Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Anne Damour (Traducteur)

ISBN : 2714438466
Éditeur : Belfond (2003)


Note moyenne : 3.06/5 (sur 17 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Littéraire, poétique, l’histoire simple d’une rencontre entre deux êtres blessés. Une œuvre poignante et une superbe réflexion sur l’amour, l’amitié et le deuil. Jennifer Johnston est un auteur majeur en Irlande distingué par de nombreux prix dont le prestigieux Whitbre... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 28 mars 2012

    carre
    J'ai découvert Jennifer Johnston avec ce roman et j'avoue avoir fait une bien belle rencontre.
    Clara et Lar se rencontrent à Dublin, ce sont deux êtres solitaires meurtris par la vie, chacun va apprivoiser les différences de l'autre. Jennifer Johnston reprend des thèmes qui lui sont chers : la solitude, le deuil , la tolérance, le droit à la différence avec bien évidemment ce magnifique pays qu'est l'Irlande. le livre empreint d'une douce mélancolie est poignant , touchant et cette petite musique bien agréable à écouter, pardon à lire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par coca, le 23 décembre 2013

    coca
    Révoltée ! Je suis révoltée après avoir refermé ce roman.
    Clara s'est bêtement laissée prendre au filet de James, ce beau mec qui lui a laissé le coeur et le CORPS ravagés par la douleur et l'inguerissable. Il faut toujours se méfier des hommes qui paraissent parfaits !!
    Lar, lui, s'en sort bien dans cette histoire. Lui aussi marqué aux fers rouges de la douleur, il va trouver auprès de Clara un réconfort pour l'aider à reprendre la route de l'espoir et oublier le passé.
    Cette Petite musique des adieux est magnifique ! Elle résonne encore dans mon coeur et restera ancrée dans ma mémoire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par titepomme, le 28 avril 2011

    titepomme
    ✭✭✭ Clara revient au pays pour panser ses blessures suite à une histoire d'amour qui a mal fini.
    Par un concours de circonstance, un homme la sauve alors qu'elle ne comptait pas mettre fin à ses jours.
    La rencontre entre deux êtres blessés par la vie, qui vont s'aider mutuellement à aller de l'avant.
    J'ai bien aimé l'ambiance irlandaise, les pubs, la pluie, le vent.
    Mais les personnages sont un peu trop plats, mous et larmoyants. Lar se complaît trop dans ses malheurs et en devient vite énervant. ✭✭✭

    Lien : http://lecture-addict.blogspot.com/2011/04/petite-musique-des-adieux..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par coca, le 23 décembre 2013

    Je suis moi-même. Je suis Laurence McGrane. Je suis professeur, je sais qui je suis. Je sais que ma femme et mon enfant ont été assassinés. Je sais que je me comporte de façon violente et irrationnelle envers les gens qui disent m'aimer. Je sais qu'un jour je reviendrai à la normalité et que je serai calme, poli et aimable, mais pas encore. Je veux pouvoir crier, m'emporter et haïr, jusqu'au jour où j'en aurai marre de m'apitoyer sur moi-même. Je ne peux pas te donner de date. Alors fous-moi la paix, papa, et cesse de vouloir me guérir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par carre, le 14 janvier 2012

    Bon, dit-elle en agitant la main vers lui. Ne me dévisagez pas ainsi. Je ne veux pas entendre parler du Nord, c’est tout. Pas de Nord dans cette maison. Vous pouvez me parler de votre femme, de votre enfant, de votre mère, de vos espoirs et de vos craintes, de vos rêves perdus, mais pas du Nord. Pas de ces conneries de « vidés de nos tripes par l’Histoire ». Ne polluez pas ma maison avec ça. Quand vous aurez envie de ce genre de conversation, nous irons au pub. Ou marcher sous la pluie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par line70, le 22 mars 2011

    J'aime m'asseoir et essayer de dégager la vérité de la fiction. Les gens vous débitent en général des mensonges dès qu'ils commencent à se raconter.
    [...]
    Je ne veux pas dire des vrais mensonges, je veux dire qu'ils enjolivent la vérité - qu'ils structurent la vérité. La vérité n'est jamais structurée. Elle est partout; parfois inexprimable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
17,67 € (neuf)
2,24 € (occasion)

   

Faire découvrir Petite musique des adieux par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions Belfond

> voir plus

Lecteurs (37)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz