AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070365891
Éditeur : Gallimard (28/11/1974)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 35 notes)
Résumé :
« Ils passèrent dans la gondole, et ce fut de nouveau le même enchantement : la coque légère et le balancement soudain quand on monte, et l'équilibre des corps dans l'intimité noire une première fois puis une seconde, quand le gondoliere se mit à godiller, en faisant se coucher la gondole un peu sur le côté, pour mieux la tenir en main.
- Voilà, dit la jeune fille. Nous sommes chez nous maintenant et je t'aime. Embrasse-moi et mets-y tout ton amour.
Le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Fantine
13 août 2011
Ce roman, considéré comme un classique de la littérature américaine, a pour thème principal la mort.
L'action se déroule à Venise, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. L'Europe pense ses blessures.
On assiste surtout aux derniers jours de vie du Colonel Richard Cantwell, ancien officiel de l'armée américaine. Celui-ci, gravement malade, et, sentant sa fin proche, vit un ultime bonheur, à Venise, auprès de l'amour de sa vie, la jeune Comtesse Renata.
Ce dernier sait qu'il va mourir, et, accepte son sort avec fatalité, sans amertume. Il prend la vie à bras le corps tout en s'efforçant de lutter contre le destin qui le condamne, et, essayant ainsi de reculer la date fatidique de sa mort, mais, malheureusement, celle-ci sera la plus forte.
Ce roman est sombre, noir, et, le fait que l'intrigue se déroule en plein hiver ne rajoute rien à la morosité ambiante.
Malgré une certaine mélancolie, un certain accablement, un certain pessimiste, une note d'espoir s'échappe au fil des lignes grâce à « l'appétit de vivre des deux protagonistes ».
En ce qui me concerne, j'ai énormément apprécié la lecture de ce roman d'Hemingway malgré la tristesse qui s'y dégage.
Je le recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
shousoun
12 août 2013
★★★★★
★★★★★
« le livre démarre lentement ; ensuite la tension augmente jusqu'à ce que nous ne puissions plus la supporter. J'apporte de l'émotion à un niveau insoutenable, donc nous devrons niveler l'exaltation afin de ne pas être obligés de fournir des tentes à oxygène aux lecteurs. le livre ressemble à un moteur. La détente doit être progressive. » Hemingway lui-même résuma sa première version lors d'une interview avec la journaliste Lillian Ross. "Au-delà du fleuve et sous les arbres" ne marche pas. La critique américaine l'assassine quasi unanimement.
Roman dans lequel on retrouve une partie de sa vie, malgré ses avertissements : Au-delà du fleuve et sous les arbres s'ouvre sur un « avertissement » :
« En raison de la tendance récente à vouloir identifier les personnages fictifs avec les personnages réels, écrit Hemingway, je tiens à préciser que dans ce volume ne figure aucune personne réelle : tant les personnages que leurs noms sont purement imaginaires. Les noms ou les désignations d'unités militaires sont également fictifs. Dans ce livre ne sont présentées aucune personne vivante ni aucune unité militaire existante. »
L'occasion de refaire une balade dans Venise, toujours aussi fascisante grâce à ce livre peu connu d'Hemingway !
Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LecturesdeVoyage
01 octobre 2015
★★★★★
★★★★★
Au-delà du fleuve et sous les arbres (Across the River and into the Trees)” n'est pas le roman le plus célébré d'Ernest Hemingway. Certains lui reprochent des dialogues négligés et répétitifs, d'autres s'offusquent de cette histoire d'amour entre Cantwell, un colonel américain de cinquante ans, et Renata, une jeune aristocrate vénitienne de dix-huit ans. Nous sommes à Venise en hiver, juste après la seconde guerre mondiale. Cantwell a débarqué en Normandie, libéré Paris. En 14-18, il s'était battu avec les Italiens en Vénétie. J'ai bien aimé ce roman, celui d'un homme proche de la mort qui veut retrouver sa jeunesse dans une ville splendide. Un roman qui vous donne aussi envie de pousser la porte du Harry's Bar lors de votre prochaine visite à Venise.
Lien : http://www.lecturesdevoyage...
Commenter  J’apprécie          00
qccg3330
20 avril 2013
★★★★★
★★★★★
Venise et Hemingway, un charme désuet de l'immédiat après guerre. Un très beau et et très méconnu grand texte
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
giatigiati11 mai 2014
- T'ai-je déjà dit, en termes appropriés, que je t'aime?
- Tu me l'as déjà dit. Mais dis-le-moi encore.
- Je t'aime, dit-il. Prends-le de front et officiellement, s'il te plaît.
- Je le prends de toutes les façons que tu veux, du moment que c'est vrai.
- C'est la bonne manière, dit-il. Tu es une gentille, une brave, une adorable fille...
Commenter  J’apprécie          70
giatigiati04 mai 2014
Cela faisait longtemps qu'il songeait à tous les beaux coins où il aimerait être enterré, et à quelles terres il aimerait se mêler. La pourriture et la puanteur, ça ne dure pas si longtemps, au fond, songeait-il, et de toute façon on n'est qu'une espèce de fumure, et même les os finissent par servir à quelque chose. J'aimerais qu'on m'enterre loin à la limite du parc, mais en vue de la belle vieille maison et des grands arbres majestueux. Je ne crois pas que çà les gênerait beaucoup. Je serais mêlé à ce sol sur lequel les enfants jouent, le soir, et peut-être, le matin, ils viendraient y entraîner les chevaux à sauter, et les sabots feraient leur bruit mou dans le gazon, et les truites sauteraient dans l'étang pour attraper les mouches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FantineFantine12 août 2011
- Ce furent les gars de Torcello. Des durs, qui avaient bon goût en matière de construction. Ils venaient d'une petite ville de la côte, appelée Caorle. Mais ils avaient entraîné avec eux toute la population des villes et de fermes de l'arrière-pays quand les Visigoths euent saccagé le coin.
C'est un gars de Torcello qui faisait du trafic d'armes avec Alexandrie, qui découvrit le corps de saint Marc et le ramena en contrebande, sous une cargaison de porc frais, pour que les douaniers païens ne le repèrent pas. Ce garçon apporta la dépouille de saint Marc à Venise, et depuis le saint est devenu le patron de la ville, et les gens lui ont élevé une cathédrale.
Mais entre temps, ils poussèrent leur commerce si loin en Orient que leur architecture est un peu trop byzantine à mon goût. Ils n'ont jamais fait rien de mieux de ce qu'ils avaient d'abord fait à Torcello. C'est là-bas, Torcello !

Et c'était bien là-bas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maddiemaddie18 mars 2015
- Je ne pleure jamais, dit la jeune fille. Jamais. Je m'en suis fait une règle. Mais je pleurerais bien maintenant.
- Ne pleure pas, dit le colonel. Je suis gentil maintenant, et au diable le reste.
- Dis-moi encore que tu m'aimes.
- Je t'aime et je t'aime et je t'aime.
- Tu feras tout ton possible pour ne pas mourir ?
- Oui.
Commenter  J’apprécie          10
AustralAustral27 août 2011
Aujourd'hui, c'est en un sens la lie qui nous gouverne. Nous sommes gouvernés par ce qu'on trouve au fond des demis de bière où les putains ont balancé leurs mégots.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : souvenirs de guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le vieil homme et la mer

En quelle année est paru ce texte ?

1951
1952
1953

10 questions
110 lecteurs ont répondu
Thème : Le Vieil Homme et la Mer de Ernest HemingwayCréer un quiz sur ce livre