Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2203001046
Éditeur : Casterman (1993)


Note moyenne : 3.97/5 (sur 619 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Alors qu'il est toujours l'hôte du Maharadjah, Tintin reçoit la visite d'un chin..s qui doit lui dire quelque chose de très important. Mais au moment de parler, le chin..s est touché par une fléchette de poison qui rend fou. Avant de sombrer dans la démence, le malheure... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (21)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par experyoshi, le 03 janvier 2013

    experyoshi
    Tintin et le lotus bleu est ma BD préférée. Pourquoi ? Et bien j'adore évidemment le graphisme inimitable d'Hergé mais aussi l'histoire qui mêle événements historiques (guerre Japon/Chine), problèmes socio-économiques de l'époque (lutte contre l'opium qui faisait des ravages à l'époque). C'est dans cette BD que Tintin sauve et rencontre pour la première fois son ami Tchang.
    Cette BD en plus d'être instructive, est très drôle. Plusieurs scènes sont excellentes comme celle ou le fils du maître chinois devient fou. J'ai aussi beaucoup ri quand les Dupont et Dupond veulent se fondre dans le décor mais au lieu de cela ils se ridiculisent en se déguisant en tenue traditionnelle chinoise.
    Humour, histoire, aventures sont au rendez-vous !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bigmammy, le 29 avril 2012

    Bigmammy
    Chaque année, quand je reviens dans mon havre de campagne, je relis mes bandes dessinées préférées. Et le lotus bleu occupe une place à part. C'est la première histoire de Tintin que j'ai eu sous les yeux, alors que je devais avoir 10 ans, peut être douze. C'était chez un cousin. Je n'avais pas lu la première partie (Les Cigares du pharaon), et ce livre m'a marquée, à jamais. le scénario est haletant, les gags inoubliables, le graphisme recherché.
    Plus tard, j'ai appris que les banderoles agrémentant les scènes de rues, les enseignes, les paravents, ont tous une signification, qu'Hergé a pour ce faire étroitement collaboré avec celui qui devint son ami, Tchang Tchong-jen, qui se destinait, en 1934, à la sculpture à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. C'est lui qui met Hergé sur la piste des réalités chinoises : politiques, sociologiques, artistiques, philosophiques. Et surtout historique. La relation de l'incident de la ligne de chemin de fer est tout à fait conforme à la réalité des faits. La série de cases qui explicite son exploitation en termes de propagande et de prétexte pour le Japon d'occuper la Chine et de quitter la SDN, tout à fait concise et à la portée de tout lecteur. Je m'en suis souvenue lorsque j'étudiais avec ferveur cette période de l'histoire.
    Je relis cet album près de 50 ans plus tard. J'en avais oublié la trame. Je suis toujours aussi enthousiasmée. Déjà, Hergé soulève la problématique du trafic de stupéfiants, des ravages causés, des différences culturelles entre Asie et Occident. Je ne change pas d'opinion, le lotus bleu, c'est le meilleur album de Tintin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par cicou45, le 20 novembre 2011

    cicou45
    Deuxième volet du diptyque commencé par "Les Cigares du pharaon", Tintin se retrouve ici, là où le lecteur l'avait laissé dans l'aventure précédente, à savoir chez le Maharadjah de Rawahajpoutalah. Cependant, les évènements ne vont pas tarder à l'emmener à Shangaï où de terribles trafics de drogues font rage. A la tête de ceux-ci, le lecteur ne sera pas étonné de retrouver le milliardaire Rastapopoulos mais aussi le dangereux japonais Mistuhirato qui tentera tant bien que mal, en plus de nuire à Tintin, de mettre à mal des relations entre la Chine et le Japon. Pour arriver à ses fins, il n'hésite pas à employer les grands moyens, comme par exemple de se servir du radjaïdjah, le poison-qui-rend-fou, mis au point par l'un de ses alliés. Il aurait en effet pu arriver à ses fins car grâce à ce poison, dont aucune antidote n'était connu jusqu'à présent (il avait bien entendu pris soin d'enlever le savant Fan Se-Yeng) et en semant le trouble entre ces deux Puissances mondiales mais cela était sans compter sans notre redoutable reporter qui trouva auprès de Wang Jen-Ghié et des "Fils du dragon" (une alliance chinoise luttant contre le terrorisme) de véritables alliés. En effet, Wang et sa famille ont tout fait pour venir en aide à Tintin jusqu'à ce que Didi, le fils de la famille soit à son tour frappé par le poison-qui-rend-fou.
    Ouvrage captivant dans lequel un personnage nouveau fait son apparition et qui deviendra un véritable ami pour Tintin et que le lecteur aura le plaisir de retrouver dans d'autres aventures, et notamment celle de "Tintin au Tibet". Il s'agit, vous l'aurez peut-être compris, du jeune chinois Tchang. Bien qu'étant un jeune garçon, celui-ci est doté d'une intelligence remarquable et sera amené à venir plusieurs fois en aide à Tintin ici. J'ai trouvé cet ouvrage très attendrissant car le lecteur, à travers l'histoire de Tchang, est confronté à la misère qui sévit dans certaines régions de la Chine. Celui-ci s'étant retrouvé orphelin après la mort de ses parents, j'ai été très émue à la fin lorsque Wang lui proposa de l'adopter.
    Cette aventure est également intéressante sur un point historique, par rapport aux relations qui ont toujours été plus ou moins tendues entre la Chine et le Japon mais également parce qu'elle démentit bon nombre de préjugés que les peuples peuvent avoir les uns sur les autres, tout cela parce qu'ils se connaissent mal. A lire et à relire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Skritt, le 29 septembre 2012

    Skritt
    Cet album fait suite à l'épisode des Cigares du Pharaon. Alors qu'il se trouve toujours chez le Maharadjah de Rawhajpoutalah, un messager chinois vient lui demander de partir pour la Chine. Arrivé là-bas, il se retrouve au centre d'un conflit entre le Japon et la Chine.
    Cet album est le premier des albums dans lequel Hergé s'est documenté de manière très approfondie. On ressent un travail de fonds important tant au niveau du décor - la Chine -, que le scénario.
    Dans cette histoire, Tintin a de moins en moins recours à la chance, mais plus à son intelligence et son esprit de déduction. Il est toujours aussi naïf bien sûr, mais il arrive à se dépêtrer des ennuis dans lesquels il se fourre.
    Il y a beaucoup de nouveaux personnages, et cet album ouvre la porte, ou plutôt les cases, à un ennemi en la personne de Rastapopoulos, et en un ami qui lui sera très cher, Tchang, qu'il sauve de la noyade.
    Hergé nous fait découvrir la Chine et nous sommes loin des propos discriminatoire des tous premiers albums. Par contre dans celui-ci, il n'hésite pas à montrer la bêtise des occidentaux qui y habitent et qui n'hésitent pas à dénigrer les autochtones. Les Dupont et Dupond font une apparition assez remarquée et commencent à se sentir proches de Tintin. Et l'anecdote sur la Poldévie est assez comique.
    L'un des personnages, ennemi de Tintin, utilise une expression qu'un certain capitaine emploiera à de multiples de reprises. Dans cet épisode, Tintin est blessé mais grâce à l'hospitalité des familles chinoises, il se remettra rapidement.
    Hergé arrive toujours autant à mettre du rythme dans ses cases, et cet album est réellement plus que réussi, devenant le meilleur des cinq premiers albums. A posséder dans sa bibliothèque...

    Lien : http://skritt.over-blog.fr/article-tintin-5-le-lotus-bleu-herge-1090..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Kenehan, le 10 octobre 2011

    Kenehan
    "le lotus bleu" est l'excellente conclusion des "Cigares du pharaon". On retrouve Tintin là où on l'avait laissé, c'est-à-dire en Inde, dans le palais du Maharadjah. le mystère va maintenant conduire Tintin en plein cœur de la Chine et encore une fois l'immersion est totale grâce aux dessins.
    Mais ce tome est l'occasion d'une évolution pour Tintin. On est désormais bien loin du Tintin des premiers volumes. Il a mûri, il défend les causes justes et lie des amitiés respectueuses et indéfectibles.
    L'humour est toujours présent tout comme les messages véhiculés par Hergé qui amènent à réfléchir.
    Un tome bien au-dessus de ses prédécesseurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (16)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par issablaga, le 05 avril 2014

    - Eh bien, Tchang, qu'y a-t-il ?...
    - Il y a un arc-en-ciel dans mon coeur, Vénérable ! ... Je pleure le départ de Tintin et je ris de retrouver un papa et une maman ! ...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par gteisseire2, le 03 juillet 2008

    Mais non, Tchang, tous les blancs ne sont pas mauvais, mais les peuples se connaissent mal. Ainsi, beaucoup d' Européens s'imaginent que tous les Chinois sont des hommes fourbes et cruels, qui portent une natte et qui passent leur temps à inventer des supplices et à manger des oeufs pourris et des nids d'hirondelle ...

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par cicou45, le 20 novembre 2011

    Tintin : "Mais non, Tchang, tous les Blancs ne sont pas mauvais, mais les peuples se connaissent mail. Ainsi, beaucoup d'Européens s'imaginent que tous les Chinois sont des hommes fourbes et cruels, qui portent une natte et qui passent leur temps à inventer des supplices et à manger des oeufs pourris et des nids d-hirondelle. Ces mêmes Européens croient, dur comme fer, que toutes les Chinoises, sans exception, ont des pieds minuscules..."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par experyoshi, le 03 janvier 2013

    page 2

    Le Maharajah dit au fakir :
    Voilà, prenez place...

    Le fakir s'assoit sur un coussin :
    Aïe !!! Ah ! je comprends, ce sont des coussins... Excusez-moi j'ai la peau tellement sensible...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par lunch, le 06 mars 2011

    ... tous les Chinois sont des hommes fourbes et cruels, qui portent une natte et qui passent leur temps à inventer des supplices et à manger des œufs pourris et des nids d'hirondelle... Ces mêmes Européens croient, dur comme fer, que toutes les Chinoises, sans exception, ont des pieds minuscules et que, maintenant encore, toutes les petites filles chinoises subissent mille tortures... destinées à empêcher leurs pieds de se développer normalement. Enfin, ils sont convaincus que toutes les rivières de Chine sont pleines de petits bébés chinois que l'on jette à l'eau dès leur naissance...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (136)

Videos de Hergé

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Hergé

Michel Daubert - Musée Hergé .
Michel Daubert vous présente son ouvrage "Musée Hergé" aux éditions La Martinière. Préface Fanny Rodwell. http://www.mollat.com/livres/daubert-michel-musee-herge-collection-cube-9782732457079.html Notes de Musique : The Adventures of Tintin - Soundtrack - Symphonic Theme








Sur Amazon
à partir de :
5,75 € (neuf)
4,91 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Aventures de Tintin, tome 05 : Le Lotus bleu par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1671)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz