Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266223046
Éditeur : Pocket (2013)


Note moyenne : 3.52/5 (sur 65 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Du Moscou des années 1950 à Boston aujourd'hui, le tumultueux destin d'une ballerine : passions, secrets et trahisons, une belle saga romanesque qui mêle émotions et mystères.

A Boston, Nina, une ancienne étoile du Bolchoï surnommée Papillon, met aux ench... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (19)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Colombedelesperance, le 06 novembre 2014

    Colombedelesperance
    Un papillon sous la neige… un titre plutôt charmeur, accompagné d'une jolie couverture, il n'en fallait pas plus pour que j'accepte ce livre que voulait me donner une de mes amies !
    Cette histoire nous plonge à Boston, auprès d'une ancienne danseuse étoile russe, Nina Revskaïa, qui décide de mettre sa fabuleuse collection de bijoux aux enchères. Pour quelle raison, elle qui y accordait tant d'importance, décide-t-elle de s'en séparer ? Drew, en charge de la vente, souhaiterait le découvrir, même si le chemin semble long et ardu. Grigori Solodin, lui, aimerait enfin avoir les questions à ses réponses concernant le mystère de sa naissance.
    C'est en suivant ces trois personnages, ainsi qu'en replongeant dans les souvenirs de la jeune Nina, que nous découvrirons la réelle histoire de cette ballerine qui a fui son pays et son amour.
    Ma première réaction en commençant ce livre a été : la plume est plutôt agréable et on se laisse facilement emporter. C'est véridique tout au long du livre, Daphne Kalotay a une manière d'écrire somme toute agréable, pas nécessairement exceptionnelle, mais elle correspond bien au type d'histoire qu'elle nous présente.
    Très vite, je me suis dit que cette histoire dont j'avais proprement oublié le résumé, promettait de nous dévoiler des éléments pour le moins intéressants. Dès le départ, on perçoit que notre auteure va nous balader entre ses personnages et que c'est en zigzagant entre eux trois et entre les souvenirs de Nina que nous allons finir par comprendre et découvrir le pot-aux-roses. C'est effectivement le cas. Tout es très bien ficelé et il faut avouer que Daphne Kalotay sait attirer l'attention de son lecteur sur des points assez importants : elle réussit à lui donner envie de s'intéresser aux trois personnages, même si au départ, ils peuvent paraître insignifiants, sauf pour Nina qu'on considère comme le point central du roman, et que pourtant nous ne comprenons pas.
    Cette compréhension arrive au fur et à mesure, nous faisant évoluer sur une palette de sentiments, du plus sombre au plus attendrissant, alors que la vérité sur ce qu'a été Nina et le quotidien qu'elle a pu supporter en Russie.
    Je dois avouer que les passages où nous nous trouvions dans les souvenirs de Nina ont été vraiment instructifs. J'aimais beaucoup m'y trouver malgré l'ambiance qui pouvait parfois en ressortir, cette oppression de l'URSS qui n'autorisait pas d'autre manière de penser que celle qu'elle dictait. Franchement, on en apprend et on réalise un petit peu mieux ce que pouvait être la vie là-bas. À peine, bien sûr, puisqu'en plus, cela concerne une ballerine, une femme qui n'est pas ouvrière, mais quand même, on voit aussi les décalages et je pense qu'il y a une certaine fidélité par rapport à ce qui a pu réellement se passer là-bas.
    Concernant les personnages, je dois vous avouer que Nina, au départ, je ne savais que trop penser d'elle. Cela a été un peu le cas tout au long du bouquin, entre son présent et son passé, on ne sait pas tellement si on doit l'aimer ou non. Cela dépend de ce qu'elle revit, qu'elle réalise, comment elle réagit face aux autres… mais au final, on s'attache véritablement à elle. Sa vie n'a pas été un long fleuve tranquille mais elle en est quand même arrivée là. Et on finit par souffrir avec elle.
    Drew, quant à elle, nous devient de plus en plus sympathique au fur et à mesure que nous la découvrons, puisqu'au départ, nous sommes comme Nina, légèrement antipathiques face à elle. Elle m'agaçait, puis quand on apprend à la connaître au travers d'une histoire pas si simple non plus, on change de regard. Surtout quand elle vient à rencontrer Grigori.
    Grigori, lui, a parfois attiré ma pitié, puis mon intérêt, et j'ai fini par m'attacher aussi à lui. Il est particulier, mais il a quelque chose qui fait qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer un peu, au moins…
    Chacun des personnages a des particularités, et je dois avouer que j'ai aussi beaucoup apprécié Viktor, Gersh et Vera. Ils font partie du passé de Nina, mais je trouve qu'ils sont importants. Et ils le sont, c'est un fait !
    Vous comprendrez donc que ce bouquin très bien ficelé autour de la vente aux enchères ne peut qu'intriguer. Oui, c'est vrai, il intrigue et on est super étonné parfois de découvrir des éléments auxquels on ne s'attendait pas. Tellement qu'à des moments, c'en est limite insupportable. Hier soir, pendant les 100 dernières pages, j'ai vraiment eu le sentiment de me faire balader entre les suppositions, la vérité et les doutes ! J'en avais mal pour Nina, en même temps je lui en voulais, et quand j'ai appris que c'était pas ça, j'en avais encore plus mal et on lui en veut tout en l'excusant presque… je pressentais la fin horrible. Est-elle horrible ? Non pas, mais je dois avouer que j'aurais voulu une dizaine de pages en plus pour nous permettre de terminer autrement le roman. Pour moi, il manquait un petit truc que je ne saurais expressément qualifier. J'ai eu l'impression que l'histoire s'arrêtait au milieu d'une phrase, et qu'il manquait juste les 3 derniers mots pour en comprendre parfaitement le sens…
    Aussi, même si tout se conjugue pour faire de cette histoire une superbe histoire avec 3 personnages et des va-et-vient entre le présent et le passé, il manquait quelque chose pour rendre le roman addictif. Je n'avais pas spécialement envie de m'y replonger à chaque fois que je m'arrêtais, ni l'envie de sauter des pages pour en connaître véritablement la fin. J'ai apprécié ses qualités et la manière dont tout était organisé, mais il manquait cette petite étincelle pour faire que ce livre m'aurait fait rêver… Je ne peux pas dire que je n'ai pas réellement rêvé, mais pas entièrement. C'était des petits bouts, pas un ensemble.
    En conclusion, il s'agit quand même d'un superbe roman très bien monté, avec ses mystères et ses révélations que vous ne pourrez pas forcément anticiper, qui vous fera passer par une palette d'émotions contradictoires et vous attendrira face aux petites histoires d'amour que vous pourrez y trouver.
    Rythmée par la vente aux enchères des bijoux de Nina, l'histoire d'Un papillon sous la neige saura en charmer plus d'un encore, et je recommande ce bouquin pour tous ceux qui aiment les romans de trahisons, de mystère sur fond de Russie de Guerre Froide mis en parallèle avec notre époque. Ce sera un 15/20 pour moi !

    Lien : http://leden-des-reves.blogspot.fr/2014/11/un-papillon-sous-la-neige..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par EnjoyBooks, le 27 janvier 2014

    EnjoyBooks
    Un papillon sous la neige de Daphne Kalotay. (Genre : Drame, Historique).
    Editions : France Loisirs
    Prix : 8,40€ version poche
    Année de parution française : 2010
    Année de parution originale : 2010
    Titre version originale : Russian Winter.
    .Résumé : du Moscou des années 1950 à Boston aujourd'hui, le tumultueux destin d'une ballerine : passions, secrets et trahisons, une belle saga romanesque qui mêle émotions et mystères. A Boston, Nina, une ancienne étoile du Bolchoï surnommée Papillon, met aux enchères ses précieux bijoux emportés lors de son exil. C'est alors que Grigori, un homme d'origine russe, la contacte pour lui poser la plus incroyable des questions : est-il l'enfant qu'elle aurait abandonné ? Chassé par la danseuse, Grigori bien décidé à découvrir la vérité, va fouiller dans la vie de Papillon en Russie, un passé fait d'énigmes et de secrets. Pourquoi s'est-elle enfuie de son pays ? Quel est le mystère qui entoure la mort de son mari Viktor ? En levant peu à peu le voile sur ce terrible destin, Grigori apprendra que la réalité se cache toujours là où on ne l'attend pas…
    .Mon avis : Ce livre était dans ma pile à lire depuis mars 2013, si je me souviens bien. C'est un roman qui change complètement de mon genre habituel et en période hivernal j'aime bien varier mes genres de lecture. Il me tentait grandement de part sa couverture qui chez France Loisirs est magnifique. Et son résumé était aussi intrigant. Mais je dois dire, que je ressors assez mitigé de ma lecture. Je ne m'attendais pas à lire cela, à ce que ce soit agencé de cette manière là.
    .Ce qui m'a de suite déplu c'est la narration à la troisième personne qui ne met pas en valeur l'histoire présentée. Cette écriture met une grosse barrière entre les personnages qu'on va nous présenter. J'ai eu du mal à m'attacher au début à Nina, Grigori, Drew… Cette narration fait que le début a été assez brouillon dans ma tête. Je n'ai pas su identifier correctement les personnages lors des différents retours en arrières qu'on peut avoir dans le livre. Pour moi, la narration n'apporte que du bonus au bout des trois cent premières pages quand l'histoire commence enfin à être intéressante. Et c'est bien dommage…
    .Pendant les trois cents premières pages du livre, il ne se passe rien d'intéressant et c'est ce qui m'a le plus chagriné. J'attendais un élément déclencheur, révélateur, un élément qui aurait fait avancer l'histoire, mais rien n'est venu. L'auteure met longuement en place les relations entre les personnages, leurs habitudes, leurs passions. Et insère, pour moi maladroitement, des retours en arrière dans la Russie des années 1950. Je dis maladroitement parce qu'aucune annonce n'est faite lors de ces flash-back et parfois, je lisais en me rendant compte que je suivais non pas la Nina de Boston mais la Nina de 1950. Seul un saut de ligne est fait, et je pense que l'agencement du roman aurait pu être autre, pour mettre plus à l'aise le lecteur.
    .En ce qui concerne les personnages, j'ai eu du mal à m'y attacher. Notamment à cause de la narration à la troisième personne mais aussi du fait qu'il y en ait beaucoup. En comptant le présent et le passé dans l'histoire, ce n'est pas moins de 10 personnages si ce n'est plus, qui sont rentrés en scène. Je me rends compte en faisant ma chronique que je me suis attaché à Nina, à Grigori et aussi à Drew mais peu aux personnages des années 1950. Attention, mon attachement pour eux n'a été effectif qu'à partir du livre 2 soit la 300ème page sur un total de 580. Leur attachement vient aussi de leur relation… mais je n'en dirai pas plus.
    .Ce que j'ai par contre adoré c'est tout le contexte russe lors des flash-back. On sent la pression stalinienne, on sent la passion de la danse (bien que j'aurai aimé qu'elle soit plus abordée), on sent le contexte de crise. C'est une traversée historique qui aura eu le mérite de me plaire et de dépeindre parfaitement la Russie sous l'emprise du rideau de fer. C'est ce côté historique que je recherchais avec cette lecture et il m'a convaincu, notamment grâce aux recherches qu'a pu faire l'auteure. Daphne Kalotay a aussi beaucoup travaillé sur les bijoux qui sont au cœur du récit ainsi que l'univers du ballet des années 1950.
    .Une fois passée les 300 premières pages tout s'accélère et on se prend vraiment au jeu des révélations et des trahisons. Je me suis posé beaucoup de questions sur ce Grigori qui est un personnage qui m'a énormément plu. L'auteure a su m'embarquer dans une solution qui n'était en fait pas la bonne. Et il est vrai que c'est grâce à son style accessible et recherché que l'histoire est devenue de plus en plus riche. Les 280 dernières pages sont vraiment prenantes et on a qu'une hâte, c'est découvrir qui sont les parents de Grigori. Pour ma part la fin est ratée. Même si elle finie sur une jolie note positive et d'amour, je m'attendais à ce qu'on en sache plus. Je m'attendais à ce qu'un évènement se passe, pour qu'on ait une explication d'un certain point de vue. Mais malheureusement cela n'a pas été le cas et j'en suis quand même déçu.
    .Pour finir, je ne sais pas si je dois vous conseiller ce livre. Si les 300 premières pages ont été laborieuses, la suite m'a quand même énormément plu. Je me suis pris d'affection pour les personnages et la tension, les révélations et le suspense sont là, jusqu'à la révélation finale. C'est à vous de voir à présent si l'univers du ballet russe, des bijoux et du rideau de fer vous tente ou non…

    Lien : http://enjoybooksaddict.blogspot.fr/2014/01/chronique-un-papillon-so..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par AmandineMM, le 19 juillet 2012

    AmandineMM
    Après la lecture assez forte que fut le cœur régulier d'Olivier Adam, j'ai choisi d'enchaîner avec une autre beaucoup plus légère : pour cela, Un papillon sous la neige de Daphne Kalotay qu'on venait de me donner me semblait parfait. J'ai en effet passé un agréable moment en sa compagnie, malgré quelques détails qui m'ont fait hausser les sourcils.
    Ce roman met en scène trois personnages, dont le plus intéressant est de loin l'ancienne ballerine, Nina Revskaïa, dont j'ai beaucoup aimé découvrir le passé grâce à de fréquents flash-back tout au long de la narration. de son enfance en URSS à sa vieillesse aux États-Unis, l'ensemble de sa vie est parcouru ou presque : son apprentissage de la danse, son ascension progressive dans cet univers artistique, son mariage, sa vie sous le régime de Staline, et enfin sa fuite en Occident. le cadre historique est vraiment bien posé et on sent que l'auteure s'est bien renseignée avant d'écrire son texte (elle cite d'ailleurs ses sources à la fin de l'ouvrage). C'est néanmoins l'univers de la danse et l'envers du décor qui m'a intéressée avant tout, ainsi que les relations qu'entretenaient les danseuses entre elles : de belles amitiés comme de féroces rivalités.
    Ces souvenirs sont entrecoupés par l'intrigue principale et par le point de vue centré sur deux autres personnages : Drew, la jeune femme chargée de la vente aux enchères des bijoux de Nina Revskaïa, et Grigori, un professeur de lettres russes persuadé d'être le fils de la célèbre ballerine. Tous deux s'intéresseront donc au passé de cette dernière et y feront une découverte « étonnante ». Je place des guillemets pour cet adjectif, car l'intrigue m'a paru assez prévisible : j'avais deviné dès les cinquante premières pages que les deux jeunes gens tomberaient amoureux et à la moitié du livre quel était le secret ou presque. Ce n'est pas cela qui a rendu ma lecture moins agréable, bien que j'appréciais moins ces passages du roman.
    Ce qui m'a dérangée est principalement lié au style d'écriture et à la traduction : les passages d'un personnage à l'autre ou du présent à l'autre ne sont pas toujours très clairs notamment. Ils se font par un changement de paragraphe et un retour à la ligne, mais lors d'un changement de page, cela ne fonctionne pas. J'aurais donc préféré un marquage typographique plus clair ou au moins des transitions moins abruptes dans la narration. Celle-ci est prise en charge par un narrateur extérieur centré sur l'un des trois personnages principaux : en prenant en compte ce fait, je ne comprends pas le choix (de l'auteure et/ou de la traductrice ?) du terme « mère » sans déterminant dans les flash-back. Que Nina Revskaïa s'adresse à sa mère de cette façon dans les dialogues, cela me semble logique, mais pas pour le narrateur. Enfin, un passage m'a vraiment fait hausser des sourcils :
    J'imagine que tu es au courant pour son soi-prétendu amour. [p. 351.]
    Je comprends tout à fait que des coquilles passent parfois inaperçues même après plusieurs relectures, mais cette erreur-ci me semble tout de même assez énorme pour être remarquée et surtout ne pas être commise par une traductrice ! J'ose espérer qu'elle a été corrigée dans les rééditions, s'il y en a eu.

    Malgré ces petits défauts, je vous conseille ce premier roman si le genre vous plaît et si vous cherchez une lecture historique légère.


    Lien : http://minoualu.blogspot.be/2012/07/un-papillon-sous-la-neige-daphne..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par zikline, le 08 juillet 2013

    zikline
    J'ai toujours adoré les récits qui mêlent histoire et Histoire. Dans "Un papillon sous la neige", je suis servie. L'histoire de cette ancienne ballerine qui a fui son pays, la Russie, m'a parfois presque tiré des larmes.
    La moitié du livre se déroule de nos jours, à Boston, l'autre moitié se passe dans les années 40-50 en Russie. Les 2 récits se mêlent d'une façon extrêmement fluide, parfois trop : je me suis parfois tellement laissée emporter par le récit de la jeune ballerine que quand l'auteur revenait au présent, il me fallait 1 ou 2 paragraphes complets pour m'en rendre compte. Et croyez-moi, la lecture de certains paragraphes se fait complètement différemment selon qu'on est "aujourd'hui" ou "hier".
    Les personnages sont très attachants : la ballerine avec tous ses secrets, Grigori qui voudrait bien découvrir son histoire, Drew, celle qui aime les objets surtout quand ils racontent une histoire, et tous ces personnages du passé, Victor, Vera, Gersh... Tous nous apprennent quelque chose sur la Russie d'hier, ou sur l'Amérique d'aujourd'hui. Et bien sûr, ce qu'on apprend sur la Russie d'hier n'est pas bien reluisant, on s'y attendait.
    L'histoire est très bien menée, se lit avec un grand plaisir. Et j'ai beaucoup aimé le fait que tous les chapitres sont introduits par la description d'un des bijoux que vend Nina, l'ancienne ballerine. On aurait presque l'impression d'être plongé dans le supplément attaché à la vente aux enchères, et cela nous donne une réelle envie de voir ces bijoux, pour qu'eux mêmes nous racontent leur histoire.
    Un livre qui m'a passionnée, surtout pour le côté historique de la vie en Russie sous Staline, mais aussi (un peu, oui, j'avoue), pour le côté fleur bleue de certains passages. Enfin, ces passages m'ont plu parce qu'il n'y en a pas des centaines non plus. On ne se refait pas !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par aviduslector, le 18 avril 2013

    aviduslector
    Deux histoires parallèles.
    Une personne âgée, ancienne danseuse, se plonge dans les souvenirs au terme de sa vie. L'autre un professeur d'université est à la recherche de son histoire familiale. Tous deux originaires de Russie ils nous plongent tour à tour dans leur souvenirs, mais quel lien les unit ? Curieux dénouement qui n'est pas forcément celui que l'on attend.
    Nous découvrons ici le monde de la danse en Union soviétique avec tout ce que cela implique d'abnégation tant pour la danse que pour le régime politique.
    Les allers-retours dans le temps sont parfois rapides et trop courts.
    Un livre sans grande prétention mais agréable à lire et qui offre un bon moment de détente
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par le-plaisir-de-lire, le 10 octobre 2011

    Presque toute ma vie, je me suis interrogée sur mes parents naturels, je me suis demandé qui ils étaient, à quoi il ressemblaient. Mais depuis que j'ai mes enfants, c'est fini. Il me suffit de les regarder pour avoir la réponse. Je la lis sur leurs visages, dans leurs personnalités. Tout ce qui ne leur vient pas de Rick et de sa famille doit venir de mon côté. Ce sont mes enfants qui, finalement, me montrent mes origines.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par boulon, le 12 mars 2013

    - Voici Nina Timofeïevna Revskaïa, notre papillon.
    Un critique l'a surnommée ainsi la semaine précédente, et il a dû lire l'article -"La grâce de Nina Revskaïa, sa légèreté, ses grands jetés aériens donnent parfois l'impression qu'elle vole. Elle accompagne chacun de ses mouvements, physiquement et émotionnellement."

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par pattypp7, le 18 mars 2013

    Vivre pour dire la vérité .... chacun de ses poèmes était un message qui avait franchi un mur, qui s'était échappé de prison, qui avait survécu pour partager avec le reste du monde ce qu'il savait. Tant d'autres - citoyens ordinaires ou poètes - ne l'avaient pas fait.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par steph89, le 07 janvier 2014

    Le bouton commençait déjà à s'ouvrir à cause de la proximité du radiateur; Nina supposa qu'il ne durerait pas longtemps. Finalement, n'était-ce pas comme l'amour lui-même ? La floraison soudaine, suivie de la chute des pétales, l'un après l'autre, d'abord, puis, subitement, tous ensemble.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Ingrid91, le 24 août 2013

    La solution à un problème s'imposait parfois avec une telle évidence qu'on ne pouvait s'empêcher de penser qu'on la portait en soi depuis le début.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
4,50 € (neuf)
4,21 € (occasion)

   

Faire découvrir Un papillon sous la neige par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (131)

> voir plus

Quiz