Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226301917
Éditeur : Albin Michel (2013)


Note moyenne : 4/5 (sur 50 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le Dôme :

personne n'y entre, personne n'en sort.À la fin de l'automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu'est ce dôme t... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par sassenach, le 13 décembre 2013

    sassenach
    La journée du samedi 21 octobre avait commencé sous les meilleurs augures pour la petite ville de Chester's Mill, dans le Maine. Certains habitants étaient partis à la ville voisine pour faire des courses ou aller au marché, l'équipe de pompiers était en exercice à Castle Rock et d'autres, par contre, étaient venus à Chester's Mill pour profiter des belles couleurs de l'été indien. Claudette, la femme du premier adjoint municipal, suit son cours de pilotage avec son instructeur et survole la ville quand leur avion s'écrase soudainement contre un mur invisible. Une barrière vient d'apparaitre, suivant les limites de la ville de Chester's Mill et la coupant du reste du monde. Dale Barbara, un ancien militaire, qui était en train de quitter la ville à pied suite à une bagarre avec une bande de jeunes du coin la veille au soir, est témoin de L'Accident
    Ah, je me demande bien pourquoi je n'ai pas sorti plus tôt ce pavé de ma PAL ! Bon, je sais : c'est parce que c'est un pavé, qu'il n'est jamais facile de trimballer un pavé partout où on va et que j'ai allié sport et lecture pendant une dizaine de jours, le temps que j'en vienne à bout. Et malgré son poids (1,7 kg … je l'ai pesé !), je l'ai dévoré et n'attendais que le moment de m'y replonger dedans tous les jours ! Mais c'est Stephen King et l'homme est doué pour entrainer ses lecteurs dans ses histoires. Dès le départ, la mise en place du dôme ne se fait pas sans pertes humaines et animales et on est intrigué par cette barrière. Mais ce qui m'attirait surtout, c'était de découvrir la vie d'une petite ville coupée du monde, avec les difficultés que cela entraine, en sachant que cela va forcément provoquer des tensions. Il faut dire que King a créé un méchant bien pourri, le second adjoint municipal Jim Rennie, qui m'a très vite porté sur les nerfs. Je n'arrêtais pas de dire à mon chéri : « Oh, il m'énerve, celui-là … et je n'en suis qu'à la page 150 … je ne vais jamais réussir à tenir jusqu'au bout tellement il m'agace ! ». Mais si Jim Rennie a des tonnes de défauts et aucune conscience, il est très crédible … voire même trop crédible ! Il fait froid dans le dos et il m'a parfois rappelé certaines personnes réelles et connues ! C'est fascinant de voir comment il est capable de manipuler les gens et comment ce dôme peut effrayer les habitants, qui ont alors besoin de se voir « diriger » par un meneur. Bien sûr, avec Stephen King, on sait que s'il y a un méchant, il y aura forcément un gentil pour s'y opposer et ce sera, bien sûr, Dale Barbara, l'ancien militaire. Les clans font se former et certaines scènes et réactions ne sont pas sans rappeler des moments de l'Histoire. L'auteur est vraiment doué pour créer des personnages aux dimensions multiples et très réalistes. Je me suis donc régalée à voir évoluer tous ces personnages (et ils sont nombreux). Il y a aussi les enfants qui ont tous des crises pendant lesquelles ils voient tous les mêmes choses : il semble qu'un drame se prépare (on se doute vite de ce qui va arriver) et ce suspense m'a poussé à dévorer les pages encore plus vite si c'était possible ! Et ce drame, quand il survient enfin, j'avoue qu'il m'a secoué émotionnellement, même si je voyais que les ficelles étaient peut-être un peu faciles, un peu éculées mais je n'ai, malgré tout, eu aucun mal à être touchée par ce qui se passait et à m'imaginer la détresse et la peur. Par contre, j'ai été un peu plus dubitative quant à l'explication du dôme, même si elle est totalement possible. L'idée est intéressante mais je l'ai trouvée un peu trop maladroitement présentée et la fin un peu trop brutalement amenée. Toutefois, vu le nombre de pages du roman, je pense qu'il aurait difficile pour King de s'étaler encore sur plusieurs chapitres. Dans tous les cas de figures, les quelques petites choses qui m'ont peu convaincue ne sont pas suffisantes pour tempérer l'excellente impression que je garde de cette lecture !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Ellane92, le 15 novembre 2013

    Ellane92
    J'ai été personnellement déçue par ce dernier roman de S. King. Il y a manqué le petit élément « fantastico-horrifique » qui fait généralement frissonner quand la fenêtre claque brusquement, le méchant vraiment très méchant (Flagg dans Le fléau, le Clown dans Ca…) et le/les héros un tant soit peu charismatiques, ce qui était « la patte » de l'auteur dans ses anciens romans (Ca, Le fléau, La part des ténèbres, Simetierre, Shinning…). Là, j'ai plutôt eu l'impression de lire une histoire qui critique la société actuelle (quelque chose du genre « les moutons ont le berger qu'ils méritent »), où chacun, à peu d'exception près, essaie de tirer profit (ou a minima, de s'en sortir le moins mal possible) de chaque situation.
    Le 1er tome de 650 pages n'en finit pas de commencer le livre : à mon sens il ne s'y passe rien, rien d'autre que la mise en place de l'histoire. le 2nd tome, que j'ai préféré, est également léger en action, et surtout, il n'y a pas beaucoup de surprises, d'imprévus : l'histoire lancée continue de façon classique, jusqu'au dénouement final de ce qu'il advient de la ville, et que l'on voit arriver gros comme une maison dès le début du second volume. Quant à la toute fin, elle fait référence à une sorte de pseudo-mysticisme ésotérique dont on se demande ce qu'il fiche là...
    Je suis sans doute passée à côté de l'intérêt de l'histoire et du livre.
    Il n'empêche qu'il reste quand même la talent incontestable de conteur de S. King, ses formulations géniales, son sens de l'humour décalé et cynique, qui font que je n'ai pas eu l'impression d'avoir perdu mon temps.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par antihuman, le 22 août 2013

    antihuman
    Non, vous ne rêvez pas. Il s'agit bien d'un roman de Stephen King... Et l'on y trouve, dans le désordre, des policiers violeurs, des fonctionnaires véreux (à la tête d'une armée de harceleurs en marketing qui ont tous les droits), des bons bourgeois au-dessus de tout soupçon qui pillent dans les magasins - et qui pour terminer se battent entre eux pour des gaufres congelés -, toute une espèce de profiteurs protégés par le système, des citoyens envahis, un sheriff mis à l'écart, des médias qui mentent, etc. etc. etc.
    L'intrigue raconte comment une petite ville du Maine, Chester Mill, se retrouve soudain recouverte d'un dôme et ce sans la moindre raison. Pendant donc que le célèbre écrivain nous explique comment tout cela a pu se passer, tout en forgeant maintes et maintes théories pour instruire COMMENT et PAR QUI, les innombrables points-de-vues font florès parmi les chapitres et provoquent d'ailleurs, le plus souvent, l'action. Sauf que c'est là que le bât blesse, parceque si les fidèles de King ont l'habitude de cette situation tragique, les autres pourraient trouver plus consistant d'aller un peu plus loin dans un récit qui rappellera, par ailleurs, pour quelques uns de ses aspects "L'Age de Cristal" (Logan's Run), cette série SF ou l'establishment prétend que la nature est désormais inhabitable, puis fait ensuite vivre ses concitoyens dans une hédonisme très trompeur et tout cela à une condition; que la plupart meurent à 30 ans... Même si je ne vais pas dévoiler la trame centrale de Dôme, le fait est que ce n'est pas vraiment cet angle qu'évoque enfin le livre, mais en fait plutôt un genre de deuxième tome de Bazaar ou du Fléau... Bref, pas de changements en conclusion.
    Il faut bien dire qu'on y sent tout d'abord ce coté démocrate (et également gauchiste gentillet) de l'auteur fécond en best-sellers qui ne recule jamais devant certains clichés populaires, et enfin une certaine patte, née à mon avis depuis la sortie de bouquins tels que Rose madder. Hélas si cela s'est amélioré après ces années King persiste à voir sans peur le monde entier raz-la-pelouse, et d'aucuns pourront se plaindre tout en trouvant agaçant que son oeuvre perde donc là en finesse d'esprit. Car ses personnages font tellement vivants et alertes, qu'on y croit presque !
    Bref, Under The Dôme est un assez bon moment à passer en lecture mais aucunement un chef d'oeuvre non plus. Pas mon favori en tout cas.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par loreleirocks, le 02 septembre 2012

    loreleirocks
    On retrouve dans Under the Dome un peu la même structure et types d'éléments que dans The Stand (Le fléau) : une catastrophe pas très naturelle et ses conséquences sur l'Homme et la société (dans une expérience à petite ou à grande échelle) qui se déroule puis se déchaîne pour se terminer dans l'horreur et une renaissance ; une étude de la réponse de la société face à la situation ; et évidemment, des gentils gentils, des méchants méchants et des moutons qui moutonnent. L'intérêt des personnages ne réside pas dans leur complexité, mais de toute façon, ce n'est pas pour ça qu'on lit un des romans épiques de Stephen King...
    Ainsi, malgré tout ce qui est bien prévisible, ma lecture n'en a pas moins été particulièrement intense, okay, boulimique, et difficile à interrompre, même pour des "pit stops".
    Je préfère aussi ignorer l'utilisation d'un thème d'actualité (armes biologiques pour Le fléau et écologie pour Dome) pour une morale facile et conserver un excellent souvenir de ce tome monstrueux qui m'a fait passer 48h d'horreur, dégoût, terreur, tension, anticipation, tristesse et enfin soulagement... Tout les ingrédients y sont.
    À lire sans attendre le grand renouveau de Stephen King mais un excellent King tout de même!
    Et juste pour le caméo d'un héros de polar qui m'a fait sourire après trois relecture de sa mention pour confirmer que non, ce n'est pas une coïncidence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par jsgandalf, le 18 novembre 2013

    jsgandalf
    Un très bon moment de lecture. King reste le maître quand il s'agit de vous tenir en haleine. Dôme est un livre difficile à lâcher. Cependant, il n'égale pas "Le fléau" ou "Ça".

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Dolei, le 10 novembre 2013

    Il se dit aussi que les personnes intelligentes, peut-être, ne perdent que rarement leur beauté - à condition d'avoir été belles au départ, bien sûr - et il vit la finesse d'esprit briller dans son oeil.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,13 € (neuf)
15,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Dôme (vols.1 & 2) par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (114)

> voir plus

Quiz