AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266168924
Éditeur : Pocket (2008)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Tout allait bien pour les Mérour. Un quotidien paisible et heureux au coeur du pays breton, jusqu'à ce matin terrible où Mélodie voit son père, accusé des pires crimes, quitter le domicile familial encadré par des policiers. L'incrédulité cède rapidement la place à l'angoisse, la douleur, puis la colère? Sur la foi d'un témoignage improbable, l'existence de Mélodie et des siens sombre dans le chaos : père emprisonné, déménagement dans un quartier sordide, nouveau ly... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ibon
23 août 2013
  • 4/ 5
Le titre est trompeur. Ce n'est ni un roman de terroir ( dont l'histoire se situerait dans le Finistère Sud, avec ses grandes plages de sable fin bordant une mer redoutable qui plaît aux contemplatifs et aux surfeurs), ni une romance.
C'est clairement (même si l'auteur informe le lecteur que "toute ressemblance avec des personnes ayant existé serait fortuite") le récit romancé de la triste affaire d'Outreau...
La narratrice est une jeune femme de 18 ans, Mélodie. Venue par la force des choses dans ce bout du monde (Finis terrae) pour se reposer et faire le point, elle raconte le drame de sa famille.
Et le sien. Hervé Jaouen raconte comment elle passe d'une vie tranquille, de petite bourgeoise de 15 ans, à la zone. A cause de quoi? D'une dénonciation: ses parents sont accusés de pédophilie.
Le tragique ne sombre pas dans la mièvrerie ou la caricature. le lecteur est emporté dans un récit glauque et prenant. Entre les moments forts, l'auteur anticipe la narration pour dynamiser son récit. Et ça marche, on a envie de savoir comment cela s'est passé et les pages se tournent vite.
Enfin, très habilement, l'auteur amène une réflexion sur le fonctionnement de la justice française en 2005. Mais ce roman traite avant tout des conséquences, des effets collatéraux, d'une décision (une erreur ?) de justice sur les enfants de parents accusés.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
canel
26 mai 2011
  • 3/ 5
Mélodie a 18 ans, elle relate une période très douloureuse de sa vie : l'arrestation de son père trois ans plus tôt pour des accusations de pédophilie, puis celle de sa mère présumée complice. Il s'agirait selon les parents d'une sombre histoire de vengeance, Mélodie est donc convaincue de leur innocence. Elle se retrouve placée en foyer et séparée de son petit frère de huit ans accueilli lui dans une famille. Elle quitte une adolescence choyée (père kiné, famille heureuse) pour un milieu où les jeunes filles ont pour la plupart vécu des drames. La libération de sa mère n'arrange pas les choses : l'opprobre du voisinage et les difficultés pécuniaires les obligent à déménager dans un quartier "difficile", la maman s'absente beaucoup pour son travail, Mélodie est selon la formule consacrée "sur une mauvaise pente", le petit frère présente des troubles psychologiques...
L'auteur dénonce ici les failles du système judiciaire. C'est bien sûr révoltant, on ne peut s'empêcher de penser à certaines affaires récentes où des innocents ont purgé une peine à tort et vu des accusations briser leur vie, leur famille, leur image. J'ai eu du mal à adhérer au style et ai de ce fait lu cet ouvrage en trois semaines, l'entrecoupant d'autres lectures. Il faut dire que la narratrice est adolescente, ce qui explique la manière de s'exprimer. La mère de Mélodie m'a paru vraiment excessive, en particulier lors des procès, de même que la principale accusatrice, madame Ruttard. Enfin, les prises de position de l'auteur m'ont semblé moins mesurées que dans certains autres de ses ouvrages, on a un peu l'impression d'une vision caricaturale où des gens miséreux se roulent dans la fange et se vengent des citoyens "respectables" par des calomnies... Mais Hervé Jaouen a probablement voulu faire un livre "coup de poing" et en ce sens, c'est plutôt réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fred7469
13 décembre 2012
  • 4/ 5
un gros gros coup de coeur pour cet auteur que je recommande chaudement. J'avais découver Hervé Jaouen avec Connemara Queen, auteur amoureux de l'Irlande, mais pas simple auteur de romans régionaux. son écriture est de très belle qualité et dans ce livre au sujet très difficile il s'en tire de façon magnifique. Des personnéges torturés qui restent vrais, des situations intolérablement injustes et la lutte pour survivre malgré tout, non sans dommages.
Comment renaître à la vie quand on vous prive de façon brusque de vos parents?
Quand les familles se retrouvent éclatées?
En proie aux pires épreuves, à la difficulté de se (re) construire car une telle épreuve ne laisse pas indemne.
Que faire quand une machinerie implacable est en route?
Les partis pris, la petitesse d'esprit le manque de discernement sont un fléau.
Bravo, ce livre ne se lit pas il se dévore.
Commenter  J’apprécie          50
sld09
14 juin 2015
  • 5/ 5
J'ai adoré cette histoire qui prend aux tripes et rappelle des faits divers tout aussi sordides où la justice n'a pas joué son rôle. le style d'Hervé Jaouen donne l'impression de lire véritablement le témoignage d'une jeune fille malmenée par la vie. Passionnant et révoltant.
Commenter  J’apprécie          50
elematt44
02 septembre 2012
  • 4/ 5
Effectivement ce livre ne laisse pas indifférent et nous renvoie quelques années en arrière lorsque la France a été plongée dans un scandale similaire. Ca fait froid dans le dos de réaliser que notre vie peut ainsi être complètement bouleversée, anéantie du jour au lendemain et sans qu'on s'y attende le moins du monde. J'ai trouvé ce roman bouleversant et tout en émotion.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ibonibon22 août 2013
Pour construire un solide mur en pierre aussi agréable à regarder du côté rue que du côté jardin, le maçon élève deux murs parallèles de moellons qu'il choisit, taille, assemble. Entre les deux, pour ne pas gâcher de beaux cailloux, il comble le vide de ciment, de déchets de taille, de graviers, de gravats, un mélange hétéroclite auquel s'adossent les deux parois du mur. Sans ce mortier grossier, le mur ne tiendrait pas.

Cette moelle épinière, c'est l'amalgame de tous nos décombres: porcelaine brisée de nos amours de jeunesse, éclats de faïence de nos illusions fêlées. Les belles pierres de taille: nos personnalités successives.

Peu importe la nature du mortier: qu'il contienne de la porcelaine anglaise et de faïence de Gien ou de méchants gravats et des tessons de bouteilles, personne ne le saura, sauf celui qui s'est construit de chaque côté, soutenu par le magma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
sld09sld0920 juillet 2015
En écrivant cela, je pense aux ciels que je vois de ma fenêtre, ciels d'étain, ciels chagrins, ciels céruléens, ciels rutilants, ciels floconneux, ciels d'alléluias, ciels de batailles navales, ciels de naufrages, ciels au cœur lourd, ciels édredons, ciels coups de clairon, oui, je pense à tous ces ciels de la baie d'Audierne qui aspirent ma mélancolie et s'illuminent de tous les bonheurs de demain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mireille.lefustecmireille.lefustec14 avril 2012
Entre la pointe de la Torche et la pointe du Raz,se situe la baie d'Audierne,une longue,très longue,interminable plage de sable fin, adossée aux dunes et à un paysage battu par les vents. Un coin sauvage...
La mer y est sans cesse agitée de rouleaux et la baignade y est interdite à cause des courants.
Commenter  J’apprécie          40
elematt44elematt4402 septembre 2012
Monsieur le juge d'instruction, comme on gobe un oeuf après l'avoir percé au moyen d'une aiguille, vous avez aspiré notre passé, notre présent et notre avenir. Vous avez gobé notre bonheur.
Je suis une coquille vide, monsieur le juge d'instruction.
Nous sommes tous des coquilles vides.
Commenter  J’apprécie          10
elematt44elematt4402 septembre 2012
Or donc, la rentrée judiciaire eut lieu. La justice astiqua son glaive, ôta ses lunettes de soleil, remit son bandeau, s'agenouilla au bord du fleuve de boue et empoigna sa brosse et son battoir à salir le linge propre.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Hervé Jaouen (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Jaouen

Dialogues, 5 questions à Hervé Jaouen
www.librairiedialogues.fr 5 questions posées à Hervé Jaouen, à l'occasion de la parution du livre Ceux de Menglazeg (Éditions Presses de la cité).
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1259 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre