de vie secrète, de créer une sorte de cloisonnement, pour se retrouver dans l'une ou l'autre partie indépendamment, sans mettre en relation les êtres que l'on côtoie de part ou d'autre. Un peu comme dans des mondes parallèles.
    D'ailleurs, ce sentiment, cette envie d'indépendance sont bien décrits dans ce roman. Une fille veut vivre sa vie loin de sa mère, sans que celle ci n'en connaisse rien, parce qu'elle en est trop proche et peut se sentir prisonnière de ce sentiment si fort, si intense.
    Pourtant, en même temps, elle organise tout pour que celle ci suive le jeu de piste de sa vie et découvre les différentes versions de sa « vraie » vie, les individus qui la jalonnent, les événements, leur enchaînement. Comme si elle avait en même temps besoin d'être reconnue par sa mère à travers cela !
    Ce sentiment si fort qui attache le plus souvent une mère à sa fille, et une fille à sa mère, est bien dépeint ici. Avec cette complexité des sentiments, qui pourraient être des sentiments amoureux : envie d'être reconnue, de vivre intensément avec l'autre, mais en même temps d'être libre, indépendant.
    Et puis il y a l'injustice de la mort, mais surtout cette injustice devant la mort d'être si jeunes, et surtout la mort d'un enfant, où le parent qui reste est à la limite du sentiment de culpabilité devant cette injustice : pourquoi elle et pas moi ! !
    Un beau roman sur des relations et des sentiments complexes, forts, intenses et si importants dans une vie. D'une écriture très agréable qui donne envie d'aller plus loin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par FRANGA, le 28 janvier 2012

    Son état de quasi-somnanbulisme, dont, attentive, elle surprenait également des traces chez ses familiers, s'expliquait sans doute par l'instinct de survie. Aurait-elle supporté les malheurs, les contrariétés de sa vie et la longue éducation de ses quatre enfants, étirée sur plus de trente ans, sans cet engourdissement des sens et de l'esprit ? Métamorphosée en rêve, fut-ce en cauchemar, la vie devenait plus légère. Les pertes de mémoire, les transformations et les révisions du passé procédaient peut-être du vieillissement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par sylvaine, le 28 juin 2012

    "N'oubliez pas ce que dit Bach: ce qui procède de l'amour et du tourment ,Dieu ne peut l'effacer.Nous sommes condamnés à le supporter et ,parfois, à en mourir.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

> voir toutes (2)

Video de Isabelle Hausser

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Hausser


MP 2014-05-12-662-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Isabelle Hausser - Les couleurs du Sultan.








Sur Amazon
à partir de :
6,95 € (neuf)
0,52 € (occasion)

   

Faire découvrir La Table des enfants par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 142 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.