AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225306971X
Éditeur : Le Livre de Poche (08/02/2017)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 216 notes)
Résumé :
N°1 des ventes en Angleterre, une saga bouleversante qui relie deux destins de femmes au cœur brisé.

Tina est malheureuse auprès d'un mari trop porté sur la boisson et souvent violent. Le week-end, pour ne pas être à ses côtés, elle se réfugie dans une boutique caritative où elle est vendeuse bénévole. C’est alors que sa vie bascule lorsqu'elle y découvre une lettre dans la poche d'un vieux costume. Cette lettre n'a jamais été ouverte, le timbre n’es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
23 avril 2017
Une simple lettre ! L'une de celles qui fend les coeurs, même les plus endurcis, parce qu'elle est remplie d'amour. Une douce missive oubliée dans la poche d'un vieux veston qui va traverser les ans avant d'être retrouvée par une âme en pleine détresse. Un billet doux qui va raviver les coeurs meurtris, soigner les blessures, redonner foi en l'avenir... Un message exalté qui va sortir les fantômes de l'oubli.
Au début, je dois l'avouer, j'ai craint le pire ! Les personnages de ce livre me paraissaient tellement caricaturaux, les situations tellement outrées que l'histoire me semblait vide, dénuée de sens. Une femme battue, le mari ivrogne, le père tyrannique, l'ami de toujours secrètement amoureux, la mère qui refuse de voir… Pourquoi pas le pompier pyromane et la prostituée au grand coeur, pendant qu'on y est !!!
Et puis, soudainement, la magie s'opère quand celle par qui le scandale arrive est envoyée en Irlande chez sa tante, une paysanne à l'ancienne, une revêche dure à la peine et rigide sur les principes. L'histoire de nos deux belles héroïnes bafouées, aux rêves piétinés, liées par cette lettre jaunie pleine d'espérance, d'amour, de vitalité, devient alors de plus en plus émouvante, et vraie. Les personnages prennent de l'épaisseur ; on devine leurs fêlures ; on ressent le poids de leurs inconséquences et de leurs remords.
Elles se nomment Tina et Chrissie. L'amour qui rend aveugle, le sens du devoir, la moralité et sa chappe de plomb, les ont laissées au bord du chemin, esseulées, brisées, sans avenir ni perspectives. Jusqu'à l'arrivée miraculeuse de la lettre qui renoue les fils du destin.
Cette jolie lettre, pour moi, c'est un peu comme le sourire bienveillant de l'ange gardien…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          718
Annette55
18 juin 2016
Ce roman conte le destin de deux femmes meurtries par la vie à deux époques différentes qui perdent toutes les deux leur enfant et leur amour......
Tina, la trentaine, en couple, dans les années 70, travaille dans une boutique caritative de vente de vêtements.
Un jour, elle découvre une lettre jaunie, non postée,dans la poche d'un vieux costume , datant d'une autre époque, 1939.
Chrissie est jeune, dévouée à sa famille, son pére est médecin, sa mére, sage femme.
Elle tombe amoureuse d'un jeune homme.....nous sommes en 1939.
Tina va mener une enquête et prendre un nouveau départ en recherchant Chrissie afin de lui remettre le courrier qu'elle aurait dû recevoir une trentaine d'années avant.......
Je n'ai pas envie d'en dire beaucoup plus, j'en dirais trop .......
Ce qui est remarquable c'est la construction du livre, très habile, on suit aisément , avec plaisir , grâce à un bon fil conducteur le déroulement des faits entre deux époques.
Les croisements entre passé et présent sont judicieux et bien amenés.
C'est une lecture surprenante et addictive par les émotions qu'elle procure.
On est happé par l'histoire, fluide, simple malgré la lourdeur des sujets abordés : le fardeau du regard des autres dans une société figée et corsetée où il fallait à tout prix maintenir les apparences.
L'auteur aborde avec talent la réalité sociale d'une époque, les préjugés, cette religion qui juge et son poids écrasant, le mépris, la violence morale et physique, l'orgueil et la vanité , l'alcoolisme et ses méfaits, l'emprise et la crédulité , la naïveté........
Les mots sont justes et bien choisis, sans sentimentalisme, sans pathos ni exagération, sans dramatisation excessive..
Juste la phrase qui éclaire, qui dit et sonne vrai........de la douceur, de la tendresse, de la souffrance et de l'émotion......les personnages vivent en nous!
On passe un excellent moment , on ne peut lâcher cet ouvrage lu d'une traite même si ce n'est pas le chef d'oeuvre du siècle.
Un vrai coup de coeur en ces temps moroses de pluie et de bourrasques ....
Grand merci à Marilyn pour ses bons choix partagés !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
livrevie
28 mars 2016
Il y a des livres qui sont de drôles de rencontres, presque le fruit du hasard. Alors que je m'accordais cinq minutes dans une librairie entre des heures exténuantes de boulot, le titre de ce roman m'a interpelée. Comme je suis quelqu'un de raisonnable (si, si, je vous assure), je suis passée devant sans trop m'attarder. Pour être honnête, je me suis quand même retournée, à plusieurs reprises, et ai même été tentée de faire demi-tour pour lire le résumé, mais le temps pressait... Et puis, je suis raisonnable (comment ça je me répète?)...
Ma journée intensive reprend après cette bouffée d'oxygène et le titre n'arrête pas de tourner en boucle. « Il était une lettre », « Il était une lettre ». Il sonne bien. Il est presque doux à mon oreille, comme une caresse. En plus, je ne sais pas pourquoi, il résonne un peu comme ces lettres du « Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates » qui me renvoient à tant de jolis souvenirs avec ma mère.
Mais, je suis raisonnable. (Nan, nan, je ne me répète pas, c'est mon mantra, nuance !), je rentre donc chez moi, sans l'objet du pêché.
La vie est faite de petites choses, de ces gestes anodins, de ces habitudes que vous avez pour vous changer les idées entre deux copies de concours ou deux rapports. Un petit tour sur la plateforme Netgalley, juste pour voir, pour faire une pause, ça ne dure pas longtemps, c'est l'idéal, et oh, un battement de coeur qui saute, il y est ! Une demande et quelques jours plus tard, une réponse positive. Me voilà avec « Il était une lettre », sans trahir ma raison !
Premier constat, ce roman est bien éloigné du « Cercle ». Deuxième constat, aucune importance, il a créé en moi de telles vagues d'émotions qu'il sera, lui aussi, une référence pour mon petit coeur.
Je m'attendais à une lecture plutôt légère (ne me demandez pas pourquoi, je n'avais pas lu le résumé je vous rappelle, « Moi être raisonnable! », oui, oui) et en fin de compte, ce roman qui alterne présent et passé pour nous plonger dans le destin de ces deux femmes, porte cette société qui l'habite. Chrissie m'a bouleversée, Tina m'a arrachée des larmes. Chacune plie sous le poids de sa condition de femme, même si des années les séparent, chacune aurait pu être l'héroïne de son propre roman si leur chemin ne s'était pas croisé.
L'auteur s'attaque à des thématiques lourdes : le fardeau du regard des autres dans une société où il fallait maintenir les apparences, le droit à l'amour, à épouser qui on voulait, ces vies que l'on brise même si on aime l'autre, la réalité d'une époque, cette religion qui juge et nettoie, la violence, morale, physique, l'emprise, et j'en passe. Tous sont traités sans ambages, tous s'imbriquent parfaitement parce que l'auteur ose les développer, ose nous interpeler, ose nous choquer.
L'écriture de Kathryn Hugues est très réaliste, je garde encore en mémoire certaines scènes qui vibrent en moi. Ma gorge se noue en y repensant, ma poitrine se comprime... Chrissie, Billy, Tina et les autres ont un visage, je vois ce regard méprisant du père, ces lèvres de la mère qui se froncent, cette main qui s'abat. le mot est juste, fort, sans fioritures mais n'a pas la sécheresse à laquelle peuvent recourir certains romans contemporains pour faire passer leur message. Il traduit parfaitement les deux époques, comme s'il ne faisait qu'un avec elles.
Point de faux sentimentalisme dans ce roman, point d'exagération, point de dramatisme décuplé. Juste le verbe qui dit, la lettre qui donne un but et unit, et ces femmes qui veulent vivre.
J'ai adoré... littéralement adoré...
Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
jeunejane
22 mars 2017
En 1973, à Manchester, Tina est une jeune femme mariée à Rick, un alcoolique violent qui la bat. Pendant la semaine elle travaille comme secrétaire et le samedi, elle travaille comme bénévole dans une boutique de vêtements d'occasion.
Dans un veston, elle trouve une lettre écrite en 1939 à une certaine Christina ( Chrissie) de la part de son amoureux Billy qui regrette son comportement d'homme fuyant devant l'annonce d'une grossesse non désirée
Cette lettre n'a pas été postée.
A ce moment débute tout l'intérêt du livre.
Nous allons glisser dans le passé au moment de la jeunesse de Chrissie et Billy.
Parallèlement, nous allons vivre le drame de Tina qui, malgré tout, essaie de retrouver Chrissie et Billy trente-quatre ans plus tard.
Va-t-elle réussir à retrouver Chrissie et pourquoi pas l'enfant qu'elle attendait?
Tout ce beau roman à partir d'une lettre subtilement amenée.
Le roman se déguste à la manière d'une romance avec ses moments très durs parfois, animés de personnages abjects ; des instants très beaux aussi avec de l'amour, de l'amitié.
La grande qualité réside dans la construction de la narration qui, pour ma part m'a vraiment passionnée.
L'auteure a su traduire à merveille , avec intensité,deux vies de femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
stokely
28 novembre 2016
Ce livre se lit très bien et il est difficil de le lâcher. On suit ici deux femmes tout d'abord Tina jeune femme dans les années 70 qui découvre une lettre dans un costume dans la boutique caritative ou elle travaille.
Cette lettre est celle d'un jeune homme Billy ou il déclare à son amour à une certaine Chrissie et cette lettre date de 1939.
Dès lors nous alternons d'époque et de personnages entre la vie de Tina dans les années 70 et celle de la vie de Chrissie et Billy dans les années 39.
Aucune des deux ne va avoir une vie facile, le passage d'une à l'autre époque est fluide cela est dû à la recherche de Tina de savoir pourquoi cette lettre n'a pas été posté par Billy alors que celle-ci est timbrée.
Il m'a tout de même manqué quelque chose pour être ému ou bouleversée par cette lecture, peut-être les personnages n'étaient pas assez creusés pour ma part.
Commenter  J’apprécie          330
Citations & extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric7619 avril 2017
" Comment s'appelle votre nièce, Miss McBride ?"
Kathleen sera le pis plus fort. La vache protesta en frappant le sol de ses pattes arrière.
" Inutile de te soucier de ce genre de détails, Jackie. Elle ne va pas rester longtemps ici.
- Dommage... ça vous ferait de la compagnie, sans compter qu'elle pourrait vous aider dans vos tâches.
- C'est une fille de la ville. Je doute qu'elle sache d'où vient le lait... J'imagine qu'il apparaît devant sa porte comme par magie !
- Ah... Mais vous pourriez l'éduquer, Miss McBride."
Kathleen déplaça son tabouret derrière la vache suivante.
" Dites donc, vous êtes rapide ce soir !" observa Jackie, l'air admiratif. Personne ne pouvait accuser sa patronne de ne pas accomplir sa part de travail.
" Il y a un mouton mort dans le fossé. Va le mettre de côté pour Pat.
- J'y vais, Miss McBride."
Pat était un négociant qui passait dans toutes les fermes de la vallée pour emporter les œufs, la crème, le beurre ou les légumes qu'elles produisaient et les revendre en ville. Les commerçants payaient directement les fermiers, et Pat prélevait une petite commission au passage. Kathleen lui laissait prendre les bêtes mortes de causes naturelles. Manger du mouton quand on ignorait de quoi il était mort était impossible, mais Pat en tirerait une petite somme en revendant la laine. Il ferait ensuite bouillir la carcasse, puis recueillerait la graisse et la revendrait à des fermiers qui s'en servaient pour graisser les roues de leurs charrettes. Il avait même réussi à en vendre au pharmacien de Tipperary, qui avec cette graisse immonde faisait du savon et de la crème pour le visage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
jeunejanejeunejane22 mars 2017
Dès qu'elle poussa la porte verte de la cabine téléphonique, Tina apprécia de se retrouver dans cet abri paisible. Il y avait quelque chose dans les cabines téléphoniques qui l'apaisait : le sentiment d'être coupée du monde extérieur, d'être dans un endroit où il était possible de rassembler ses pensées...
Commenter  J’apprécie          250
letilleulletilleul19 mars 2016
Toutes celles qui passent par ce couvent sont des filles déchues, des dégénérées sur le plan de la morale, que la société a mises à l’écart et qu’ont rejetées leurs familles sur qui elles n’ont apporté que la honte ! Nous leur donnons un foyer, nous veillons sur elles pendant leur grossesse et nous faisons tout pour que leurs bébés soient recueillis par des parents aimants. Nous nous assurons qu’elles purifient leur âme en effectuant un dur labeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nannou71nannou7119 mai 2016
Pendant qu'elle creusait un petit trou, elle s'émerveilla de la quantité de choses que pouvaient vous apprendre les enfants, de cette sagesse qui était la leur et que si souvent on sous-estimait, ou même ignorait.
Commenter  J’apprécie          220
rkhettaouirkhettaoui13 février 2016
Cet endroit accueille des filles qui sont la honte de leur famille – qui se sont déshonorées sur le plan moral, si vous préférez. Tomber enceinte sans être mariée est un péché, mais les religieuses font tout pour que les filles purifient leur âme de cette souillure grâce au travail. Elles leur offrent un refuge lorsque leurs familles ne veulent plus entendre parler d’elles, et, en échange du gîte et du couvert, les filles se chargent de la lessive, cultivent des légumes et fabriquent des chapelets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : violences conjugalesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
877 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .