Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Francine André (Traducteur)

ISBN : 2290043990
Éditeur : J'ai Lu (1999)


Note moyenne : 3.43/5 (sur 7 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
- Navré, Milord. Madame la marquise m'a interdit de vous laisser entrer. Mal à l'aise, le majordome transpire à grosses gouttes. - Enfin, Bennett, c'est ridicule ! Ma femme ne peut vous avoir donné un tel ordre ! Dominick Saint Georges, furieux, n'en croit pas ses oreil... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par everalice, le 20 février 2014

    everalice
    Le moins qu'on puisse dit, c'est que ce premier tome ne m'a pas convaincue. Mais j'étais tout de même décidée à le lire, mon but ultime étant d'arriver au tome 2.
    D'abord, j'ai peu apprécié les personnages.Anne, la toute jeune héroïne, manquait à la fois d'épaisseur et de pertinence : elle tombe sous le charme de son époux quand bien même elle ne cesse de répéter qu'elle le déteste. du coup, j'avais l'impression de passer sans cesse du chaud au froid, d'une manière très abrupte et inconfortable.
    Quant au héros Dominick, quel mufle ! Mais même pas de ces mufles craquants et bourrus, comme on les aime, non, vraiment, un mufle tête-à-claque, désagréable et prétentieux. Monsieur a une maîtresse, ce qui lui convient fort, et deux enfants nés hors mariage, évoqués en coup de vent, puis plus de nouvelle. Et on se demande bien ce qui lui passe par la tête lorsqu'il décide de vivre chez son épouse, qu'il a abandonnée, sans tambour ni trompette, le jour de leur mariage, sans véritable raison. J'avoue que ce genre de caractère n'est pas vraiment fait pour me séduire.
    Sans compter que, si j'ai bien tout compris, il se trouve qu'Anne est, étrangement, sa grand-tante (corrigez-moi si je me trompe, mais ça m'a un peu tarabustée, cette histoire).
    Côté intrigue, les rebondissements et autres aléas s'accumulent en avalanches. On a des secrets familiaux inavouables, des vengeances, des tentatives de meurtre, des révélations horrifiques en pagaille. Trop. Assez bon public, je veux bien me laisser mener par le bout du nez, mais là... Comme on dit, "qui trop embrasse mal étreint"
    Néanmoins ces péripéties ont eu le mérite de donner un peu de ressort au récit dans la deuxième partie, avec un côté rocambolesque qui a réveillé mon intérêt un tantinet émoussé par la première.
    Non, décidément, c'est clair, ce livre n'était pas non plus fait pour moi. Ou le contraire.

    Lien : http://leslecturesdeveralice.blogspot.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par Phitasen, le 14 août 2013

    Phitasen
    Le livre est à éviter absolument, il hésite entre vaudeville et tragédie avec porte qui claque et cris continuels de l'héroïne. On dira que ce roman était une erreur de jeunesse de Brenda Joyce...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (14)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par rkhettaoui, le 13 décembre 2013

    A quoi bon ressasser ce passé douloureux? Son mari l'avait abandonnée de la même façon qu'un chat dédaigne la souris qu'il vient de tuer pour le plaisir du jeu. Recommencer sa vie avec un tel homme était suicidaire. Il fallait qu'elle fût folle ou la dernière des sottes pour croire à la possibilité d'une réconciliation.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 13 décembre 2013

    Tant de choses s'étaient passées ces derniers mois ! Elle avait le sentiment que la vie s'était brusquement emballée. C'était comme si un vent nouveau s'était mis à souffler autour d'elle, balayant quatre longues années de souffrance.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 13 décembre 2013

    Il devait se rendre'à l'évidence: Anne avait grandi! Il avait gardé d'elle l'image d'une jeune fille timide, un peu gauche, serrée dans une petite robe bleu marine à la coupe sévère, avec des nattes enroulées autour de la tête qui accentuaient son air juvénile. Celle qu'il venait d'entrevoir était toute différente. C'était une jolie femme de vingt et un ans, au caractère déterminé. La chenille s'était transformée en superbe papillon.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 13 décembre 2013

    Depuis son plus jeune âge, il avait appris à ne pas se laisser guider par les sentiments. Son enfance sans tendresse avait au moins eu l'avantage de lui endurcir le cœur.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par rkhettaoui, le 13 décembre 2013

    Même dans les plus beaux contes de fées, la vie était cruelle. Comme Cendrillon, elle retrouverait la dure réalité à la sortie du bal...

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

8,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Tendre abandon par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (21)

> voir plus

Quiz