Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Véronique David-Marescot (Traducteur)

ISBN : 2290344400
Éditeur : J'ai Lu (2005)


Note moyenne : 4.18/5 (sur 286 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quelle ironie ! Alors qu'Althéa prend enfin le chemin du retour, après une année d'absence, la famille Vestrit, à l'image de Terrilville, est plus menacée et divisée que jamais. Ignorant tout des dangers qui pèsent sur elle, la jeune femme espère que Kyle Havre tiendra ... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (16)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ptitelfe, le 19 septembre 2014

    Ptitelfe
    Ce tome marque un tournant au niveau politique. En effet, l'apparition du gourverneur Gosco va chambouler l'avenir de Terrilville. Pour l'instant, on ne le rencontre que brièvement sur son navire; Cet homme semble être arrogant, très égoïste et prêt à tout pour gouverner tout le pays. En parallèle, dans les terres, les conflits commencent à se faire sentir entre les anciens marchands et les nouveaux, qui n'ont ni le même principe de vie, ni les mêmes règles...

    Ronica Vestrit est très chamboulée par tout cela, elle fait du mieux possible pour garder la tête haute et sauver ses terres et sa famille. Mais la rencontre entre Malta et Reyn, l'un des fils des marchands du désert de pluie, risque de compromettre le destin imaginé par Ronica. Malta est vraiment détestable! On a envie de la gifler depuis qu'on l'a rencontré dans le tome 2. Elle est manipulatrice, très intelligente pour une gamine de son âge, et décidée à aider son père, Kyle, que je déteste tout autant. Sauf que la jeune demoiselle n'a pas de nouvelles de son cher papa, et ne sait absolument pas que la vivenef a été capturée par Kennit, le futur roi des pirates, et que les esclaves ont également été libérés...
    Entre deux, on retrouve évidemment le schéma, un peu plus classique, de Robin Hobb : un chapitre pour chaque personnage. On alterne donc entre Parangon et son occupante Ambre, qui m'a énormément plu dans ce tome. Cette femme est prête à racheter la vivenef, afin de la protéger de ce que sa famille pourrait lui réserver. On en découvre ainsi plus sur les raisons qui ont fait que Parangon échoue sur la plage...
    D'autre part, on retrouve Hiemain, totalement captif de Kennit. Il doit lui amputer sa jambe. Si Kennit meurt, Etta, sa compagne, tuera Hiemain et son père. le jeune prêtre va tout donner pour pouvoir sauver le pirate, et sa propre vie. Un lien va se créer entre eux, par le biais de Vivacia. J'ai été émue par le sauvetage de Kennit. Les descriptions sont toujours parfaites, elle n'en fait pas trop mais en dit suffisamment pour imaginer concrètement chaque scène... Hiemain murit encore dans ce tome, la vie ne lui fait pas de cadeau, j'espère qu'il deviendra bon malgré tous ces coups durs... Son lien avec Vivacia est de plus en plus fort.
    Vivacia, elle continue de prendre soin de Kennit, elle s'est immédiatement attachée à ce pirate, et commence à vraiment ressentir tout son passé.. elle entend également une autre voix mais pour l'instant, ne sait pas d'où elle provient, contrairement à nous...
    Quant à ma chère Althéa, celle ci fait preuve de maturité dans ce tome. Même si elle reste encore impulsive, elle réfléchit plus à ses actes et essaie de faire en sorte de garder une bonne image d'elle même auprès des autres. Son alliance avec le capitaine d'Ophelie et son fils (j'ai oublié leurs noms) est saine et aspire à la confiance.
    Ophélie est aussi une vivenef, je l'adore, elle semble vieille et avoir vécu beaucoup d'évènements dans sa vie.
    Enfin, nous voyons peu Breshan mais ses interventions laissent présager de sombres nouvelles. C'est lui qui fera apparemment le lien entre les évènements qui se sont déroulés sur Vivacia et Terrilville, c'est lui qui apportera quelques doutes sur la capture du navire des Vestrit.
    On commence à prendre connaissance d'une légende qui lierait serpents de mer et dragon, et qu'une élue devrait les aider... Mystères, magie, Robin Hobb nous démontre encore tout son talent!
    Comme je vous disais, c'est un tome qui marque un tournant important au niveau des intrigues. Vivement la suite!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

  • Par Colombedelesperance, le 09 juin 2014

    Colombedelesperance
    Bon, essayer de taper cette chronique avant de me lancer dans le tome 5… *se frotte les mains en tâchant de trouver les idées*
    Ce quatrième tome nous permet de retrouver Kennit et Hiémain, à bord de Vivacia, où le pirate est entre la vie et la mort. Sa survie dépend de Hiémain, et ce dernier sait qu'il n'a pas droit à l'erreur, puisque si son patient meurt, ils seront exécutés, lui et son père. Mais Vivacia semble s'accommoder de ce nouveau commandement et apprécier Kennit. de son côté, Althéa compte bien revenir à Terrilville et si possible, renouer avec sa famille afin de récupérer, au final, Vivacia. En attendant, elle se trouve sur l'Ophélie, où elle apprendra de nombreuses choses sur la situation des Marchands.
    Sans parler de Malta qui se retrouve courtisée par un jeune originaire du Désert des Pluies…
    Bref, un nouveau tome qui promet de nombreux changements et qui en effet, nous embarque totalement et nous fait évoluer au gré des remous que nos diverses personnages traversent. Une fois encore, je n'ai vu ni les chapitres, ni les pages défiler et c'était un pur moment de bonheur !
    Bon, j'avoue, il y a des moments où c'était moins amusant mais cela fait partie de l'ensemble qui constitue la saga, qui n'est pas toujours rose, bien au contraire. Toutefois, je n'y trouve rien à redire, même s'il est vrai, j'ai dû écourter certains passages parce qu'ils me paraissaient légèrement trop détaillés, notamment pour l'opération de Kennit faite par Hiémain.
    Ce qui a été pour moi un léger point négatif par moments est tout autant un énorme avantage pour Robin Hobb : ses descriptions sont juste parfaites et nous immergent totalement dans toutes les situations, peu importe le personnage que nous suivons !
    D'ailleurs, j'ai été surprise de voir entre deux nouvelles perspectives dans tout ça ! le prétendant de Malta ainsi que le Gouverneur de Jamailla apportent une nouvelle vision à ce que nous connaissons, donnant un autre angle et nous apportant des informations, qui, je le devine, ne manqueront pas d'être développées plus tard. J'ai hâte de comprendre et d'en savoir plus !
    Même si de nouveaux personnages s'ajoutent au groupe que nous connaissons et suivons, il me faut dire qu'un des énormes atouts de la saga en dehors de son univers toujours aussi riche et qu'on explore avec toujours autant de plaisir, ce sont les caractères des personnages, extrêmement réalistes et poussés, et qui évoluent réellement. Sincèrement, plus d'une fois je me suis ébahie devant la capacité de Robin Hobb à transformer ses personnages, parfois par petites touches ou au contraire, d'un seul coup. Tout est fait avec justesse et la façon dont elle amène les descriptions, les sentiments de chacun des personnages est juste superbe. J'en suis irrémédiablement fan !
    Bref. La petite déception de ce tome ? Qu'Althéa et Brashen ne se retrouvent pas en présence. Mais de pouvoir quand même les suivre indépendamment l'un de l'autre est chouette. Oui, je sais, je reste un peu fixée sur eux, mais je les aime bien ! Althéa est toujours aussi déterminée mais elle mûrit, et Brashen aussi. On en apprend un peu plus sur son passé à lui et c'est intriguant.
    De même que d'autres personnages nous sont peu à peu dévoilés, comme Kennit. Il en cache, celui-là ! Je me demande bien comment il sera dans les prochains volets.
    Au niveau des personnages, je pourrais m'attarder sur chacun, vous vous imaginez bien. Il y en a toujours deux qui me sont pratiquement insupportables : Malta et Kyle. Quoique Kyle, je commence à me faire une raison : il est imbuvable mais quand on le voit avec les yeux de Hiémain, les choses sont moins… je ne dirais pas exacerbées, mais on apprend à relativiser. Mais Malta… elle me fait penser à une vipère sournoise. Espérons que la cour assidue à laquelle elle a droit lui mettra un peu de plomb dans la cervelle, parce que plus ça va, moins je l'apprécie !
    Comme je l'ai implicitement mentionné plus haut, la plume de Robin Hobb est juste parfaite pour son histoire. Elle sait s'adapter à toutes les situations sans perdre de ses caractéristiques : elle peut parler des vices de certains et aborder les qualités des autres sans changer, mais en faisant comme un caméléon : elle s'approprie son environnement. C'est un peu l'impression que j'ai : avec ses mots, elle s'est totalement approprié son histoire et c'est d'une grande classe. La réussite est toujours au rendez-vous, croyez-moi !
    Enfin, je crois que j'arrive à la fin de ma chronique. J'espère ne pas trop me répéter, après tout, je lis les tomes d'une même saga vraiment à la suite. Enfin, pour le moment, cela me plait toujours autant et il y a tellement de choses à raconter mais qu'il faut taire ! Les complots et les situations qui s'enveniment, les liens entre les personnages qui se tendent et se distendent, le côté magique qui survient toujours à un moment ou à un autre…
    Si vous n'avez pas encore tenté Les aventuriers de la mer de Robin Hobb, faites-le, franchement, ça vaut le coup !
    Ce sera un 16/20 pour moi et j'attaque dans très peu de temps le tome 5 ! (à dire vrai, quand cette chronique sera postée, je l'aurai très certainement bien entamé voire terminé… qui sait ? ;) )

    Lien : http://leden-des-reves.blogspot.fr/2014/05/les-aventuriers-de-la-mer..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bilonico, le 03 octobre 2012

    Bilonico
    Les aventuriers de la mer Tome 4 "Brumes et tempêtes" nous permet de retrouver nos héros dans des positions différentes : Althéa, a tout fait pour se montrer digne de récupérer Vivacia et revient dans sa famille réclamer son dû à Kyle ; Kyle et Hiemain sont au prise sur Vivacia avec le dangereux et imprévisible pirate Kennit.
    Robin Hobb arrive à nous tenir en haleine par un style précis et incisif. Toutes les pièces se mettent petit à petit en place et les histoires parallèles nous révèlent des éléments importants de l'intrigue, sans bien sûr aboutir : l'origine des serpents, l'histoire de Parangon, les marchands du désert des pluies, le gouverneur.
    Une série haletante qui montre, si nous en avions besoin, la qualité de cet auteur, qui dépasse à mon sens largement le cercle de la fantasy.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par meygisan, le 12 juin 2012

    meygisan
    un de plus!! je l'ai lu d'une traite, ou pratiquement... il y a véritablement quelque chose d'addictif dans ces bouquins, je m'attache aux personnages, même les plus haïssables deviennent très attachants car Hobb s'évertue à les faire paraitre réellement humains...et c'est cela qui fait la force de ce cycle...de plus les révélations sont nombreuses, de nouveaux personnages apparaissent et promettent déjà (le gouverneur est délicieusement dégueulasse!! pardonnez le vocabulaire!! et sa "compagne de coeur" est d'ores et déjà promise à un bon avenir)....bon en fait j'ai déjà commencé le suivant...seul petit reproche: une certaine manie de la part de l'auteur à rappeler des faits récents de manière un peu trop insistante à mon goût.....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Koneko-Chan, le 01 août 2013

    Koneko-Chan
    Les chemins de nos personnages se croisent dans ce volume. La fin du tome 3 présageait déjà un peu plus d'actions et de conflits. En effet, après que Kennit se soit emparé de la Vivacia, celui-ci laisse la vie sauve à Hiémain dans le but de s'en servir, puisqu'il est bien connu qu'un membre de la famille de la vivenef se doit d'être à bord. En échange de quoi il épargnera son père. Malgré le sacrifice de son fils, Kyle Havre se montre toujours aussi hargneux envers lui et se croit vraiment supérieur à tous ! En fait, il me rappelle un peu le détestable Royal de l'assassin royal... Il déblatère des propos insensés mais il y croit tellement qu'il se situe au delà de toute raison ! Mon aversion pour lui n'en est que plus grande ! Je me demande bien ce que Kennit lui réserve... Hiémain lui, semble malheureux de son nouveau statut. Les esclaves sont libres grâce à lui mais son statut de fils du capitaine ne lui cause que du tord. Cependant, Kennit se montre plus juste avec lui en le traitant presque avec un pied d'égalité (j'ai dit "presque"... Nous parlons de Kennit voyons !). Vivacia me déçoit tout de même, elle se laisse facilement "corrompre"... Facile de l'amadouer celle-là ! J'aimais bien son lien avec Hiémain avant Kennit...
    Les points de vue autour de la Vivacia sont vraiment un point passionnant de ce roman. Je pense qu'on l'attendait tous, ce moment qui réunirait certains de ces personnages qui nous semblent maintenant si familier.
    En parallèle, Althéa a pris place a bord de la Vivenef Ophélie, qui va la ramener à Terrilville. de retour chez elle, et après avoir noué une récente amitié avec Grag Tenira, un fils de Marchand lui aussi, Althéa se rendra bien compte de tous les changements opérés dans sa vie : les Vestrit sont plus pauvres que jamais et Malta se voit courtisée par Reyn Khuprus, un habitant du Désert des Pluies. Malta, Malta... Plus peste encore (si c'est possible), elle prend goût au jeu de la séduction en jouant avec les sentiments de Reyn et de Cervin Trell. Si le premier connait son caractère entêté, il ne s'en montre que plus amoureux de la femme qu'elle deviendra plus tard, tandis que l'autre n'y voit que du feu (quel crétin)... Personnellement, j'aime beaucoup Reyn et la force de son amour. J'espère sincèrement que Malta va se rendre compte de la chance qu'elle a. Il a beau être un habitant du Désert de Pluie auquel Malta attribue un image repoussante, il ne s'en montre pas moins très séduisant par ses actes.
    On entre plus dans les conflits politiques dans ce tome, notamment en abordant les tensions entre Jamaillia et Terrilville. On a enfin un aperçu du Gourveneur Cosgo mais celui-ci n'est pas gratifiant du tout... On a affaire à un gamin de 19 ans pourri gâté qui ne pense qu'à satisfaire ses désirs personnels. J'espère qu'il changera au fur et à mesure de la série, car il est singulièrement agaçant...
    En bref : un bon tome qui replace bien les éléments dans leur contexte. Il y a certes un peu moins d'actions, mais c'est nécessaire à la compréhension, et ça ne nous donne que plus envie de connaitre la suite !

    Lien : http://miyu-neko.blogspot.fr/2013/08/les-aventuriers-de-la-mer-4-bru..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par meygisan, le 11 juin 2012

    Sois un homme. Tâche de découvrir où tu te trouves maintenant et repars de là, en faisant contre mauvaise fortune bon coeur. Accepte et tu pourras survivre. Si tu restes en arrière, en répétant que ce n'est pas ta vie, que tu n'es pas fait pour ça, tu passeras à côté. Il se peut que tu n'en meures pas mais autant être mort, pour ce que ça te rapportera, à toi ou aux autres.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par gouelan, le 11 avril 2014

    -" Accepter la vie et en prendre son parti..." Exprimé à haute voix, le concept paraissait si simple. Tout à l'heure, ces mots avaient résonné en lui comme de grandes cloches de vérité. C'était juste ce qu'on disait : l'illumination, c'est simplement la vérité énoncée au bon moment.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par pilpilip, le 07 avril 2010

    Je savais que j'avais un cœur mais il s'était endormi et je ne ressentais pas le besoin de le voir s'éveiller.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par pilpilip, le 07 avril 2010

    Je ne confonds jamais le coût d'une chose avec sa valeur.

    Commenter     J’apprécie          0 21         Page de la citation

  • Par gouelan, le 11 avril 2014

    La vie n'a pas de fin. Après coup, elle découvrit qu'elle partageait sa certitude. Pas de ténèbres ultimes à redouter, pas d'arrêt brutal. Des changements, des mutations, certes, mais ne se produisent- ils pas à chaque respiration? Le changement est l'essence de la vie; on ne devrait pas le redouter.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (20)

Videos de Robin Hobb

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb

Robin Hobb pour le tome 3 de la saga "Les cités des anciens : la Fureur du fleuve"








Sur Amazon
à partir de :
3,65 € (neuf)
3,46 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Aventuriers de la mer, Tome 4 : Brumes et tempêtes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (662)

> voir plus

Quiz