AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081390612
Éditeur : Flammarion (2016)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.36/5 (sur 3137 notes)
Résumé :
Dans la France chaotique du XIXe siècle, Jean Valjean sort de prison. Personne ne tend la main à cet ancien détenu hormis un homme d’église, qui le guide sur la voie de la bonté. Valjean décide alors de vouer sa vie à la défense des miséreux. Son destin va croiser le chemin de Fantine, une mère célibataire prête à tout pour le bonheur de sa fille. Celui des Thénardier, famille cruelle et assoiffée d’argent. Et celui de Javert, inspecteur de police dont l’obsession e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (130) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
16 décembre 2015
  • 5/ 5
On a tout dit, écrit ou filmé sur ce livre, mais le mieux, c'est encore de le lire car notre vieux Victor est plus que jamais l'immense écrivain que nous connaissons. C'est toujours un plaisir de lire une telle langue, à la fois sophistiquée et abordable.
Dès l'abord du roman, on fait la connaissance de l'incontournable Jean Valjean. D'abord vaurien puis, écoeuré par sa propre noirceur, initié à la générosité par un évêque sans prétention, et qui deviendra le bienfaiteur de certaines âmes sans titre ni fortune (le père Fauchelevent et quelques autres dont je préfère vous taire les noms au cas où vous n'auriez pas connaissance de l'histoire).
Victor Hugo nous fait aussi de temps en temps quelques digressions sur des sujets qui l'intéressent, notamment la bataille de Waterloo. Bien que n'ayant qu'un vague rapport avec le fil de la narration, on ne s'ennuie pas de ces méandres dans le panier ventripotent de notre histoire de France (Du moins y ai-je pris plus de plaisir qu'à la lourde digression sur le couvent du Petit Picpus).
Outre Jean Valjean, nous suivons les mésaventures de la pauvre Fantine, où l'on se heurte à l'une des scènes les plus horribles jamais écrites : la séance chez le dentiste. Je ne vous en dit pas plus, mais ce passage remue bien les entrailles ! Les " méchants " sont sublimes de méchanceté : Javert, le flic zélé et obtus, les Thénardiers, veules et cupides à souhaits, sont tous aux petits oignons...
Après l'épisode du couvent, on fait la connaissance du dernier personnage central du roman en la personne de Marius. C'est le fils d'un vaillant soldat de la grande armée, " volé " (sous peine de se faire déshériter) à son père par le grand-père maternel, vestige vivant de l'époque Louis XV et fervent royaliste.
Le petit Marius grandit donc dans cette schizophrénie des origines et se retrouve un peu déboussolé à la mort de son père, qui lui est quasi inconnu, lorsqu'il prend conscience que celui-ci fut un héros sous Napoléon, traité comme le dernier des gueux par son vieux royaliste de grand-père. En somme, tempête sous un crâne, quête identitaire, et tous les assauts de la misère jusqu'à ce que son oeil croise celui d'une belle jeune fille...
Marius fait ensuite la connaissance de son voisin, qui s'avère être également une vieille connaissance du lecteur et dont je vous laisse découvrir l'identité. Une embuscade gigantesque attend l'infortuné Jean Valjean, et toutes les vipères sont prête à lui sauter sur le dos. Marius assiste impuissant à l'exécution d'un traquenard diabolique. Il apprend à craindre ce voisin et décide de quitter son voisinage. le dépit le gagne car sa belle inconnue lui a glissé entre les doigts.
Ses amis républicains suivent attentivement la montée de la pression sociale et sauront prendre les armes et monter des barricades en temps voulu. Victor Hugo nous fait alors entrer de plain-pied dans une des multiples insurrections qui ont émaillé la période de la restauration.
Il nous fait monter sur les barricades et comprendre pourquoi, quelques années plus tard, Napoléon III a tant tenu à faire redessiner Paris par Haussmann, vu la facilité avec laquelle une guerre de rue pouvait voir le jour dans le Paris d'alors.
L'émeute en question est celle du 5 juin 1832, c'est-à-dire l'une de celles qui ont avorté, à la différence de leurs glorieuses consoeurs de 1830 et 1848.
Marius se joindra-t-il a eux lors de l'insurrection ? Retrouvera-t-il son aimée ? Jean Valjean parviendra-t-il à s'extirper de l'étau et de la malédiction qui le pressent toujours un peu plus ? le père Gillenormand pardonnera-t-il à son petit-fils et le petit-fils au grand-père dans ce gigantesque malentendu ?
Victor Hugo saura-t-il nous faire haleter jusqu'au bout ? La réponse à cette dernière question est oui. Et pour conclure, si papy Hugo ne vous arrache pas une petite larme avec son final, allez d'urgence consulter un cardiologue car vous avez sûrement un petit problème de myocarde.
Bref, lisez, relisez, re-relisez, délectez-vous de notre vieux Victor. Un style qui allie la grandiloquence et la simplicité, le tout appuyé sur un excellent scénario, donc, tous les ingrédients pour façonner un roman qui tient toutes ses promesses. Chapeau bas MONSIEUR Hugo, même si ce n'est qu'un misérable avis et qu'il ne signifie pas grand-chose sur une barricade.
P. S. : COMMENTAIRE CONCERNANT L'ÉDITION DE LA PLÉIADE
Il est à noter que ce volume pléiade est d'assez mauvaise qualité selon moi pour au moins deux raisons : d'une part, lorsqu'on achète un volume de ce prix, on espère qu'il y ait un vrai travail de relecture, or, il y a beaucoup de coquilles disséminées dans l'ouvrage.
Deuxièmement, les commentaires sont presque systématiquement inutiles ou inintéressants, car Maurice Allem, fait toute une comparaison avec la première version de l'oeuvre intitulée Les Misères et l'essentiel des notes consiste à dire « cette phrase manque dans Les Misères », « tel mot est différent dans Les Misères », etc. En somme, on s'en fiche, à moins de faire une thèse sur les différentes versions du manuscrit d'Hugo avant publication définitive.
On aurait espéré des vrais commentaires éclairants, utiles ou des explications ciblées, pas cette glose de spécialiste sans intérêt. À la fin, j'ai carrément arrêté de regarder les notes tellement c'était barbant. Cependant, le fait de tenir l'intégralité de l'histoire dans un seul volume, pas trop encombrant, est assez agréable, et en cela le format pléiade est intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1095
Sissidebeauregard
04 décembre 2013
  • 5/ 5
Je n'ai encore jamais lu un livre qui arrive à la cheville de celui-ci.
Il y a toute la littérature, toute l'humanité et toute la vie dans les Misérables. C'est toute la différence entre un classique et un chef d'oeuvre. Les Misérables, indémodable comme tout chef d'oeuvre qui se respecte est bien plus moderne que beaucoup de romans récents.
C'est un roman absolument parfait, c'est LE roman. Il est inconcevable et impardonnable de ne pas le lire, de préférence en version intégrale, parce qu'il n'y a pas un mot de trop en 1800 pages.
Si je pouvais je l'apprendrais par coeur.
PS : Je voue un culte éternel à Éponine, bien qu'on lui préfère presque toujours cette petite cruche de Cosette. le destin d'Éponine en est d'ailleurs rendu d'autant plus tragique, puisque dans le roman et jusque dans la réalité, tout le monde se fiche de sa pauvre vie.
Commenter  J’apprécie          836
gouelan
06 février 2016
  • 5/ 5
Difficile de faire la critique d'une oeuvre aussi « monstrueuse ». Elle nous dépasse, elle nous illumine, elle nous écrase. Victor Hugo pointe son doigt sur la misère, il la décortique, il l'explique. Il donne sa voix au peuple.
Romancier, philosophe, prophète, historien qui se mêle de tout, tant des évènements, que des coeurs et des âmes, des idées et des moeurs. Il ausculte la civilisation. Il interroge l'ombre, la boue. Il n'a pas peur d'éclabousser les habits des élégants. La vérité doit jaillir.
Il remue les sables mouvants, la vase des égouts, pour mettre à jour ces misérables, ces hommes que l'on empêche d'atteindre l'idéal. L'ignorance, la faim, engendrent les ténèbres, le crime, la haine, la colère.
La colère et la haine engendrent la révolte. Il y a l'émeute qui est le cri de celui qui a faim, il y a l'insurrection qui émane de celui qui réclame justice, lumière, vérité. De la révolution naît le progrès, l'élévation de l'homme.
Pourquoi la route de Jean Valjean le conduit-il au bagne ? Est-ce la fatalité ou la société qui le façonnent en monstre ? La loi est faite par les hommes, les hommes ne sont pas infaillibles, ils peuvent se tromper.
La société crée, par son égoïsme, par sa bêtise, les enfants des rues, les prostituées, les voyous, les forçats. Faire sortir les misérables de leur enlisement, de leur nuit, oblige à ouvrir les yeux. Il faut remuer la vase, l'éclairer sans avoir peur d'y laisser des plumes. Il faut du courage et de la générosité. Le fumier est un trésor, il fait fleurir la rose, l'ortie a ses vertus, il faut en prendre soin. Chaque graine a sa valeur, chaque pièce est indispensable au puzzle de l'humanité.
Un forçat peut s'avérer compatissant, bienfaiteur, protecteur, s'il rencontre la bonté, la sollicitude, la confiance. Un homme comme Javert, aussi dur que le granit, peut douter si on l'ébranle. Il peut se fissurer, et laisser un rayon de lumière le traverser. Une "Cosette", alouette, paraissant laide et idiote, peut devenir lys, si on l'arrose d'amour et de chaleur.
« il n'y a ni mauvaises herbes, ni mauvais hommes. Il n'y a que de mauvais cultivateurs. »
« Humanité, c'est identité. Tous les hommes sont de la même argile … Mais l'ignorance mêlée à la pâte humaine la noircit. »
Victor Hugo, patriote de l'humanité nous dit ceci :
« À l'heure, si sombre encore, de la civilisation où nous sommes, le misérable s'appelle l'homme ; il agonise sous tous les climats, et il gémit dans toutes les langues. »
Un roman majestueux qui s'adresse à chaque homme, quelques soient l'époque et la nation où il vit. L'homme progresse, sort de sa nuit, mais il reste encore des zones d'ombre partout sur la planète. Tant que les égoïstes ne laisseront pas plus de place aux misérables, de crainte de perdre leur bonheur, l'idéal ne sera pas atteint.
Selon un proverbe mohave, "un homme ne peut être riche que s'il refuse d'aider ceux qui sont dans le besoin." (Enfants de tous les temps, de tous les mondes)
L'idéal n'est pas dans la richesse, il est dans l'égalité et la fraternité. Ne laissons pas que des miettes aux plus démunis.
Victor Hugo a ce don de résumer en une phrase une vérité étincelante et criante. Il assène cette vérité dans nos crânes à coups de mots terriblement beaux. Il a pour mission de faire fondre l'enfer sur terre, de faire que chaque homme puisse toucher les étoiles. Il nous impressionne par son sens aigu de l'analyse et par la richesse de ses connaissances. On ne peut que saluer le génie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          586
michfred
01 avril 2015
  • 5/ 5
Une somme, un chef d'oeuvre absolu, lu, relu, vu, revu, écouté, réécouté...et même chanté, rechanté! J'ai même eu pour livre de chevet un "Paris des Misérables " pour me guider dans mes balades parisiennes...dommage que l'Eléphant de Gavroche ait disparu...
LE LIVRE par essence sous toutes ses facettes : grande Histoire et fourmillement d' histoires, personnages mythiques et figures populaires, lieux inoubliables et objets symboliques, plaidoyer vibrant et réquisitoire inspiré, présence tutélaire de l'auteur et vitalité quasi-indépendante des personnages, fresque épique des événements et intimité étroite avec les sentiments.
Bien sûr, il y a des longueurs: la bataille de Waterloo, les chandeliers rédempteurs de Mgr Myriel, la grande Barricade, l'ancienne et la nouvelle, les amours un peu gnian-gnian de Marius et Cosette....mais quel souffle, quel panache, quel maelström d'émotions!
On peut fermer le livre, on ne quitte jamais vraiment les personnages, on les retrouve dans la vie, ils sont immortels, ce sont devenus des types : un gavroche, une cosette, une fantine, un javert, une/un thénardier, un valjean..
Pour ceux que les gros pavés rebutent -en particulier les jeunes lecteurs,- je recommande Les Misérables en classiques abrégés, à l'Ecole des Loisirs: le résultat est inespéré...sitôt le livre fermé, ils se jettent sur le VRAI LIVRE pour en savoir plus, en revivre encore les émotions, en prolonger le plaisir..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          543
Gwen21
27 juillet 2016
  • 5/ 5
Les Misérables constituent l'un des piliers de la littérature française. C'est presque un lieu commun de déclarer cela et en même temps, c'est très rassurant que ça le soit. Victor Hugo est un monstre dans son domaine et c'est normal que de sa plume se soit naturellement extraite une oeuvre monstrueuse, colossale et dont la grandeur semble insurpassable.
Jamais titre ne fut aussi bien choisi pour introduire une oeuvre. C'est par le titre que le lecteur est d'abord accroché et ce titre "Les Misérables" est un véritable fil d'Ariane tout au long du roman. Tous les personnages de l'oeuvre ont été, sont ou seront à un moment donné dans le récit ce qu'il convient d'appeler "un misérable". de différentes manières : socialement, sentimentalement, pécuniairement, politiquement...
Le récit est très bien mené, les personnages sont fouillés, le rythme est bon, les descriptions sont puissantes, les développements autour de la psychologie et de la nature humaine sont avant-gardistes, le plaisir de lire est intense.
Les Misérables, un roman prégnant qui place le lecteur devant sa propre humanité, dans un décor grandiose, celui de l'Histoire en mutation et de l'Humanité si désespérément fidèle à elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Citations & extraits (562) Voir plus Ajouter une citation
GODONGODON22 mai 2015
Elle avait un air insensé, grave et navrant. Sa blouse déchirée montrait sa gorge nue. Elle appuyait en parlant sa main percée sur sa poitrine où il y avait un autre trou, et d’où il sortait par instant un flot de sang comme le jet de vin d’une bonde ouverte.
Marius considérait cette créature infortunée avec une profonde compassion.
— Oh ! reprit-elle tout à coup, cela revient. J’étouffe !
Elle prit sa blouse et la mordit, et ses jambes se raidissaient sur le pavé.
En ce moment la voix de jeune coq du petit Gavroche retentit dans la barricade. L’enfant était monté sur une table pour charger son fusil et chantait gaiement la chanson alors si populaire :

En voyant Lafayette,
Le gendarme répète
Sauvons-nous ! sauvons-nous ! sauvons-nous !
Éponine se souleva, et écouta, puis elle murmura :
— C’est lui.
Et se tournant vers Marius :
— Mon frère est là. Il ne faut pas qu’il me voie. Il me gronderait.
— Votre frère ! demanda Marius qui songeait dans le plus amer et le plus douloureux de son cœur aux devoirs que son père lui avait légués envers les Thénardier, qui est votre frère ?
— Ce petit.
— Celui qui chante ?
— Oui.
Marius fit un mouvement.
— Oh ! ne vous en allez pas ! dit-elle, cela ne sera pas long à présent !
Elle était presque sur son séant, mais sa voix était très basse et coupée de hoquets. Par intervalles le râle l’interrompait. Elle approchait le plus qu’elle pouvait son visage du visage de Marius. Elle ajouta avec une expression étrange :
— Écoutez, je ne veux pas vous faire une farce. J’ai dans ma poche une lettre pour vous. Depuis hier. On m’avait dit de la mettre à la poste. Je l’ai gardée. Je ne voulais pas qu’elle vous parvînt. Mais vous n’en voudriez peut-être quand nous allons nous revoir tout à l’heure. On se revoit, n’est-ce pas ? Prenez votre lettre.
Elle saisit convulsivement la main de Marius avec sa main trouée, mais elle semblait ne plus percevoir la souffrance. Elle mit la main de Marius dans la poche de sa blouse. Marius y sentit en effet un papier.
— Prenez, dit-elle.
Marius prit la lettre.
Elle fit un signe de satisfaction et de contentement.
— Maintenant, pour ma peine, promettez-moi…
Et elle s’arrêta.
— Quoi ? demanda Marius.
— Promettez-moi !
— Je vous promets.
— Promettez-moi de me donner un baiser sur le front quand je serai morte. — Je le sentirai.
Elle laissa retomber sa tête sur les genoux de Marius et ses paupières se fermèrent. Il crut cette pauvre âme partie. Éponine restait immobile ; tout à coup, à l’instant où Marius la croyait à jamais endormie, elle ouvrit lentement ses yeux où apparaissait la sombre profondeur de la mort, et lui dit avec un accent dont la douceur semblait déjà venir d’un autre monde :
— Et puis, tenez, monsieur Marius, je crois que j’étais un peu amoureuse de vous.
Elle essaya encore de sourire et expira.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OrpheaOrphea06 septembre 2015
Cosette avait été belle assez longtemps avant de s'en apercevoir. Mais, du premier jour, cette lumière inattendue qui se levait lentement et enveloppait par degrés toute la personne de la jeune fille blessa la paupière sombre de Jean Valjean. Il sentit que c’était un changement dans une vie heureuse, si heureuse qu'il n'osait y remuer dans la crainte d'y déranger quelque chose. Cet homme qui avait passé par toutes les détresses, qui était encore tout saignant des meurtrissures de sa destinée, qui avait été presque méchant et qui était devenu presque saint, qui, après avoir traîné la chaîne du bagne, traînait maintenant la chaîne invisible, mais pesante, de l'infamie indéfinie, cet homme que la loi n'avait pas lâché et qui pouvait être à chaque instant ressaisi et ramené de l'obscurité de sa vertu au grand jour de l'opprobre public, cet homme acceptait tout, excusait tout, pardonnait tout, bénissait tout, voulait bien tout, et ne demandait à la providence, aux hommes, aux lois, à la société, à la nature, au monde, qu'une chose, que Cosette l'aimât !
Que Cosette continuât de l'aimer ! Que Dieu n'empêchât pas le cœur de cette enfant de venir à lui, et de rester à lui ! Aimé de Cosette, il se trouvait guéri, reposé, apaisé, comblé, récompensé, couronné. Aimé de Cosette, il était bien ! Il n'en demandait pas davantage. On lui eût dit : Veux-tu être mieux ? Il eût répondu : Non. Dieu lui eût dit : Veux-tu le ciel ? Il eût répondu : J'y perdrais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
OliphantOliphant23 février 2015
Une certaine quantité de rêverie est bonne, comme un narcotique à dose discrète. Cela endort les fièvres, quelquefois dures, de l’intelligence en travail, et fait naître dans l’esprit une vapeur molle et fraîche qui corrige les contours trop âpres de de la pensée pure, comble ça et là des lacunes et des intervalles, lie les ensembles et estompe les angles des idées. Mais trop de rêverie submerge et noie. Malheur au travailleur par l’esprit qui se laisse tomber tout entier de la pensée dans la rêverie ! Il croit qu’il remontera aisément, et il se dit qu’après tout c’est la même chose. Erreur !
La pensée est le labeur de l’intelligence, la rêverie en est la volupté. Remplacer la pensée par la rêverie, c’est confondre un poison avec une nourriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
nikiteamnikiteam08 octobre 2015
Encouragez le riche et protégez le pauvre, supprimez la misère, mettez un terme à l'exploitation injuste du faible par le fort, mettez un frein à la jalousie inique de celui qui est en route contre celui qui est arrivé, ajustez mathématiquement et fraternellement le salaire au travail, mêlez l'enseignement gratuit et obligatoire à la croissance de l'enfant et faites de la science la base de la virilité, développez les intelligences tout en occupant les bras, soyez à la fois un peuple puissant et une famille d'hommes heureux, démocratisez la propriété, non en abolissant, mais en universalisant, de façon que tout citoyen sans exception soit propriétaire, chose plus facile qu'on ne croit, en deux mots sachez produire la duchesse et sachez la repartir; et vous aurez tout ensemble la grandeur matérielle et la grandeur morale; et vous serez dignes de vous appeler la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ladyogaladyoga24 janvier 2015
Le regard des femmes ressemble à de certains rouages tranquilles en apparence et formidables. On passe à côté tous les jours paisiblement et impunément et sans se douter de rien. Il vient un moment où l'on oublie même que cette chose est là. On va, on vient, on rêve, on parle, on rit. Tout à coup on se sent saisi. C'est fini. Le rouage vous tient, le regard vous a pris. Il vous a pris, n'importe par où ni comment, par une partie quelconque de votre pensée qui traînait, par une distraction que vous avez eue. Vous êtes perdu. Vous y passerez tout entier. Un enchaînement de forces mystérieuses s'empare de vous. Vous vous débattez en vain. Plus de secours humain possible. Vous allez tomber d'engrenage en engrenage, d'angoisse en angoisse, de torture en torture, vous, votre esprit, votre fortune, votre avenir, votre âme; et, selon que vous serez au pouvoir d'une créature méchante ou d'un noble cœur, vous ne sortirez de cette effrayante machine que défiguré par la honte ou transfiguré par la passion. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Videos de Victor Hugo (123) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Hugo
Conférence de Claude Coulon, prononcée le 28 mai 2008, au Forum Universitaire de l'Ouest Parisien.
autres livres classés : classiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les misérables

Qui a écrit les Misérables ?

Robert Louis Stevenson
Victor Hugo
Molière
Homère

4 questions
804 lecteurs ont répondu
Thème : Les Misérables I de Victor HugoCréer un quiz sur ce livre