Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Véronique David-Marescot (Traducteur)

ISBN : 2290010847
Éditeur : J'ai Lu (2009)


Note moyenne : 4.22/5 (sur 237 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A Terrilville, on panse les plaies tandis que le Trône de Perle est ébranlé par les luttes intestines. Opiniâtre, Tintaglia poursuit sa mission de sauvetage après s'être inclinée, bien malgré elle, devant les exigences de Reyn. Quant au redoutable Kennit, persuadé d'avo... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Koneko-Chan, le 04 août 2013

    Koneko-Chan
    Ça y est, c'est la fin. C'est avec beaucoup de peine que je referme ce dernier tome des Aventuriers de la Mer, une superbe conclusion à cette magnifique saga. Il y a encore quelques questions qui restent en suspens, mais malgré ça, j'ai apprécié cette fin. J'aimerais tellement qu'il y ait une suite ! J'aimerais retrouver ces personnages, j'espère qu'on les mentionnera un peu dans la suite de l'assassin royal. Dans ce tome, on sent que les deux séries sont bien liées : Jek qui mentionne les Six-Duchés, Parangon qui ressemble étrangement à un personnage de notre connaissance, avec sa boucle d'oreille et sa hache, ...
    Les chemins de nos personnages convergent tous et se rejoignent dans ce dernier tome. Beaucoup d'actions et de révélations sont présents tout au long de ce tome pour aboutir à une bonne conclusion. Les Vestrit sont toujours au centre de l'histoire. Cette famille subit de dures épreuves mais finit toujours par se relever. Les Vivenefs sont bien présentes et s'associent ; des alliances se créent entre les différents peuples / cités... Les serpents de mer aussi sont bien présents, surtout lorsque Tintaglia vient les chercher. Je me demande quelle répercussion aura l'arrivée des dragons dans les autres sagas de Robin Hobb.
    En achevant cette saga, je me suis rendu compte que je m'étais attachée à la plupart des personnages, que je les ai vu changer et mûrir. Je pense d'abord à Brashen, qui n'est plus ce drogué à la cindine, puis à Althéa qui a appris à faire confiance aux autres, à Keffria qui n'est plus cet épouse soumise, à Reyn qui a finit par découvrir l'amour, à Hiémain qui apprend à se découvrir, ... Bien sur, il y a des changements plus flagrants chez les autres, comme Malta et Selden qui se rapprochent des Anciens. Même le Gouverneur a un peu (je dis bien un peu, c'est toujours un gamin gâté) mûri grâce/à cause de son voyage. J'ai aussi apprécié Kennit dans ce dernier tome : il a beau avoir fait un acte impardonnable, il n'en est que plus humain. J'ai eu de la peine pour lui, et je suis heureuse de ce qu'il lui arrive à la fin, par rapport à Parangon. Parangon, que j'aime encore plus avec son nouvel aspect. Toujours un peu fou, il semble plus serein et plus accessible.
    Ils vont tous me manquer !
    Et dire que j'avais des appréhensions avant de lire cette saga, et en lisant le premier tome... Comme quoi, il ne faut pas prêter attention à nos préjugés.
    Ainsi s'achève Les aventuriers de la mer. J'ai beaucoup de peine à quitter tous ces personnages auxquels je me suis grandement attachée. J'ai beau être impatiente de retrouver Fitz, ça va quand même me sembler bien fade au début, en comparaison de cette grande diversité dans la narration.

    Lien : http://miyu-neko.blogspot.fr/2013/08/les-aventuriers-de-la-mer-9-les..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Megelio, le 27 juin 2014

    Megelio
    Les amateurs de saga fantastiques peuvent sauter sur cette histoire, après avoir refermé le neuvième tome, ce que je peux en dire, c'est que c'est un vrai régal du début à la fin.
    Contrairement à l'Assassin Royal où on vit l'histoire presque entièrement à travers Fitz, dans les Aventuriers de la mer, on change de personnages, de lieues, d'environnements à chaque chapitre. Si certains personnages ont bons fonds, d'autres sont vraiment détestables (particulièrement Kyle Havre). Tout le plaisir de suivre cette série, c'est de voir les changements s'opérer en eux. Althéa devient moins effrontée, Brashen prend des responsabilités, Ronica qui va peu à peu passer le flambeau à Keffria, Kendri pour lequel on se voit presque avoir de la compassion, les mystérieux habitants du Désert de la Pluie qui vont nous dévoiler quelques secrets, Malta et Selden si discrets au départ qui vont apporter une grande surprise au final,…
    Bien que j'aurais souhaité voir quelques mystères s'éclairer dans cette saga, qui je le sais sont dévoilés à partir du tome 6 de l'Assassin Royal, j'ai adoré cette saga et les clés de l'intrigue : entre l'avenir de Terrilville, des îles Pirates ou des nombreux Serpents de mer. Et les Vivenefs qui rendent l'histoire encore plus magique et qu'on fini par considérer comme des personnages à part entière. Suivre leurs aventures va me manquer…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Ptitelfe, le 19 janvier 2014

    Ptitelfe
    e n'en reviens pas... ca y est, c'est fini :( Adieu Althea, Brashen, Vivacia, Malta, Reyn, Ambre, Ronica, Kennit, Etta, Parangon, Ophélie, Grag, Serille, Hiemain, Selden, et tous les autres personnages auxquels je me suis énormément attachée durant ces 9 volumes! Cette saga est vraiment génialissime, je la conseille à tous les amateurs de fantasy!! Dans ce tome, toutes les intrigues sont dévoilées et l'auteur nous embarque doucement dans son autre cycle : la cité des anciens. Entre batailles navales et révélations, on ne s'ennuie encore une fois pas une minute! Chaque personnage a droit à une fin digne de ce qu'il est, c'est avec émotion que je me suis battue avec eux, que j'ai eu quelques larmichettes, beaucoup de tendresse pour la famille Vestrit qui a fortement murie depuis le début! Robin Hobb signe là une saga à lire et à relire! On se rend compte du pouvoir des marchands, que ce soit de ceux de Terrilville comme ceux du desert des pluies mais cependant qui est largement surpassé par la grandeur de Tintaglia et de ses comparses.
    Je me rappelle encore de ma première lecture, j'avais noté tous les personnages et les liens entre eux pour ne pas être perdue. Aujourd'hui, impossible de confondre tellement les psychologies des personnages sont approfondies et différentes!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

  • Par Colombedelesperance, le 07 juillet 2014

    Colombedelesperance
    Booon, écrire enfin cette chronique du dernier tome de la saga des Aventuriers de la mer ! Vous avez pu le constater, je vous ai régulièrement embêtés avec, mais je l'ai lue rapidement ! En même temps, quand on a affaire à de la qualité...
    Le tome 9 est le dénouement de tout ce que nous avons pu suivre dans les livres précédents. La tension est à son comble, Malta, Hiémain et Althéa, sur un coup du sort, vont se retrouver tous ensemble sur le même navire alors que leurs vies et celles d'autres créatures vont se jouer. Un final haut en couleurs, qui vous tient en haleine, vous montre des personnages qui ont évolué, tout en vous faisant stresser parce qu'un retournement de situation est toujours possible... Althéa va-t-elle retrouver Brashen ? Et Vivacia ? Quel sera le destin de Kennit ? Malta et Reyn seront-ils réunis ? Et les efforts de la jeune femme à l'encontre du Gouverneur serviront-ils à quelque chose ? Quel est l'avenir des serpents ? Des dragons ?
    Bref, plein de réponses, de la tension, du soulagement ou au contraire de la déception, ce dernier tome est clairement à la hauteur des attentes que l'on a pu posséder dès le départ et qui n'auront fait que croître de tomes en tomes !
    J'avais hâte de savoir comment tout ceci allait se terminer. Je ne suis pas déçue ! Même si, encore une fois, ce n'est pas un coup de cœur, Robin Hobb a su démêler la pelote d'une façon époustouflante, et tranquillement, naturellement, presque, je dirais. Lorsqu'elle fait rencontrer Malta, Althéa et Hiémain, avec Kennit, Brashen ou encore Ambre… je me suis demandé comment elle allait bien pouvoir s'en sortir. Avec brio, comme d'habitude ! Tout m'a paru juste, je veux dire, c'était pas les Bisounours, et pourtant, ce n'était pas du dramatique. Après tout, c'était pas l'amour fou entre les trois membres de la famille Vestrit, à la base. J'ai beaucoup apprécié ces moments où ils étaient tous ensemble, sincèrement !
    Et puis, je dois vous avouer que c'était pas gagné, au début du livre. La situation était noire, surtout pour Althéa, je me demandais si le Parangon avait viré par le fond ou s'il flottait toujours avec son équipage… et il faut dire que Kennit, là, il versait carrément dans les vices comme il fallait. Bref, pas ma tasse de thé, mais je n'ai pas trouvé qu'il s'agissait d'une période too much, chose que je crains souvent dans les romans de fantasy. Non, là, Robin Hobb décrivait les faits sans fioritures mais avec ce qu'il fallait pour nous faire grimacer sans nous dégoûter. de quoi vous prendre au cœur sans vous retourner l'estomac, quoi…
    Finalement, la chance tourne. Et tout au long du livre, on se rend compte que ce sont de petites choses qui engendrent de grandes conséquences qui forment une histoire si imposante, d'où l'importance des choix de chacun. On ne s'en aperçoit pas dans toutes les histoires, mais pour moi, ici, c'était flagrant. Surtout au niveau de Malta et Hiémain, qui grandissent et mûrissent énormément dans cette saga. J'ai beaucoup apprécié Hiémain, et un peu plus Malta, même si au final, elle me paraissait beaucoup plus vieille que son âge. Il faut aussi admettre que les épreuves l'auront forgée et que ses souvenirs du dragon l'auront grandie d'une façon spéciale.
    À côté de ça, encore, la plume de Robin Hobb est parfaitement adaptée. Parfois légèrement poétique, elle sait nous mener directement au fait sans nous donner l'impression qu'elle ne fait que chroniquer. Sincèrement, elle a une plume pour narrer de la fantasy. On ne s'ennuie pas, chaque point semble clair, à notre portée, et on se laisse embarquer. Les sentiments sont juste là, il suffit de les cueillir !
    Ouais, je deviens lyrique. C'est beau, hein ?
    Que dire, autrement ? Je ne vais pas vous écrire que je suis triste que la saga se termine, cette fin me convient. Je ne suis pas encore sur ma faim et pour moi, c'est top. Bien sûr que j'aurais voulu en savoir plus sur Althéa et Brashen, mais ce que j'en ai lu m'a donné un sourire, de même que pour Malta et Reyn, ou même Hiémain. le dénouement m'a un peu serré le cœur, parce que certains personnages en pâtissent et que je ne me réjouis pas forcément de leur sort, mais… après réflexion, cette fin leur va « bien ».
    Aussi, c'est un point que je tenais à mentionner encore une fois. En décrivant des personnages qui ont tout à la fois du meilleur et du pire de l'homme, notamment et surtout Kennit, vous ne pouvez pas les détester. Même Kyle Havre que je ne pouvais pas supporter ni croiser dans le livre sans vouloir lui refaire « Obélix et les Romains ». J'ai constaté qu'en fait, non, je ne le détestais pas. Rien de caricatural dans aucun personnage, tout d'humain. C'est énorme et c'est de plus en plus rare.
    Bref, un final qui m'aura vraiment tenue en haleine, qui m'aura surprise, touchée, qui m'aura plu, avec une belle plume, qui se termine en me laissant un sentiment de « j'ai aimé et ça me fait quelque chose de les quitter, mais c'était bien, complet » et des personnages tellement entiers, humains qu'il est impossible de les détester sans pour autant les pardonner… c'était du grand. Vraiment, du grand, et même si ce n'est pas un coup de cœur, comme je vous l'ai dit, et que parfois il était dur au point de m'en serrer le cœur, c'est un 18/20 que je lui attribue. Je vous conseille toute cette saga, vraiment !
    PS : non, je n'ai pas parlé des serpents et des dragons, ma chronique était assez longue sans ça, mais… je dois admettre que ça aussi, ça m'a intéressée et que c'était original ! *pouce en l'air !* Han, snouf, il y a encore tellement de trucs dont je voudrais parler... mais il suffit ! Lisez, lisez, laissez-vous émerveiller à votre tour !

    Lien : http://leden-des-reves.blogspot.fr/2014/05/les-aventuriers-de-la-mer..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par idevrieze, le 22 janvier 2014

    idevrieze
    On peut dire que Robin Hobb sait orchestrer un final !
    Et croyez moi, faire près de 400 pages en retenant son souffle, les muscles crispés et l'esprit tendu, il y a de quoi devenir bourrique. Mais Hélène et moi, on a tenu bon, on est restées fortes jusqu'au bout. Car cela partait dans tous les sens, c'est vrai et tout se recoupe maintenant. le puzzle est presque achevé, les liens avec l'autre grande saga de l'auteur (l'assassin royal) sont consolidés, il n'y a plus qu'à donner leur place définitive à tous les personnages et entamer le pont vers la prochaine saga (la Cité des Anciens ?)
    Bref, si vous pensiez que Pirates des Caraïbes apportaient le must en terme d'action dans les batailles navales, je vous suggère gentiment d'en vivre une avec Vivacia et Parangon. En effet, l'auteure nous a fait là quelques très belles scènes d'action pour son final, histoire de nous tenir en haleine jusqu'à la fin.
    Mais ce n'est pas tout. Elle a réussi à me faire rire avec quelques anecdotes (surtout avec Vivacia et Ophélie), me faire hurler d'indignation, me faire trembler d'impatience, me faire pousser la larmichette au coin de l'oeil. Bref, cette fin était parfaite. Merci Robin Hobb

    Et avant de quitter ses personnages.
    Et oui, difficile de quitter tout ce beau monde. Hélène et moi sommes sur le quai du port de l'imaginaire, faisant nos derniers adieux à ces personnages qui nous ont tenu en haleine pendant ces quelques mois, renforçant notre amour de la Fantasy, enrichissant notre savoir maritime, mûrissant notre amitié. Nous ne pouvons plus que nous inquiéter pour eux et leur souhaiter une longue vie prospère.
    Parangon va bien. C'est devenu un grand garçon - navire - maintenant. Il a su se maintenir à flots, dénouant les multiples traits de sa personnalité, devenant un jeune guerrier prêt à brandir sa hache pour défendre sa nouvelle famille.
    Vivacia a retrouvé la sienne, choisissant son capitaine, accomplissant sa mission, découvrant toutes les vérités, même celles qui ne sont pas forcément belles à voir. Elle repartira pour de nouvelles aventures, cheveux au vent, n'oubliant pas ses attraits féminins au détours de quinquannages avec Ophélie. Elle s'assagit et partira ainsi pour la route de la maturité.
    Les femmes Vestrit ont trouvé chacune leur rôle et leur place dans la société. Futures mères, marchandes, femmes de marin, femmes de pouvoir... Elles sont la quintessence des femmes modernes de notre temps, assumant toutes les charges, ne choisissant plus la soumission, restant des femmes complètes jusqu'au bout des ongles.
    Reste le grand chevalier, Brashen, qui a accompli son rêve. Ephron, de là où il le regarde, doit être fier de son second qu'il a réussi à élever au dessus de ce qu'espéraient la famille Trell. Il a encore tout un futur à conquérir, mais quelque chose me dit qu'il accomplira sa destinée personnelle avec la même ténacité qui l'a caractérisé tout au long de ces neuf tomes.
    Et voilà, ils sont partis. Il ne nous reste plus qu'à repartir vers les Six Duchés pour voir comme ça évolue là bas. Je vous donne donc rendez vous au septième tome de l'assassin royal.

    Lien : http://labibliodekoko.blogspot.fr/2013/08/les-aventuriers-de-la-mer-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gouelan, le 17 avril 2014

    " L'espèce humaine est devenue isolée et dangereusement arrogante dans sa solitude. Le retour des dragons rétablira l'équilibre dans nos esprits et dans nos ambitions." Brusquement il éclata de rire. " Non qu'ils soient des êtres parfaits, oh non! Ce qui fait nos valeurs aux uns et aux autres, c'est que chaque race présente à l'autre un miroir de présomption et de vanité. Devant l'attitude impudente et dominatrice d'une espèce différente de la nôtre, nous comprendrons le ridicule de nos prétentions."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par meygisan, le 03 août 2012

    Alors, c'est comme ça qu'on fait. Le coeur ralentit, le souffle devient de plus en plus creux. Un poison envahit ta chair; il t'emportera. Mais elle ne m'accorde pas cette grâce. Je n'ai pas de coeur à moi, et le manque d'air ne me fera pas taire à jamais. Elle me garde ici, car elle a besoin de ce que je sais. Je ne peux lui échapper. Ne me laisse pas ici, seule dans le noir. Prends moi avec toi.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par eylidia, le 03 novembre 2012

    "Va alors ! cria-t-il soudain au navire. Lance-toi en aveugle. Livre-toi à la démence qui te possède une bonne fois pour toutes !
    - J'y suis obligé, riposta Parangon.
    - Nous y sommes tous obligés", renchérit Ambre à mi-voix.
    Brashen s'en prit à elle, ravi d'avoir une nouvelle cible. "Je suppose que c'est le destin de que vous avez prédit", dit-il sur un ton de défi et de dépit.
    Elle lui adressa un sourire éthérée. "Oh, oui, en effet. Et pas seulement le destin de Parangon. Le mien. Le vôtre." Elle écarta le bras. "Et celui du monde".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par gouelan, le 18 avril 2014

    " Quand on a peur d'échouer, on a peur de quelque chose qui n'est pas encore arrivé. On prédit son propre échec, et par l'inaction, on s'y enferme."

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Solarine, le 29 novembre 2011

    Il la tapota délicatement, comme un père apaise son enfant. "Console-toi avec ça Ambre. Tu n'es qu'un petit être à la vie éphémère. Il faudrait être fou pour croire qu'on peut changer le cours du monde."

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (20)

Videos de Robin Hobb

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb

Robin Hobb pour le tome 3 de la saga "Les cités des anciens : la Fureur du fleuve"








Sur Amazon
à partir de :
7,21 € (neuf)
3,97 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Aventuriers de la mer, Tome 9 : Les marches du trône par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (526)

> voir plus

Quiz