Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Christiane Thiollier (Traducteur)
> Joan Bernard (Traducteur)

ISBN : 2266029614
Éditeur : Pocket (1989)


Note moyenne : 3.76/5 (sur 771 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Après une histoire d'amour malheureuse, Ben Mears, écrivain à succès, revient dans sa ville natale pour écrire son prochain roman. En passant devant une vieille maison abandonnée, Marsten House, il envisage de s'installer.

Mais le vieux manoir vient d'êt... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (86)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Hugo, le 22 juillet 2013

    Hugo
    Je le lis... je ne lis pas... je le lis... je ne lis pas... je le lis.. je ne lis pas…
    ça faisait pratiquement 20 piges que je me posais cette question pour finalement le lire, c'est bien la peine de se faire chier à se décider, hein les filles.
    Adolescent je ne lisais que du "Stephen King", j'étais persuadé de lire des trucs de grands, comme certainement tous les jeunes lecteurs de ma génération et pour être tout à fait honnête, je ne comprenais pas grand chose, un peu comme chaque adolescent qui se prend pour un adulte.
    Quelques années avant mon premier jet, si on peut appeler ça un jet (♫et mes mains s'en souviennent…♫) une copine plus âgée avec qui j'entretenais une relation amicale (sans jet tout est amical), me conseilla de lire "Salem" : son meilleur roman de "King".
    J'ai pris note mais je ne l'ai pas écouté, tout simplement parce que King commençait à me gonfler le kiki sévère… enfin "King" ou autre chose, à cette époque tout commençait à tourner autour de ce fameux Kiki, devenu pleureuse de compétition depuis sa première larme, mais là n'est pas le sujet, kiki est pudique donc par respect pour sa vie privée nous en resterons là…
    Bon et puis les années sont passées, j'ai stoppé un peu mes lectures habituelles pour me concentrer plus sérieusement sur un autre style littéraire beaucoup plus imagé (♫et les pages s'en souviennent…♫), ça a duré un moment d'ailleurs ces conneries. quelques romans par ci par là, mais soyons sérieux : Kiki avait des arguments bien plus convaincants.
    Enfin bref, j'ai fini par le lire, mais trop tard. Le roman a pris un coup de vieux, point de vue scénaristique, tout a déjà été dit et répété sur les vampires, donc difficile d'être surpris. par contre je l'ai trouvé foutrement bien écrit : "King" est un auteur de fantastique qui souhaitait faire de la littérature, et parfois ça se voit.
    Donc peu d'action avant la page 300, pas de grand frisson non plus, en même temps je suis rodé depuis "Twilight". Je n'ai jamais vraiment été embarqué : les personnages restent pour ma part bien trop naïfs pour être crédibles : "mais pourquoi ils n'appellent pas des potes, bordel de chiottes, ou l'armée, le FBI je ne sais pas. Pourquoi sont-ils si réticents face à l'évidence : ça se pose des questions et ça "blablatte, ça blablatte" pour essayer de se convaincre, six péquins seuls contre tous :
    Pour l'exemple :
    Bien évidement que la petite dame tout fluette fera l'affaire, certes elle s'inquiète un peu, se pose des questions devant la fenêtre de derrière, au couché du soleil, c'est censé être la maison des vampires quand même, seulement rien ne l'arrête notre "Buffy en herbe", et puis l'ado chétif qui l'accompagne sait de quoi il parle, elle peut compter sur lui pour couvrir son derrière.
    Pour conclure : ce fut une lecture très plaisante avec une histoire sans éclat, à lire avant qu'il ne soit trop tard finalement.
    "King" reste un auteur de talent que j'admire.
    À plus les copains
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 57         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Luniver, le 15 septembre 2012

    Luniver
    Salem est le premier livre qui a failli me faire mourir de peur, au sens propre du terme. Un soir d'INSOMNIE, j'ai décidé de lire un peu ce roman en attendant le retour de Morphée (déjà, mauvaise idée, ça ne détend pas du tout). Juste au moment où le premier vampire gratte à la fenêtre de Mark Petrie, un abruti de piaf est venu percuter la mienne. L'ensemble de mes organes ont aussitôt décidé d'aller voir ailleurs s'il n'y avait pas un corps plus habitable dans les parages, et mon sang s'est glacé quelques secondes, histoire de ne pas attirer l'attention. En me recouchant quelques minutes plus tard, bien évidemment, ma peur s'était totalement évanouie. Mais j'ai quand même remonté les couvertures jusqu'à mon front. Parce qu'on ne sait jamais.
    JeruSalem's Lot (Salem pour les intimes) est une petite bourgade du Maine. L'écrivain Ben Mears s'y rend afin d'écrire son prochain livre et d'exorciser ses vieux démons. Il a vécu à Salem étant jeune, et lors d'une cérémonie pour entrer dans une « confrérie », on lui a demandé de ramener un objet de la lugubre maison Marsten House. La vision d'un pendu qui a ouvert les yeux pour le regarder l'a marqué à vie. Ben découvre que Marsten House a été vendue à deux antiquaires, Barlow et Straker. Peu de temps après, un jeune enfant disparaît, et son frère meurt peu de temps après d'une anémie...
    King s'est inspiré de Dracula pour écrire Salem, sans en faire une copie conforme. le end est un peu moins happy, et la religion a une meilleure place dans le récit et est plus travaillée (chez Stoker, elle m'avait semblé un peu naïve). le duel entre le vampire et le prêtre est d'ailleurs une de mes scènes favorites. Un bon roman d'horreur, au rythme soutenu, et qui provoque quelques frissons, même sans l'aide d'un oiseau nocturne !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 55         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par bilodoh, le 31 janvier 2014

    bilodoh
    L'histoire se passe Salem aux États-Unis. Il ne s'agit pas de Salem au Massachusetts, célèbre pour les procès de sorcières en 1692, mais d'une petite ville du Maine, JeruSalem's Lot.

    Dans ce deuxième roman, au tout début de sa carrière prolifique, Stephen King aborde le thème du travail de l'écrivain. Il met en scène un romancier qui s'installe dans la bourgade isolée pour conjurer ses démons personnels, mais aussi pour écrire enfin un livre qui deviendrait un best-seller. C'est un peu la situation de King au moment où il a composé Salem, puisqu'alors, Carrie n'avait pas encore connu un grand succès. Cela explique peut-être le choix du thème des vampires dans la ville, un classique dans le monde de l'horreur, filon qui n'avait pas été surexploité à l'époque par Anne Rice ou Stephenie Meyer.

    Dans ses œuvres subséquentes, King imaginera plutôt ses propres monstres, mais poursuivra aussi plusieurs pistes amorcées dans Salem :
    - La vie d'écrivain et ses angoisses, des moments quasi autobiographiques, par exemple dans « Histoire de Lisey », « Sac d'os », « La part des ténèbres » ou encore « Misery ».

    - La lutte entre le Bien et le Mal, un Mal qui peut exister en dehors des personnes et s'accumuler dans des lieux, des édifices, thème qu'il poursuivra dans « Shining » entre autres.

    - Les enfants, qui voient les choses différemment, ressentent des terreurs fondamentales, mais qui possèdent aussi des ressources et des forces insoupçonnées, qu'on retrouvera dans « Shining », « Ça » et même dans le plus récent « Dôme »

    - Les sentiments, l'amour et l'amitié, mais surtout la peur, la terreur sous toutes ses déclinaisons, l'angoisse irrationnelle et incontrôlable…

    Un roman des années 70, à redécouvrir pour le talent de narration de King et pour une époque où les vampires n'étaient pas les vedettes de l'histoire, mais simplement l'incarnation du mal…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par pictura, le 09 mai 2012

    pictura
    Ce livre reste mon préféré de tous les King que j'ai lus. Pourquoi ? Je sais pas, peut etre que c'était la magie de l'adolescence lorsque je l'ai lu, les vampires n'avaient pas encore la côte d'aujourdhui. J'ai eu des pointes de frisson en le lisant le soir dans mon lit, aucun bruit autour de moi, juste celui des pages que je tourne jusqu'à ce que le vampire saute sur moi... mais non je le l'avais pas invité à entrer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Lilou08, le 27 septembre 2014

    Lilou08
    Depuis que Stephen King est venu en France cette année et que je l'ai apprécié lors de sa Grande librairie spéciale sur France 5, cela m'a redonné très envie de relire du Stephen King. A part, « 22/11/63 » (qui n'est pas complètement du vrai Stephen King à mon goût) que j'ai lu dernièrement, cela faisait bien longtemps que je n'en avais pas lu (j'ai beaucoup aimé « La ligne verte » et « Misery » entre autres)…. Alors là, entre deux, je me suis lancée sur Salem que je n'avais jamais lu. Pour moi, Salem c'était les sorcières de Salem et ça me paraissait sympa.
    Et bien, point de sorcières ici… mais plutôt des vampires… hé hé j'aime aussi, donc pas de soucis. Car ici, on parle d'une petite ville du Maine (forcément avec Stephen King) Jerusalem's Lot, surnommée Salem et non de la fameuse du Massachusetts.
    Avant d'aller plus loin, je voudrais vous dire que j'ai aussi beaucoup aimé ce livre en dehors de l'histoire en elle-même, car Stephen King au début et en fin du roman, nous parle de la rédaction de ce livre, de son « métier » d'écrivain, de sa fascination pour « Dracula » de Stoker etc. ça m'a passionné, oui j'ai beaucoup apprécié ces passages moi qui voue une admiration sans bornes pour les écrivains.
    Revenons à l'histoire…. C'est un excellent Stephen King (son 2e seulement, mais quel talent déjà !). Très bien écrit, il sait comme à son habitude planter le décor, les personnages, dans une douce quiétude, tout en instillant quelques éléments troublants.
    Le décor est donc une petite ville bien tranquille du Maine qui a connu quelques événements tragiques dans son passé (un incendie, des disparitions d'enfants, un meurtre et un suicide particulièrement horribles dans une maison qui surplombe la ville, Marsten House…) mais qui vit néanmoins paisiblement au rythme des saisons, des petites histoires et rumeurs….
    Un jeune écrivain, Ben Mears, qui a passé enfant 4 ans dans cette petite ville chez une tante, y revient pour écrire un livre et par là même faire face à ses peurs d'enfant qui sont en lien avec cette fameuse maison mystérieuse, lieu du Mal pour les habitants depuis toujours, Marsten House. En arrivant, il découvre que cette vieille demeure inhabitée depuis des années et en pleine décrépitude, vient d'être achetée par deux hommes mystérieux, Straker et Barlow. Personne n'a jamais vu ce dernier, qui serait en voyage…. Etrange. Straker, lui, est effrayant et glacial.
    Petit à petit, des évènements de plus en plus étranges surviennent… et vous comprenez bien que peu à peu on bascule dans un monde où la nuit appartient aux vampires… et les êtres humains ont beau se dire, surtout de jour, que c'est impossible, il faut bien se rendre à l'évidence… si c'est possible puisque cela arrive !
    Je ne vous détaille pas toute l'intrigue qui est très bien menée, ni les personnages… ceux qui luttent et finissent par tomber, ceux qui s'en sortent… peu… bref, c'est un régal pour les amateurs du genre !
    En plus, Stephen King nous ramène dans le passé de Jerusalem's Lot, les débuts de l'installation du Mal dans ce petit coin si tranquille, une famille maudite... C'est un vrai bonheur !
    A découvrir, à dévorer (hé hé)… ce gros pavé se lit très vite, tellement c'est bon.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • ComicsMarvel , le 19 août 2014
    Un roman sombre, complètement désenchanté, écrasé par l'indicible présence des forces obscures qui hantent notre monde mais heureusement illuminé, çà et là, par quelques instants sublimes [...].
    Lire la critique sur le site : ComicsMarvel

> voir toutes (49)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par PiertyM, le 23 octobre 2014

    L’unique voie de salut c’est la sclérose de l’imagination, autrement dit le passage à l’état adulte.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 23 octobre 2014

    Les bons professeurs, comme les épouses vertueuses, sont des perles qui n'ont pas de prix.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 23 octobre 2014

    L’Eglise d’aujourd’hui oublie le Ciel à force d’avoir les pieds sur Terre.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Megelio, le 11 octobre 2014

    Comme elle est vorace, cette mer ! Avec quelle hargne elle se jette sur les rochers ! Il faut la voir cracher des nuages d'écume dans le ciel du crépuscule, telles des oriflammes blanches, la sentir ébranler toute la pointe, jusque sous mes pieds...

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par kris334, le 05 juin 2014

    C'est le père et le fils, se disait-on en les voyant.
    Ils traversaient le pays en diagonale, nord-est - sud-ouest, dans une vieille Citroën. Ils ne se hataient pas, faisant halte ici ou là pendant un jour ou une semaine et empruntant de préférence les routes secondaires.
    Partout où ils s'arrêtaient, l'homme achetait un journal du Maine, Le Courrier de Portland, et regardait s'il y trouvait quelques nouvelles d'une petite ville du nom de Jerusalem's Lot. Cela arrivait de temps en temps.
    Un peu avant d'avoir atteint Central Falls, Rhode Island, il écrivit, dans des chambres de motel, le canevas d'un roman et l'expédia à son agent littéraire. Il avait été, il y avait de cela des millions d'années, avant que les ténèbres eussent obscurci sa vie, ce qu'on peut appeler un écrivain à succès. L'agent communiqua le projet à l'éditeur qui avait publié son dernier livre. Celui-ci manifesta un intérêt poli, mais d'argent il ne fut point question.
    - Tout ce qu'ils vous permettent de sortir, c'est "s'il vous plaît" et "merci" dit l'homme à l'enfant.
    Ile le dit sans trop d'amertume et cela ne l'empêcha pas de se mettre à l'ouvrage.
    L'enfant ne parlait pas beaucoup. Son visage gardait une expression douloureuse et son regard était comme assombri par quelque triste paysage intérieur. Dans les restaurants et dans les stations-service où ils faisaient halte, il était poli, mais sans plus. On avait l'impression qu'il ne voulait pas perdre l'homme de vue un instant et que le seul fait de le voir disparaître dans les toilettes le rendait anxieux. L'homme essayait parfois d'évoquer Jerusalem's Lot, mais l'enfant refusait d'en parler et ne jetait jamais un regard sur les journaux que l'homme laissait traîner à dessein sous ses yeux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

0,44 € (occasion)

   

Faire découvrir Salem par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1820)

> voir plus

Quiz