Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Minnie Danzas (Autre)

ISBN : 2070378535
Éditeur : Gallimard (1987)


Note moyenne : 3.82/5 (sur 115 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Jackson est le gars le plus candide de Harlem, pour ne pas dire demeuré. Et dans le coin, il y a un tas de dégourdis qui commencent par lui étouffer son pognon.

Sa petit amie, Imabelle, une fille superbe à la peau couleur banane, l'entube comme c'est pas... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par jeranjou, le 15 juin 2013

    jeranjou
    Mortel ce polar !
    Bonjour mesdames et messieurs. Je vous ai fait venir aujourd'hui pour un casting un peu spécial. Nous recherchons des profils résidant à New York et côtoyant de très près la mort sous toutes ses coutures.
    Présentez-vous un à un et énumérez vos qualités et défauts :
    - Bonjour, je m'appelle Jackson et suis conducteur de corbillard pour les pompes funèbres. Par conséquent, je connais Harlem comme ma poche, de jour comme de nuit… et surtout la nuit. Mon seul défaut est d'être trop gentil, surtout avec ma sublime femme Imabelle, d'où mon surnom de « Reine des pommes ».
    - Hello, nous sommes deux flics de New York et nous pensons correspondre complètement aux profils recherchés. On nous surnomme Fossoyeur Jones et Ed Cercueil Johnson. Pas besoin de vous faire un dessin, la mort ça nous connaît !
    - Salut, moi c'est Chuck, alias Goldy. Mon frère Jackson a toujours besoin de moi lorsqu'il est dans la panade. J'exerce deux métiers qui devraient vous intéresser drôlement : la quête de jour sous le déguisement de Soeur Gabrielle et indicateur la nuit auprès des flics. Je prêche la bonne parole mais je peux aussi prier pour ceux qui vont mourir à cause de moi.
    - Nous, on forme un dangereux trio d'escrocs : Hank, flingueur et faussaire qui peut transformer un billet de 10 en 100 dollars en un clin d'œil, Joedi manieur de couteau impitoyable, et Slim, roi de l'arnaque et des mallettes pleines de pépites d'or. Pour coller à nos profils, nous vous suggérons que Jackson tienne le rôle du parfait pigeon qui nous filerait tout son pognon et sa femme en échange de billets de 100 dollars imaginaires. Qu'en pensez-vous ?
    Pas mal effectivement. Vous correspondez tous parfaitement à notre casting mais il me manque une petite touche de morale et d'humour noir. J'ai besoin d'un moment unique qui permettrait d'absoudre les pires horreurs et faire rire comme jamais ! Plutôt à la fin de notre récit, si possible…
    - Révérend Gaines. Je suis pasteur et l'homme de la situation. Je connais depuis des lustres Jackson et je suis prêt à confesser tous les péchés de la terre pourvu que j'obtienne le rôle.
    Merci à tous, vous êtes conviés pour jouer dans un polar américain, signé Chester Himes. Personnages loufoques et actions à gogo doivent rimer avec argent en toc et mort à plein pot.
    Je compte sur vous pour nous faire passer un très bon moment de détente et en même temps de jeter un œil critique sur la communauté noire et la croyance religieuse qui l'accompagne dans les années 50.
    Et vous les deux flics, si vous voulez que l'on vous embauche pour plusieurs numéros, il va falloir être caustique et même acide (1) s'il le faut !

    (1) Des jets d'acide intempestifs vont avoir des conséquences fâcheuses pour deux de nos personnages.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          11 63         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Nastasia-B, le 30 mai 2012

    Nastasia-B
    Ce livre est comme un drôle de corbillard noir lancé à vive allure dans le marché du Harlem des années 1950. Laissez-moi d'abord vous parler des personnages de ce roman qui sont tellement attachants qu'on a peine à les voir malmenés. Jackson, un rondouillard un brin trop crédule, bonne pâte, mais un peu trop maladroit pour se frotter aux caïds de Harlem. Son frère (jumeau dans l'histoire mais tellement différent de caractère qu'il ne peut être que faux jumeau), Goldy, qui passe ses journées déguisé en mère de charité à vendre des billets pour le ciel, indic à ses heures perdues, plutôt malin et déluré, Imabelle, beaucoup trop belle et maligne pour être simplement la poule de Jackson, deux inspecteurs, aimables comme des fils de fer barbelés, versions noires de l'inspecteur Harry, canardeurs patibulaires et mal embouchés, mais aussi pasteur à mourir de rire, croque-mort radin, voyous toujours prêts à trancher des gorges, maquerelles travesties, bref, les ingrédients pour un bon petit cocktail explosif. Chester Himes nous fait vivre le Harlem de cette époque à fond de train dans un style parfois proche du burlesque mais toujours suffisamment fort et juste pour nous faire sentir tant la violence que la misère et la condition noire de ce New-York là. Vous ne vous ennuierez pas une seconde, la description très cinématographique et la construction temporelle de la seconde partie peut faire penser et/ou avoir inspiré des films plus récents comme Jackie Brown de Quentin Tarantino. Bien sûr, il faut un peu aimer ce genre d'intrigues, mais ce n'est pas une littérature spécifiquement dévolue aux inconditionnels du roman noir ou policier (peut-être même que les aficionados du polar trouveront à redire avec tel bouquin plus ceci, tel auteur plus cela, mais il demeure un bon roman, haletant et très agréable à lire, ceci étant tout relatif, bien sûr, puisque ce n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand chose).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 05 avril 2014

    lehane-fan
    Alors si je vous fais Pov'pom pov'pom, pov'pom pov'pom, vous me dites, là, tout de suite sans réfléchir mais un peu quand même...
    Bétovaine ? Vois pas trop le rapport avec un gros St Bernard mais pourquoi pas...A un Chester Himes près, vous repartiez avec la super cagnotte ! Ballot...
    Et voilà, une fois de plus, Jackson vient de se faire enfler. Avec le coup de la levure en plus. Vous savez, celui qui consiste à transformer vos biffetons de 10 en 100 comme par magie. Faut dire que le gars Jackson, c'est pas vraiment une lumière. Il serait plutôt branché sur alternatif dans ses bons jours. le problème, c'est qu'il avait misé tout son pactole dans l'affaire et qu'il vient de doubler la mise en perdant sa petite fleur jaune, Imabelle, enlevée par ces enfumeurs à la petite semaine. Dans son malheur, il sait qu'il peut compter sur son jumeau maléfique, Goldy, qui rançonne le passant qui passe, déguisé en énorme bonne sœur, à ses heures perdues .
    Fossoyeur et Ed Cercueil, drôles de blazes hein. Allez surtout pas vous aviser de leur manquer de respect car ces deux flics de Harlem auront tôt fait de vous expédier ad patres sans préavis. Première courte apparition de ce duo de pitbulls dont on pressent déjà l'énorme potentiel.
    La reine des pommes paraît en 1958 et obtient direct le Grand prix de littérature policière. Et vous pouvez y aller les yeux fermés, c'est vraiment très bon !
    J'aimerai remercier tout particulièrement la prison que l'auteur connut très jeune et qui lui permit ainsi de découvrir la littérature tout en lui donnant le goût de l'écriture. Son terreau, le noir américain qu'il adore railler en mélangeant les genres. Tantôt cynique, tantôt désabusé, Himes use d'un style argotique qui vous hypnotise du premier au dernier chapitre. Des personnages truculents empêtrés dans des situations cocasses, le scénario est béton si ce n'est qu'à l'instar d'un m'sieur Cadbury, on adorerait qu'il soit un tout p'tit peu plus long !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 32         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par belette2911, le 24 juillet 2013

    belette2911
    En fait de "La reine des pommes", on pourrait dire aussi "le roi des naïfs" parce que Jackson est plus naïf qu'une souris grasse passant devant un chat affamé, en pensant que puisque c'est Carême, il se retiendra !
    Déjà assez naïf pour croire que l'on peut transformer un billet de 10$ en un billet de 100$, comme ça, avec un cylindre et des produits chimiques ! Assez naïf pour penser que sa bonne femme mérite le bon Dieu sans confession et que non, jamais de sa vie elle ne l'entubera !
    Je ne déflorerai rien au niveau intrigue de ce polar noir, pas pour vous épargner, mais parce que les rebondissements sont si nombreux que je dépasserais mon quota de mots pour la critique.
    Tout ce que je peux dire, c'est que c'est un truc de fou !
    Le style d'écriture est incisif, les pages se tournent toutes seules, dévoilant de-ci, de-là des mots d'argot.
    Les personnages ? Hauts en couleur !
    Entre notre neuneu Jackson; la soeur Gabriel qui a des bijoux de famille et qui est son frère, déguisé en bonne soeur pour arnaquer les gens; les deux flics, Ed Cercueil et Fossoyeur Jones qui feraient parler les pierres; trois truands à la grande semaine; la belle Imabelle, femme de Jackson qui aime tondre non neuneu chéri; une malle remplie de ce que je ne divulguerai pas; un pasteur qui entendra l'histoire la plus rock'en rollesque de toute sa carrière; un patron des pompes funèbres sacrément radin et sacrément calculateur, croyez-moi, on ne s'ennuie pas une seconde ! Un vrai polar noir.
    Par contre, si vous cherchez un polar "habituel" avec un flic enquêteur ou un privé, un/des cadavres et une enquête policière, passez votre chemin ! Ici, on a des cadavres, des flics véreux non politiquement correct, mais pour ce qui est de l'enquête classique, brossez-vous ! Ici, une fausse sœur enquête pour retrouver une poule et sa malle verte remplie de... Pour ce qui est des méchants, ce sont de vrais truands.
    Bref, on est loin des polars dits "classiques" !
    "La reine des pommes", ou comment décrire la violence, la misère et la condition noire de Harlem de l'époque tout en l'enrobant de burlesque sans jamais sombrer dans le "trop".
    Attention, polar noir comme le café et aussi fort !
    PS : le livre a été adapté au cinéma sous le titre de "Rage in Harlem" avec Forest Whitaker dans le rôle de Jackson.


    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/4-romans-policiers-contemporai..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 33         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 29 juin 2012

    carre
    Un classique de la littérature policière. Harlem années 50,Jackson le héros de Himes n'est pas le plus futé du coin. Entre son frangin Goldy, déguisé en bonne soeur pour arnaquer son prochain et Imabelle sa belle, justement peut-être trop pour être sincère, Jackson à l'art de se faire avoir dans les grandes largeurs. C'est justement parce q'il vient de se faire pigeonner que Jackson entreprend de retrouver l'inélégant qu'il l'a arnaqué. Mais outre une multitude de personnages aussi improbables que barrés, il va devoir croiser la route de "Fossoyeur Jones" et d' "Ed cercueil" deux flics atypiques bien décidés à faire régner la loi même de manière peu orthodoxes.
    On pourra peut-être trouver un style un peu vieillot, mais force est de constater que "La reine des pommes" est un roman qui mélange de façon ingénieuse drôlerie, violence, absurdité dans une communauté rarement aussi bien décrite. Car Himes, porte au final un regard assez désabusé et peu glorieux sur tout les personnages, chacun cherchant à profiter un temps soi peu de l'autre. Et puis, il y a ces deux flics hallucinants forcément devenus cultes,. Rien que pour eux, pour l'ambiance formidablement décrite du mythique Harlem, pour les emmerdes que le pauvre Jackson empile à la pelle le bouquin de Himes mérite largement le détour. Même si le genre policier n'est pas votre tasse de thé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Nastasia-B, le 08 juin 2013

    - Qu'est-ce qui s'est passé, frangin ? Tu t'es fait poisser par un flic noir ?
    - Eh bien, voilà... J'étais en train de me faire valoriser du pognon...
    - Valoriser ?
    Les yeux de Goldy s'arrondirent.
    - Je me faisais machiner des billets de dix en billets de cent.
    - Combien que t'en avais au départ ?
    - Pour rien te cacher, j'ai mis dans le coup tout ce que je possédais en ce bas monde. Quinze cents dollars.
    - Et tu comptais toucher quinze mille ?
    - Non, douze mille cinq seulement, avec les ristournes que j'avais à payer.
    - Et tu t'es fait épingler ?
    Jackson opina du bonnet.
    - Pendant qu'on était en train, y a l'officier de police qu'a fait irruption à la cuisine et qui nous a tous foutus en état d'arrestation. Mais les autres, ils ont réussi à se tirer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 29         Page de la citation

  • Par lehane-fan, le 02 avril 2014

    - Je laisse tourner le moteur ? demanda-t-il.
    - Pour quoi faire ? Tu veux qu'on te fauche ta tire ?
    - Personne n'ira voler un corbillard.
    - Parle pas de ce que tu sais pas. Les gens d'ici, ça volerait ses yeux à un aveugle.

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par jeranjou, le 15 juin 2013

    Tout être humain, quelles que soient sa race, sa nationalité, sa foi religieuse ou son idéologie, est capable de tout et de n'importe quoi.

    Chester Himes

    Commenter     J’apprécie          1 36         Page de la citation

  • Par carre, le 28 juin 2012

    On est à Harlem, dit-il, et des bleds comme ça, y en a pas deux. On est obligé de partir de rien, parce que les gens de Harlem agissent pour des raisons qui ne viendraient jamais à l'idée de personne, ailleurs. Tenez, par exemple : j'ai connu deux gars de couleur, deux ouvriers sérieux et pères de famille. Ils se sont bagarrés un jour dans un bar de la Cinquième Avenue , près de la Cent dix-huitième Rue, pour savoir si Paris était en France ou si c'était la France qui était dans Paris! Et ils se sont saignés à mort.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par belette2911, le 19 juillet 2013

    Il y avait là trois photos de Noirs, recherchés pour meurtre par la police du Mississippi. Ce qui signifiait qu'ils avaient assassiné un Blanc, car dans l'État du Mississippi, tuer un Noir n'était pas considéré comme un crime.

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,99 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir La reine des pommes par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Listes avec ce livre (3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (251)

> voir plus

Quiz