Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020803011
Éditeur : Editions du Seuil (2012)


Note moyenne : 4.05/5 (sur 22 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L'historien Ian Kershaw livre un grand récit de la fin de la guerre.
De l’attentat manqué contre Hitler, le 20 juillet 1944, à la capitulation du 8 mai 1945, l’Allemagne tombe peu à peu dans la folie meurtrière et la destruction.

C’est un pays tou... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par akhesa, le 02 février 2015

    akhesa
    A un moment donne au cours d'un conflit,un pays vaincu se resout presque toujours a capituler.L'autodestruction par la poursuite des combats jusqu'a la fin,jusqu'a la devastation quasi totale et l'occupation complete par l'ennemi est extremement rare!C'est pourtant ca que firent les Allemands en 1945.Pourquoi?Pourquoi les ordres autodestructeurs d'Hitler etaient-ils encore suivis?Quels mecanismes de pouvoir lui permettraient de determiner le destin de l'Allemagne quand il etait clair,pour tous ceux qui avaient des yeux pour voir,que la guerre etait perdue et que le pays etait ravage?Jusqu'ou les Allemands etaient-ils prets a soutenir Hitler,sachant bien qu'il conduisait le pays a la destruction?Continueraient-ils a le soutenir de leur plein gre?Ou y etaient-ils simplement contraints par la terreur?Comment et pourquoi les forces armees continuerent-elles de combattre et la machine gouvernementale de fonctionner jusqu'a la fin?
    Parmi toutes les raisons expliquant que l'Allemagne ait pu et voulu combattre jusqu'a la fin,ces structures du pouvoir et les mentalites sous-jacentes sont les plus fondamentales.Tous les autres facteurs(soutien persistant de la base a Hitler,le ferocite de l'appareil de terreur,la domination accrue du parti,le role eminent joue par le quadriumvirat Borman-Speer-Himmler-Goering,l'integration negative produite par la peur d'une occupation bolchevique ou l'empressement indefectible des hauts fonctionnaires et des chefs militaires a continuer d'accomplir leur devoir quand tout etait manifestement perdu et etaient,en fin de compte subordonnes a la maniere dont etait structure le regime charismatique du Fuhrer et a son mode de fonctionnement dans sa phase d'agonie.L'attrait charismatique de Hitler aupres des masses s'etait de longue date dissous,mais les mentalites et les structures de son pouvoir charismatique perdurerent jusqu'a sa mort dans le bunker.Diviser,les elites dominantes ne possedaient ni la volonte collective ni les mecanismes de pouvoir pour empecher Hitler d'entrainer l'Allemagne vers la destruction totale
    Tres bien ecrit,d'une lecture aisee;tres interessant
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bigmammy, le 22 septembre 2012

    Bigmammy
    Ian Kershaw, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Sheffield, est l'auteur d'une biographie d'Hitler qui a fait avancer la compréhension du personnage (1999-2000). Il a publié en 2009 un essai brillant intitulé « Choix fatidiques » où il explique comment se sont formées, au Parlement britannique, dans l'Etat-major impérial japonais, dans l'esprit de Hitler, de Staline, ou de Mussolini, les décisions qui ont orienté le cours de la Seconde guerre mondiale.
    L'ouverture des archives que nous devons à l'effondrement du Bloc soviétique enrichit les sources des historiens : ici, ce sont une foule de rapports sur l'opinion publique dans l'Allemagne en décomposition de 44-45, les interrogatoires des généraux nazis, les échanges sur les réseaux de commandement de l'armée ou des SS, qui permettent à l'auteur de dresser un tableau fiable de l'esprit public.
    Pourquoi l'Allemagne, dont la situation était compromise dès l'été 44 (débarquement en Normandie, immenses pertes en Russie) a-t-elle tenu jusqu'en mai 45, en jetant sa jeunesse et sa population civile dans la fournaise (la moitié environ des pertes militaires, ainsi que la moitié des pertes par bombardements aériens, se situent dans cette période fatale) ?
    Le sens de l'organisation, du devoir et de la discipline n'expliquent pas tout. Kershaw appelle notre attention sur d'autres facteurs :
    - l'absence de solution négociable : aussi bien les buts de guerre nazis (domination de l'Europe, anéantissement de l'URSS) que l'accumulation des crimes (Solution finalew contre les Juifs, traitement des populations russes et des Résistances européennes) rendaient impossible et même inconcevable, de la part de tous les protagonistes, toute paix de compromis, ce que les Alliés occidentaux avaient d'ailleurs constaté, en 1943, par l'exigence d'une capitulation sans conditions ;

    - la peur multiforme : celle des Soviétiques, dont les premières exactions sur la population de Prusse Orientale confirmeront la réalité, mais aussi la peur de l'appareil nazi, organisé de main de maitre par le « quatuor » Bormann, Himmler, Goebbels, Speer, et qui pendra encore les « traitres » en avril 45, face aux lignes américaines ;

    - l'espoir d'un miracle par les « armes nouvelles » et la confiance dans le charismatique Führer, qui refusait obstinément de sortir de la « guerre totale ».
    Le suicide du Führer, le 30 avril 1945 ; viendra dénouer la situation, en permettant aux chefs militaires de négocier avec les Alliés, alors que l'Allemagne n'existe déjà plus.
    Un livre passionnant pour tous ceux qu'intéresse le drame de la Seconde guerre mondiale.
    A noter l'effort rare, chez les éditeurs, de présentation de cartes parlantes, et d'excellentes photos.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par zenzibar, le 30 mai 2014

    zenzibar
    Ce livre traite de la fin du III Reich en essayant de répondre à une vraie interrogation, comment l'Allemagne a pu poursuivre les combats après l'été 1944, alors qu'elle avait manifestement subi deux défaites dantesques à l'Ouest en Normandie et à l'Est en Biélorussie, qui, logiquement auraient du être fatales ?
    Cette interrogation est légitime car comme le rappelle l'auteur, entre juillet 1944 et mai 1945, du seul côté allemand, près de la moitié des pertes totales furent subies dans cette période, et on parle de millions de victimes. Au-delà de cette hécatombe, les souffrances atteignirent un niveau inimaginable et ce jusqu'aux derniers jours dans un chaos à son paroxysme.
    En particulier, les bombardements massifs, facilités d'un point de vue opérationnel par les bases de départ possibles de France et de Belgique et la neutralisation quasi-totale de l'aviation allemande, provoquèrent des massacres en masse de la population civile ; il suffit de mentionner le brasier de Dresde pour mesurer la dimension du tribut sanglant de cette période.
    Ce livre ne traite pas des aspects militaires proprement dits, des ouvrages comme celui de Beevor sur la bataille de Berlin ou de Thorwald (la débâcle allemande) sont très complets sur la description des opérations
    Quatre éléments d'explication peuvent être mis en évidence.
    Le premier tient au régime de terreur, dont l'efficacité dramatiquement redoutable rendait toute velléité d'opposition collective quasi impossible. A cet égard, la répression post attentat du 20 juillet 1944 avait anéanti l'opposition existant au sein de la wehrmacht. le périmètre du III Reich se rétrécissant, le régime de terreur fut en quelque sorte rapatrié et concentré sur la population allemande et les millions d'esclaves non allemands asservis sur ces territoires, ouvriers forcés, prisonniers et déportés. Il n'existait pas de résistance suffisamment structurée pour organiser une révolution.
    Cette soumission était favorisée, il s'agit du second point d'explication, par la conscience aiguë que le régime avait atteint le point de non retour et qu'il ne pourrait pas y avoir de solution négociée. C'était particulièrement vrai du réseau des dirigeants nazis, grands et petits dont les excès sanglants ne leur offraient aucune espérance en dehors de ce régime barbare.
    On retrouvait un sentiment comparable dans les troupes engagées sur le front de l'Est qui avaient toutes participé ou au moins assisté aux atrocités commises en URSS à l'encontre des juifs, des populations civiles, des prisonniers de guerre. Cette guerre n'était pas conventionnelle, il s'agissait d'une lutte à mort, et les soldats allemands redoutaient, à juste titre, que les soldats soviétiques se vengent sans la moindre pitié, non seulement sur eux mais aussi sur les populations civiles qui n'allaient pas tarder à être exposées. Il n'y avait par conséquent pas d'alternative à l'Est, il fallait combattre et mourir, avec le seul espoir dans la période finale que les anglo américains arriveraient à Berlin avant les russes. Certains en haut lieu eurent même le rêve chimérique d'un renversement des alliances contre le « bolchévisme ».
    Le troisième facteur fut lié à la valeur combattante de la wehrmacht. Jusqu'au mois de mars 1945, elle fit preuve d'une efficacité redoutable, malgré des moyens humains et matériels très en dessous de leurs adversaires, qui disposaient de ressources quasi inépuisables. La qualité des armes allemandes était souvent supérieure. Cette qualité était elle même liée à l'efficacité de l'industrie de l'armement dirigée par Speer et ses équipes avec une compétence remarquables eu égard aux contraintes de plus en plus fortes. Il est vrai que l'industrie pu utiliser une armée d'esclaves.
    Enfin le dernier paramètre concerne certaines orientations stratégiques des alliés. A l'Ouest, ils tardèrent à refermer la poche de Falaise empêchant l'anéantissement de la quasi totalité des forces allemandes et le choix de l'opération de Montgomery à Arnheim ferma la porte de l'Allemagne pour de longs mois, cet échec permettant aux troupes allemandes de se réorganiser. A l'Est Staline arrêta l'offensive aux portes de Varsovie pour laisser la résistance polonaise se faire massacrer. Là aussi après l'anéantissement des armées dans le cadre de l'opération Bagation, l'Allemagne était grande ouverte.
    Un livre très intéressant pour qui s'intéresse à cette période noire de l'histoire, avec toutefois une déception. En dépit de l'annonce de consultation de sources inédites, il n'y a pas véritablement d'éléments novateurs dans les faits et analyses de Ian Kershaw
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Rolienne, le 25 novembre 2012

    Rolienne
    Ce livre explique comment la politique jusqu'auboutiste des dirigeants nazis a mené l'Allemagne à sa propre destruction barbare et inutile. La guerre aurait pu se terminer un an plus tôt. Des millions d'allemands et tout un patrimoine germanique auraient alors été épargnés par les terribles raids alliés et de la cruelle vengeance soviétique. Mais le fanatisme idéologique des dirigeants hitlériens conjugué à leur sens dégénéré du devoir et de l'honneur ont terrorisé les civils allemands, les empêchant de se révolter comme en 1917 et les poussant au chaos d'une résistance extraordinaire car désespérée. En préférant la politique de la "terrre brûlée" plutôt que la négociation et la retraite, on voit comment les chefs nazis ont plongé tout un peuple dans la folie meurtrière, déchaînée cette fois contre elle-même. Les civils et soldats allemands martyrs après avoir martyrisés...
    En refermant ce livre où l'on apprend beaucoup sur les mécanismes de dérapages inhumains dans le cadre légal d'un pouvoir absolu, le lecteur s'interroge sur les modalités d'un vivre-ensemble de ceux qui, après avoir d'abord fait tant souffrir, ont ensuite tant souffert eux-mêmes, et chaque fois pour les mêmes raisons.
    La leçon de ces 40 millions de morts en Europe de la deuxième guerre mondiale, c'est qu'il est possible -même avec des grosses ficelles et des panneaux indicateurs fumeux- de faire volontairement s'embarquer les peuples à destination de leur propre enfer. Il n'est pas interdit d'établir là un lien avec l'actualité.
    © Patricia JARNIER- Tous droits réservés- 24 novembre 2012
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cannibalector, le 29 novembre 2012

    cannibalector
    en septembre1944,les allies sont sur les frontières ouest et est du Reich,les villes allemandes sont sans cesse bombardées ;ça sent la fin!
    pourtant, le régime nazi va encore tenir 8 mois avant de capituler
    pourquoi et comment?
    C'est à cette thématique que kiershaw va répondre
    avec sa rigueur et son brio habituel
    vous avez aime ce livre et découvrez cet historien:lancez vous dans son oeuvre magistrale:"Hitler"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • LeMonde , le 19 novembre 2012
    Un maître-livre, vraiment, exemplaire de rigueur et de souci du récit.
    Lire la critique sur le site : LeMonde

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par akhesa, le 07 février 2015

    Si la guerre est perdue,le peuple allemand est perdu lui aussi.Le destin est irreversible.Il etait donc inutile d'assurer non l'existence future,meme la plus rudimentaire.Au contraire,mieux valait detruire ses fondements meme car le peuple s'est revele faible et l'avenir appartient exclusivement au peuple de l'Est qui s'est montre le plus fort.Ceux qui resteront apres ce combat,ce sont les mediocres,car les bons sont tombes
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par akhesa, le 04 février 2015

    Tout embusque doit savoir qu'il sera tres probablement pris dans le pays et perdra alors sans doute sa vie.Sur le front,mourir n'etait qu'une possibilite.Au pays,celui qui se derobait a son devoir s'exposait a une mort certaine,et au deshonneur.C'est seulement quand ce message aura penetre toutes les consciences que nous maitriserons cette maladie de la lachete

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par akhesa, le 08 février 2015

    Les epaves humaines qu'ils avaient sous les yeux ressemblaient aux caricatures de"sous-hommes"qu'une propagande incessante ne cessait de leur enfoncer dans le crane.Beaucoup continuaient de maniere perverse a voir en eux une menace,malgre leur evidente fragilite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par akhesa, le 28 janvier 2015

    Les meres Allemandes devraient maudire le jour ou elles ont enfante un fils!Aux Allemandes de voir maintenant les horreurs de la guerre!Qu'elles fassent l'experience de ce qu'elles ont voulu pour les autres!

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par akhesa, le 02 février 2015

    Phenomene de masse et acte de vengeance qui passaient par la volonte d'infliger une humiliation maximale a la population masculine vaincue,le viol des femmes,jeunes et vieilles;souvent a plusieurs reprises,fut une caracteristique terrible de la premiere rencontre avec les conquerants sovietiques

    Commenter     J’apprécie          1 3         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Ian Kershaw

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Ian Kershaw


MPAGE-20121015-1820_0.mp4
Payot - Marque Page - Ian Kershaw - La fin








Sur Amazon
à partir de :
21,90 € (neuf)
19,99 € (occasion)

   

Faire découvrir La fin : Allemagne 1944-1945 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (67)

> voir plus

Quiz

    Petites guerres

    Cet auteur anglais a publié Little Wars, le tout premier wargame pour figurines de l'histoire, pour jouer avec ses soldats de plomb et ses canons à ressort. Et ça donne son nom à ce quiz !

    •   H. G. Wells
    •   J.R.R. Tolkien
    •   Agatha Christie

    7 questions - 40 lecteurs ont répondu
    Thème : guerre , jeux , stratégie militaire

    Créer un quiz sur ce livre.