AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Josée Kamoun (Traducteur)
ISBN : 2020604175
Éditeur : Editions du Seuil (2003)

Note moyenne : 3.37/5 (sur 328 notes)
Résumé :
"Figurez-vous un homme qui s'apprête à vivre un événement éclair, la perte de sa main gauche, bien avant d'avoir la quarantaine." Pour une chaîne de télévision surnommée Calamitel, il est journaliste : un métier qui ne requiert pas forcément l'usage de ses deux mains. Quoique... Quel téléspectateur a envie de voir son journal présenté par un malchanceux qui s'est fait bouffer la main en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
08 septembre 2016
  • 2/ 5
"La quatrième main" est un ouvrage dont j'attendais beaucoup et c'est sans doute pour cela que j'ai été déçue. En effet, en prévision du club des lecteurs de septembre, un collègue me l'a vivement conseillé en m'assurant que c'était drôle et vraiment bien. Son speech m'avait convaincue au point que, dès qu'il a été disponible à la médiathèque, je me suis jetée dessus. "L'un des meilleurs livres de John Irving. Éclats de rires. [...] Des passages hilarants émaillent l'histoire." annonçait une petite critique sur la quatrième de couverture... Autant dire que je m'attendais à sourire voire à me fendre la poire toute seule devant mon roman comme ça a été le cas avec « Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l'amour » de S. G. Browne.
Hélas, point de rires à l'horizon, surtout au début ! J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire, car le style de l'auteur était assez particulier : des phrases longues et parfois bizarrement construites. Je ne saurais pas correctement décrire cette plume, cependant, les citations vous donneront une petite idée. Parfois, il me fallait relire toute une page pour voir si j'avais vraiment tout saisi ou pour savoir s'il y avait un lien entre l'idée précédente. En effet, John Irving s'étale énormément en informations au début du livre : il présente tous les personnages de long en large, décrivant avec soin leur physique et indiquant leur passé, leurs attentes, etc. C'est sûr que là, on ne peut pas se plaindre d'avoir des protagonistes "fantômes" dont on ne sait rien et qui servent uniquement à planter le décor ! Ce n'est pas du tout le cas ici. le soucis, c'est qu'à force de tergiverser, l'auteur a réussi à m'embrouiller... de plus, tous les personnages sont loufoques ou ont leur petit brin de folie, si bien que j'avoue m'être demandée dans quoi j'étais tombée. Je souhaitais surtout savoir où John Irving voulait en venir et quand allait enfin arriver cette fameuse greffe de main. Ainsi, même si j'ai souri à quelques descriptions, j'ai trouvé l'intrigue assez longue à mettre en place.
Ma seconde déception concerne le héros : ce n'est pas un homme auquel je m'attacherais. Déjà parce qu'il est beau à se damner au point que tout le monde lui réclame une partie de jambes en l'air ou à avoir un bébé avec lui... Je comprends qu'il soit canon et que la gente féminine ne parvienne pas à se contenir, mais tout de même ! Il se tape presque toutes les nanas du roman ! Barney Stinson de "How I Met Your Mother" peut aller se rhabiller ! En fait, les hommes de cet ouvrage ne pensent en général qu'à assouvir leurs besoins primaires... C'est un peu lourd. Une coucherie de temps en temps ne me dérange pas, mais là, c'est assez fréquent et n'apporte pas grand chose au scénario. Les femmes m'ont presque toutes agacée, surtout Mary. Seule Doris Clausen a réussi à attirer ma sympathie...
En revanche, l'idée de greffe de main m'a beaucoup plu. En effet, la veuve du donneur a une demande particulière lorsqu'elle cède le membre de son défunt mari : elle souhaite un droit de visite ! Elle veut continuer à avoir des nouvelles de la main de son mari... Mais pas que... D'autant plus que cette fameuse main d'Otto se "souvient" de sa vie passée. C'est comme si elle avait une âme. J'ai trouvé ces idées très originales ! Malheureusement, je n'ai pas forcément adhéré au reste du roman et me suis parfois ennuyée. Je m'attendais à rire davantage. On ne peut pas tout aimer... Mais c'est souvent un risque lorsque quelqu'un vous recommande vivement un ouvrage : on s'attend à quelque chose de transcendant ou de génial tout au long des chapitres... Si bien qu'il arrive que l'on tombe de haut. C'est dommage. Tant pis !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
bdelhausse
12 novembre 2016
  • 4/ 5
C'est ma première touche avec John Irving, dont un ami m'a abondamment parlé avec passion et une étincelle dans le regard.
Je dois bien dire que je comprends cet engouement pour un auteur atypique. Même si je reste un peu sur ma faim.
Le pitch... on pourrait résumer cela à une sorte de crise de la quarantaine d'un présentateur-journaliste de télé. le genre de type à ne pas réussir à dire non à une femme... On voit tous de quoi il s'agit.
Viennent se greffer autour de ce tronc une série de personnages (féminins) et de situations improbables, plus surréalistes les unes que les autres, comme le fait d'avoir perdu sa main, mangée par un lion en Inde, en direct à la télévision. Une femme veut un enfant de lui et va jusqu'à décider son mari à faire don de sa main au présentateur... loufoque, sans doute, mais pas seulement. Il s'ensuit une réflexion profonde sur le don de soi, le manque, l'absence, l'amour, le sexe, les relations aux autres...
Je diviserai le livre en 2 partie. La première, jusqu'à la perte de la main car la greffe ne tient pas, est drolatique, envolée, juteuse et savoureuse. Riche en bons mots. En rebondissements. Avec des situations incroyables mais amenées de manière fluide et avec un petit côté "gaudriole pince-sans-rire", que j'ai vraiment apprécié. La seconde est principalement une longue drague, avec le chassé-croisé adéquat, où le présentateur télé poursuit la femme du donneur de main de ses assiduités. C'est tendre, certes, guimauvesque dirais-je même par moments... mais cela n'arrive pas à la hauteur du début. On ne retrouve pas les émois du début, les caramboles entre les personnages qui se télescopent. Il faut dire que dans cette partie Irving semble aussi tailler des croupières à l'industrie des médias. Et que cela dilue un peu le propos.
Reste un auteur, que l'on devine brillant. Je n'ai sans doute pas commencé à lire Irving par le "bon" livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
carre
25 janvier 2012
  • 4/ 5
Patrick Wallingford, journaliste se fait dévorer la main par un lion lors d'un reportage pour une chaine New -Yorkaise. L'accident filmé passe en boucle sur les télévisions et Wallingford devient un héros.
Il décide de se mettre sur une liste en attente de greffe. John Irving pour ce roman nous propose une galerie de personnages à la fois déjantés et drôles (médecin anorexique, baby-sitter barrée, coiffeuse idem etc... Ce mélange tragi-comique fait tout le sel du roman, l'on rit et on s'émeut de ces portraits ou l'on se demande si leur place ne serait pas dans un hôpital psychiatrique. Une comédie humaine, une nouvelle fois emballante par un maitre de la narration.
Excellent.
Commenter  J’apprécie          130
athena1
13 janvier 2010
  • 5/ 5
Voici l'histoire incroyable de Patrick Wallingford, journaliste victime de son charme ravageur auprès de la gente féminine.
Au cours d'un reportage, Patrick se fait dévorer la main gauche par un lion. Cet accident ne passe pas inaperçu auprès de deux personnages. D'abord le docteur Zajac, chirurgien de la main, ensuite mrs Doris Clausen qui a obtenu de son mari la promesse qu'en cas de mort soudaine, ce dernier ferait don de sa main gauche à Patrick Wallingford... Et voilà comment cette formidable histoire débute... Dévoiler la suite serait inopportun car tous les évènements ultérieurs se doivent d'être découverts par le lecteur.
Ce roman nous offre des personnages d'une grande banalité mais toutefois très hauts en couleurs comme dans "Le monde selon Garp". Outre les personnages, Irving nous offre un portrait dévastateur du journalisme. Un portrait qui ravive les interrogations sur les côtés rapaces du journalisme, et ce qu'il s'agisse du journalisme "de poubelle" ou de celui de l' investigation dite "bien fondée". Entre parenthèses, ma lecture de ce roman s'achève aujourd'hui, le 13 janvier 2010, jour du tremblement de terre à Haïti et curieusement les images qui ont été montrées au journal télévisé ont suscité chez moi un profond dégoût.
Bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jimetdalva
23 août 2012
Patrick Wallington est jeune, beau et célèbre. Il va le devenir encore plus lorsqu'au cours d'un reportage en Inde, un lion va lui manger la main en direct!
Le personnage est à peine posé que John Irving est déjà lancé dans une succession de gags, de situations loufoques qui en font un des auteurs les plus drôles.
Patrick Wallington souffre et un médecin indien lui fait ingurgiter une pilule bleue qui non seulement va endormir sa douleur mais lui faire faire le plus beau des rêves tout en vert et à l'odeur d'aiguilles de pin! Et si le rêve devenait réalité!
Difficile de vous en dire plus sans vous dévoiler trop les armes de John Irving; il y a une multitude de personnages, typés comme seul John Irving sait les faire : le chirurgien anorexique, la fana de foot, la mâchouilleuse de chewing-gum, l'écraseuse calculatrice, la sportive aux formes tentantes, etc.
C'est du grand John Irving dans la lignée du Monde selon Garp et de Une prière pour Owen. Éclats de rire garantis!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper08 septembre 2016
La corniaude dénichée auprès d'une protectrice quelconque, avait généreusement été présentée comme "croisée de labrador". À quel niveau, croisée, se demandait le docteur, les taches noires ? La bête, une femelle stérilisée d'environ deux ans, avait la truffe anxieuse, craintive, et le corps plus trapu et plus développé qu'un labrador. La façon dont sa babine supérieure, molle, recouvrait l'inférieure, rappelait assez le chien de chasse ; son front, plus marron que noir, était plissé par un froncement permanent. Elle marchait le nez au ras du sol, piétinait souvent ses oreilles, sa queue vigoureuse frétillait comme celle d'un chien d'arrêt. (Hildred l'avait choisie dans l'espoir qu'elle était faite pour le gibier à plumes.)
- Médée va être piquée si on la garde pas, papa, avait dit Rudy à son père, sur un ton solennel.
- Médée, avait répété Zajac.
En termes vétérinaires, Médée souffrait d'"indiscrimination alimentaire" ; elle mangeait les bouts de bois, les chaussures, les cailloux, le papier, le métal, le plastique, les balles de tennis, les jouets d'enfants, ainsi que ses propres excréments. (Ce dernier trait dénotant sans équivoque le croisement avec le labrador.) Le zèle avec lequel elle dévorait la crotte de chien, et pas exclusivement la sienne, était ce qui avait poussé ses premiers maîtres à s'en débarrasser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper07 septembre 2016
Par piété filiale, la fille alla rejoindre sa mère sur le canapé. Elles ne montèrent pas le son ; main dans la main, elles regardèrent de nouveau la scène épouvantable et pourtant excitante. Peu importaient les lions affamés, c’étaient les hommes qu’on mutilait.
- Pourquoi on peut pas se passer d’eux, si on les déteste ? demanda la fille avec lassitude.
- On les déteste parce qu’on peut pas se passer d’eux, justement, répondit la mère d’une voix pâteuse.
Wallingford apparut, défiguré par la souffrance. Il tomba à genoux, le sang giclant de son avant-bras. Sa beauté était écrasée par la douleur, mais il faisait encore un tel effet aux femmes qu’une mère avinée, en proie au décalage horaire, et sa fille à peine moins ravagée ressentirent un élancement dans le bras. Elles lui tendirent même la main au moment où il s’effondrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper07 septembre 2016
- C'est pour quand ? s'enquit Patrick.
- Trouver une main parfaite, ça ne s'improvise pas, lui expliqua Zajac.
- J'ai l'impression qu'une main de femme ne ferait pas mon bonheur, songea Patrick à voix haute, ou une main tordue.
- C'est mon boulot, de vous trouver une main qui ne soit pas trop gauche, assura Zajac.
- Mais C'EST une main gauche, lui rappela Wallingford.
- Bien sûr, mais c'est le donneur qui devra être adroit !
- D'accord, mais pas de fil à la patte, hein ? dit Patrick Wallingford.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jrouljroul18 janvier 2012
Les bons livres et les bons films, contrairement à l'actualité ou ce qui passe pour tel, [ ] s'inscrivent dans la gamme des émotions où on se trouve lorsqu'on les lit ou qu'on les voit. Le goût d'autrui pour un film ou pour un livre a quelque chose d'unique.
Commenter  J’apprécie          90
Bruno_CmBruno_Cm18 décembre 2014
Les médias n'avaient que deux positions possibles sur les célébrités : leur vouer un culte ou les traîner dans la boue Et comme le deuil est la forme suprême du culte, la mort des célébrités valait son prix ; en outre, elle permettait aux médias de les idolâtrer tout en les traînant dans la boue. Il n'y avait pas mieux.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de John Irving (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Irving
Payot - Marque Page - John Irving - Avenue des mystères
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Complétez ces titres de John Irving

"Liberté pour ...

faire les courses'
les nounours'
les ours'
Florence Cassez'

12 questions
290 lecteurs ont répondu
Thème : John IrvingCréer un quiz sur ce livre
. .