Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Yutaka Makino (Traducteur)

ISBN : 2742789510
Éditeur : Actes Sud (2010)


Note moyenne : 3.79/5 (sur 222 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (71)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LePamplemousse, le 21 mai 2015

    LePamplemousse
    Il y a des romans qui vous happent littéralement, à peine avez-vous mis le nez dedans que vous n'arrivez plus à vivre normalement. Vous devenez accro à l'histoire et au style, et rien n'a plus d'importance à part ce sacrément bon polar.
    Vous négligez tout, votre conjoint (pas le temps pour des calinous), les chats (ils sont bien gras, ils mangeront demain) vous oubliez le gratin dans le four (deux heures trente de cuisson, c'est peut-être un peu trop), vous zappez la douche avant le travail pour pouvoir finir un chapitre (vous mettrez un peu plus de parfum !), vous prétendez avoir besoin d'aller aux toilettes au boulot toutes les 10 minutes juste pour lire en douce quelques pages…
    Bref, ce roman japonais est vraiment bon, le style est assez froid, un peu distant mais cela s'accorde très bien avec l'histoire.
    Justement qu'en est-il de l'histoire ?
    Une jeune femme reçoit un drôle d'héritage à la mort de son père : une grosse clé et un plan d'accès intrigant. Elle décide alors de faire appel à un ancien petit ami pour découvrir l'endroit dont il s'agit, et à partir de là, on ne décroche plus de cette histoire qui nous emmène dans une étrange maison cachée, à la recherche d'un passé oublié.
    D'indices en indices, nous allons réveiller bien des fantômes et mettre à jour des secrets longtemps enfouis.
    Bon, vous l'aurez compris, j'ai adoré et je le recommande chaudement à condition de ne rien avoir d'urgent ou d'important à faire dans les prochaines heures.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 61         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par andman, le 23 octobre 2013

    andman
    Chacun de nous se rappelle plus ou moins de sa petite enfance : bribes d'évènements familiaux, endroits insolites, jeux particuliers, frayeurs parfois…
    Le personnage principal de « La Maison où je suis mort autrefois », Sayaka, n'a aucun souvenir de ses premières années. Pas une photo de famille, pas une allusion de ses parents à sa tendre enfance auxquelles elle pourrait se rattacher !

    Est-ce la raison pour laquelle, aujourd'hui jeune maman, elle ne supporte pas sa petite fille au point de la maltraiter ? Ses actes insensés ne trouvent-ils pas leurs origines dans des évènements potentiellement traumatiques qu'elle aurait vécus toute petite ? le phénomène déclencheur de ses pulsions suicidaires serait-il dû à cette amnésie incompréhensible ?
    Livrée à elle-même, son mari est à l'étranger pour plusieurs mois, Sayaka sollicite l'aide de son ex petit ami lequel est devenu scientifique mais resté célibataire.
    Celui-ci en pince toujours pour la jeune femme et les voilà tous deux, le samedi suivant, à plusieurs heures de voiture de Tokyo dans une maison inoccupée mais meublée.
    Feu son père a laissé à Sayaka une enveloppe avec un plan indiquant le chemin conduisant à celle-ci ainsi qu'une clé permettant d'y entrer.
    De façon habile, Keigo Higashino livre une à une les pièces d'un puzzle macabre et plonge le lecteur dans un huis-clos captivant sur les pas de ces deux explorateurs.
    Peu à peu les indices découverts à différents endroits de la demeure apportent de l'eau au moulin de leurs supputations.
    Son ami scientifique s'avère un fin limier et aide brillamment Sayaka à transformer en évidences factuelles les incohérences matérielles observées ici et là.
    Isolez-vous une poignée d'heures dans cette bâtisse poussiéreuse, sans eau ni électricité !
    Cet inconfort passager est le prix à payer pour découvrir un à un les secrets d'une famille cruellement éprouvée par le destin.

    P.-S. : Si vous prenez plaisir à lire ce très bon thriller, vous apprécierez également l'excellent « le Dévouement du suspect X » du même auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 56         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Iansougourmer, le 18 mai 2013

    Iansougourmer
    La maison où je suis mort autrefois est un roman très bien construit et subtil qui m'a captivé. Je l'ai lu d'une traité, englué dans le récit de Higashino.
    Le narrateur est recontacté par son ex-petite amie qui lui demande de l'aide pour aller visiter une vieille maison reçue de ses parents. Elle ne se souvient pas de son passé avant sa cinquième année et est persuadée que la visite de cette maison isolée et mystérieuse pourrait lui faire revenir la mémoire, ce qui est important pour elle car elle veut pouvoir analyser les raisons profondes qui font qu'elle maltraite sa fille et qu'elle pense liées à son enfance... Entrés dans la maison abandonnée, les deux personnages se retrouvent englués dans une atmosphère oppressante, d'autant plus que la demeure est étrange et semble avoir abrité des événements tragiques...
    Le style de Higashino est concis, sans fioritures, ce qui permet de créer une atmosphère étriquée et angoissante, car le lecteur suit pas à pas les événements et retient toujours son souffle.
    C'est cela qui m'a frappé : normalement, rien ne devrait nous stresser, puisque la maison est abandonnée et que les faits se sont produits il y longtemps ; mais l'auteur parvient à nous angoisser, cette maison est étouffante et on sent que quelque chose d'anormal s'y est produit. de ce fait, le lecteur est sans cesse dans l'expectative, et attend avec anxiété la suite des événements. Toutefois, il n'y a ici nulle épouvante, puisqu'il ne peut rien arriver de physique aux personnages ; la crainte provient de ce que l'on pourrait apprendre, du pressentiment funeste que l'on a dès le début du récit. Hishigano parvient à livrer un livre étonnant à la tension psychologique et au suspens fort, ce qui est paradoxal puisque l'action se passe dans une demeure abandonnée. C'est un tour de force !
    Un autre aspect intéressant de ce livre est qu'il constitue une reflexion tres pertinente de l'influence du passé sur les individus. En effet, il présente Sayaka qui veut connaître son passé car elle croit que cela pourra l'aider à résoudre ses problèmes, mais la découverte de faits tragiques la concernant et qui au passage bouleversent plusieurs de ses certitudes ne sont-ils pas de nature de l'affaiblir psychologiquement voire de la rendre malheureuse ? La réponse de l'auteur semble être la suivante : même si on veut le nier ou on le méconnaît, notre passé s'impose à nous de manière impérieuse, car c'est lui qui nous construit et nous structure.
    Au final, en dépit de son apparente simplicité au niveau de l'intrigue, La maison où je suis mort autrefois est un récit captivant et fort qui interroge les liens des individus avec leur passé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 37         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 14 octobre 2012

    marina53
    La maison où je suis mort autrefois, un titre singulier pour un récit posthume...
    Sayaka, mariée avec un homme d'affaires souvent absent, avec un enfant, ne se souvient d'absolument rien avant ses 5 ans. A la mort de son père, elle reçoit une clé et un plan qui semble conduire à une vieille maison isolée, au bord d'un lac. Persuadée que cette maison est le seul moyen qu'elle a de retrouver la mémoire, elle appelle son ex petit ami pour qu'il l'accompagne à la quête de ses souvenirs perdus. Dans cette demeure où règne une atmosphère inquiétante, les deux amis vont aller de surprise en surprise.
    Dans ce polar noir, Keigo Higashino traite de l'amnésie, de l'enfance et du rapport entre ce que nous étions étant enfant et ce que nous sommes devenus.
    Higashino nous livre ici un huis clos angoissant et oppressant.
    Un auteur à suivre ....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par bilodoh, le 15 février 2015

    bilodoh
    Avez-vous des souvenirs d'avant l'âge de 5 ans ? Pour ma part, je ne suis pas sûre de vraiment me rappeler autre chose que ce qui m'a été raconté. C'est pourtant le drame à la base de ce roman noir : Sagaya, s'inquiète d'une petite enfance effacée.

    Sagaya ressent un profond malaise. Ses parents n'ont aucune photo d'elle avant son entrée à l'école. C'est cependant davantage que l'absence de souvenirs, ses parents ne disent rien, ils ne parlent pas de cette époque. Après le mort de son père, elle tente d'élucider les mystères de son enfance à l'aide du narrateur, son premier amour.

    Un roman noir, car il se passe dans l'atmosphère glauque d'une maison abandonnée et qu'on y parlera de morts suspectes et d'enfants maltraités.

    Un roman japonais aussi, avec en filigrane une éducation stricte et des mariages arrangés, une chambre traditionnelle avec des tatamis, des caractères chinois qu'un enfant trace dans son journal, des fêtes qui marquent chacune des étapes de la vie et une relation à la mort un peu particulière.

    Pas d'enthousiasme délirant de ma part pour ce roman, mais une lecture somme toute intéressante.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Telerama , le 07 mars 2012
    Un beau suspense psychologique, écrit par l'une des figures majeures du roman policier japonais.
    Lire la critique sur le site : Telerama

> voir toutes (37)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par andman, le 21 octobre 2013

    Au cours de l'interview, j'avais appris que près de soixante-dix pour cent des mères téléphonant pour un conseil se disaient maltraitantes. Selon la conseillère, prétendre que si l'on était capable de demander conseil on pouvait aussi s'arrêter, c'était ne rien comprendre à la maltraitance. Les mères appelaient justement parce qu'elles souffraient de ne pouvoir s'arrêter. Par exemple, elles frappaient leur enfant à la tête et, quand celui-ci perdait connaissance, elles se précipitaient pour l'emmener à l'hôpital où, pendant qu'il était soigné, elles pleuraient dans le couloir. Elles téléphonaient pour dire qu'elles avaient peur, si cela continuait ainsi, de tuer leur enfant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par marina53, le 01 août 2012

    Au début j’avais cru qu’elle était timide, mais je m’étais vite rendu compte que ce n’était pas le cas. Ses yeux, lorsqu’elle regardait ses camarades rire bêtement, étaient semblables à ceux d’un scientifique observant des animaux de laboratoire. Un peu comme si elle était spectatrice d’une pièce de théâtre intitulée « La Deuxième Année de lycée ». En fait, elle ne tentait jamais de monter sur scène. Son aspect enfantin était en parfait décalage avec sa personnalité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par andman, le 24 octobre 2013

    Ses yeux, lorsqu’ elle regardait ses camarades rire bêtement, étaient semblables à ceux d’un scientifique observant des animaux de laboratoire.

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par Cylhis, le 26 janvier 2012

    D'ailleurs, chacun n'a-t-il pas une maison où l'enfant qu'il était est mort autrefois ? On fait seulement semblant de ne pas voir qu'il s'y trouve encore parce qu'on ne tient pas à le rencontrer.

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Myrtle, le 30 mars 2012

    Elle ne chahutait pas et ne criait pas sans raison comme la plupart des filles. Elle se tenait toujours en retrait, donnant l'impression d'observer pensivement ce qui se passait autour d'elle. Au début j'avais cru qu'elle était timide, mais je m'étais vide rendu compte que ce n'était pas le cas. Ses yeux, lorsqu'elle regardait ses camarades rire bêtement, étaient semblables à ceux d'un scientifique observant des animaux de laboratoire. Un peu comme si elle était spectatrice d'une pièce de théâtre intitulée "La Deuxième année de lycée". En fait, elle ne tentait jamais de monter sur scène.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Keigo Higashino

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Keigo Higashino


Marque-page 2014-01--931-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Keigo Higashino - La Prophétie de l'abeille.








Sur Amazon
à partir de :
13,00 € (neuf)
8,87 € (occasion)

   

Faire découvrir La maison où je suis mort autrefois par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (376)

> voir plus

Quiz