AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203001186
Éditeur : Casterman (1993)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 770 notes)
Résumé :
Dans l'album Coke en stock (1958), le lecteur apprend que le trafic d'esclaves existe encore. Au terme d'un périple au large des Emirats arabes et à l'issue d'un impressionnant combat naval, Tintin parviendra à démanteler l'odieux commerce clandestin organisé par le sinistre Rastatopoulos.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
Nastasia-B29 août 2013
  • Livres 3.00/5
Coke En Stock... Tiens, tiens... Aurait-il un p'tit truc à se faire pardonner l'ami Hergé ?... Un certain Tintin Au Congo, peut-être ?...
Hergé endosse donc pour cet album sa casquette de farouche opposant à la colonisation et à l'esclavagisme sous une trame de trafic d'avions, d'armes et de coup d'état dans les pays de la péninsule arabiques.
Tintin retrouve plusieurs vieilles connaissances, le général Alcazar, les infâmes Allan et Rastapopoulos, le gai luron Lampion, la Castafiore, Oliveira, sans oublier l'abjecte petite vermine d'Abdallah.
Une fois encore, il va falloir jouer serré pour contrecarrer cette belle mécanique mise sur pied par Rastapopoulos qui organise un trafic d'esclaves noirs dans les cales d'un cargo en leur faisant croire qu'il les emmènent en pèlerinage à La Mecque.
Cet album ne manque pas d'actions et de rebondissements, et son ambiance rappelle les bons vieux films d'espionnage des années 1960-70. Ma fille (≤ 6 ans) qui me sert d'étalon pour juger de la série m'avoue avoir bien aimé, mais sans plus.
Ceci dit, ce n'est là que son avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
lecassin
lecassin15 septembre 2016
  • Livres 4.00/5
Après les orages nocturnes, voilà maintenant la pluie…
Belle occasion pour se relire un Tintin, bien à l'abri. Tiens, le premier venu sera le bon ! « Coke en stock »… Il me semble bien me souvenir qu'à ma première lecture (vers 1968… purée, ça passe…), ce dix-neuvième opus de la série (paru en 1958) m'avait beaucoup plu (après l'orage… plu... oui, bon...)
Après des apparitions remarquées dans « Les cigares du pharaon », puis dans l'épisode suivant « le lotus bleu », le sinistre Rastapopoulos fait son grand retour : trente ans après…
Un bon Tintin, comme d'habitude teinté de bons sentiments… Une bonne intrigue que ce trafic d'avions qui mènera notre célèbre reporter du Khemed au large des côtes de Djibouti pour y déjouer d'abord tous les coups tordus du sinistre di Gorgonzola-Rastapopoulos, puis les agissements de trafiquants d'esclaves…
Un peu vieillot, néanmoins… Mais je reste sidéré page 6 par l'installation de la suite du prince Abdallah dans le grand salon du château de Moulinsart. Je me demande si Kadhafi quand il a planté sa tente de bédouin dans les jardins de l'Elysée ne s'est pas inspiré de cette page. Hergé visionnaire ? Pourquoi pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Crazynath
Crazynath23 septembre 2016
  • Livres 5.00/5
Une très belle aventure que ce Coke en Stock.
Tintin et son inséparable le capitaine Haddock vont se rendre au Khemed pour en savoir un peu plus sur le coup d'état qui a renversé le père du prince Abdallah, le cheik Ben Kalish Ezab. En effet, ce petit monstre ( comment l'appeler autrement ) est maintenant réfugié à Moulinsart et il n' a rien perdu de son gout pour en faire voir de toutes les couleurs à tout le monde .
Cet épisode voit le retour d'une tripotée de méchants déjà croisés dans plusieurs albums précédents ! On retrouve Dawson, l'affreux chef de la police internationale de Shangai, le docteur Müller qui se fait maintenant appeler Müll pacha, et on retrouve Rastapopoulos et le lieutenant Allan qui n'a rien perdu de son insolence envers son ancien capitaine.
Si nous continuons dans le chapitre des retrouvailles, on ne peut que citer le général Alcazar, La Castafiore, et le senor Oliveira da Figueira.
Cependant, même si effectivement il y a beaucoup de personnages déjà connus, cet épisode est excellent. le rythme ne faiblit à aucun moment et nos héros ont fort à faire pour déjouer les pièges qui leur sont tendus tout au long de leur aventure.
J'ai adore la partie sur le cargo, surtout quand on se rend compte qu'ils sont pourchassés par un sous-marin. On ne peut qu'admirer le professionnalisme de Haddock ( bon, c'est vrai qu'à partir du moment oùil sait que le sous-marin est là, il perd un tout petit peu son sang-froid...)
Une fois de plus, je ne peux que saluer le talent de Hergé et certaines vignettes sont vraiment très belles . L'évocation de Pétra, refuge dans le désert de l'émir est magnifique.
Et l'histoire ? Finalement, pas si drôle que cela, puisqu'elle dénonce les trafiquants de chair humaine, un sujet qui malheureusement est encore d'actualité....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
TableRonde
TableRonde30 décembre 2014
  • Livres 5.00/5
Coke en stock est un album particulier à plus d'un titre.
Ce n'est plus de l'aventure ; ce n'est pas non plus la recherche d'un ami.
Cet album semble plus s'adresser aux plus grands qu'aux tout jeunes lecteurs.
Il dénonce des trafics en tout genre, notamment humains.
Tintin part à la guerre, à la guerre contre la différence sous un fond de guerre d'émirs. D'aucuns penseront qu'Hergé tente par-là une forme de pardon, avant sa quête de rédemption qu'il entreprendra dans l'album suivant, Tintin au Tibet.
Sûrement dénonce-t-il qu'au XXe siècle il est des formes de racismes beaucoup plus réelles et surtout immensément plus graves que ce qui lui est reproché. En effet, les critiques faites à Hergé, notamment à propos de Tintin au Congo sont totalement ridicules, sans aucun fondement, et surtout totalement hors contexte. Quand je pense que certains ont même poussé le burlesque « lampionnesque » à demander le retrait de son album au Congo des ventes ! Sûrement en a-t-il souffert. Tenez, regardez, Tintin au Congo avait disparu de la liste des albums disponibles dans la quatrième de couverture des Bijoux, album qui précède « Coke en stock » et réapparaît dans la liste de ce dernier album.
Fait très singulier : la couverture de « Coke en stock » montre Tintin, Milou et le Capitaine nous faire face, sur un radeau de fortune, en plein naufrage. Ne serait-ce pas Hergé que l'on voit à travers eux, au bout de notre longue-vue et qui demanderait pardon à ses lecteurs, du moins à ses détracteurs ? Cette couverture est d'autant plus étonnante que nos héros, sur les couvertures de tous les autres albums, ont pris la fâcheuse habitude de nous ignorer, pire sur les trois albums précédents, de nous tourner le dos ! Regardez bien, c'est édifiant !
Cet album c'est aussi un grand rassemblement des personnages, bons et méchants, de Tintin. C'est en effet l'album où apparaissent le plus grand nombre d'entre eux.
Rastapopoulos, le retour ! Il réapparait, déguisé en Méphisto, véritable Moriarty hergéen, prince du mal, celui que l'on n'avait plus revu depuis le Lotus bleu, soit une abstinence de treize albums.
La Castafiore qui, dans ses froufrous et son monde factice « people et artistique », trouve amusant de voir des naufragés au milieu des déguisements des uns et des autres. En fait, elle les sauvera d'une mort quasi certaine. Décidemment, elle aime bien sauver nos héros ; il leur faudra bien trouver une occasion pour la remercier. Il faudra attendre la dernière aventure achevée pour cela. Il est difficile de ne pas penser à La Callas et à son amour d'armateur ?
Le Général Alcazar dont la rencontre fortuite lance l'histoire, un peu à l'instar des 7 boules de cristal.
Oliveira da Figueira, Müller, Allan Thompson, les Cheiks ennemis, Abdallah, Lampion et tant d'autres.
Moulinsart n'est pas en reste avec d'une part le squat d'Abdallah et sa suite, d'autre part le beauf Lampion qui, pas content d'avoir été expulsé avec sa famille lors de l'Affaire Tournesol, vient envahir le parc avec un rallye auto. Pauvre Nestor, il est méconnaissable.
Vous avez compris qu'il n'y avait que peu de place pour les Dupondt (ouf !!) et pour Tournesol qui fut au coeur des six précédentes aventures (Or noir exclu) et qui après avoir inventé un sous-marin de poche, une fusée, une arme absolue à énergie dirigée, se contente ici de patins à roulettes (c'est sur terre et plus reposant pour (presque) tout le monde, il y a moins d'enjeu donc moins de convoitises).
Pour toutes ces raisons, cet album est important pour Hergé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
CDemassieux
CDemassieux08 décembre 2014
  • Livres 5.00/5
A tous les détracteurs vétilleux de Tintin au Congo, sans doute pas le plus réussi des albums d'Hergé, pétri d'une vision naïve du colonialisme belge en Afrique – lequel fut indéniablement sanglant –, j'opposerai Coke en stock, aventure éminemment morale, lucide et désenchantée sur son temps.
L'histoire, sur fond de trafic d'armes et de machinations politiques au Moyen Orient, révèle ainsi la perpétuation de l'esclavage, qui a toujours cours au XXe siècle – et au XXIe, si l'on se réfère aux nombreux ouvriers étrangers morts sur les chantiers des stades de la coupe du monde de football de 2022, au Qatar, à la suite de traitements dignes des champs de coton du Sud avant la guerre de Sécession !
L'adaptation en dessin animé dans les années 1990 gommera d'ailleurs certaines aspérités de l'album pour ne pas froisser les sensibilités, comme on dit de nos jours poliment !
Coke en stock, publié dans le Journal de Tintin à partir de 1956, est aussi un album visionnaire. En effet, le coup d'état dont il est question au Khemed, ayant permis à Bab El Ehr de renverser son ennemi juré, l'émir Ben Kalish Ezab – père du « petit ange » Abdallah qui, pendant ce temps et avec ces facéties bien à lui, dévaste Moulinsart où il s'est réfugié –, a été orchestré par le marquis di Gorgonzola – en fait Rastapopoulos, ici aux allures d'Onassis –, propriétaire de la compagnie Arabair, pour une raison qui frise le burlesque. Ce qui renvoie, rétrospectivement, au coup d'état du général Pinochet au Chili, « arrangé » par les services secrets américains et la multinationale ITT (International Telephone and Telegraph). C'était le 11 septembre 1973…ironie de l'Histoire ! Déjà, Hergé pointait la toute-puissance de l'argent privé sur le destin des nations.
Enfin : « Après avoir suivi, illustré, mis en images presque tous les mythes de son temps relatifs à la mer, Hergé leur dit adieu dans Coke en stock. » (Michel Pierre, in Tintin et la mer, Hors-série Historia)
C'en est bien fini des océans et, pour preuve : dans l'album suivant, Tintin ira tutoyer les cimes du Tibet, y rencontrant un monstre somme toute plus inoffensif que ses semblables d'en bas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations & extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
CrazynathCrazynath22 septembre 2016
- Je...Excusez-moi, mais la radio, capitaine...la radio...Elle marche !...
- Ah ! Oui ?...Eh bien!...J’espère qu'elle regarde au moins où elle va, elle ! ...parce que moi, j'en ai assez de me faire télescoper !...Il y a deux minutes, vlaf ! un poisson volant en plein dans le médaillon. Maintenant vous : ça suffit comme ça !
Commenter  J’apprécie          100
CrazynathCrazynath22 septembre 2016
- Sauve qui peut ! La Castafiore !...Qu'est ce qu'on fait?...On retourne sur le radeau ?...
- Ce cher Tintin ! Ravie de vous revoir, mon brave Karbock...heu...Harrock !
- 'n'roll, Madame Castafiole...Harrock'n'roll
Commenter  J’apprécie          60
CrazynathCrazynath22 septembre 2016
- Moi ?...Boire de l'eau de mer ?...Vous n’êtes pas tombé sur la tête, non ?
- Essayez-donc, capitaine, ce n'est pas si mauvais que ça.
- Ha ! Ha! Ha! pas si mauvais que ça !...pensez à tous les poissons crevés qui pourrissent là-dedans !...A tous les noyés qui y mijotent depuis des siècles !...Aux tonnes de détritus que les bateaux y déversent chaque jour !...Libre à vous de vous suicider en buvant de cette lavasse ! Mais pour moi, c'est " niet" sur tout la ligne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CrazynathCrazynath22 septembre 2016
- Vous avez fait du beau travail, hein ! Espèce de mitrailleur à bavette !...Et d'abord, qui étes-vous ? Votre nom ?...
- Szut.
- Comment, zut ?!!...M'en vais vous apprendre la politesse, moi espèce de Bibendum !...Vous dégonflerai, moi, ectoplasme !
- Mais...mais...Szut, ça mon nom...Piotr Szut...moi estonien...
Commenter  J’apprécie          10
CrazynathCrazynath22 septembre 2016
Encore une éternité à passer dans ce cercueil volant!...Et ils sont gais, ces remous !...On est secoués comme des dés dans un cornet!...Ah ! Je me demande quelle tuile va encore nous tomber sur la tête ?...
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Hergé (159) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hergé
François Busnel reçoit Michel Serres, pour la sortie de deux livres : Darwin, Bonaparte et le Samaritain et Hergé, mon ami (éditions du Pommier)
Avec Marianne Chaillan, Pascal Bruckner Philippe Descola, Par-delà nature et culture Jean-Louis Etienne, Inventer sa vie (Le passeur)
François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Tintin, presque...

Tintin est ... ?

rapporteur
reporter

5 questions
280 lecteurs ont répondu
Thème : HergéCréer un quiz sur ce livre