Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Max Stadler (Traducteur)
> Lucile Clauss (Traducteur)

ISBN : 2268070832
Éditeur : Le Serpent à plumes (2011)


Note moyenne : 3.3/5 (sur 63 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
La pluie automnale rafraîchit les douves du château de Skogsa, où flotte le corps de Jerry Petersson. Arriviste et arrogant, ce riche avocat comptait bon nombre d’ennemis. Mais lequel l’a poignardé ? Rapidement, Malin Fors soupçonne les Fagelsjo, anciens propriétaires... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par oops, le 26 septembre 2012

    oops
    Le nouveau propriétaire du château de Skogså, Jerry Petersson, richissime avocat est retrouvé poignardé, flottant dans les douves. Cet opportuniste semble collectionner bien des ennemis dont beaucoup souhaitaient sa mort ! Malin Fors, l'enquêtrice d'habitude si intuitive a bien du mal à se concentrer sur cette nouvelle enquête, elle est en pleine dépression. Sa tentative de vie commune avec son ex-mari est un échec et du coup ses failles deviennent béantes. Imbibée par l'alcool et empêtrée dans des soucis familiaux présents et passés, l'Automne et ses pluies incessantes ne suffisent pas à nettoyer l'âme. Comme dans les précédents opus, l'auteur à l'art de faire parler les morts, ce qui permet de mieux connaître la victime pour mieux appréhender l'histoire. Mais cela ne suffit pas pour donner un réel punch à cette enquête que j'ai trouvé particulièrement confuse et ennuyeuse. Quand au personnage de Malin, il est on ne peut plus caricatural, donc bien décevant. Bref l'ambiance automnale fort bien rendue et l'intérêt de l'auteur pour la vie sociale des suédois ne suffisent pas à faire de ce roman un bon crû comme l'était le tout premier opus « Hiver », dommage !

    Lien : http://ma-bouquinerie.blogspot.fr/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par benjamin2010, le 01 décembre 2012

    benjamin2010
    Après avoir passé près de 5 semaines sur ce livre, j'abandonne... Je me suis pourtant accrochée, pris du recul, lu un autre livre entre temps, recommencé. Mais non, je n'ai pas réussi à aller plus loin que la moitié.
    Tout d'abord, je ne suis pas du tout rentrée en empathie avec cette enquêtrice, Malin Fors. En proie a des démons intérieurs et à l'alcool, on voit bien que sa caractéristique d'enquêtrice est de faire parler les morts. Chose qui m'a laissée... perplexe.
    Le début de l'histoire est quant à lui très, très long à démarrer. Avant que l'on découvre le meurtre, nous assistons déjà à une présentation des personnages et à des allers-retours entre le présent et le passé.
    Le décor planté, l'enquête commence et c'est ensuite le style que je n'ai pas apprécié. Trop lourd, trop de place aux méandres de Malin, je n'ai pas voulu aller plus loin.
    Désolée donc de mettre seulement "une étoile" à ce livre, d'autant plus qu'il m'a été offert dans le cadre de l'opération Masse critique, mais je n'ai pas pu le continuer et su l'apprécier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LePamplemousse, le 20 mai 2013

    LePamplemousse
    "Automne" est le troisième tome des aventures du commissaire Malin Fors.
    Dans ce volume, l'enquête débute en Automne, comme l'indique le titre et l'ambiance est évidemment froide, venteuse, brumeuse, bref, déprimante, tout comme le moral des enquêteurs, lesquels vivent des situations personnelles bien difficiles.
    Ils devront élucider le meurtre d'un homme, un riche avocat unanimement détesté. Il est retrouvé assassiné dans les douves du château qu'il venait d'acheter.
    J'ai encore une fois ressenti énormément d'empathie pour les personnages qui tous traversent des moments éprouvants.
    On sent que l'enquête sera difficile, que les protagonistes cachent des choses, que ce soit les suspects ou même les personnages clés du roman.
    Les secrets sont donc au coeur de ce troisième tome, et viennent tout ravager dans la vie des divers protagonistes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par sandrine57, le 04 juin 2011

    sandrine57
    C'est incompréhensible mais à chaque saison je me laisse tenter alors que depuis le premier, Hiver, je ne suis pas convaincue.
    Cette fois encore, je suis plutôt déçue. Par l'histoire d'abord qui prend un temps fou à se mettre en place. Je sais que la lenteur est une caractéristique des polars nordiques mais là c'est trop! Une centaine de pages pour planter le décor, c'est long. D'autant qu'on s'y perd entre présent et passé et qu'on a droit en prime aux pensées de l'assassin, de la future victime et de tous les collègues de Malin.
    Une Malin d'ailleurs exaspérante au-delà du possible! Elle boit, se dispute avec son mari, est incapable d'avoir des rapports normaux avec sa fille. Un comportement horripilant donc qui m'a donné envie de lui mettre des baffes. Pourquoi gâche-t-elle tout? Pourquoi fuit-elle le bonheur? Pourquoi boit-elle de plus en plus? Mons KALLENTOFT lâche quelques indices et j'ai préssenti un drame familial mais il serait temps qu'il en dise plus pour qu'au moins on trouve des excuses à ce comportement auto-destructeur.
    Autre point qui ne m'a pas emballée: la voix des morts. Autant cela ne m'a pas dérangée dans les précédents volumes, autant cette fois je n'ai pas apprécié les tentatives d'explications de l'auteur. Jusqu'à présent ces voix s'expliquaient tout simplement par l'évidence d'une vie après la mort, or dans ce livre, KALLENTOFT suggère que c'est Malin qui entend ces voix. Selon moi, c'est inutile et ça enlève même toute l'originalité des deux premiers tomes.
    Malgré tout, je veux connaitre le fin mot de l'histoire de Malin, savoir si elle va résoudre ses problèmes de boisson, si elle va réussir à communiquer avec ses parents et aussi si elle va enfin résoudre cette histoire de viol qui la suit depuis Hiver sans qu'elle puisse l'oublier.
    Printemps promet donc d'être riche en révélations et, bien sûr, encore une fois, je vais me laisser tenter...quitte à râler après.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par PierreF, le 26 mars 2011

    PierreF
    Forcément, je vais être obligé de comparer ce roman avec les deux précédents. Alors, comme les deux autres, le rythme est lent, l'intrigue complexe et essentiellement centrée sur les personnages, et la trajectoire des acteurs principaux continue à suivre la même ligne directrice. A lire cela comme ça, vous allez me dire : Rien de nouveau sous le soleil (enfin, en l'occurrence, il pleut tout au long de ce roman, le temps est humide et malsain !).
    Je dirai : oui et non. Les personnages sont toujours aussi attachants, le style toujours aussi fluide et agréable à lire, les morts parlent toujours à Malin Fors, et l'ensemble est toujours aussi complexe et passionnant. La différence se situe ailleurs : Mons Kallentoft a choisi de littéralement entrer dans la psychologie de ses personnages. Là où auparavant on était centré sur Malin, il nous donne à lire les pensées de nombreuses personnes de Jan à Tove, de Sven le commissaire aux suspects ou à ses collègues policiers. C'est un roman très ambitieux, qui est parfois difficile à suivre pour le lecteur.
    Et puis, il nous montre en Malin Fors un personnage torturé et complexe. Malin est devenue une personne seule, cherchant l'amour de sa fille mais rejetant le contact avec les autres, s'abrutissant l'alcool qui est devenu une drogue comme pour se forger un rempart. Il nous montre ses difficultés à communiquer avec les vivants, alors qu'elle suit le langage des morts, s'autodétruisant par manque de courage, par manque de volonté, par manque de solutions. C'est une jeune femme qui est malheureuse, victime du malheur qu'elle s'est créée. On la retrouve les yeux rougis, les traits bouffis, la démarche hésitante, la bouteille à la main, sans jamais que ce la n'apparaisse comme une caricature. Certains passages sont poignants de justesse, même si Kallentoft met la distance suffisante pour éviter des effets mélodramatiques qui auraient rangé son roman dans la case du ridicule.
    Alors certes, on peut faire des reproches à ce roman, comme le début qui est long à démarrer, comme cette volonté d'être parfois trop explicite sur les pensées des personnages et donc d'être un peu balourd. Mais l'ensemble se révèle à nouveau une enquête policière fort bien menée, avec un style qui permet de la rendre passionnante et un personnage féminin dont la profondeur est rare. Il me reste juste une impression non pas de déception mais une sensation mitigée. Et je me dis qu'il va être bien difficile de conclure en un seul roman le trajet de Malin, ce qui amène un sentiment de curiosité et d'attente pour Printemps, le dernier tome de la série qui devrait sortir cette année.

    Lien : http://black-novel.over-blog.com/article-automne-de-mons-kallentoft-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (14)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Kanelbulle, le 08 juin 2011

    Ils pensent déjà aux saloperies qu'ils vont mettre en une, les journalistes. Une histoire sordide qui ferait un malheur, parce qu'elle répondrait à ce besoin qu'ont les gens de se confronter à la mort et à la violence, bien confortablement installés dans leur canapé.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Kanelbulle, le 05 juin 2011

    Ce dont j'ai toujours eu le plus peur, c'est la solitude. Celle qui se trouve au-delà des coups et de la raillerie. J'ai pourtant été seul pendant presque toute ma vie. C'est comme si j'étais au milieu d'un champ désert, sous la pluie, à attendre que la personne qui me manque vienne à moi.

    Le ciel s'est ouvert cet automne-là.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par elematt44, le 25 mars 2013

    Il n'y a pas de douleur avec laquelle on ne pourrait pas vivre. Il faut la transposer à autre chose, l'éloigner de soi-même.

    Commenter     J’apprécie          1 4         Page de la citation

  • Par Kanelbulle, le 09 juin 2011

    J'ai commencé à lire assez tard. J'ai commencé quand j'ai eu besoin de croire en quelque chose.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par morin, le 09 septembre 2013

    Jan l'avait laissée voir Tove. Elles avaient pris un café à Tomby, puis elles avaient été chez H&M. Au café Malin lui avait demandé pardon pour s'être emportée. Elle lui avait annoncé qu'elle allait se faire aider.
    "Et tu dois vraiment partir si longtemps ?
    - ça aurait pu être bien pire, tu sais."
    Malin avait voulu pleurer. Tove, elle, semblait s'être aguerrie. Mais peut-être pas autant que ça, au fond.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
23,17 € (neuf)
16,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Automne par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (154)

> voir plus

Quiz