Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2080678515
Éditeur : Flammarion


Note moyenne : 3/5 (sur 5 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quelle que soit la quantité de mensonges, de faux souvenirs et de rêves dont on s'entoure au long d'une vie, c'est toujours le même corps qu'on retrouve, au matin, dans l'éprouvante expérience du réveil ; le corps est sans miracle.
Quelles que soient les disconti... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (55)

Videos de Michel Houellebecq

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Michel Houellebecq

L'enlèvement de Michel Houellebecq vu par Axel Roques
Hier soir, j’ai regardé l’enlèvement de Michel Houellebecq de Guillaume Nicloux. Ce film m’a beaucoup plu.
J’apprécie l’écrivain et son œuvre et j’étais heureux de le voir en mouvement car il est avare de ses apparitions et communications. Ne le connaissant pas à la ville, je n’ai pas pu percevoir la différence entre son jeu d’acteur et son comportement réel.
Une chose est certaine : à l’écran, il parle indistinctement la plupart du temps. Selon ses propres mots, il « grommelle ».
Si bien que ses ravisseurs, censés être des brutes épaisses semblent s’exprimer mieux que lui. Bravo, d’ailleurs, aux autres acteurs, qui jouent avec talent et permettent au film d’être réussi. A première vue, comme « ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément », on a l’impression que Houellebecq est limité mentalement. (Merci, à Nicolas Boileau)
Je suis persuadé que ce n’est pas le cas et que Michel Houellebecq est un fin manipulateur. C’est cette finesse supposée qui m’a beaucoup plu. Il parvient aisément à imposer l’image qu’il souhaite donner de lui. Probablement pour avoir la paix tout en entretenant son mythe et le mystère qui l’entoure.
Mais il ne faut pas se fier à son apparente faiblesse ! En quelques répliques acerbes, il règle leurs comptes à Phillipe Sollers et Alain Minc. En deux polaroids, il ridiculise François Hollande. En un dîner alcoolisé, il renvoie ses éditeurs dans les filets. Enfin, il clôt les débats par une fulgurante réflexion sur la démocratie et la liberté. Tout en se payant gentiment notre tête.
Finir une production d’Arte en accusant les hommes politiques de détruire la démocratie, en appelant à l’insurrection et en conduisant une Bentley rutilante à 300 km/heure sur une autoroute française avec un gitan pour passager…N’est-ce pas un coup de pied dans le cul fulgurant à une partie de notre société ?
Bref, j'ai trouvé Michel Houellebecq sympathique et intelligent et je félicite au passage Guillaume Nicloux pour son talent de réalisateur.
Axel Roques








Sur Amazon
à partir de :
83,50 € (neuf)
10,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Renaissance par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz